Francaisdefrance's Blog

13/07/2011

Scènes de la délinquance ordinaire…

Quand je lis ce genre de faits divers, j’ai une forte envie d’aller nettoyer le vieux fusil poussiéreux de mon grand-père…

FDF

.

Les policiers ont procédé au cours de la nuit de samedi à dimanche peu après 3 heures à l’interpellation de trois mineurs qui ont dégradé trois voitures en stationnement rue de Pressensé à Villeurbanne. Les lascars s’amusaient à sauter sur les capots. Ils feront l’objet d’une convocation devant la justice. Une demi-heure plus tard un équipage intervenait pour les mêmes raisons cette fois dans le 6 e arrondissement rue Pierre-Corneille où un majeur et un mineur ont été mis en cause également pour des dégradations sur des véhicules.

Lyon 6 : à trois pour arracher le sac d’une vieille dame

Samedi à 9 h 30 une dame de 80 ans demeurant à proximité de la place Lyautey dans le 6 e arrondissement a été agressée par trois jeunes filles âgées de 13 et 16 ans. Les « sauvageonnes » se sont précipitées sur leur victime pour tenter de lui dérober son sac à main n’hésitant pas à la faire chuter au sol. Devant sa résistance et ses cris, elles se sont enfuies mais ont pu être rattrapées par un équipage de la BAC place de la Comédie où elles couraient dans l’intention de s’engouffrer dans le métro. Au terme de leur garde à vue elles devraient être présentées à un juge des enfants.

Un homme nu et violent sur l’A42 à Vaulx

Hier aux alentours de 19h30, un homme de 26 ans se trouvait nu sur l’A42 dans le sens Lyon-Genève à hauteur de la commune de Vaulx-en-Velin. Il forçait les automobilistes à s’arrêter pour monter sur les capots, arracher les essuie-glaces puis tenter de frapper les occupants des véhicules. Un fonctionnaire de la CRS autoroutière 45 qui passait par là est intervenu en recevant le soutien d’un gendarme lyonnais sur les lieux par hasard. L’homme, connu des services de police et qui ne se trouvait pas dans un état normal a été interpellé et conduit à l’hôpital E.-Herriot.

Lyon 9 e : jets de pierres contre la police

Hier soir, aux environs de 19 heures, un équipage de police qui procédait à un contrôle routier de routine s’est fait prendre à partie par un groupe de personnes non identifiées à hauteur du 559 avenue d’Ecully dans le 9 e arrondissement. Les policiers ont été agressés à coup de cailloux et ont essuyé des tirs à air comprimé, l’un d’eux a été légèrement blessé à la tête. Aussitôt à été lancé une opération de sécurisation du secteur avec envoi d’une section de CRS assistée de quelques équipages de police. Le calme est revenu et la police n’a procédé à aucune interpellation.

Source: http://forum.doctissimo.fr/

07/12/2010

Rouée de coups, égorgée, incendiée par son mari! Ce dernier est…

.

…Une « chance pour la France » !!!


Ca ne vous rappelle rien, ces méthodes? Belfort, la semaine passée: Pierre, 16 ans…

FDF

.

L’épouse rouée de coups puis égorgée !

Hier soir, Mohammed Moulaï Hacène a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint puis incarcéré à Reims.

Hier soir, Mohammed Moulaï Hacène a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint puis incarcéré à Reims.

REIMS (Marne).

Le drame du parking des Bourguignons à Croix-Rouge  et l’inquiétante disparition d’une mère de famille de 26 ans ne font qu’un. Hier, Mohammed Moulaï Hacène a été mis en examen pour  le meurtre de son épouse, Lahouaria. De lourdes charges pèsent sur cet homme de 34 ans écroué à Reims et suspecté d’un crime barbare.

