Francaisdefrance's Blog

24/11/2011

Tué pour une cigarette: un des meurtriers « présumés » remis en liberté… Ce sont encore des « chances pour la France ».

Ca commence à devenir pesant, toute cette racaille de plus en plus violente et de plus en plus bénéficiaire d’une justice aux pieds et poings liés! Relation de cause à effet.

Plus on sera sévère envers ces assassins, moins il y en aura. CQFD. Le problème est que c’est le contraire qui se passe…

On va devenir intelligents quand, en France?

FDF

.


Selim Benkhedidja, l’un des trois mis en cause dans la mort de Thierry Simon le 4 mai 2011, vient d’être libéré vendredi dernier sur décision d’un juge d’instruction du tribunal d’Avignon.

Le Bollénois de 40 ans avait été retrouvé inanimé et en sang, près de sa voiture, quartier du Barry à Bollène. Il était mort quelques minutes plus tard.  (…)
Le second mis en examen demande sa mise en liberté
Le 7 mai, Kader Chadli, 24 ans, le seul qui a reconnu avoir porté les coups, ainsi que Selim Benkedidja, 23 ans et Mohammed Amallou, 19 ans, étaient mis en examen et placés en détention provisoire. Le premier pour violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Les deux autres pour non assistance à personne en danger.
Mohammed Amallou a lui aussi sollicité sa remise en liberté. Il comparait ce matin devant la chambre de l’instruction de Nîmes.

Suite et source : Le Dauphiné

13/07/2011

Bollène: « langue arabe exigée » pour un poste de coiffure…

Pas mal aussi, celle-ci. La discrimination se pratique au Pôle Emploi, pour un poste de coiffure. Et personne ne trouve à redire. Lamentable.
« Bien dégagé derrière les oreilles, SVP… »

Enfin, personnellement, je n’irais y traîner, chez ce coiffeur. Quand on sait qu’ils ont le coup de rasoir facile…

FDF

.

Ecoutez:   Préférence étrangère à Pôle emploi : arabe exigé en coiffure à Bollène

Préférence étrangère à pôle emploi : arabe exigé pour un salon de coiffure à Bollène

Pôle emploi continue de diffuser des annonces communautaires. En témoigne (image ci-dessous) cette annonce réactualisée le 6 juillet et émise par un salon de coiffure à Bollène qui recherche un employé parlant l’arabe obligatoirement.

Ci-dessus l’entretien avec Pôle emploi à propos de cette annonce.

Préférence étrangère à Pôle emploi : arabe exigé en coiffure à Bollène

Source:  [http://fr.novopress.info/]

13/02/2011

Le lynchage anti-Blanc de Bollène dont personne ne parle !




C’est impensable! Le racisme anti-blanc est tabou tandis que le (pseudo) racisme tout court provoque des chasses aux sorcières, en France. Lisez ce billet. Faites le suivre. Que tout le monde sache. Alors, la Halde, Sos Racisme et autres sangsues: vous vous bougez le c.., là ? On ne vous entendra pas, sur ce coup là. Ce sont ceux à qui vous léchez les pompes qui sont en cause… Pas touche à ces pauvres « jeunes » stigmatisés « issus de l’immigration ». Ben nous, les sous-chiens, on va s’en occuper, de vos petits protégés…  Et ils vont devoir apprendre à courir vite. Quoique, ils ont l’habitude, quand ils ont la Police aux trousses… Mais un jour, il va falloir faire un exemple »; plein de monde n’attend que ça…

FDF

Marie-Claude Bompard, maire de Bollène, et une partie de l’équipe municipale lors de la manifestation de soutien à la victime devant le lycée Lucie-Aubrac, ce vendredi. 


BOLLENE Samedi 5 février dans l’après-midi, à Bollène dans le Vaucluse, un événement dramatique comme il y en a de plus en plus en ce moment est survenu entre un jeune homme de type européen de 18 ans et un « jeune d’origine maghrébine » de 14 ans sur des motifs non encore complètement définis. Alors qu’il assiste en spectateur à un match de hand-ball au gymnase du lycée Lucie-Aubrac de Bollène, E. J., lors d’une pause cigarette, se fait prendre à partie par un « jeune » de la cité voisine. Le ton monte rapidement, le  « jeune » frappe le premier, mais il a en face un solide garçon qui le maîtrise rapidement.

L’histoire, qui semble au départ banale, aurait pu en rester là. C’était sans compter sur une volonté délibérée d’en découdre beaucoup plus sérieuse venant de la part de notre jeune Français d’origine extra-européenne et de ses inévitables et nombreux petits camarades ! En quelques minutes, au moins une quinzaine de « jeunes » – et de beaucoup moins jeunes, puisque, selon les témoins, il y a aurait eu quelques jeunes adultes dans le lot – investissent le gymnase et fondent sur leur proie.

