Francaisdefrance's Blog

31/01/2012

Merci à Mike…

« Mike commented on 2012: fin du monde; islamique, aussi…

« vitrifier la mecque » -> mais où va t-on ?!
vous avez raison, continuez comme ça après tout, ce n’est que FDF qui est en 1ère ligne…

bordel les gars mais arretez , les plaintes ne vont pas trainer et vous continuez! pensez un peu à fdf c est sur son dos !! on pense tous la même chose mais pitié gardez ça pour vous ! »
***********************************************************************************************************************

Mike a entièrement raison. Merci à lui.

Il vous faut surveiller vos commentaires. FDeSouche a eu le même problème, il y a quelques temps: il a eu des ennuis à cause de commentaires un peu trop « hards »… Il a donc bloqué les commentaires sur son site.

Sur ce blog, je le les bloque pas. Mais je vérifie. C’est pourquoi, parfois, vous remarquerez que vos commentaires ont été un peu modifiés… On ne va pas tendre le bâton pour se faire battre; surtout en ces temps de délation et de dhimmitude exacerbées où un tas d’abrutis nous surveillent et nous tendent des pièges. S’ils ils n’ont que ça à faire, je les plains. Les plaintes pour racisme et autres délits inventés pour que le vrais Français se soumettent sont à nouveau à la mode (ça s’était un peu calmé).

Heureusement que nous avons de quoi riposter derrière avec tous ces actes de racisme anti-blanc et anti-chrétiens dont je possède de fabuleux et précieux échantillons (et je ne suis pas le seul, loin de là…).

Mais vous êtes de grands garçons et de grandes filles et vous aurez compris…

Il faut savoir manipuler la résistance avec précaution… Tant que la bataille n’est pas gagnée. Car nous allons la gagner.

Amitiés.

FDF


13/04/2011

Libye: la France a perdu la bataille…

La guerre, c’est réservé aux « grands »…
FDF

.

La stratégie française en panne sèche…

Les armées françaises sont actuellement engagées de façon opérationnelle sur deux théâtres africains : la Libye et la Côte d’Ivoire. Pré carré traditionnel de la France (depuis la colonisation au 19e siècle jusqu’à la pérennisation des réseaux Foccart, dits françafricains), le continent est le théâtre de vives concurrences entre grandes puissances.

D’une position quasi hégémonique, notamment en Afrique de l’Ouest, sur les plans militaire (le réseau de bases), économique (présence des grands groupes comme Bolloré et Bouygues) et culturel (prédominance du français, contrôle de l’information via RFI), la France se voit progressivement dépassée par la Chine et les États-Unis.

En premier lieu dans le domaine économique. La Chine gagne de nombreuses parts de marché dans les secteurs des services et de l’exploitation des ressources naturelles, traditionnellement contrôlés par les grands groupes français. A titre d’exemple le commerce sino-africain est passé de 30 milliards de dollars en 2004 à 70 milliards en 2007. Les Américains ne sont pas en reste, poussés par le désir de diversifier leur approvisionnement énergétique (exploitation du pétrole du Tchad et du Golfe de Guinée…).

Son dispositif militaire est également affaibli, du fait de la mise en œuvre de politiques d’austérité par les gouvernements successifs. Ainsi le 23e BIMA, à Dakar, a fermé ses portes, tandis que la 13e DBLE, plie bagage, quittant Djibouti. De plus les armées françaises, en raison d’un parc d’avions de transport vieillissant, éprouvent les pires difficultés pour assurer la logistique de ces opérations. Les effectifs combattants atteignent également un seuil critique. L’escadron blindé présent en RCI entame son septième mois sur le territoire, alors que son mandat initial était de quatre mois.

Enfin les États-Unis, via leurs puissants réseaux médiatiques ou des organismes tels que USAID, et la Chine, via l’agence de presse étatique XINHUA prennent progressivement le contrôle de l’information, au détriment des réseaux français (RFI), véhiculant ainsi la bonne parole de leurs administrations et entreprises.

Il semble évident que la France n’a plus les moyens de ses ambitions aussi bien en Libye (les moyens aériens engagés sont dérisoires et les résultats insignifiants) qu’en Côte d’Ivoire (malgré la capture de Gbagbo, il est plus que probable que la crise connue par ce pays depuis la chute de Houmphouet Boigny perdure et que la France, en soutenant Ouattara, y a perdu toute crédibilité).

