Francaisdefrance's Blog

27/01/2012

Me faire crucifier ou démembrer; sûr que je n’aimerais pas…

Et c’est pourtant ce que promet ce branleur de Sadok Chourou, député d’Ennahdha, à nous autres, les blogueurs ou webmestres si on dit du mal de l’islam.

Les nouveaux démocrates Tunisiens. Chourouge Chourou, à gauche…

.

Rien de tel pour me ragaillardir. Tu vois, Chourou, tes conneries, on n’en n’a même pas peur. Essaye d’évoluer un peu et on pourra peut être envisager un jour de causer entre êtres humains…

FDF

.

CETTE DOCTRINE APPELÉE ISLAM,  QUI N’EST EN RIEN UNE RELIGION,   EST TOUJOURS AUSSI TERRIFIANTE.  

FORCE EST DE CONSTATER   QUE DEPUIS LE 7ème SIÈCLE  CETTE DOCTRINE  HAINEUSE, CRUELLE, SECTAIRE  et LIBERTICIDE,  
N’A PAS DU TOUT EVOLUé.

« C’est le coran qui prescrit ces châtiments, dit-il. D’autres disent que c’est une incitation à la haine…! »

La véritable question qu’il convient maintenant de se poser réellement :

« LAISSERONS NOUS S’INSTALLER   CETTE DOCTRINE  MALÉFIQUE DANS NOS PAYS MODERNES ET CIVILISES ? »

JC JC…

.
Tunisie : « tuer, crucifier, amputer », le député d’Ennahdha persiste et signe
C’est le coran qui prescrit ces châtiments, dit-il. D’autres disent que c’est une incitation à la haine…!

Sadok Chourou, député d’Ennahdha, a créé la polémique suite à son intervention lors de la séance de lundi après-midi 23 janvier 2012.

En effet, s’appuyant sur un verset du Coran, M. Chourou a demandé à sévir contre les sit-inneurs et les blogueurs qui doivent être punis, selon ce verset, par mort, par crucifixion, par démembrement ou bannissement, incitant de ce fait à la haine, selon certains députés. Dans une déclaration à Mosaïque Fm mardi, le député a persisté sur ses dires expliquant que «c’est juste un simple constat de ce qui se passe maintenant : ce n’est pas un appel à la haine mais un appel à mettre fin à ces faits qui sont un crime envers le peuple et méritent un châtiment des plus sévères.

Mohamed El Hamdi, député du PDP, a condamné les propos de Sadok Chourou qui, selon lui, incitent à la haine et le peuple à intervenir dans ce qui ne peut être que la mission des forces de l’ordre qu’elles seules possèdent la légitimité d’user de la force pour mettre fin aux dépassements. En outre, M. El Hamdi a indiqué que pour lui les bloqueurs et les sit-inneurs, malgré certains dépassements, ne sont pas ni contre Dieu ou le prophète, ni contre la révolution et ne méritent pas la mort, la crucifixion, ou autre châtiments pour autant !

Pour sa part, Samir Dilou a précisé que le gouvernement n’a pas besoin de « Fatwa » pour légitimer la violence et sa politique repose sur ce qu’elle annonce et non pas sur ce qui est annoncé à la Constituante, soulignant que chaque député est responsable de ses dires.

Maya Jeribi a, pour sa part, affirmé qu’il n’y avait aucun malentendu et que les propos de Sadok Chourou étaient clairs et dirigés contre les sit-inneurs, et qu’en cela, ils étaient condamnables sans ambigüité, appelant le parti au pouvoir à prendre ses responsabilités quant aux propos tenus par ses élus. Elle a, en outre, déclaré que ces personnes que Sadok Chourou appelle à punir sévèrement sont ceux qui ont fait la révolution et qu’ils n’étaient bons, semble-t-il, que lorsqu’il était question des élections.

Source :  Tunisie – Sadok Chourou persiste sur ses déclarations haineuses, BusinessNews.com.tn, 24 janvier 2012.

