Francaisdefrance's Blog

23/11/2010

Avec la légitime défense pour thème, l’esprit de résistance a soufflé sur Béziers…



Plus que jamais, le Bloc Identitaire est toujours présent sur le terrain…Pour preuve, la manifestation organisée à Béziers samedi 20 novembre sur la nécessaire refonte de la loi sur la Legitime Défense suite à l’affaire Galinier qui a profondément ému l’opinion publique en Languedoc-Roussillon pendant près de trois mois
A travers les rues souvent étroites du centre-ville, plus de 200 manifestants pour la plupart jeunes adultes ont démarré à 14 heures de la place du Marché au bois. Le défilé était mené par un groupe de jeunes femmes avec poussettes et enfants en bas age pour affirmer que la question de la légitime défense concerne tout particulièrement les familles, premières victimes de l’insécurité galopante à laquelle sont confrontés nos foyers. Ce premier groupe précédait une banderole « défendre son foyer n’est pas un crime » en référence à l’affaire Galinier. Une deuxième banderole ‘Ligue du Midi » en milieu du cortège regroupait les adhérents de notre groupe régional. Une troisième banderole « Maîtres chez nous » ornée du sigle de la Ligue du Midi fermait la marche.
Très coloré, le cortège l’était, en raison de la présence de nombreux drapeaux occitans, bleu-blanc-rouge ou d’autres régions, ainsi qu’une nuée de pancartes : « Pour une défense Légitime », « Galinier à la maison, la racaille en prison » ou encore « Défendre son bien est un droit ». Les slogans amenaient d’autres thèmes dont un « Racailles partout…justice nulle part! » ainsi que le très populaire « On est chez nous ! » qui furent très appréciés des riverains de l’avenue Foch. 

Rue de la République, puis rue Française, des commerçants sortaient de leurs boutiques pour encouragers les manifestants, commerçants auxquels fut remis un tract explicatif. Des fumigèrnes rouges ponctuaient l’arrivée à l’Hôtel de ville devant lequel Philippe Vardon, membre du Bureau exécutif du Bloc Identitaire, se fendait d’une allocution très offensive autour des thèmes « Autonomie, Autogestion Autodéfense » … il déclarait notamment « Quand le peuple souffre de la violence des racailles et de l’insécurité, nous sommes à ses côtés ; quand le peuple souffre de la violence des actionnaires sans racines et des patrons-voyous, nous sommes à ces côtés ; quand notre peuple souffre de sa classe politique coupable de haute trahison et de cette République qui ne sait plus être que métissée et cosmopolite, nous sommes à ces côtés …Nous, identitaires, devons être le bouclier de notre peuple face aux agressions et aux injustices qui lui sont faites ! Nous, identitaires, sommes le syndicat du peuple, le syndicat des petits blancs que plus personne ne défend !« 

Par la rue Viennet, le cortège rejoignait le Palais de Justice où Fabrice Robert, Président du Bloc Identitaire, dans un discours articulé autour de « l’esprit de Résistance » rappelait que si « René Galinier a été libéré, c’est bien grâce à la formidable mobilisation orchestrée par la Ligue du Midi, le Comité national Galinier et le Bloc identitaire… Qu’on en juge : quarante rassemblements dans toute la France au mois de septembre, visite du Député Elie Aboud à la Maison d’Arrêt, parrainage du Prince Sixte Henri de Bourbon-Parme, prise de position de 11 députés et de Xavier Bertrand en faveur d’une libération, sans oublier l’arrivée de Me Collard dans la procédure« . Fabrice Robert évoquait la mémoire de Gaston Malafosse mort en détention il y a cinq ans puis la résistance des gens de Béziers en 1209 sous la houlette de Raimon Roger Trencavel et l’attitude héroique de Jean Moulin.

A sa suite, Richard Roudier Président de la Ligue du Midi revenait sur la raison principale de cette manifestation qui constitue une première étape vers la refonte indispensable de la loi sur la Légitime défense; il déclarait « René Galinier est innocent, alors il doit rentrer chez lui et les poursuites engagées à son encontre doivent être abandonnées ! Mais, au-delà du fait divers, les Identitaires ont la ferme intention de porter, sur la place publique et jusqu’au parlement, la question récurrente de la légitime défense, droit fondamental, aujourd’hui vidé de sa substance par la jurisprudence. Nous allons nous battre dans les semaines à venir pour faire adopter la présomption de légitime défense et l’abandon de la notion de proportionnalité : dans le cas de la violation du domicile de jour comme de nuit, dans le cas de la défense des biens au domicile et sur le lieu de leur travail pour les commerçants, ainsi que pour les professions de 1ère ligne – enseignants, policiers, pompiers, agents de sécurité, ambulanciers, infirmiers – dans l’exercice de leurs fonctions« .

La conclusion de cette magnifique journée, qui s’est déroulée sous le signe de la fraternité et de la joie, nous la trouvons dans ce cri identitaire lancé par un Fabrice Robert très entouré: « Quand je vois ces remparts arrogants, dominant cette plaine viticole tant chargée de révoltes paysannes, quand je me nourris de tous ces haut lieux de notre histoire, symboles de notre identité et de notre vaillance je ne suis pas loin de penser que nous sommes, nous aussi aujourd’hui, entrés en résistance …« 

Source