Francaisdefrance's Blog

26/12/2011

Des « mamies » mettent en fuite un jeune braqueur armé d’un hachoir !!!

Photo d’illustration

.

On l’a jugé avec une obligation de travailler, cette racaille. Ils veulent le faire crever, non? Alertons les Droits de l’Homme; vite !

En attendant: chapeau bas, les Mamies !!!

FDF

.

Dans cet article de presse, PAS DE PRÉNOM   NI DE NOM   POUR CE  « DJEUN » (pourtant majeur) QUI  PORTE CAGOULE et UTILISE UN HACHOIR pour  braquer deux mamies :  « Un profil inquiétant », estime le parquet de Cahors.  Malgré  cela « ON »  LE CONDAMNE  A 1 AN AVEC SURSIS   comme ça il pourra revenir  hâcher menu menu les deux mamies…….  et ensuite on le mettra en prison……  si on le retrouve…

JC JC…


Vue du village de Gramat.

Vue du village de Gramat.
« Un profil inquiétant », estime le parquet de Cahors. Car le jeune homme de 19 ans qui s’est présenté cagoulé et armé d’un hachoir, samedi après-midi, dans un bureau de tabac de Gramat, avait voulu faire « comme à la télé ou dans les jeux vidéos », pour braquer le commerce « car il avait besoin de 300 ¤».
En voyant débouler l’agresseur, deux soeurs âgées de 72 ans et 65 ans, très impressionnées ont toutefois eu un réflexe de défense en jetant un tabouret à la tête du jeune homme, le repoussant dans la rue puis en le poursuivant tandis qu’il prenait la fuite.

« Il est arrivé en criant la caisse ! j’ai crié à mon tour voyou, voyou ! Nous avons déjà subi 9 cambriolages et maintenant une agression ! Dans quelle société vivons-nous. Cela fait trois nuits que nous ne pouvons pas dormir », indique la septuagénaire, patronne de ce commerce qui se transmet depuis plusieurs générations et qu’elle a repris en 2003 « par devoir de mémoire » après avoir pris sa retraite de dentiste.


Interpellé, le jeune homme qui avait utilisé un hachoir de sa mallette personnelle après avoir suivi des études en restauration, a été jugé lundi en comparution immédiate. Le fait qu’il n’ait pas persisté dans son action et qu’il soit primo délinquant lui permet d’échapper à la prison. Il a été condamné à un an de prison avec sursis assorti d’une mise à l’épreuve de deux ans, une obligation de travailler ou de suivre une formation professionnelle, et l’interdiction de fréquenter le commerce des victimes.
Source: http://www.ladepeche.fr/

03/09/2011

On a trouvé enfin une « utilité » au voile intégral !

La cagoule, c’est dépassé; il faut vivre avec son temps. C’est bien la preuve que cette « tenue » est faite pour faire peur… Mais il fallait déjà y penser. Enfin quelqu’un qui a trouvé une « utilité » à ce déguisement ». A ne pas imiter, bien sûr.

La prochaine fois que vous croiserez une voilée, faites très attention. Mais ne tirez pas le premier: c’est interdit. Et en outre, on ne sait jamais ce qu’il y a en dessous… A signaler que dans les contrées où l’on peut voir beaucoup de ces tenues, parfois, sous ce morceau de tissu se cache un extrémiste bardé de bombes. Brrrrrrrrrrr.

FDF

.

Le braqueur troque la cagoule contre le voile intégral…

Un braqueur, plutôt que d’utiliser une classique cagoule, s’est dissimulé sous un voile intégral pour commettre un vol à main armée dans une salle de jeux dans la petite ville de Ratingen, près de Dusseldorf.

Il était voilé de la tête au pied, précise 7sur7, ce qui rend bien difficile son identification. Il est même impossible de savoir s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme !

La personne n’a prononcé que trois mots : « la caisse, la caisse, la caisse « tout en tendant un sac et menaçant la gérante de l’établissement avec un pistolet.

Celle-ci s’est d’ailleurs retrouvé enfermé dans les toilettes et « l’anonyme » a pris la fuite avec la caisse …

La police dispose donc de peu d’indices … sa taille : 1,60 m ! C’est maigre.

Source : Le Post et 7sur7

10/08/2011

Insécurité: Personne n’est à l’abri…

Il est triste et révoltant de constater que maintenant, en France, pour quelques euros, on peut perdre la vie. Le laxisme pratiqué en matière de répression de la délinquance porte ses fruits. On ne va quand-même pas laisser ces rebuts de la société dicter leur loi, non? Mais un grave problème subsiste en France: il est INTERDIT de se défendre soi-même. Lamentable…

A quand le retour des fusils cachés derrière le comptoir?

FDF

.

L’agression sauvage du bar-tabac le Select filmée par les caméras de surveillance (Vidéo)

« La Dépêche du Midi » s’est procuré les images de la violente agression à la barre de fer, sur un client et une serveuse dans le bar-tabac Le Select, le 1er août, à Toulouse. La scène peut choquer les esprits sensibles.

Vidéo : Sauvage agression du bar-tabac le Select filmée par les caméras de surveillance

Sauvage agression du bar-tabac le Select filmée par les caméras de surveillance

La scène ne dure qu’une poignée de secondes. Mais les images enregistrées par une caméra vidéo du bar-tabac, Le Select, en plein centre-ville, à Toulouse, sont d’une violence inouïe. Sur cette vidéo que « La Dêpêche du Midi » s’est procurée, on voit un homme armé d’une barre de fer frappant violemment un client qui s’écroule au sol. L’agresseur s’en prend ensuite à une jeune employée du bar qui se trouve derrière le comptoir. Elle est rouée de coups et tente de fuir en rampant en direction de la remise. Cette scène d’une rare violence et peu habituelle dans les cafés de la ville s’est déroulée lundi 1er août, vers 9 h 30, à l’intérieur du bar Le Select, rue Romiguières.

