Francaisdefrance's Blog

12/03/2012

Le piège fourbe de la future grande mosquée d’Epinal.

Je vous invite à lire ce qui suit; ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Après lecture, pensez à vos enfants et petits enfants… Ca devrait vous donner du courage pour les regarder en face, plus tard…

Franchement, ça fait peur. Et « on » laisse faire; « on » aide, même…

Honteux, irresponsable et anti-patriote. L’amorce d’une croisade des temps modernes? En tout cas, ce genre de cas peut la provoquer. Il ne suffit plus de grand chose…

FDF

.

La future Grande Mosquée d’Épinal accueillera-t-elle des conférenciers antisémites ?

Épinal est une grande ville de l’est de la France d’environ 35 700 habitants, dans le département des Vosges, elle dispose de très nombreux édifices classés comme monuments Historiques et faisant partie du Patrimoine français.
La ville accueille depuis une trentaine d’années une communauté musulmane en forte croissance.
Pour représenter la communauté, l’Association Culturelle des Musulmans des Vosges (ACMV) a été crée en 1982. Au fil des années, les locaux servant de Mosquée mis à disposition par la mairie deviennent trop exigus pour accueillir les Fidèles, toujours plus nombreux. En effet, pendant les grandes occasions, les fidèles accomplissent leurs prières dans les couloirs, voire à l’extérieur des locaux. Après plusieurs échanges et pressions, la commune d’Epinal dirigée par le député-maire UMP Michel Heinrich et le président de l’ACMV, Taoufik Ferchichi ont trouvé finalement un terrain d’entente qui a abouti au projet de la construction de la première véritable Grande Mosquée d’Épinal.

Ce projet, estimé à 1,5 millions d’euros, est réalisé sur les terres de Saint-Jean, un terrain de 7200 m². Cette mosquée est prévue pour recevoir plus de mille fidèles.
Les plans de la Mosquée Masjid d’Épinal nous détaillent la mise en place d’un véritable complexe islamique doté d’une immense coupole, de 4 minarets visibles de loin (pour lancer l’appel du muezzin à la prière, comme à Hambourg en Allemagne ?), de salles de prières, de salles de conférences, d’une salle d’ablution, d’une bibliothèque. Le site internet officiel de la Mosquée appelle les Fidèles à verser des Dons pour finaliser ce projet.

–                
–   Le projet de la Grande Mosquée Masjid d’Épinal                     La Mosquée en cours de construction en 2011

Le maire Michel Heinrich a signé officiellement l’acte du bail emphytéotique, la location d’un terrain de 7200 m² pour un euro symbolique, un privilège accordé au mépris de la loi de 1905 de séparation de l’État et du Culte, le samedi 5 novembre 2005 à l’hôtel de ville d’Epinal. La première pierre de la Mosquée a été posée symboliquement le samedi 28 juin 2008 en présence du maire ainsi que d’autres personnalités.

–                                        
Pose de la première pierre de la Grande Mosquée d’Épinal,         Musulmans en  prières devant le futur site de la Mosquée d’Épinal

avec respectivement de gauche à droite, Taoufik Ferchichi,
président de l’ACMV,
le cheikh Abou Khalid, imam de la
future Mosquée, et le maire d’Épinal Michel Heinrich.

Quel Islam sera préché dans la future Mosquée cathédrale de la ville ? Un Islam de Tolérance et d’ouverture ?
On peut s’en faire une idée en réalisant que l’imam de la Mosquée, le Cheikh Ahmed Ali El Habti (plus connu sous le nom de Cheikh Abou Khalid), un marocain installé à Épinal depuis 1986, a été formé dans les meilleures écoles coraniques d’Arabie Saoudite, à Médine, réputées pour enseigner un Islam particulièrement radical et fondamentaliste, le wahhabisme. A Épinal, ses prèches et conférences sont diffusés exclusivement en Arabe, l’imam ne parlant pas le français. (hard-copy)

–                                                                           
–                                                            l’imam de la Mosquée d’Épinal, le cheikh marocain Abou Khalid

Le wahhabisme est une doctrine Totalitaire islamique qui explique que l’impureté du Monde justifie le développement d’un Islam conquérant, la planète entière doit devenir un monde islamique à terme, soit par le Jihad offensif (guerre contre les non-musulmans), soit par l’introduction progressive de la propande, pratiques et règles islamiques dans les pays Occidentaux (financement de Mosquées cathédrales, prèches radicaux, finance islamique, viande halal, port du voile, règles de non mixité sociale homme/femme, lois islamiques, etc…). Plus de détails sur le wahhabisme peuvent être trouvés par exemple sur cet article sur la Mosquée de Puteaux.