Merci à JC JC…

31/07/2011

Martine chez les blogueurs…

Dessin « piqué » à Riposte Laïque.

.

Il semble que Martine Aubry-Brochen ait besoin d’argent pour financer ses actions politiques. Depuis qu’elle a menacé les webmestres de certains blogs et sites, les hébergeurs de ces derniers, sa chasse aux sorcières fait le tour de la toile… Mais il faut faire attention; la Toile n’a pas été baptisée ainsi pour rien. On y attrape des insectes, généralement venimeux…

Encore un témoignage ci-dessous.

FDF

.

Liberté d’expression

Merci mes amis pour vos commentaires et conseils qui me vont droit au coeur et qui me seront grandement utiles.

 Permettez moi de vous retransmettre mon commentaire à la chronique du blog de Gérard Brazon. Il m’a semblé qu’il vous concernait également sinon en priorité !

 Un Blogueur traîné en justice par Martine Aubry-Brochen et son mari Jean Louis Brochen. La pression (l’oppression?) continue. Francis Néri n’a pas de fortune, c’est un citoyen de la ville de…

Pour lire la suite cliquez ici

§

Un blog comme celui de Gérard est nécessaire, car l’internaute ne sait pas lui-même ce qu’il pense tant qu’il n’en a pas parlé à d’autres. C’est pour cela qu’il est avide de commentaires en retour.

Nous sommes tous, blogueurs et internautes, soumis à une attaque en règle contre notre liberté d’expression et, Gérard a bien raison d’en faire un de ses « combat essentiel ».

Nos « élites » ont manifestement une peur bleue de nous et ils vont nous attaquer avec une extrême violence au fur et à mesure de l’avancée vers les élections présidentielles et au delà législatives, etc…

Nous avons une longue et dangereuse route à parcourir devant nous jusqu’en 2014 et probablement au delà.

La plupart de ces « personnages » médiatiques et de pouvoir, n’ont pas compris qu’il ne suffit pas de bâtir une tour d’ivoire, s’y enfermer pour contempler dédaigneusement le monde entier. Surtout si cette tour est remplie de richesses matérielles qui ont tant de valeur aux yeux de ce monde de « privilégiés ».

Quoi qu’il en soit, l’homme a besoin d’autre chose que d’un piédestal, qu’il soit politicien ou médiatique, et  certains « illusionnistes » devront tôt ou tard passer à l’action ou se démettre.

Je crois que pour nous cette heure est arrivée. Nous voulons inverser l’ordre établi, mais pouvons-nous limiter notre action à la seule protestation, à la « résistance » et même à l’action politique ?

Ne devrons nous pas revisiter notre vision de l’autre, notre propre enfermement catégoriel ? Devons-nous rester « riche «  de nos seuls biens matériels : notre appartement en ville, notre maison à la campagne, notre voiture, notre piscine chauffée etc.

Quelqu’un qui possède ces « richesses » ne les mettra jamais en jeu et tant qu’il pourra les préserver, il ne fera jamais la révolution, qu’elle soit sociale, économique, culturelle qu’il prétend promouvoir !

Ce n’est pas pour rien que notre pays s’endette au-delà du raisonnable, nos dirigeants achètent ainsi « la paix sociale »

Cà ne durera pas bien sur !

Face à cela, nous autres « blogeurs » n’avons finalement qu’une seule ambition et qu’un seul devoir : attirer les autres, les sensibiliser et les faire entrer dans notre univers de « réalités » moins clinquantes.           

Pour cela, nous devons le rendre accessible, crédible, cohérent et être nous-mêmes ce que nous pensons et prétendons être, rester le plus objectif et le moins « affectif » possible.