Hier soir, le principal suspect de cette double agression a été mis en examen pour vols avec arme et placé en détention provisoire après une enquête bouclée par les policiers de la sûreté départementale. Sans domicile fixe, ce suspect d’une trentaine d’années, en quête d’argent facile, est aussi soupçonné d’avoir dérobé des cartouches de cigarettes ainsi qu’un fond de caisse. Les policiers ont également interpellé une complice, également écrouée hier soir, qui était accoudée au bar ce jour-là et dont le visage était dissimulé sous une capuche. Le client, victime du premier coup, souffre d’une fracture aux vertèbres cervicales. Il devra porter un corset pendant plusieurs jours. La jeune serveuse de 23 ans, étudiante en droit, s’est fait poser plusieurs points de suture sur le crâne. Elle est traumatisée. « Elle avait l’habitude de travailler l’été dans ce bar pour financer ses études. Aujourd’hui, elle doit tout arrêter », témoigne son avocat, Me Raynaud de Lage. Au Select, l’émotion et l’incompréhension dominent. Les premières pensées vont en direction des victimes. « J’espère qu’ils vont s’en remettre, soupire un employé. Ici, il n’y a jamais eu d’embrouilles. »


Le couple écroué

Le parquet a ouvert une information judiciaire et a confié la suite des investigations au juge Philippe Colson.

Hier soir, le principal suspect, un SDF, a été écroué ainsi que la jeune femme présente dans le bar le matin de l’agression. Tous les deux ont été mis en examen pour vols avec arme, une qualification criminelle.

Source: http://www.ladepeche.fr/

14/12/2010

Les chiffres de la délinquance en baisse; les chiffres, seulement…

Carmaux. Les intrus masqués tirent au gros plomb !

Il faut arrêter de raconter des conneries au peuple…
FDF
.

L’expédition punitive qu’ils avaient montée aurait pu tourner au drame. Un jeune Bénédictin de 24 ans, et son comparse albigeois de 21 ans, interpellés hier matin par les policiers de Carmaux, ont voulu jouer aux caïds de quartier, mercredi soir rue Camboulives. C’est peu de dire qu’ils ont troublé la tranquillité habituelle de cette artère reliant les Cités de la Verrerie et du Camp-Grand. Vers 19 heures, ils font irruption au domicile d’un homme de 46 ans, qui reçoit une amie à dîner. Le couple a toutes les raisons de croire à un cambriolage : les deux intrus ont le visage dissimulé, l’un par une cagoule, l’autre par un casque de moto. Ils ont forcé un volet avec un pied-de-biche. Se trouvant nez-à-nez avec le propriétaire, ils l’agressent. Le quadragénaire reçoit des coups de poing au visage et des coups de pied. « Tu as de la chance qu’elle soit là », lance un des deux agresseurs, avant de prendre la fuite.

La victime et son amie s’empressent d’aller donner l’alerte au commissariat. Après le dépôt de plainte, l’homme indique à la police qu’il part faire voir ses blessures à l’hôpital. Il a eu raison de ne pas rentrer tout de suite chez lui. Car moins d’une heure plus tard, en plein match OM-Chelsea à la télé, les riverains de la rue Camboulives entendent deux déflagrations. Quelqu’un a tiré sur la maison où avait eu lieu la violente intrusion, deux heures plus tôt ! En rentrant de l’hôpital, le quadragénaire constate un gros trou dans le volet. Un projectile qui a même traversé le double vitrage!

Du calibre 4 dans le volet

Le lendemain matin, les policiers de la brigade de sûreté urbaine retrouveront aux abords un étui de cartouche de chasse, Du calibre 4, pour gros gibier.

C’est ce genre de munitions que les enquêteurs retrouveront vendredi, à Saint-Benoît-de-Carmaux, au domicile d’un jeune homme de 24 ans. Mais nulle trace de fusil chez lui. L’enquête se déplace à Albi, dans le quartier de Cantepau. C’est là que vit un copain du Bénédictin. Quand la police débarque chez lui, vendredi soir, il n’est pas là. Mais un fusil de chasse semi-automatique sera retrouvé, caché dans l’ancien vide-ordures de son immeuble. Il suffisait juste à la police d’attendre patiemment que ce jeune de 21 ans réapparaisse. Interpellé hier matin, il a été ramené à Carmaux, rejoignant au commissariat son pote de Saint-Benoît dont la garde à vue avait été levée vendredi. Les enquêteurs de la BSU ont pu organiser une confrontation et ainsi reconstituer les événements de mercredi soir. Le jeune de Saint-Benoît connaissait la victime : c’est un ami de son père. Et justement, cet « ami » aurait fait courir des bruits pas gentils-gentils sur le paternel. Alors, le fils, sans chercher à vérifier si cette rumeur contenait une once de vérité, a mis sur pied cette vendetta. Il a entraîné dans ce plan foireux son pote d’Albi qui a fourni le fusil. Rue Camboulives, il aurait tiré deux fois, la première en l’air, la deuxième dans la fenêtre. Et si quelqu’un avait été derrière? Cette expédition de tous les dangers trouvera son épilogue le 24 février devant le tribunal correctionnel d’Albi où les deux jeunes seront jugés pour violences en réunion et violences avec arme.

Source: http://www.ladepeche.fr/