Francaisdefrance's Blog

17/03/2012

L’irruption du Qatar dans le capital de Lagardère n’est pas un cas isolé…

Et pas un hasard, non plus… L’invasion par la finance a commencé depuis longtemps.

FDF

.

Montage d’illustration….

.

Quand les fonds émergents s’invitent dans le CAC 40
Au cours des derniers mois, de nombreux investisseurs moyen-orientaux et chinois ont profité du repli des fonds anglo-saxons pour acheter des actions de grands groupes français.
Le PSG, le sponsoring du Grand Prix de l’Arc de triomphe, l’hôtel Lambert sur l’île Saint-Louis, à Paris, et accessoirement la reprise du maroquinier Le Tanneur… Longtemps, les incursions du Qatar en France ont semblé se cantonner aux domaines du sport, de l’immobilier ou du luxe. Mais quelque chose a changé, fin 2011, lorsque le fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA) a franchi à la hausse le seuil des 10 % du capital de Lagardère, devenant au passage son premier actionnaire. L’événement n’a rien d’anecdotique. Il illustre au contraire un mouvement de fond, car le petit Etat gazier n’est pas le seul à s’intéresser aux entreprises françaises. Depuis quelques mois, le plus souvent de façon très discrète, d’autres investisseurs moyen-orientaux, mais aussi chinois, sont apparus au tour de table de grands groupes tricolores. Outre QIA – également présent au capital de Vinci via sa filiale Qatari Diar -, le fonds chinois Safe (State Administration of Foreign Exchange) a été l’un des premiers à passer à l’offensive : il est aujourd’hui actionnaire de Total et de GDF Suez. Plus récemment, le conglomérat chinois Fosun est devenu le premier actionnaire de Club Méditerranée, et, l’été dernier, le fonds CIC (China Investment Corp.) a réussi un coup de maître en prenant 30 % de la filiale d’exploration-production de GDF Suez…

Ce qu’on sait moins, c’est que, désormais, des sociétés de gestion d’actifs privés se positionnent aussi sur le marché. Ces acteurs-là ont pour vocation de faire fructifier l’épargne abondante de riches familles issues des pays émergents, et leurs placements financiers ne font que commencer en Europe. Signe des temps : une délégation de gérants de Bahreïn est venue à Paris l’automne dernier, dans le but clairement affiché d’identifier leurs futurs investissements boursiers. Un « road show » à l’envers, en quelque sorte. D’habitude, ce sont les sociétés qui font le déplacement pour vanter leurs mérites à leurs actionnaires potentiels. Cette fois, ce fut l’inverse : les riches visiteurs avaient souhaité rencontrer des représentants de Veolia, Safran, Alstom, Natixis, EADS, Bouygues, Arkema, Valeo, ou encore Bureau Veritas… Avec peut-être à la clef, de nouvelles prises de participation ?

Chez les acquéreurs potentiels, la discrétion est de mise. Elle s’explique assez facilement aux yeux de Bénédicte Hautefort, « partner » chez Euro RSCG, où elle est spécialiste des relations avec les investisseurs : « Le plus souvent, explique-t-elle, c’est parce qu’ils restent en deçà des seuils de 2,5 % ou de 5 %. » Ils ne sont donc pas obligés de déclarer leurs achats d’actions. « Mais, parfois, poursuit-elle, c’est parce qu’ils omettent de le faire… » Au risque d’être privés de vote… Ce qui est le cadet de leurs soucis, si l’on en croit Bénédicte Hautefort : « Ils ne voient pas là une sanction, dans la mesure où ce droit ne les intéresse pas. »

Mais, là aussi, les choses sont en train de changer : entré au tour de table de Vinci en avril 2010, à hauteur de 5,6 %, Qatari Diar n’a pas tardé à disposer d’un siège au conseil d’administration. Et chez Lagardère, il semble bien que QIA ait également l’intention de siéger à terme au « board » du groupe, ou d’une de ses filiales.

L’aubaine des turbulences boursières
Au sein des sociétés cotées, déjà ou potentiellement concernées, on affiche volontiers une bienveillance de principe à l’égard de ces nouveaux actionnaires. « Nos marchés sont planétaires, nous travaillons au Brésil et au Moyen-Orient. Si notre actionnariat épouse cette tendance, il n’y aurait rien là que de très logique », explique ainsi le porte-parole d’un groupe parapétrolier. Qui s’empresse de préciser que son capital reste principalement détenu par des fonds français, anglais et suisses !

Mieux vaut, en tout cas, se familiariser avec les noms de Jumeirah, Arcapita ou Changseng Global. Respectivement originaires des Emirats arabes unis, de Bahreïn et de Chine, ces trois fonds d’investissement privés ont tous procédé, ces derniers mois, à des acquisitions de titres en France.

La tempête financière de l’été 2011 leur en a fourni l’occasion : à la faveur des turbulences boursières, d’importants échanges d’actions ont eu lieu sur la place de Paris. Sommés de réduire la voilure sur le Vieux Continent, les grands fonds d’investissement américains ont significativement réduit leurs participations dans les sociétés européennes, en particulier françaises. Entre juin et septembre, dans les enquêtes régulièrement réalisées pour identifier les actionnaires, la part des investisseurs anglo-saxons est tombée de 25 % à 15 %. Ce sont le plus souvent des investisseurs moyen-orientaux et chinois qui les ont remplacés. Une véritable aubaine pour ces fonds, qui disposent d’importantes liquidités, et qui ont pu se positionner alors que de nombreux titres avaient dévissé.

