Francaisdefrance's Blog

29/02/2012

Allah recompensera le meurtre de non-musulmans !

Il ne faut s’étonner de rien concernant les exactions des islamistes… Notre devoir est d’accumuler les preuves.

En voici encore une; je vous l’encadre ou c’est pour offrir ?  🙂

FDF

.

Bukhari vol 6 numero 577:

J’ai entendu le prophète dire: “dans les derniers jours, il y aura des jeunes gens avec des idées folles. Ils parleront bien, mais ils sortiront de l’islam comme une flèche sort de la ciblepartout où vous les trouverez, tuez les, et il y aura une récompense pour les tueurs le jour de la résurrection.”

Bukhari livre 20, numero 4662: Abu Hurayra a rapporté:

Le messager d’Allah a dit: « il y a deux hommes qui ne se rencontrent jamais en enfer l’un lésant l’autre », puis quelqu’un lui a demandé: « qui sont ces deux hommes Ô messager d’Allah ? » Il a répondu: « un croyant qui a tué un mécréant puis il est bien guidé« .

.

Source: http://prophetie-biblique.com/

22/01/2011

La décapitation de Kab bin Ashraf…

Encore de merveilleuses histoires orientales au pays des merguez… Comment voulez-vous qu’avec des « enseignements » pareils, les muzz se sentent « bien dans leur tête »?

FDF

.


Kab bin Ashraf fut décapité pour avoir écrit quelques poèmes diffamatoires sur les femmes musulmanes et pour avoir exposé Muhammad comme étant un faux prophète.  

BUKHARI, VOLUME 5, #369
Narration de Jabir Abdullah 

Le messager d’Allah dit « qui est disposé à tuer Ka`b bin al-Ashraf, qui a blessé Allah et son apôtre ?». Sur quoi Maslama se leva en disant, « O messager d’Allah ! Souhaiterais-tu que je le tue ? » Le prophète dit, « oui ». Maslama dit, « Alors permet moi de mentir (c.-à-d. pour tromper Ka`b). Le prophète dit, « Tu peux ».

Maslama alla voir Ka`b et dit, « Cet homme (c.-à-d. Muhammad) exige que nous payons le Sadaqa (c.-à-d. le Zakat) [impôts], il nous cause des ennuis, et je suis venu pour t’emprunter quelque chose ». Sur ce, Ka`b dit, « Par Allah, tu finiras par te lasser de lui ! ». Maslama dit, « Puisque nous l’avons suivi jusqu’à maintenant, nous ne voulons pas l’abandonner ; à moins et jusqu’à ce que nous voyions comment il va finir. Maintenant nous voulons que tu nous prêtes une charge de chameau ou deux de nourriture ». Ka`b dit, « oui, mais vous devrez m’hypothéquer quelque chose ». Maslama et son compagnon dirent, « Que veux-tu ? ». Ka`b répondit, « hypothéquez moi vos femmes ». Ils dirent, « Comment pouvons-nous t’hypothéquer nos femmes, tu es le plus beau des Arabes ? ». Ka`b dit, « hypothéquez moi alors vos fils ». Ils dirent, « comment pouvons-nous t’hypothéquer nos fils ? Ils seront injuriés lorsqu’on dira tels et tels ont été hypothéqués pour une charge de chameau de nourriture. Cela nous causerait un grand déshonneur. Nous t’hypothèquerons nos bras ».

Maslama et son compagnon promirent à Ka`b que Maslama reviendrait vers lui. Il vint vers lui le soir, avec son frère de lait, Abu Na’ila. Ka`b les invita à rentrer dans son fort et descendit à leur rencontre. Son épouse lui demanda, « où vas-tu à cette heure ? ». Ka`b répondit, « nulle part, Maslama et mon frère (de lait) Abu Na’ila sont là ». Son épouse dit, « j’entends une voix sanguinaire ». Ka`b dit « il ne s’agit que de mon frère Maslama et de mon frère de lait Abu Na’ila. Un homme généreux doit répondre à un appel de nuit, même si on l’invite à être tué ».

Maslama avait deux hommes avec lui. Alors il entra avec les deux hommes, et leur dit, « quand Ka`b arrivera, je toucherai ses cheveux et les sentirai, lorsque vous verrez que je tiendrai sa tête, frappez le [decapitez le]. Je vous laisserai sentir sa tête ».

Ka`b bin al-Ashraf descendit vers eux enveloppé dans ses vêtements, répandant du parfum. Maslama dit, « je n’ai jamais senti de meilleur parfum que celui-ci ». Ka`b répondit, « j’ai les meilleures femmes arabes qui savent utiliser ce type de parfum ». Maslama demanda à Ka`b « Me permettrais-tu de sentir ta tête ? ». Ka`b dit « oui ». Maslama la sentit et la fit sentir à ses compagnons. Alors il demanda de nouveau à Ka`b « Me laisseras-tu (sentir ta tête) ? ». Ka`b dit, « oui ». Lorsque Maslama le tint fortement, il dit (à ses compagnons) « allez-y ! ». Ils le tuèrent et allèrent chez le prophète pour l’informer.

Du Tabaqat, vol. 2, page 37 :  

« Ensuite ils coupèrent sa tête et l’emportèrent avec eux… ils posèrent sa tête devant lui [Muhammad]. Il (le prophète) loua Allah pour ce massacre ».