Des prédicateurs fondamentalistes sont invités à la Mosquée. En 2007, Abou Khalid a reçu à la Mosquée d’Épinal (anciens locaux) un visiteur prestigieux, le cheikh marocain Farid Al-Ansari, un savant malékite réputé dans le monde musulman du Maghreb.
Farid Al-Ansari est un prédicateur agréé par la cour scientifique et professeur à la Grande Mosquée de la ville de Meknès au Maroc, spécialiste de la législation islamique. Il était membre de la Ligue Mondiale de la Littérature Islamique, membre fondateur de l’Institut des études terminologiques attaché à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Mohammed Ben Abdellah de Fès. Son prestige est tel, que lors de son décès en 2009, le Roi du Maroc Mohammed VI a adressé une lettre de condoléances aux membres de la famille du défunt.
C’est donc avec fierté que les responsables de la Mosquée d’Épinal affichent une pleine page sur leur site consacrée à la vie et au parcours de ce cheikh, véritable modèle et guide Spirituel venu donner une conférence à la Mosquée en 2007 intitulée : « Quelques conseils pour les musulmans d’europe » que l’on peut écouter (en arabe) intégralement en ligne au format mp3. (hard-copy)
Pour avoir une vue plus précise de la pensée diffusée par ce grand « Savant », un extrait d’un de ses prèches dans une Mosquée, où il se livre à une véritable diatribe contre les Juifs (hard-copy) :

–                                                                                               
« Les Juifs n’ont pas cru ni à ce qui leur a été révélé, ni au Prophète Mohammed, lorsqu’il ne leur restait plus aucun argument auquel ils puissent se tenir, ils ont voulu ruser et tromper le Prophète encore une fois, la méthode des Juifs a toujours été celle-là dans l’Histoire, lorsqu’ils sont au pied du mur, ils emploient la ruse. »
Conférence du cheikh Farid Al Ansari,
Invité de « prestige » à la Mosquée d’Épinal en 2007

Que les responsables de la Mosquée invitent Farid Al-Ansari aurait du alerter et inquiéter les administrés municipaux d’Épinal.

D’autres prédicateurs marocains sont régulièrement invités, on peut par exemple citer le cheikh Omar Al Qazabri, prédicateur et imam de la Mosquée Hassan II à Casablanca au Maroc, formé en Arabie Saoudite, reçu en 2010 dans les anciens locaux de la Mosquée d’Épinal (hard-copy).
On peut l’entendre réciter au Maroc il y a quelques années les sourates du Coran, et pas les plus tendres (ici al-imran), quelques extraits en gras italiques ci-dessous : (hard-copy)

–                                                                                     
« Or parcourez la terre, et voyez ce qu’il est advenu de ceux qui traitaient les Prophètes de menteurs, voilà un exposé pour les gens, un guide, et une exhortation pour les pieux. Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les Supérieurs, si vous êtes de vrais Croyants.
Si une blessure vous atteint, pareille blessure atteint aussi l’ennemi. Aussi faisons nous alterner les jours bons ou mauvais parmi les gens, afin qu’Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu’il choisisse parmi vous des martyrs, et Allah n’aime pas les injustes. Et afin qu’Allah purifie ceux qui ont cru et anéantisse les Mécréants. Compter vous entrer au Paradis, sans qu’Allah ne distingue parmi vous ceux qui luttent et qui sont endurants ?
Bien sûr, vous souhaitiez la mort avant de la rencontrer, or vous l’aviez vu certes, tandis que vous regardiez! »

Le cheikh marocain Omar Al Qazabri, invité de la Mosquée d’Épinal

La sourate récitée est une véritable apologie des combattants morts en martyr, et de la supériorité des Musulmans sur les Mécréants.

