Francaisdefrance's Blog

05/12/2010

La France, les étrangers l’aiment et l’achètent. Ils ont raison, nos élus la bradent…

C’est les soldes avant l’heure, en France… Personne ne veut acheter nos SDF français de souche qui dorment dehors sous des cartons pendant qu’une foultitude « d »ayant-droits » issus de l’immigration passent leur temps aux Allocs et chez les assistantes sociales afin de pleurer et obtenir de quoi bouffer,  se loger à l’oeil et j’en passe?

FDF

.


Dette publique, capital des entreprises, immobilier… Les investisseurs étrangers sont très présents dans l’Hexagone.

1.591 milliards d’euros de dette publique en France à la mi-2010, soit 82,9% du produit intérieur brut (PIB). Avec 163 milliards de plus en tout juste un an, cette dette s’est alourdie de plus de 8 points de PIB (à rapprocher de la croissance annuelle qui se situe entre 1,5 et 2,5 points de PIB par an).

Certes, il s’agit de la dette publique brute, comme définie par le traité de Maastricht. Elle totalise l’ensemble de la dette de l’État, des collectivités territoriales et des organismes publics. On distingue aussi la dette publique nette: par rapport à la précédente, on en déduit l’ensemble des actifs (biens et actions) possédés par l’Etat.

Cette dette nette s’établit aux alentours de 1.420 milliards d’euros mi-2010 (1.389 fin mars 2010, selon l’Insee). A de tels niveaux, peu importe que l’on se focalise sur l’une ou l’autre dette: elle est gigantesque et pèse, pour la dette publique,

24.500 euros sur les épaules de chaque Français.

1.223 milliards d’euros de dette publique négociable.

Suite et commentaires sur Fortune

20/11/2010

Révolution urbaine à la Mecque… Donc fric à gogo pour les plus nantis.

Et « peau de zob » pour les autres… (désolé…).

Ils ont beau nez de vomir sans arrêt sur l’Occident. Ils font pareil… Le domaine du fric touche l’islam dit « religieux »… Et la machine à oseille va vider les poches des pèlerins: ceux que l’on oblige à faire la virée au moins une fois dans leur vie de musulman. C’est OBLIGATOIRE… C’est une sorte d’impôt indirect, en fait.

FDF

.

Le lifting géant de La Mecque favorise les plus riches fidèles.


20 milliards d'euros vont être consacrés au lifting géant de La Mecque
20 milliards d’euros vont être consacrés au lifting géant de La Mecque Crédits photo : MUSTAFA OZER/AFP

L’explosion du nombre de pèlerins qui se rendent chaque année à la Mecque oblige la première ville sainte de l’Islam à une révolution urbaine et architecturale qui suscite plusieurs critiques.

Le pèlerinage à La Mecque (hajj en arabe) ne connaît pas la crise et les autorités saoudiennes l’ont bien compris. Le hajj est un composant précieux de l’économie du royaume wahhabite ; il a rapporté 5 milliards d’euros en 2009 et pourrait un jour remplacer les bénéfices de la manne pétrolière. Chaque année, les pèlerins sont de plus en plus nombreux à vouloir effectuer ce cinquième pilier de l’Islam. Cette année, le flux de pèlerins a déjà augmenté de 20%. Selon une étude publiée par la Saudi British Bank, La Mecque devrait même accueillir 20 millions de visiteurs en 2020, contre 5 millions actuellement.

Pour faire face à ce défi, l’Arabie Saoudite a entrepris des travaux gigantesques. Quelque 20 milliards d’euros vont être investis dans des projets de réhabilitation de la ville sainte de l’Islam. Pas moins de 130 tours doivent être érigées dans les quatre prochaines années. De plus en plus d’immeubles vont donc entourer la Kaaba, la pierre noire vers laquelle se tournent chaque jour les musulmans du monde entier durant leurs prières.

100.000 euros le mètre carré

Cette frénésie immobilière continue de faire grimper le prix déjà très élevé du mètre carré : avec 100.000 euros par mètre carré, La Mecque est l’une des villes les plus chères du monde. Pour rentabiliser les investissements – et par volonté politique – les tours qui prolifèrent tout autour de la Grande Mosquée (Haram al Masjid) sont majoritairement des résidences de luxe et des hôtels cinq étoiles. Exemple, en juillet dernier, les autorités saoudiennes ont inauguré, la Makkah Clock Royal Tower, un hôtel qui culmine à 601 mètres de haut, soit la deuxième plus haute tour au monde arabe après la Burj Khalifa de Dubaï.

Conséquence : cette architecture gigantesque, implanté en face de l’accès de la Grande Mosquée, domine complètement tout le paysage de la petite ville de recueillement. Et seuls les croyants qui peuvent débourser 16.650 dollars la nuit dans une suite peuvent espérer profiter d’une suite d’une vue imprenable sur la Kaaba, le lieu saint entre tous.

«Manhattanisation» de la Ville Sainte…

Suite et source: http://tinyurl.com/35q24g5