Sélectivité et spécialisation
Si les circonstances ont pu servir les intérêts de ces nouveaux acteurs, d’autres facteurs expliquent leur irruption soudaine dans le paysage. S’agissant des investisseurs moyen-orientaux, certains avancent les incertitudes liées au printemps arabe. En ces temps troublés, les familles fortunées de la région auraient souhaité diversifier leurs placements, en privilégiant des zones a priori plus stables, comme la France. Côté chinois, la vitalité des investisseurs s’explique autrement : les autorités de Pékin les encouragent en effet à sortir de leurs frontières, par le biais d’incitations fiscales. Plus d’une centaine de financiers sont désormais autorisés à prendre des participations un peu partout sur la planète, au travers de fonds appelés QDII (pour « qualified domestic institutional investors »). Il y a moins d’un an, ils n’étaient que vingt-cinq.

Qu’ils viennent de Chine ou des émirats du Golfe, la caractéristique de ces fonds privés est leur extrême spécialisation. Ainsi, le chinois CCB Global Opportunities vise les grands acteurs européens de l’énergie et de l’agroalimentaire. Tandis que Masdar, piloté à partir des Emirats arabes unis, est focalisé sur les énergies renouvelables. De son côté, Arcapita concentre ses cibles industrielles sur l’énergie et le traitement des eaux.

Leur seconde spécificité réside dans leur sélectivité, notamment pour les fonds moyen-orientaux. Leurs participations se limitent aux secteurs qui, selon leur grille d’analyse, conservent encore un avenir à l’échelle de la planète. Comme le précise Frédéric Bonnevay, associé chez Anthera Private Assets, où il conseille ces investisseurs dans leurs allocations d’actifs, « il ne faudrait surtout pas croire qu’ils sont prêts à acheter n’importe quoi, à n’importe quel prix ».

Ils sont d’autant moins enclins à le faire qu’ils sont aussi parfaitement au courant de l’environnement macroéconomique dans lequel se débattent les entreprises. Il ne leur a pas échappé, par exemple, que la France a de moins en moins de moyens pour financer, ou entretenir ses équipements d’infrastructure. Lorsqu’ils interviennent dans ces domaines, les fonds des pays émergents répondent clairement à un besoin. Qui d’autre qu’eux est aujourd’hui en mesure de mobiliser des dizaines de milliards d’euros pour financer des projets de long terme ? Tout porte donc à croire que les prises de participation d’acteurs chinois et moyen-orientaux – et sans doute demain indiens ou brésiliens -vont se multiplier. « Ces changements d’actionnariat sont profonds et durables dans la zone euro », prévient Bénédicte Hautefort. Qui met en garde les entreprises : « Autant s’adapter très vite, car la nouvelle donne a fait naître des attentes qui imposent des comportements nouveaux à l’égard de ces investisseurs. »

Vu sur http://fortune.fdesouche.com/

Merci à DG…

08/10/2010

HADOPI: Free entre en résistance…

Il est certain que le monde n’est pas constitué que de collabos. Et c’est tant mieux…

FDF

.

Free affirme qu’il est « libre »… de ne pas envoyer de mails d’avertissement de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) à ses abonnés dont la connexion Internet serait utilisée pour des téléchargements illégaux. Une position qui a non seulement eu le don de lui mettre à dos l’Hadopi, mais aussi les autres fournisseur d’accès à Internet (FAI) ainsi que le ministère de la Culture.

Parmi les FAI – Numéricable, Bouygues, Orange, SFR… -, Free est en effet le seul à braver de la sorte cette demande de l’Hadopi. Les autres ont tous envoyé les mails d’avertissement avant le 3 octobre – date butoir fixée par la Haute Autorité. Une résistance qui agace visiblement ses concurrents. Numericable s’est ainsi plaint, mercredi, auprès de l’Hadopi de ce manque de coopération de la part de Free. Car ce dernier est tout bonnement en train de se construire une stature de « héraut » auprès des internautes – ce qui pourrait ainsi lui faire gagner quelques nouveaux abonnés.

 

Après les remontrances ministérielles, le décret ?

Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a très peu goûté ce « bras de fer numérique ». Il a évoqué, mercredi, la possibilité de mettre en place un décret qui forcerait Free à envoyer les fameux mails.

En fait, Free profite d’un flou juridique, comme le souligne le site Numerama.
La loi Création et Internet de juin 2009, qui instaure cette sanction
graduée pour ceux qui téléchargent illégalement, impose à l’Hadopi
d’envoyer les mails… par l’intermédiaire des FAI. Mais rien n’oblige
ces derniers à obtempérer !

La situation pourrait être seulement embarrassante, sauf qu’elle
risque surtout de bloquer complètement le processus ! En effet, la loi
prévoit qu’avant de couper l’accès à Internet d’un vilain internaute,
il faut lui envoyer deux avertissements. Le second, via lettre
recommandée, ne peut être délivré qu’après constatation de la récidive
par la Haute Autorité. Mais si l’éventuel contrevenant n’a jamais reçu
le premier mail, il est difficile de considérer qu’il s’agit bel et
bien d’une récidive. Pour tenter de contourner le problème, la Haute
Autorité a estimé mercredi que si les mails sont envoyés et que les
internautes ne les reçoivent pas, la faute incombera aux FAI
récalcitrants.

Si même Washington s’en mêle…

Plus globalement la grogne à l’égard de ce dispositif de répression
ne vient pas seulement de Free et des internautes français. L’Agence de
sécurité américaine (NSA) a également critiqué, mercredi, la loi française
de lutte contre le téléchargement. Ce service du Renseignement
américain, spécialisé dans les transmissions électroniques, craint que
les internautes commencent à crypter leurs activités sur la Toile – à
la manière de certains groupes terroristes. Dans ce cas, la NSA serait
contrainte de faire le tri entre les « réelles » menaces terroristes et
les internautes français cherchant à échapper à la vindicte de
l’Hadopi. Un vaste travail en perspective…