Pour ma part, je n’éprouve aucune haine, ni même le moindre ressentiment envers Martine Aubry, François Hollande, Nicolas Sarkozy et les autres, mais plutôt de l’indifférence, voire de l’amusement car ils sont prisonniers d’un système et d’un univers qui les ont entièrement façonnés, qu’ils ne peuvent ni changer, ni même faire évoluer. S’ils avaient su et pu le faire, depuis bien longtemps ils l’auraient fait.

Ils donnent selon moi, et en plus, le sentiment de mépriser tous les gens avec lesquels ils doivent vivre.

Il en est peut-être de même avec Marine Le Pen, mais je crois que nous pouvons attendre d’elle, et je dis bien d’elle et non pas de certains membres de son parti, qu’elle puisse sortir de cet enfermement « systémique »   bien plus aisément que les autres.

Je suis persuadé que si elle sait saisir l’énergie nouvelle qui flotte encore confusément dans l’atmosphère de notre époque, qu’elle sache s’en emparer et la mettre en forme, alors, collectivement, nous avons une chance.

Ce que nous devons retrouver en premier, c’est l’idée de se sentir rattachés à un ensemble, ne plus errer seul dans un univers si semblable qu’il en devient inexistant.

Nous devons réapprendre à matérialiser nos rêves sociaux, reconstruire du « lien social », ne pas nous contenter de rêver à des tours immenses et de les bâtir, mais réapprendre à donner de la valeur aux biens moins matériels, à une société moins marchande, à nous détourner de tout ce qui est « hyper » et « méga » qui ne puisse être géré, contrôlé et régulé.

Nous devrons réapprendre le partage, à être moins nombreux sur la planète, à vivre qualitativement et non plus quantitativement.

Tous ceux qui n’ont pas appris cela vont avoir beaucoup de difficultés à survivre.

Notre réalité c’est que des êtres peuvent vivre et grandir en communauté autour de nous sans que nous les connaissions.

Ils auraient pu le faire, à la condition que sur le terrain ils n’entrent en compétition avec nous et n’utilisent leurs communautés et leur « conscience sociale » spécifique et différente de la notre aux seules fins d’entrer en lutte ouverte contre nous.

La tâche du blogeur est faites de dévouement et d’incertitude, quelle que soit l’idée qu’il propose à la réflexion, car le but qu’il poursuit lui apparaît toujours obscur et incertain, et exige un lourd tribut en échange de ce qu’il lui apporte.

C’est la raison pour laquelle je n’ai pas peur et, je n’ai rien à perdre alors … Martine Aubry et ses menaces, à la réflexion, ne sont que des agitations qui en quelque sorte nous font voir ce qu’elle est, sans ombres ni lumières, une femme comme les autres, qui à peur des autres, de ses responsabilités, et qui ne sait plus trop où elle va et où elle voudrait nous emmener.

Merci de votre patience et d’avoir été au bout de ce texte un peu long, et merci encore de votre aide. Je puis vous assurer que cela me fait chaud au cœur.

Finalement, nous ne sommes pas seuls ! 

Francis NERI

Source: http://semanticien.blogspirit.com/

10/10/2010

Webmasters, blogueurs, c’est pour vous…

A méditer…

FDF

.

Bit.ly menacé par le respect de la Charia imposé aux noms de domaine libyens

La pérennité des services utilisant une extension de nom de domaine en .ly pourrait être remise en cause. En effet, l’extension .ly est le domaine de premier niveau de la Libye. Or, le bureau d’enregistrement conditionne l’attribution de cette extension au respect de la loi libyenne et de la doctrine islamique. Or, Bit.ly, un service spécialisé dans les URL raccourcies, a forcément réduit un jour une URL allant à l’encontre de cette doctrine.

L’émergence des services de micro-blogging, dont Twitter est sans aucun doute le représentant le plus connu, a donné naissance à une pléthore de services permettant d’échapper à la limite imposée de 140 caractères par message. Ainsi, un site comme TwitLonger permet aux internautes d’écrire des messages beaucoup plus longs. Les services d’URL raccourcies quant à eux sont très appréciés pour réduire la longueur de certaines adresses Internet.