Est-il responsable de confier un tel édifice religieux à l’imam Abou Khalid, ne parlant pas un mot de français ? Un imam qui fait venir du Maroc des prédicateurs dont on a absolument aucun contrôle sur les doctrines dispensées ? Les prèches et conférences exclusivement en arabe de l’imam Abou Khalid vont-ils dans le sens de l’intégration de la communauté Musulmane spinalienne et la cohésion sociale ?
Quelle idéologie, quel endoctrinement seront diffusés aux jeunes Musulmans dans les salles de cours coraniques de la future Grande Mosquée Masjid d’Épinal ? Un Islam de « Paix et Tolérance » ?

–                                                                         
« Les Musulmans dans notre territoire, notre agglomération sont nombreux, près de 5000, et ils ne disposaient pas d’un lieu de Culte digne de ce nom. Je crois que c’est très important quand on est attaché comme nous le sommes à la cohésion sociale, au respect aussi de la laïcité dans notre pays, que chaque religion soit reconnue et que chaque religion puisse pratiquer et ceci en toute transparence. »
Michel Heinrich, maire UMP d’Épinal, lors de la pose de la première pierre de la Grande Mosquée d’Épinal le 28 juin 2008

.

Source: http://islamineurope.unblog.fr/

27/10/2011

Susauxcollabos ! Estrosi a craqué devant les islamistes de Nice !

Et non seulement, il s’agenouille devant les musulmans de sa ville, mais en plus, ils se fait allumer par d’autres. A trop vouloir être compatissant avec ces gens-là, il ne faut pas s’attendre à des retours positifs. Jamais. Si ça pouvait servir de leçon à d’autres dhimmis…

FDF

Bienvenue au club des « soumis »…

.

Mosquée de Nice – Christian Estrosi recule !

mosquee nice suisse Mosquée de Nice   Christian Estrosi recule

Les musulmans de la salle de prière sis rue de Suisse à Nice sont sur le point d’obtenir gain de cause, c’est-à-dire continuer à prier en paix au centre de Nice.

« En juin 2011, Estrosi avait décidé d’exercer son droit de préemption urbain sur la salle de prière confondant ainsi droit de préemption urbain et droit de préemption religieux. Manipulation politique qui sans aucun doute ravit l’électorat d’extrême droite. L’association Al Baraka a déposé un recours  devant le tribunal administratif de Nice pour excès de pouvoir pour avoir exercé son droit de préemption pour empêcher les musulmans d’acquérir les locaux qu’ils occupent depuis  maintenant 11 ans.

Victoire pour les musulmans

Considérant qu’elle était dans son droit, elle a donc fait preuve de patience et  a su communiquer pour faire savoir ses droits et tenir au courant de la situation les musulmans de la ville et de la région. Pari gagnant, le maire Estrosi fait marche arrière et a décidé de concéder à ce que l’unique salle de prière du centre de Nice demeure salle de prière ouverte aux musulmans, avec un bonus : l’extension de la salle de prière par la mise à disposition gratuitement un local municipal attenant. C’était la revendication de l’association Al baraka afin de mettre un terme à la prière de rue du vendredi. Une victoire des musulmans de Nice. Pour rappel l’unique salle de prière du centre de Nice a subi deux actes de préemption, le premier en 2001 avait pour motif d’en faire un local à poubelle municipal, le deuxième du Maire actuel, évoquant le plan de réaménagement urbain, les deux actes avaient un seul objectif : la fermeture de salle de prière, pour des motifs prétextant un ‘’intérêt général’’ fantaisiste.

Reculer pour mieux sauter ?

Le Maire UMP de Nice, Christian ESTROSI, s’est rendu compte de son erreur, il s’est donc résigné à proposer un bail emphytéotique du local en plus de son extension. Un bail qui au départ proposait 30 ans à 1€ symbolique s’est transformé en un bail de 24 mois pour un loyer de 300 euros sans raison particulière. Mais après réflexion, 24 mois, c’est le temps qu’il reste avant les municipales 2014.

De plus le Maire de Nice, dans une réaction d’orgueil a exigé le départ du Président de l’association Al baraka, Monsieur RAZZOUK Abdelhamid.