Les raisons hypothétiques de l’engagement en Libye sont multiples. Mettons évidemment tout de suite de côté les raisons humanitaires invoquées. Nous savons très bien que cela n’est que paravent pour déguiser des buts nettement moins avouables. Les exemples de la Somalie, des Balkans ou de l’Afghanistan sont suffisamment parlants. Dans tous ces cas on retrouve toujours la même ribambelle de pseudo « intellectuels », du genre Kouchner ou BHL, nous vendant leur soupe, à l’aspect certes généreux mais qui cache toujours quelques cadavres de rats (cf. le trafic d’organe au Kosovo, les massacres de Mazar-e-Charif…). Sont en jeu les intérêts de la France, ou pour être plus honnêtes de son président.

Premièrement, en pleine difficulté au niveau électoral, le président français n’a-t-il pas voulu redorer son blason , en s’affirmant comme un homme d’état déterminé et prêt à réaliser le coup de force ? Et ce après la cacophonie diplomatique et politique suscitée par la crise tunisienne.

Deuxièmement, l’objectif évident de cette opération est l’exploitation des importantes ressources énergétiques de la Cyrénaïque. En effet depuis la levée des sanctions internationales contre le régime libyen en novembre 2003, les sociétés pétrolières françaises n’ont pas voie au chapitre, contrairement aux américaines (11 concessions sur 15). Ce qui peut expliquer, la prudence des États-Unis à entamer des opérations militaires et leur retrait la semaine dernière. Les Américains se sont engagés à reculons , sous la double pression de la France et de l’opinion publique. Voyant la situation s’enliser, ils ont cerné le risque pour leurs intérêts, menacés notamment par la Chine et la Russie. Ils se sont ainsi gardés une sortie de secours. Ce qui n’est plus le cas de la France. Le temps est loin où Sarkozy recevait Khadafi en grande pompe dans les jardins de l’Élysée.

La guerre en Libye ne serait-t-elle pas avant tout l’expression d’un conflit entre puissances impérialistes ? Pour avoir misé sur le mauvais pion (la rébellion) et ne pas avoir mis en œuvre les moyens nécessaires, dont elle ne dispose de toute façon pas, la France a perdu cette bataille…

Suite et source: http://tinyurl.com/6hqnt94

08/10/2010

7 octobre 1571: La flotte turque est détruite à Lépante !

Et encore une défaite pour l’islam; que l’on évite d’évoquer, bien sûr… Et de fêter, c’est du racisme…

FDF

.

Le 7 octobre 1571, la flotte du sultan ottoman est anéantie dans le golfe de Lépante, en Grèce.


Victoire totale

C’est le point d’orgue d’une croisade organisée par le pape en vue de libérer Chypre que le sultan Sélim II venait de conquérir.

La bataille met aux prises 213 galères espagnoles et vénitiennes et quelques 300 vaisseaux turcs. Cent mille hommes combattent dans chaque camp. Les chrétiens remportent une victoire complète.

Presque toutes les galères ennemies sont prises. L’amiral turc est fait prisonnier et décapité et 15.000 captifs chrétiens sont libérés.

Le héros de la journée est le prince Don Juan d’Autriche (26 ans), qui commande la flotte chrétienne. Il n’est autre que le bâtard de feu l’empereur Charles-Quint et le demi-frère du roi Philippe II d’Espagne.

Retentissement de Lépante

Lépante a un immense retentissement en Europe car elle libère les Occidentaux de la peur des Turcs.

La bataille permet aussi au roi d’Espagne de se poser en champion de la Contre-Réforme catholique.

Pour Venise, cependant, Lépante a le goût amer d’une victoire la Pyrrhus. Ruinée par l’effort de guerre et la suspension de son commerce avec l’Orient ottoman, la République se détache de ses alliés et négocie avec les Turcs.

À ceux-ci, elle reconnaît la possession de Chypre, qui avait été pourtant son but de guerre, en échange de la reprise de son commerce.

Notons qu’un jeune soldat espagnol nommé Cervantès perd la main gauche pendant la bataille de Lépante («pour la gloire de la droite», dira-t-il plus tard)… Ne pouvant plus se battre, il écrira faute de mieux les aventures de Don Quichotte 😉

source : herodote.net

Merci à JLB pour l’info…