Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Chauds, chauds, chauds, les « quartiers nord » de Marseille !

On n’ a jamais entendu parler autant de ces délits que depuis que Claude Guéant a annoncé la baisse de la délinquance. Marseille ne devait pas être dans les « chiffres »…
FDF

« Dans notre bonne ville de Marseilleuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh »

.

.

Marseille. Dix kalachnikovs cachées dans le coffre d’une Audi !

Au terme d’une courte poursuite, dix fusils d’assaut kalachnikov, avec 20 chargeurs, ont été saisis dimanche soir dans le coffre d’une voiture par des policiers de la brigade anticriminalité dans le nord de Marseille. Cette Audi a attiré l’attention des policiers en raison d’un « manège curieux » qu’elle faisait aux abords d’une cité du 14e arrondissement. Le véhicule a été pris en chasse par les forces de l’ordre et après une « tentative d’arrestation mouvementée », le conducteur a pu prendre la fuite à pied en abandonnant sa voiture. Selon une source proche de l’enquête, l’Audi n’a pas été volée et le fuyard serait un proche d’un des trois jeunes hommes tués par balles puis brûlés dans leur véhicule, fin décembre, aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône).

Source: http://www.ladepeche.fr/

28/01/2012

Un Algérien clandestin blesse un policier lors de son interpellation !

Diversité: dessin d’illustration…

.

Les bienfaits de l’immigration, de la diversité, tout ça… Ces gens-là aiment les « lames ». On peut le constater tous les jours. Mais, « c’est pas moi, m’sieur !« ; comme d’habitude. Dans cette affaire, c’est retour au bled et fissa !

FDF

.

« Ce geste aurait pu avoir des conséquences très graves », avertit le commandant Jean-Pierre Benoît au commissariat d’Albi. Alors qu’il venait d’être embarqué dans une voiture de la brigade anticriminalité (Bac), jeudi vers 17 heures, un homme de 30 ans a sorti un couteau et a tenté de porter un cou au visage d’un des policiers. Heureusement, son collègue a pu parer le coup, déviant le couteau. Ce deuxième fonctionnaire a été légèrement blessé au doigt.Aperçu avec d’autres personnes square Amiral-Abrial à Lapanouse, cet Algérien de 30 ans en situation irrégulière avait été reconnu par les agents de la Bac, car il fait l’objet d’une fiche de recherche. Après son interpellation, il a sorti de son blouson le couteau type Laguiole avec une lame de 12 à 13 centimètres, ce qui sous-entend qu’il l’avait ouvert auparavant.

Prélèvement effectué sur la lame de couteau

Déjà poursuivi pour des affaires de stupéfiants et de violences, et placé en garde-à-vue, le mis en cause devait être déféré ce vendredi après-midi au parquet d’Albi. Pascal Suhard, vice-procureur de la République, a ouvert à l’encontre de cet homme une information judiciaire pour « violences avec armes et port d’armes ».

Considérant que le mise en cause se trouve « en état de récidive légale », le vice-procureur a également requis et obtenu lors de la comparution devant le juge de la liberté et de la détention un mandat de dépôt. Placé en détention provisoire, l’homme a été incarcéré à la maison d’arrêt d’Albi. Sous l’autorité du juge d’instruction, des investigations complémentaires seront menées sur ces faits que leur auteur présumé conteste en partie.

Il aurait admis avoir un couteau sur lui mais nie l’avoir ouvert. Explication qui laisse dubitatif un enquêteur, qui ne voit pas « l’utilité de sortir un couteau fermé ». Un prélèvement sera effectué pour vérifier la présence de sang sur la lame. On ne voit pas comment le policier, atteint au petit doigt aurait été blessé autrement. Le certificat médical fait état « d’une plaie linéaire compatible avec une arme blanche ». « Le policier a été atteint à l’extérieur de la main, alors qu’il écartait la lame », constate le commandant Benoît, martelant « qu’il ne faut pas minimiser ce genre d’acte au détriment de policiers en train de faire leur travail. »

 Source: http://www.ladepeche.fr/

14/01/2012

Des tirs de mortier contre la police sont des « incidents »…

Magnifique prestation des médias qui considèrent que de tirer au mortier contre la police sont des incidents de la vie quotidienne… Sommes nous en pleine guerre civile? Certainement; au début, du moins. Mais ça, il faut le taire… Ne pas affoler l’électeur durant les « 100 jours »..

