Francaisdefrance's Blog

08/12/2011

Des burqas dans l’espace public de Chateauroux et on laisse couler…

Et cette fameuse loi anti-dissimulation du visage, elle est passée où ???

FDF

.

LES BURQAS DE CHÂTEAUROUX

burquas, chateauroux; indre, islam, fn 36, patricia chalamet

Ceux qui se déplacent quotidiennement dans Châteauroux, ou qui ont l’habitude de prendre la ligne de bus n°1, ne peuvent l’ignorer. Même Châteauroux, réputée ville « tranquille », a désormais deux personnes qui se déplacent affublées d’une « burqa », sorte de linceul mortuaire islamique, de couleur noire et ne laissant entrevoir que les yeux. L’une d’entre elles prend même le soin de porter en permanence des gants noirs, on ne sait jamais, au cas où quelqu’un aurait l’impudeur de voir ses mains.

Alors bien sûr, j’entends déjà les gauchistes et leurs affidés nous dire que dénoncer cela c’est tomber dans la stigmatisation, que cela reste anecdotique, qu’il s’agit seulement de deux femmes un peu « dérangées », etc. Rien de surprenant de leur part puisqu’ils ont l’habitude de sacrifier le réel à l’idéologie, de nier la réalité si elle ne colle pas avec leurs idées fumeuses du « vivre-ensemble » dans le monde des bisounours, bien sûr irréalisables, voyez les exemples de la Bosnie, des Philippines ou du Nigéria, avec dans ces trois cas, comme par hasard, une importante présence de l’islam.

Donc, non, mille fois non, ce n’est pas anecdotique mais au contraire révélateur.

Outre le fait que, désormais, en comparaison, passent inaperçus ou presque les innombrables femmes portant le « hidjâb » (ou voile sur les cheveux), le discours que nous tiennent les ennemis de l’identité française est exactement celui qu’ils tenaient dans certaines communes de banlieue dans les années 1980. C’est l’époque où on y a vu fleurir les premières « burqas ». On sait ce qu’il en est aujourd’hui, par exemple à Bobigny, La Courneuve, Vénissieux ou dans les quartiers Nord de Marseille où les « burqas » se comptent par centaines et où d’autres femmes sont parquées chez elles de force par des maris islamistes.

Question « vivre-ensemble », les pays musulmans, eux, ne semblent pas prêts de se renier pour laisser la place à d’autres coutumes ou d’autres cultures. Les récentes élections en Tunisie, au Maroc ou en Egypte (en attendant la Libye) ont été remportées haut la main par les partis et mouvements islamistes. D’ailleurs, pour continuer de nier la réalité qui contredit leur idéologie, une grande partie des journalistes français (à l’exemple du ministre Juppé) utilise l’expression mensongère « islamistes modérés ». La journaliste française récemment tabassée et violée sur la place Tahrir au Caire, parce qu’elle ne portait pas de voile islamique sur les cheveux, c’est certainement une incompréhension du « vivre-ensemble » de la part d’islamistes « modérés »… Et encore plus fort, dans l’émission des « grandes gueules » (mais pas trop) sur RMC, un auditeur franco-égyptien (vive la bi-nationalité !) est intervenu à l’antenne pour dire exactement ceci : « La journaliste, en plein milieu de la foule, avec ses cheveux blonds, on ne voyait qu’elle. Il faut qu’elle accepte aussi les mœurs qu’il y a là-bas, être un peu plus discrète ». Ce qui, vous l’aurez compris, n’a bien sûr rien à voir avec nos burqas castelroussines…

Pourtant, une loi votée l’année dernière interdit le port des voiles intégraux et autres burqas sur la voie publique, dans les lieux publics ou les transports en commun. Mais, comme beaucoup de lois de l’ère Sarkozy, elle est très peu appliquée, voire pas du tout comme à Châteauroux. Et la faute n’en incombe pas aux policiers. En effet, sur le terrain, ces derniers ont comme consigne de ne pas relever cette infraction afin de ne pas créer des « situations de conflit ». D’ailleurs, pourquoi prendraient-ils le risque de se faire prendre à partie alors qu’on diminue sans cesse leurs moyens et que certains juges politisés sont déjà prêts à casser les contraventions relevées ? Sans parler des journalistes les plus à gauche, prêts pour leur part à dénoncer ces « bavures racistes intolérables ».

