Francaisdefrance's Blog

22/10/2010

Tiens??? Un prince saoudien condamné pour le meurtre de son amant !

Mais, les saoudiens sont musulmans, non?

FDF

Voir:

« Quand à la pratique de l’homosexualité, l’interdiction coranique est formelle. A travers le récit du peuple de Loth (5), maudit pour ses pratiques sexuelles immorales et décadentes.

74. Et Lot ! Nous lui avons apporté la capacité de juger et le savoir, et Nous l’avons sauvé de la cité où se commettaient les vices; ces gens étaient vraiment des gens du mal, des pervers.
Sourate 21 : AL-ANBIYA (LES PROPHÈTES) 

165. Accomplissez-vous l’acte charnel avec les mâles de ce monde ?
166. Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous ? Mais vous n’êtes que des gens transgresseurs”.
167. Ils dirent : “Si tu ne cesses pas, Lot, tu seras certainement du nombre des expulsés”.

Sourate 26 : As-SHUARAA (LES POETES) »

Des images du prince saoudien en train de frapper sa victime trois semaines avant le meurtre dans un hôtel londonien.
Des images du prince saoudien en train de frapper sa victime trois semaines avant le meurtre dans un hôtel londonien. Crédits photo : HO/REUTERS

Saud Bin Abdulaziz Bin Nasir al Saud a été reconnu coupable du meurtre du serviteur qui partageait sa chambre, et son lit, dans un luxueux hôtel londonien.

Le prince saoudien Saud Bin Abdulaziz Bin Nasir al Saud.
Le prince saoudien Saud Bin Abdulaziz Bin Nasir al Saud. Crédits photo : HANDOUT/AFP

La sentence est tombée mercredi : perpétuité. Reconnu coupable, mardi, du meurtre de son serviteur le 15 février, le prince saoudien sera donc emprisonné à vie en Grande-Bretagne. Saud Bin Abdulaziz Bin Nasir al Saud, petit-fils par sa mère du roi Abdallah, âgé de 34 ans, était suspecté d’avoir tué à Londres Bandar Abdullah Abdulaziz, son domestique saoudien de 32 ans. Ce dernier avait été retrouvé dans sa chambre d’hôtel, étranglé, le corps couvert de bleus et de morsures au visage.

Après avoir tenté de faire jouer son immunité diplomatique, le prince n’a pas réussi à convaincre les enquêteurs de son innocence. Il expliquait que Bandar avait été agressé dans la rue trois semaines auparavant et qu’il était probablement mort de ces blessures. Un argumentaire fragile qui avait été balayé par l’autopsie. Les médecins légistes ont conclu à un décès causé conjointement par un étranglement et des coups violents portés à l’abdomen juste avant la mort. De plus, une caméra de vidéosurveillance avait filmé le riche Saoudien dans l’ascenseur de l’hôtel en train d’asséner lui-même ces coups à son domestique. Orphelin, adopté par une famille de serviteurs, Bandar était traité «comme un esclave» par son employeur, ont rapporté différents témoins au cours du procès. Une domination qui expliquerait pourquoi Bandar a été tué sans avoir opposé la moindre résistance.

Bandar Abdullah Abdulaziz a été roué de coup et étranglé par son employeur.
Bandar Abdullah Abdulaziz a été roué de coup et étranglé par son employeur. Crédits photo : HANDOUT/AFP

Devant les preuves accablantes, le prince a alors changé de tactique. Il a reconnu son implication dans la mort de son domestique et plaidé l’homicide involontaire. Toute son énergie a dès lors été consacrée à nier le caractère sexuel de ce crime afin d’éviter l’opprobre en Arabie Saoudite où l’homosexualité, considérée comme un péché mortel, est encore passible de la peine de mort. Un expert de la région chez Human Rights Watch explique d’ailleurs à la BBC qu’en marge du procès en Grande-Bretagne, un «conseil de famille sera tenu et que ses revenus (au moins 200.000 dollars annuels) seront probablement coupés» suite à cette affaire…

… Suite et source: http://tinyurl.com/2eyzk4u