Francaisdefrance's Blog

25/11/2011

Médecin victime d’un braquage : « C’est fini, je ne pourrai plus faire ce métier »…

Pourquoi utiliser ce terme d’auteur « présumé » lorsqu’il s’agit de prévenus, accusés et condamnés « issus de l’immigration »? J’ai remarqué ça depuis un certain temps, déjà…

Pour ne pas les « heurter »? Pour ne pas trop les « stigmatiser »? Même les crapules ayant avoué leurs forfaits sont considérés comme « présumés coupables ».

Il faut nommer un rat un rat…

A classer dans le tiroir des « bienfaits de l’immigration ».

FDF

.

Assises de la Loire. 8 ans de prison ferme pour le braqueur présumé de la femme médecin.

Le verdict est tombé ce mercredi soir : le principal suspect a été condamné à huit années d’emprisonnement au terme de la deuxième journée du procès.

 La cour d’assises de la Loire a rendu son verdict ce mercredi soir dans l’affaire du braquage de la femme médecin. L’un des auteurs « présumés » a été condamné à huit ans de prison ferme.

Les faits s’étaient produits le 2 juillet 2009, à La Cotonne, un quartier de Saint-Etienne. Ce jour-là, quatre individus avaient fait irruption dans le cabinet de la médecin. Ils voulaient les clés de son 4×4. L’un des braqueurs avait pointé un pistolet sur elle.

L’enquête n’a permis d’identifier qu’un seul suspect, Karim Harchi, qui a donc été condamné à huit ans d’emprisonnement (FDF: cadeau pour une « chance pour la France »)… Le procureur avait requis dix années de prison.

Source: http://www.leprogres.fr/

09/02/2011

Une mamie met en fuite 6 braqueurs !!!

Ce n’est pas en France; dommage…

FDF

Voir: http://videos.ladepeche.fr/video/iLyROoafzgGG.html

16/12/2010

250 euros, la « kala », dans les banlieues…

Un « Uzi », plus rare…

J’écrivais hier qu’une « kala » se vendait 300 euros dans les zones à sous-merdes.  Bon;  apparemment, c’est 250. C’est peut-être un prix de gros. Où les soldes avant Noël? Enfin; c’est triste. Ca sent la guerre civile…

FDF

.

30.000 armes illégales circulent dans les banlieues !

L’essor des gros calibres est souvent lié au trafic de drogue. Une kalachnikov se vend 250 euros.

«On nous expliquait que les kalachnikovs, très peu nombreuses en France, passaient surtout de main en main, mais il faut bien se rendre à l’évidence : plus on en saisit, plus on en voit surgir de nouvelles dans des affaires spectaculaires, de Paris à sa banlieue en passant par Lyon, Grenoble ou Marseille.» Au lendemain de deux attaques consécutives d’établissements bancaires en Seine-Saint-Denis – dont l’une, à Aulnay-sous-Bois, mardi, s’est soldée par des tirs de fusil d’assaut contre les policiers -, un préfet de haut rang fait ce pénible constat : les armes de guerre se diffusent de plus en plus dans l’Hexagone.

«Une kalach’ se vend autour de 250 euros au marché noir, un 357 Magnum ou un 11.43, prisés des chefs de gang, se cèdent pour environ 400 euros», assure un officier de police de la petite couronne parisienne. Mais combien d’armes au juste sont susceptibles de sortir de leurs caches pour servir dans des règlements de comptes, des tentatives d’intimidation ou d’authentiques braquages ? Dans les services spécialisés du ministère de l’Intérieur, le chiffre de 30.000 armes illégales circule sous le manteau. Une estimation réalisée d’après les saisies opérées par les services. Explication : «Les forces de l’ordre mettent la main sur environ 4000 armes par an, principalement en banlieue, or nous savons que l’essentiel du stock échappe à la police, qui ne saisit peut-être que 10 % à 15 % du total», estime un commissaire de la PJ.

Marseille et l’est de la région parisienne sont très touchés.

