Francaisdefrance's Blog

02/01/2012

France: un taux de fécondité à faire pâlir les Africaines… d’Afrique.

Mise en bouche:

Citation de Boumediene ancien président algérien:

” Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire.”

Ca, c’est comme la médaille de la famille Française. Attribuée en général à ces femmes issues de l’immigration qui ne sont chez nous que pour pondre, et encore et toujours. Pour toucher des allocs, c’est sûr, mais pour faire de futurs combattants, aussi…

Il y a 11 mosquées dans le Limousin et 260 en Ile de France… On ne parlera pas de la Corse…

Le jour où l’on aura compris ça…

FDF

.

« Avec un taux de fécondité de 2 enfants par femme,   (!!!!!?????)     la France est le pays d’Europe qui fait le plus de bébés », écrit Les Echos qui précise en outre que « l’espérance de vie ne cesse d’augmenter ».
« L’Insee ne donne pas de détails, mais comme les années précédentes, cette belle progression devrait être imputable pour un gros quart (!!!!????) au solde migratoire et pour le reste à l’accroissement naturel


.

C’est l’INSEE qui le dit   et encore   l’INSEE NE DIT PAS TOUT.  Comme par exemple  les naissances  de 4/5/6  enfants par pondeuse étrangère, qui bénéficient du droit du sol,  comme par exemple s’ils comptent OU PAS  les clandestins  (  qui normalement ne devraient pas être dans les stats)etc  etc etc…

JC JC…

.


La France compte plus de 65 millions d’habitants au 1er janvier 2012, selon une estimation que l’Insee doit publier dans le courant du mois, écrit lundi le quotidien économique Les Echos.


Cette estimation, sera basé sur le recensement du 1er janvier 2009, publié vendredi par l’Insee qui montre qu’à la fin de 2008, La France -métropole et départements d’outre-mer- comptait 64.304.500 habitants, précise le quotidien.

Ce recensement montre que la population française a augmenté de 342.000 personnes cette année-là, soit 0,5% de plus par rapport au 1er janvier 2009, précise le quotidien économique.

« L’Insee ne donne pas de détails, mais comme les années précédentes, cette belle progression devrait être imputable pour un gros quart au solde migratoire et pour le reste à l’accroissement naturel (différence entre les naissances et les décès) », explique Les Echos.

« Par rapport au 1er janvier 1999, la France a gagné, plus de 4 millions d’habitants » à la fin de 2008, ajoute-t-il.

« Avec un taux de fécondité de 2 enfants par femme, la France est le pays d’Europe qui fait le plus de bébés », écrit Les Echos qui précise en outre que « l’espérance de vie ne cesse d’augmenter ».

« Toutes les régions métropolitaines voient leur population progresser dans les dernières statistiques dévoilées vendredi par l’Insee à l’exception, une nouvelle fois, de Champagne-Ardenne, en perte de vitesse depuis un bon moment sur le plan démographique », écrit encore le journal.

« Outre-mer, la Guadeloupe et la Martinique perdent aussi des habitants, quand la Guyane et la Réunion continuent d’en gagner », poursuit-il en se référant toujours au recensement du 1er janvier 2009.

En métropole, l’Ile-de- France reste de très loin la région la plus peuplée avec 11,7 millions d’habitants au 1er janvier 2009, alors que Le Limousin (741.000 habitants) et la Corse (305.000) ferment la marche.

Source: http://actu.orange.fr/

22/01/2011

L’infanticide des bébés en forte hausse au Pakistan.

Dégueulasse… Ils font des gosses et les tuent. Surtout si ce sont des filles. Bravo, les islamistes !

FDF

.

Retrouvés dans une décharge de Karachi, les corps sans vie de deux nouveau-nés sont lavés une dernière fois avant d’être enterrés. Comme des centaines d’autres au Pakistan, « où la crise économique pousse de plus en plus de familles à l’infanticide« .

« Ils n’auront pas vécu plus d’un ou deux jours », explique Mohammad Saleem, en désignant les deux tout petits cadavres essuyés avec soin par ses collègues de la morgue de la fondation Edhi à Karachi, la mégalopole du sud.

L’infanticide ne cesse d’augmenter dans la conservatrice république islamique du Pakistan, où la naissance d’enfants hors mariage est condamnée et où l’adultère est passible de la peine de mort.

1.210 bébés ont été abandonnés ou tués dans le pays en 2010, contre 999 en 2009 et 890 en 2008, selon Edhi, qui tente de contrer cette tendance. La plupart sont âgés de moins d’une semaine.

Des chiffres très partiels car collectés dans les principales villes du pays et n’incluant donc pas la majorité rurale de la société.


Au cours du seul mois de décembre dernier, Edhi dit avoir trouvé 40 bébés morts dans les décharges et caniveaux.

Les récits morbides abondent dans les bureaux de la fondation. Entre autres exemples, son directeur à Karachi, Anwar Kazmi, cite le cas d’un enfant de six jours étranglé puis brûlé, un autre trouvé devant une mosquée après avoir été lapidé à mort à l’appel d’un imam qui a depuis disparu…

« Ne les tuez pas, déposez-les ici », implore un poster affiché devant les locaux de la fondation, où des berceaux ont été installés à cet effet.

« Les gens se débarrassent des enfants car ils les considèrent comme illégitimes, mais ce sont avant tout des êtres innocents qui ne demandent que de l’amour », plaide Abdul Sattar Edhi, créateur de cette ONG aux multiples branches et figure humanitaire la plus célèbre du pays.

La fondation possède dans les faubourgs de la ville un cimetière parsemé de petites tombes anonymes. « Nous avons acheté ce terrain car le précédent était plein, rempli de centaines de corps », précise son gardien, Khair Mohammad.

90% des enfants trouvés morts par Edhi sont des filles, souligne M. Kazmi. « Le nombre d’infanticides de filles a beaucoup augmenté » en raison des difficultés économiques de la population, aggravées par les gigantesques inondations de l’été dernier, explique-t-il.

Au Pakistan, les filles sont considérées comme un fardeau plus lourd pour les familles, la plupart des femmes ne travaillant pas et restant à la charge de leurs parents, puis de leur mari.

Une famille, en outre, peut avoir à dépenser plus d’un million de roupies (près de 8.900 euros) pour marier une fille dans les règles.

Jusqu’à 200 bébés sont déposés chaque année dans les 400 berceaux installés par Edhi à travers le pays, selon la fondation, qui dit avoir reçu plusieurs milliers de demandes d’adoption par des couples sans enfants.

L’avortement est interdit au Pakistan, sauf lorsque la grossesse menace la vie de la mère. Certains estiment que sa légalisation réduirait le nombre d’infanticides et sauverait des femmes qui meurent en accouchant dans la rue.

Une personne reconnue coupable d’assassinat encourt théoriquement jusqu’à la peine de mort. L’abandon d’enfant peut coûter sept ans de prison, l’enterrement clandestin deux ans. Mais ces législations sont rarement appliquées.

« La plupart des commissariats de police n’enregistrent même pas les affaires d’infanticide« , note Abdul Rasheed, un avocat. « Alors enquêter dessus….«