Minable.

FDF

.

ABDEL  25 ANS, qui « travaillait de temps en temps »   EST MORT D’UNE CRISE CARDIAQUE,   MAIS  SES FRERES EN PROFITENT QUAND MEME POUR METRE LE FEU AUX BANLIEUES   et TIRER SUR NOS POLICIERS –

CES    INCENDIES,  CES  TIRS  DE MORTIER  SUR LA POLICE   SONT DES  « INCIDENTS »     SELON LA PRESSE

MAIS DE QUI VEUT-ON SE MOQUER ???????
TIRER SUR LA POLICE   ET  INCENDIER TOUT ET N’IMPORTE QUOI,   pour ces  sauvages, ce sont, en effet des « incidents de la vie quotidienne »

JC JC

.

Rappel des faits:

« Des incidents se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), à la suite de la mort d’un jeune, mardi, au cours d’un contrôle de police. Bien que l’autopsie a établi qu’il n’avait subi aucune violence et qu’il souffrait d’une malformation cardiaque, la soirée a été marquée par des incendies dans plusieurs quartiers de la ville, à la cité Balagny, d’où le jeune homme était originaire, à la cité des Etangs et à la Rose-des-Vents.

Les forces de l’ordre ont été la cible de tirs de mortier de feu d’artifices. Vers minuit, les policiers étaient encore nombreux à Aulnay, déblayant la chaussée des restes de poubelles brûlées. »



Des incidents se sont produits dans plusieurs cités dans la nuit de mercredi à jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après la mort d’un jeune, mardi, au cours d’un contrôle de police. | LP
Des incidents se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), à la suite de la mort d’un jeune, mardi, au cours d’un contrôle de police. Bien que l’autopsie a établi qu’il n’avait subi aucune violence et qu’il souffrait d’une malformation cardiaque, la soirée a été marquée par des incendies dans plusieurs quartiers de la ville, à la cité Balagny, d’où le jeune homme était originaire, à la cité des Etangs et à la Rose-des-Vents.

Les forces de l’ordre ont été la cible de tirs de mortier de feu d’artifices. Vers minuit, les policiers étaient encore nombreux à Aulnay, déblayant la chaussée des restes de poubelles brûlées.

D’après l’autopsie, Abdel est décédé d’une « rupture de l’aorte, très probablement engagée avant ». « On s’oriente vers un décès d’origine médicale », expliquait mercredi après-midi Sylvie Moisson, procureur de la République. Les résultats toxicologiques sont attendus pour savoir si l’absorption de substances a pu favoriser le malaise cardiaque. L’enquête a mis en lumière qu’Abdel avait vu lundi dernier, un médecin qui lui avait conseillé de consulter un cardiologue.

Abdel a été pris de convulsions mardi vers 20 h 40, rue de Corse, lors de l’intervention policière. Quatre fonctionnaires de la brigade anticriminalité pensaient trouver de la drogue dans le hall. Ils ont menotté trois jeunes, dont Abdel, et les ont fait asseoir le temps de vérifier les lieux. Voyant qu’Abdel avait du mal à respirer, les policiers l’ont démenotté et lui ont fait un massage cardiaque en attendant les pompiers. Dans leurs auditions, les amis d’Abdel, dont un avait un peu de cannabis sur lui, n’ont pas évoqué de violences policières. Ils étaient toujours en garde à vue mercredi pour le vole de stupéfiants.

Ce drame a alimenté tristesse et colère dans ce quartier de petits immeubles de brique d’ordinaire très calme, rebaptisé même par les plus jeunes « la cité de l’ennui ».
 « Les policiers mettent trop la pression aux jeunes, tout ça parce qu’ils sont dans les halls et qu’ils fument parfois un joint… Moi, je les ai déjà vu caler ( NDLR : immobiliser) quelqu’un au sol, ils y vont fort », lâche une femme de 26 ans, « choquée » par la mort d’Abdel, « garçon calme et gentil », qui « travaillait de temps en temps ». Sur la placette centrale, des anciens sont réunis, la mine sombre. Certains ont vu la tentative de réanimation derrière « une rangée de 20 ou 30 policiers ». « Personne ne s’est soucié d’emmener la famille à l’hôpital », proteste l’un d’eux.

Source: http://www.leparisien.fr/