Évidemment, ces nouveaux outils ont engendré de nouvelles problématiques et de nouveaux défis. Par exemple, la fermeture d’un site spécialisé dans les URL raccourcies pose la question de la pérennité des liens générés par ce service. L’accès aux « vrais liens » est alors compromis, ce qui peut avoir diverses conséquences plus ou moins lourdes. Une URL peut également favoriser la propagation de menaces informatique, dans la mesure où l’identité réelle du lien n’est pas connue immédiatement.

Mais ces deux cas de figure sont loin d’être les seules menaces planant au-dessus des services d’URL raccourcies. D’autres considérations, beaucoup plus inattendues, peuvent entrer en ligne de compte. Et avoir un impact terrible sur l’avenir d’un site web. C’est ce qu’a pointé du doigt Mike Masnick, dans un billet consacré au site Bit.ly et – plus généralement – à tous les sites utilisant une extension de nom de domaine en .ly.

En effet, l’extension de nom de domaine .ly est le domaine national de premier niveau réservé à la Libye. Dans son règlement, le bureau d’enregistrement en charge de l’attribution des noms de domaine du territoire libyen interdit aux sites utilisant une extension en .ly d’aller à l’encontre des préceptes de la Charia, la doctrine islamique. C’est la disposition 4.2 du règlement.

« Les noms de domaine ne doivent pas contenir des mots, phrases ou abréviations obscènes, scandaleux, indécents ou contraires à la loi libyenne ou à la morale islamique« . Cela pose évidemment un problème pour un service comme Bit.ly. Très populaire chez les utilisateurs de Twitter, il est très vraisemblable qu’un internaute a déjà utilisé ce service pour réduire une URL qui va à l’encontre de la doctrine islamique. Cela peut être un lien menant vers du contenu pornographique ou vers des jeux d’argent.

Toujours selon Techdirt, il semble que les autorités libyennes ont commencé à réagir face à l’utilisation de plus en plus fréquente de leur extension de nom de domaine. Et manifestement, il n’y a pas de coup de semonce, puisque certains sites web utilisant l’extension .ly ont été désinscrits sans avertissement. C’est ce qu’a expliqué le co-fondateur du site vb.ly à la BBC.

À l’heure actuelle, Bit.ly dispose d’une autre version de son service : j.mp. Cette extension de nom de domaine, .mp, est le domaine national de premier niveau appartenant aux Îles Mariannes du Nord, un archipel situé dans l’océan Pacifique. Le service possède aussi un nom de domaine en .tv, qui appartient aux Tuvalu, un archipel également localisé dans l’océan Pacifique.

À ce sujet, il faut rappeler la mésaventure de TF1 avec son site Wat.tv. L’an dernier, au printemps, le site fut indisponible pendant quelques jours, suite à un souci avec le renouvellement de son nom de domaine. À l’époque, TF1 avait qualifié l’incident de grave, « totalement indépendant de Wat et de TF1« .

Nous avions alors pointé du doigt le risque choisi par TF1 de confier l’avenir de sa marque (Wat.tv), et donc son avenir commercial, au bon vouloir d’un petite île dont l’existence est aujourd’hui menacée par le réchauffement climatique. Une disparition qui poserait la question de la pérennité des noms de domaine créés en son nom. Une stratégie d’autant plus risquée que TF1 cherche à faire converger ses activités audiovisuels avec sa présence sur Internet.

Enfin, l’affaire donne une résonance particulière à la décision du Conseil constitutionnel qui a décidé mercredi d’annuler la loi sur l’octroi des noms de domaine français. Le Conseil a en effet reproché au législateur de ne pas avoir garanti le respect de la liberté d’expression dans les conditions imposées à l’octroi des noms en .FR. Le Parlement croyait sans doute que ça allait de soi, mais les sages ont rappelé qu’il ne fallait jamais l’oublier.

Source: http://tinyurl.com/37mvjuy