Il s’agit donc d’une énième loi « pipeau », loi ayant eu pour objectif un gros coup de pub médiatique, et ensuite direction le placard. Vous me direz, depuis 2002, avec Sarkozy et ses amis socialistes de l’UMPS on a l’habitude du « tout dans le discours et dans la com’, rien dans l’action et l’application réelle », bref, on subit. Alors, pour que les lois s’appliquent, que Châteauroux reste une ville de province française et que l’islamisation de la France cesse, il est plus que temps de réagir et de voter pour Marine Le Pen et le Front National !

Source: http://frontnat36.hautetfort.com/

28/10/2011

Yémen: les coups de fouet vont pleuvoir; au mieux…

Pas peur, les nanas, pas peur… Encore un pays béni par l’islam.

FDF

.

Ras le bol du gouvernement !


Des centaines de femmes yéménites ont brulé leurs burqas pour protester contre la répression des manifestations antigouvernementales débutées en février dernier par les autorités, annoncent mercredi les médias occidentaux.

Cette action de protestation s’est déroulée à Sanaa, la capitale du Yémen. Elle rassemblait des centaines de femmes qui ont jeté leurs vêtements musulmans traditionnels en tas et les ont brulé pour protester contre les affrontements armés entre les forces gouvernementales et l’opposition, qui continuent malgré un accord de cessez-le-feu signé entre les parties.

Le 25 octobre, le gouvernement et le général dissident Ali Mohsen Al-Ahmar ont signé un accord de cessez-le feu. Les parties ont également convenu de libérer tous les prisonniers interpellés au cours du conflit. L’accord devait entrer en vigueur mardi.

Depuis début février, le Yémen est le théâtre de sanglantes manifestations réclamant le départ du président Saleh, au pouvoir depuis 1978. Selon les médias occidentaux, les violences qui se poursuivent dans le pays ont fait plusieurs centaines de morts.

Source: http://fr.ria.ru/

24/05/2011

Des radars détecteurs de burqas ???

Là, ils vont être « heurtés »… Sûr.

FDF

.

Burqas : bientôt des détecteurs sur le territoire français ?

Trente mètres pour se mettre en règle avec la loi
Selon une dépêche publiée aujourd’hui par l’Agence Farce-Presse, le gouvernement français étudierait actuellement la mise en place de détecteurs de burqas « à tronçons ».
Si cette mesure est appliquée, comme le demandent plusieurs parlementaires et ministres de l’actuelle majorité (UMP), des détecteurs photographiques de burqas (voir photo ci-dessus) pourraient être prochainement installés dans plusieurs agglomérations « sensibles » du territoire français.
Positionnées à des endroits stratégiques – début et fin de rue, entrées et sorties de centres commerciaux, etc. – des caméras fixes automatiques dotées de capteurs électroniques prendraient une photographie des passantes portant un accessoire vestimentaire leur couvrant la tête et une partie du visage.
Si la portion du visage recouverte par le voile dépasse les normes définies par les autorités, la contrevenante en sera informée par un signal sonore reprenant les dix premières notes de La Marseillaise. La contrevenante disposera alors des trente mètres la séparant de la deuxième borne photographique pour modifier sa tenue vestimentaire et se mettre en conformité avec la règlementation.
En cas de refus d’obtempérer, les contrevenantes s’exposeront à une amende de première catégorie, à la confiscation de leur voile et, en cas de récidive, à une sanction pénale leur imposant le port d’un nez de clown pendant une période de 30 jours en cas de première récidive et de 90 jours en cas de récidives multiples.
Ces mesures, qui ne sont pour l’instant qu’à l’état de projet, s’inscrivent dans le cadre de la politique mise en place par le gouvernement pour lutter contre le grave fléau que constitue dans notre pays le port par quelques centaines de femmes d’un voile dissimulant leur visage.
Les problèmes du chômage, de la précarité, du démantèlement des services sociaux, de la paupérisation d’une partie croissante de la population, de la fracture fiscale ayant été traités avec brio par le gouvernement, il devenait urgent de s’attaquer enfin aux problèmes fondamentaux qui rongent le pays, tels que le port du voile islamique, les caravanes des Roms et la définition de l’identité nationale.
Agence Farce-Presse, 22 mai 2011

Photo : Radar anti-burqa « à tronçon ». La contrevenante sera avertie par les premières mesures de La Marseillaise. Elle disposera de 30 mètres pour se mettre en conformité avec la législation. Les détecteurs installés à Neuilly et dans certains quartiers de la capitale seront équipés d’un logiciel leur permettant de distinguer les foulards Hermès (et les accessoires vestimentaires provenant des pays du Golfe) des voiles intégraux originaires du Pakistan, d’Afghanistan ou, pire, de Turquie.
Source: http://rollotomasi92.blogspot.com/