Francaisdefrance's Blog

01/09/2011

Racisme anti-blanc à Dijon… Comme ailleurs…

Et ça continue. Et on n’ose pas en parler… Et on ne doit pas en parler. Ca pourrait heurter certaines « sensibilités ». Eh bien , on va se gêner, tiens !

FDF

.

Racisme anti-blanc à Dijon

Racisme anti-blanc à Dijon Photo d’illustration

Les Identitaires de Bourgogne nous communiquent :

Il y a quelques jours, un jeune européen de 15 ans était victime d’une agression raciste en plein centre ville de Dijon, lynché par une bande ethnique. Aujourd’hui, le père de la victime s’exprime dans les colonnes du Bien Public, refusant toutefois de constater l’échec flagrant de la société multi-ethnique, qu’il semble encore appeler de ses vœux. Pradoxalement, bien que le motif raciste de l’agression ne fasse aucun doute (seul l’adolescent “blanc” ayant été lynché) nous ne pouvons que constater l’absence totale de réaction des responsables politiques locaux. Quel aurait été le traitement médiatique de l’affaire si la victime avait été maghrébine, juive ou africaine, et les agresseurs de souche européenne ? Combien d’agressions, parfois mortelles, faudra t-il avant que l’existence d’un racisme anti-blanc soit enfin reconnu par les pouvoirs publics ?

Les Identitaires de Bourgogne ont eu un entretien téléphonique au sujet de cette agression, avec le secrétariat du député de Côte d’or, Bernard Depierre (UMP). Y aura-t-il autre chose que de belles paroles au téléphone ?

Les Identitaires de Bourgognes appellent toute personne se sentant concernée par la montée du racisme anti-blancs à prendre contact avec nos élus afin d’exiger d’eux la reconnaissance de ce racisme, et sa condamnation ferme et définitive :

Mairie de Dijon
Place de la libération
21000 Dijon
Standard 03 80 74 51 51

Claude Darciaux (PS)
Permanence parlementaire
15 Bis Route de Dijon
21600 Longvic
Téléphone : 03 80 65 87 87
Télécopie : 03 80 65 87 88

Rémi DELATTE (UMP)
Permanence
81 Avenue Maréchal Lyautey
21000 Dijon
Téléphone : 03 80 74 43 00
Télécopie : 03 80 74 25 10
permanence@remi-delatte.com

Bernard Depierre (UMP)
Permanence
17 Rue Diderot
21000 Dijon
Téléphone : 03 80 73 34 47
Télécopie : 03 80 72 28 56
bernarddepierre@wanadoo.fr

Alain Suguenot (UMP)
Permanence
6 Place Carnot
21200 Beaune
Téléphone : 03 80 22 77 80
Télécopie : 03 80 22 66 67

Préfecture de Côte d’Or,
21041 Dijon Cédex
03 80 44 64 0

Source: [http://fr.novopress.info/]

NB: inutile de vous adresser aux associations telles que SOS Racisme, le CRAN, la Halde et j’en passe. Ils ne « traitent » que le racisme anti-beurs ou anti-blacks; les seuls racismes reconnus. Le racisme anti-blanc n’existe pas… On va voir ça de plus près…

FDF

30/09/2010

Racaille. Brest: violents affrontements entre forces de l’ordre et « jeunes » à Pontanézen!


Racaille: plus aucun coin de France n’est épargné! Le Kärcher à Sarkö, c’est dépassé. Passons au lance-flammes !

FDF

.

Venus en nombre vers 17 heures dans ce quartier hautement « sensible » pour interpeller un « jeune » soupçonné d’avoir lancé des pierres sur un véhicule de police quelques jours plus tôt, les policiers ont été violemment agressés par une bande ethnique forte d’une quarantaine d’individus. Les forces de l’ordre ont dû riposter par des tirs de flash-ball et des grenades lacrymogènes. Une heure plus tard, elles devaient quitter le quartier sous des jets de pierres, non sans avoir réussi à interpeller le suspect qu’elles étaient venues appréhender.

Ver 19h30 les forces de police, renforcées par la gendarmerie, revenaient dans le quartier pour procéder à l’arrestation de deux « jeunes » qui avaient été identifiés comme étant les meneurs. Lors de cette intervention trois policiers ont été blessés, dont un assez sérieusement.

Suite à ces évènements, Hosni Trabelsi, l’adjoint au maire chargé de Pontanézen a déclaré au Télégramme : «Je déplore ces incidents, d’autant que de gros efforts de remodelage du quartier ont été entrepris ces derniers mois. J’en appelle à la responsabilité des parents. Dommage que de tels comportements aboutissent à de telles situations de tension».médiateurs » et des « travailleurs sociaux ».

D’origine tunisienne, Hosni Trabelsi est membre du PS. Elu pour la première fois sur la liste de François Cuillandre en mars 2001, il est depuis adjoint de ce quartier, dans lequel il réside. En 2002, il déclarait à l’Express qu’il voulait faire de Pontanézen un quartier «ordinaire». «Je dois beaucoup travailler pour ne décevoir personne. Cette ville m’a donné des responsabilités. Je sais que je dois honorer cette fonction.»

Depuis, malheureusement, les émeutes se succèdent régulièrement. Et ce ne sont pas des « médiateurs » ou des « travailleurs sociaux », pas plus que « les gros efforts de remodelage » qui y changeront quelque chose. Pontanézen n’est pas devenu un quartier « ordinaire », et il faut bien constater que Monsieur Hosni Trabelsi a échoué.

[http://breizh.novopress.info/]