La victime est identifiée et sa mort atroce. C’est ce qu’indiquent les résultats de l’autopsie pratiquée jeudi après-midi sur le cadavre retrouvé incendié sur le parking des Bourguignons, à Croix-Rouge. Lahouaria Moulaï, puisqu’il s’agit bien d’elle, a été identifiée grâce à une intervention chirurgicale récente.
La mort est atroce car le médecin légiste a pu déterminer qu’elle avait été rouée de coups à la tête et sur le corps. Hématome au crâne, mâchoire brisée et côtes fêlées témoignent de la violence et de l’acharnement dont a fait preuve son agresseur.

Ticket de caisse pour de l’essence

Un agresseur si enragé qu’il s’est ensuite saisi d’une arme blanche pour l’achever. Peut-être un couteau puisque la malheureuse a eu la gorge tranchée.
On sait aussi que Lahouaria est agressée entre mardi soir quand elle dépose son fils de 4 ans chez sa mère et mercredi vers 15 heures au moment où son corps est incendié sur le parking des Bourguignons, à deux pas de l’immeuble où réside sa mère. C’est à cet endroit qu’un témoin note la présence de la Renault Mégane grise de la jeune femme et relève sa plaque d’immatriculation. « Il a vu le conducteur s’affairer derrière le véhicule juste avant la mise à feu du corps », relate le procureur de la République, Fabrice Belargent.
Interpellé deux heures après au volant du véhicule par la brigade anticriminalité sur l’esplanade Paul-Cézanne, Mohammed Moulaï Hacène est placé en garde à vue. Très vite, les policiers du SRPJ soupçonnent le mari d’être impliqué dans la tragédie. D’abord parce que son épouse a mystérieusement disparu. Ensuite, parce qu’il livre un emploi du temps sujet à caution.
Mohammed Moulaï Hacène, 34 ans, affirme être resté dans leur appartement de Clairmarais jusqu’en milieu d’après-midi, soit trois heures après le départ de la jeune femme à son travail au Creps de Bezannes vers midi. Comme il nie en bloc, il n’explique pas la présence de la Mégane sur les lieux de l’incendie.
C’est d’autant plus troublant qu’« il a été vu à une station-service de Croix-Rouge », précise Fabrice Belargent. A 14 h 48, comme en atteste le ticket de caisse délivré par le pompiste. Encore plus curieux : il n’a pas mis de gasoil dans le réservoir de la Mégane mais il a acheté un bidon… d’essence.
S’il est impossible pour l’heure de déterminer où et quand Lahouaria a été tuée, on sait que son corps sanguinolent a reposé dans le coffre de sa voiture.

Beaucoup de sang dans le coffre

C’est ce que révèlent d’abondantes traces de sang détectées par la police scientifique au moyen du luminol, y compris sur la carrosserie à l’arrière du véhicule. Des traces invisibles à l’œil nu que le tueur a pris soin d’effacer dans l’espoir de ne pas signer son crime. Et c’est évidemment dans le même but que Lahouaria a été abandonnée sans vie sur le parking puis incendié.
Le mobile du crime ? Il pourrait s’agir « d’une mésentente conjugale », avance le procureur. Le couple battait effectivement de l’aile, un an après son mariage en Algérie et quatre mois seulement après que Mohammed Moulaï Hacène est venu la rejoindre à Reims.

Au mois de novembre, la jeune femme, déjà divorcée et mère d’un enfant de 4 ans, avait appelé la police à la suite d’une violente dispute. Elle avait finalement renoncé à déposer plainte avant de songer à le quitter. La piste du crime passionnel est plus que probable. (Mais non; c’est un suicide… FDF).


Source: http://www.lunion.presse.fr

04/08/2010

Drapeau blanc: trois policiers de la BAC de Grenoble mutés…

Et voilà comment on s’avoue vaincus…

Moi, à la place des informateurs des médias, je n’aurais pas diffusé cette info. C’était même la DERNIERE chose à faire. Cela ne pourra que conforter les sous-merdes à l’origine de cette affaire d’Etat dans leur sentiment d’impunité et de victoire sur les forces de l’ordre qui passent là pour une armée en pleine déconfiture. En outre, il est certain que les autres racailles vont profiter de l’occasion de l’annonce de la victoire de leurs emblables pour récidiver partout, n’importe quand et à leur guise.A plusieurs époques de l’Histoire de France nous avons prouvé que nous savions résister… Là, non. On hisse le drapeau blanc.