Sur ces quelque 30.000 armes donc, l’essentiel serait «constitué, selon lui, de fusils à pompe, souvent à canon scié, de carabines et armes de poing 22 long rifle, de 7,65 et autres petits calibres, auxquels il faut ajouter beaucoup de pistolets et revolvers 9 mm». «Les armes les plus lourdes, dit-il, comme les fusils d’assaut Kalachnikov, voire plus rarement les Uzi et autres armes de guerre employées par les grosses équipes de braqueurs, représentent sans doute autour de 15 % du stock, soit environ 4000 armes.» Suffisamment, en tout cas, pour justifier un renforcement des «opérations coups de poing» réclamées par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qui s’est rendu mardi soir sur le site de l’attaque de l’agence bancaire d’Aulnay pour soutenir ses policiers.

L’hôte de la Place Beauvau avait demandé l’an dernier aux préfets un état des lieux de la menace, département par département. Comme il fallait s’y attendre, Marseille se détache, mais aussi l’est de la région parisienne, Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis en tête. Le ministre a depuis acquis la conviction que l’essor des armes de gros calibre est intimement lié à celui de la drogue. «Au moins 10 % des armes de guerre saisies par les services le sont dans le cadre d’affaires de stupéfiants», assure un expert de la sous-direction de la lutte contre le crime organisé à la PJ.

La Place Beauvau s’attend à une multiplication des hold-up à l’approche des fêtes, «les voyous ayant un penchant pour les voyages au soleil et les cadeaux coûteux», explique un limier du Quai des Orfèvres. «La nouveauté, s’inquiète-t-il, c’est que le petit loulou de cité a maintenant accès à un arsenal réservé jusqu’alors aux beaux mecs.» En clair : aux vrais durs.

Source: http://www.lefigaro.fr/

09/10/2010

« La délinquance est en nette régression »…

C’est du moins ce que l’ON nous annonce régulièrement… Dormez tranquille…

FDF

.

Cassis : une famille entière otage de braqueurs.

Un commando de quatre hommes sème la terreur…

C'est dans une villa cossue de cette avenue de Cassis qu'a eu lieu la séquestration, particulièrement violente.

C’est dans une villa cossue de cette avenue de Cassis qu’a eu lieu la séquestration, particulièrement violente.

Photo G.L.

Une nuit en enfer. Voilà ce qu’ont vécu hier un couple de commerçants et quatre enfants, dans leur villa de Cassis. Quatre hommes, le visage dissimulé par des cagoules et armés de pistolets automatiques, les ont surpris en plein sommeil, aux environs de 3h. Dans un premier temps, le commando avait réussi à neutraliser le gardien de la propriété (lire ci-dessous). Mais la violence des malfaiteurs n’a jamais cessé de grimper, jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils étaient venus chercher: des bijoux, de l’argent et les cartes bancaires, ainsi que leurs codes confidentiels.  

Ils auraient réussi à pénétrer dans la maison de la famille en brisant une baie vitrée. Le commando serait ensuite tombé nez à nez avec le couple. Puis les braqueurs ont demandé à toute la famille de se rassembler. Là, les pires menaces et même les coups ont commencé à pleuvoir sur le chef de famille, un ancien footballeur professionnel âgé d’une soixantaine d’années.

L’un des voleurs aurait d’abord tenté de lui sectionner un doigt avec une arme blanche pour l’inciter à coopérer plus prestement. Un autre, encore plus odieux, n’aurait pas hésité à menacer de violer la fille du couple, âgée de 13 ans. Face à cette brutalité animale, le père a donné tous les objets de valeur qu’il avait en sa possession.

Satisfaits, les braqueurs se sont enfuis de la villa en n’oubliant pas d’emporter la voiture des victimes, une Audi A3. Le véhicule a été retrouvé incendié peu après à Marseille. La gendarmerie, saisie de l’enquête, a entamé les investigations. Cette agression particulièrement violente intervient quatre mois après celle commise chez un autre couple cassidain, qui avait conduit au vol de 200kg d’or à Marseille.

Source: http://tinyurl.com/276rzun