Alors que l’association Al baraka demeure signataire du compromis de vente dont l’acte de préemption fait l’objet d’un recours devant le tribunal administratif de Nice, une association nouvellement créée aurait déposé une candidature  pour le bail emphytéotique. Une action encouragée par le cabinet du Maire, puisque le Maire a reçu les membres de cette nouvelle association avant même sa création juridique. Diviser pour mieux régner ?

Malgré ce « putsch », nous soulignons la pérennité de l’unique salle de prière musulmane du centre de Nice, ainsi que son extension.

En finalité, on voit bien que le motif avancé au départ pour préempter n’est rien dans les faits qu’un détournement de la loi. Le Maire de Nice invente   »le droit de préemption religieux » au service de sa politique  du culte musulman, l’Islam de France. »

Source: http://www.trouvetamosquee.fr/

05/07/2011

Un débat sans fin…

Exploitée par n’importe qui, bafouée sans cesse, la loi de 1905 fait des remous. Ils sont capables (nos « décideurs ») de changer NOTRE Constitution pour l’abroger. Ainsi, l’invasion par la construction de mosquées battra son plein. Allons-nous nous laisser faire?

FDF

.

La séparation des Eglises et de l’Etat devant le Conseil d’Etat

Une collectivité publique peut-elle contribuer à l’achat d’un orgue installé dans une église, à l’implantation d’un abattoir halal ou à la construction d’un ascenseur pour accéder à une basilique ? Le Conseil d’Etat était saisi, vendredi 1er juillet 2011, d’épineuses questions sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

La plus haute juridiction administrative a examiné 5 pourvois ayant trait aux conséquences de la fameuse loi du 9 décembre 1905 sur l’action des collectivités publiques concernant des édifices cultuels ou des équipements en rapport avec la pratique d’une religion.

D’une manière générale, le rapporteur public, Edouard Geffray, a préconisé une approche conforme à « l’équilibre complexe, subtil et libéral » instauré par la loi de 1905 entre la pratique des cultes et l’intérêt public.

Le Conseil d’Etat a mis ses décisions en délibéré.

Un dossier concerne l’octroi d’un bail emphytéotique à la fédération cultuelle des associations musulmanes de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour l’édification d’une mosquée.
Un pourvoi attaquait cette décision de la municipalité. Le rapporteur a demandé qu’il soit rejeté.

Pas uniquement pour les fidèles – Un autre porte sur une subvention de la ville de Lyon ayant contribué au financement des travaux d’un ascenseur destiné à faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite à la basilique de Fourvière.
La « Fédération de la libre pensée et de l’action sociale du Rhône » attaque cette subvention. Là aussi, le rapporteur a conclu au rejet. Pour lui, cet ascenseur n’a pas vocation à servir uniquement aux fidèles, mais contribue également au « développement économique et touristique de la ville ».

Trois autres pourvois ont été formés par des municipalités dont les décisions avaient été annulées par des cours administratives d’appel. Tous ont été considérés comme valables par le rapporteur, qui a demandé que les arrêts des cours d’appel concernées soient annulés.

Convention pour encadrer – L’un concerne la commune de Trélazé (Maine-et-Loire), dont le conseil municipal avait décidé l’acquisition et la restauration d’un orgue devant être installé dans l’église communale.
Pour le rapporteur, l’usage de l’instrument devant être « culturel », la municipalité peut très bien le financer et l’installer dans l’église, dès lors qu’une convention encadre son éventuel usage à des fins cultuelles.

Un autre porte sur la participation de la communauté urbaine du Mans au financement des travaux d’aménagement d’un abattoir pour ovins à l’occasion des fêtes musulmanes de l’Aïd-el-Kébir.
Dans ce cas, le rapporteur a fait valoir l’équilibre entre pratique des cultes et intérêt public local, lié notamment à des impératifs de salubrité et de santé publiques.

Enfin, la ville de Montpellier défendait sa décision de faire construire une salle polyvalente, par la suite utilisée, entre autres affectations, comme mosquée.

« Vous avez là un aperçu des questions posées par la loi de 1905 » dans « un environnement normatif, jurisprudentiel et sociétal qui a beaucoup évolué » en un siècle, a relevé le rapporteur public.