Mais voilà, je ne suis pas à la place des informateurs des médias…


FDF

.

Lu sur lexpress.fr:

Les fonctionnaires expérimentés, engagés dans la fusillade qui a coûté la vie à un braqueur, et menacés depuis, vont rejoindre un autre service. D’autres devraient suivre. La mesure suscite une polémique après le discours martial du chef de l’Etat.

Trois policiers de la Brigade anticriminalité, engagés dans la course-poursuite qui a coûté la vie à un braqueur, le mois dernier, à Grenoble, en Isère, devraient quitter la BAC en septembre pour rejoindre d’autres services, deux d’entre eux changeant même de département.

Ces gradés et gardiens de la paix, présentés comme expérimentés, ont déposé une demande de mutation. Elle a été acceptée par l’administration, selon une procédure d’urgence qui n’impose pas le passage en commission paritaire (administration/syndicats). Plusieurs de leurs collègues ont émis le même souhait. Au total, la BAC pourrait perdre sept hommes sur un effectif d’une quarantaine de personnes.

Les policiers de cette unité sont l’objet de menaces précises dans le quartier de la Villeneuve, depuis leur intervention à la suite du braquage du casino d’Uriage-les-Bains, dans la nuit du 15 au 16 juillet. Un échange de tirs avec les braqueurs s’est soldé par la mort de l’un d’eux, Karim Boudouda, ce qui a déclenché trois nuits d’émeutes dans la cité. L’enquête pour retrouver les auteurs des menaces progresse, à l’aide d’écoutes et de renseignements notamment.

Une affaire dans l’affaire

Parallèlement, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) serait saisie d’une « affaire dans l’affaire ». Un SMS anonyme adressé à de nombreux fonctionnaires de police peu après les faits dénonçait l’attitude de l’administration face aux intimidations. Le texto assurait que les policiers de la BAC avaient été mis en repos forcé et exfiltrés. La direction de la sécurité publique de l’Isère a démenti, indiquant qu’ils se trouvaient en congés. Mais leur mutation n’a toujours pas été évoquée publiquement par l’administration. Le SMS reprochait aussi à l’Etat de n’être « pas capable d’assurer la protection de ses fonctionnaires » et même « d’organiser leur fuite ».

L’Etat n’est pas capable d’assurer la sécurité de ses fonctionnaires

Les organisations syndicales ont pris leurs distances avec ce texto à l’origine indéterminée. « Nous avons suffisamment de canaux d’expression pour trouver cet anonymat suspect, estime par exemple Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie officiers. Dans le passé, ce genre de méthode a souvent été l’apanage de l’extrême droite. » « Cette procédure de mutation n’a pas été imposée mais proposée à nos collègues. Certains ont accepté, d’autres ont refusé », explique, pour sa part, Denis Jacob du syndicat Alliance. Quant à Yannick Danio, de Unité SGP Police, vingt-six ans de terrain puis de militantisme derrière lui, il reconnaît n’avoir « jamais vécu de situations aussi tendues » qu’à Grenoble.

La police des polices tente de remonter jusqu’aux auteurs de ce texte qui a fortement irrité place Beauvau. Au moment de sa diffusion, l’Elysée engageait une contre-offensive très politique sur le thème de la sécurité et ne voulait pas laisser accréditer l’idée d’une reculade sous la pression des délinquants. Si le corbeau est identifié dans les rangs de la police, les enquêteurs devront déterminer quelle suite donner au dossier, sans froisser des troupes déjà très remontées. L’envoi d’un tel SMS, s’il ne paraît pas répréhensible pénalement, peut cependant constituer une faute administrative pour un fonctionnaire. Brice Hortefeux doit se rendre à Grenoble demain afin de rencontrer les policiers de terrain.

Source: lexpress.fr