Une patrouille de la police municipale — deux agents en ronde devant le lycée – intervient immédiatement pour séparer les protagonistes et tente de maitriser la situation et, dans la confusion générale, le jeune homme sort par une porte arrière où l’attend malheureusement le reste du groupe. S’ensuit un terrible passage à tabac dans les règles, où, comme dans les pires images des « chasses aux Blancs » des manifestations du CPE, la victime, une fois à terre, a été frappée de coups de pied en plein visage et piétinée à pieds joints alors qu’elle était déjà inconsciente !

Le jeune homme a été transporté à l’hôpital où il est resté quelques heures dans le coma, et où il a subi une première opération d’une sérieuse blessure à la tête. Son pronostic vital n’est, heureusement, pas engagé. Mais il devrait néanmoins certainement subir dans les jours qui viennent de nouvelles opérations. Il a d’ores et déjà un arrêt de travail d’un mois et demi minimum. Il est à noté que la gendarmerie a mis pas moins de 35 minutes à se rendre sur les lieux (distance gendarmerie-lycée, moins de 5 km…) et n’est arrivée que lorsque tout était absolument fini.

Jeudi 10 février, la presse bollénoise n’avait toujours pas daigné parler de cette sordide histoire, ni La Provence, ni Vaucluse Matin (groupe Le Dauphiné). Ce n’est qu’après un communiqué officiel de la mairie, qui, devant ce silence assourdissant et pour montrer son soutien à ses agents, à la victime et à sa famille, a appelé à manifester devant le lycée vendredi à 17 heures, que la presse a daigné y consacrer quelques lignes, se permettant au passage de tromper leurs lecteurs sur la date de la manifestation, la reportant à samedi ! Le communiqué de la mairie a d’ailleurs été modifié pour « épargner certaines susceptibilités »

Une série de plaintes est en cours de dépôt et les agents municipaux ont formellement reconnu plusieurs des protagonistes, habitant pour la plupart dans les cités voisines du lycée et bien connus des services de police. De plus, le rapport de police fait clairement état de propos tenus par les agresseurs visant la qualité de « Blanc » de la victime et leur claire appartenance à une autre ethnie pour justifier leur violence : « Chez nous, il n’y a pas de plainte, on fait comme ça »…

La directrice du lycée a dès à présent pris la décision, pour des raisons de responsabilité professionnelle et de sécurité, de dénoncer tous les accords entre le lycée et les associations extérieures impliquant des rencontres ouvertes au public dans son établissement. Cette situation pénalise durement au passage le club de hand-ball de Bollène qui devait jouer plusieurs matchs important dans ce gymnase dans les semaines qui viennent et qui regrette amèrement cette décision consécutive à un drame n’ayant impliqué aucun de ces joueurs mais seulement du public.

R. B., pour Novopress
Source: Novopress.info, 2010

28/09/2010

Communiqué de la municipalité de Bollène : Pas de racailles dans les tribunes!

Bollène: enfin une municipalité qui met les pieds dans le plat! Mais il a fallu pour se faire que le stade municipal soit le théâtre d’incidents où le racisme anti-blanc et racisme anti-français soient enfin découverts par les personnes présentes lors d’un match… Et dire que c’est très souvent  que ces manifestations de haine se présentent… Bravo à la municipalité de Bollène! Vous pouvez leur écrire pour les féliciter ici: http://www.ville-bollene.fr/laville.asp?IdPage=6819&id=64524

FDF

.

« Dimanche après-midi, les tribunes du stade Mounier ont été le théâtre de graves incidents. En effet, une centaine de jeunes, venus de certaines cités de Bollène et de Lapalud, s’en sont pris violemment à l’arbitre. Outre les insultes, malheureusement habituelles dans les tribunes, on a pu entendre, très distinctement et à de nombreuses reprises, des insultes à caractère raciste anti-blanc et raciste anti-français.

Bollène n’est pas la seule ville à connaître ce type de phénomène. Tous les dimanches, dans de nombreuses villes de France, la racaille investit les tribunes des stades de football.

La municipalité de Marie-Claude Bompard ne laissera pas passer ces actes racistes anti-blancs. D’ores et déjà, elle demande que leurs auteurs soient retrouvés et punis, comme le prévoit la loi. Par ailleurs, la municipalité va écrire aux responsables du club et du district, afin de leur demander de porter plainte et également de tirer toutes les leçons et les conséquences de ces actes inadmissibles et scandaleux. »

Source: http://tinyurl.com/34zzl5s