Francaisdefrance's Blog

14/05/2011

Les prochaines élections du CFCM boycottées en Rhône-Alpes…

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhh; quand le coeur n’y est plus… C’est la grosse embrouille chez lez muzz. Momo fait de la résistance…


FDF

.

Environ 84% des lieux de culte musulmans en Rhône-Alpes, dont la grande mosquée de Lyon, ont décidé de boycotter les prochaines élections du CFCM (Conseil français du culte musulman) prévues en juin, a-t-on appris vendredi auprès du CRCM Rhône-Alpes.
Pour dénoncer les critères de représentativité retenus pour le scrutin, qui doit se tenir les 5 et 19 juin, « seulement 16% des associations de la région se sont inscrites, contre 80% lors des dernières élections de 2008 », a précisé à l’AFP le président du Conseil régional du culte musulman, Azzedine Gaci, confirmant ses propos au quotidien Le Progrès.

Les 225 associations avaient jusqu’à mercredi pour déposer des listes et inscrire des délégués en vue du scrutin.
« Ces élections n’ont plus aucun sens dans notre région, où il y aura probablement une seule liste, celle des Marocains du Rassemblement des musulmans de France (RMF) », a ajouté M. Gaci, proche de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).
Selon lui, « il est toujours temps de les reporter après les élections présidentielles de 2012 si on veut donner à cette représentation des chances de réussir, en s’accordant sur de nouveaux critères de représentativité ».
Fin avril, la Grande Mosquée de Paris et sa Fédération nationale (FNGMP) avaient déjà proposé un report du scrutin en raison d’un « déséquilibre évident de représentation », le nombre des délégués participant au scrutin étant défini en fonction de la surface des lieux de culte.
« Or leur rayonnement est parfois inversement proportionnel à leur superficie », a estimé M. Gaci.
L’UOIF avait annoncé de son côté qu’elle ne se présenterait pas aux élections de juin, tout en restant intégrée au CFCM.
Le CRCM Rhône-Alpes est « le plus important de France – la région Ile-de-France étant divisée en trois – et l’un des plus actifs », a souligné son président, se disant « convaincu de l’utilité et de l’importance de cette institution au niveau régional ».

Source: http://www.leparisien.fr/

24/04/2011

Participer aux primaires socialistes pour un candidat de gauche antisioniste, telle est la priorité des musulmans.

Et dire qu’il y a quelques décennies, l’antisionisme était l’oeuvre du diable… De nos jours, c’est l’apanage de futurs électeurs: et personne ne trouve à redire… Va t’on aussi dans la foulée arrêter de diaboliser le Front National? Ne pas oublier que nous sommes en période pré-électorale..

FDF

.

Congrès de l’UOIF : l’antisionisme ovationné !

miclent.jpg


Un des invités d’une table ronde (La situation de l’islam en France- samedi 15h-16h25), Abdallah Milcent, a déclenché un tonnerre d’applaudissement lorsqu’il a affirmé au sujet de l’engagement politique des musulmans :

«  Je refuse d’avoir à choisir entre un fascisme sionisant et un libéralisme sionisant, entre Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss Khan. Il faut s’inscrire sur les listes électorales,  participer aux primaires socialistes« 

Concernant cette question extra-européenne épineuse du sionisme expansionniste dont l’expression est légitime, l’Observatoire de l’islamisation n’a pas vocation à s’exprimer. Nous notons simplement que l’électorat musulman va de plus en plus voter en fonction de l’actualité au Proche-orient et non en fonction des intérêts strictement français.

Abdallah Milcent a parlé de la loi anti-burqa comme « une loi d’exception (…) une violence symbolique. C’est dégeulasse de faire une politique de bouc émissaire », guère étonnant pour celui qui milite depuis 1989 pour le voile dans les écoles publiques (lire sa biographie).

Il a pris à partie le responsable du CFCM -très isolé et défensif face à tous les autres invités- sur les décisions adoptée par Claude Guéant à l’issue du débat sur la laicité, celui-ci ayant parlé « d’apaisement« . Apaisement innacceptable pour les intervenants ayant dénoncés la loi sur la burqa et l’interdiciton du voile à l’école, bientôt dans les hôpitaux …

Anouar Kbibech, secrétaire général du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a donc précisé sa pensée  : « l’apaisement est un sentiment provisoire. Derrière on a dit attention ».

Des menaces tranquilles que n’a pas jugé utile de calmer Azzedine Gaci, présent lors du débat, membre de l’UOIF et grand ami du cardinal Barbarin, qui lui s’est félicité du financement des mosquées permis par les décisions de Guéant (dons de terrains municipaux via les baux emphythéotiques, défiscalisation des dons, exemption de TVA, taux d’emprunt à 0% et garanties d’emprunt par l’Etat…revenant à un financement indirect).

Source: Observatoire de l’islamisation-avril 2011

27/03/2011

A Lyon, on a rendu hommage aux moines de Tibhérine…

Mais que faisaient là les musulmans? Devoir de repentance? Je ne pense pas… Petit rappel que la christianophobie est omniprésente au Maghreb? Plutôt… Il n’y a qu’à voir l’état des églises (qui restent) en Algérie et des cimetières chrétiens sans cesse profanés et laissé à l’abandon. Pendant ce temps, en France, on leur construit des mosquées; à nos frais…

FDF

.

Un hommage multiconfessionnel a été rendu samedi à Lyon à la cathédrale St Jean pour le 15e anniversaire de l’assassinat des moines de Tibhérine en Algérie.

Etaient présents le cardinal Barbarin, Azzedine Gaci, président du Conseil Régional du Culte Musulman et Kamel Kabtane, le recteur de la Grande Mosquée de Lyon. Des membres des familles de certrains des moines assassinés à Tibhérine ont assisté également à cet hommage.

Rappel de ce massacre: dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, 7 moines trappistes étaient enlevés dans leur monastère de Tibhérine après une opération « attribuée » au GIA algérien. Ils avaient été retrouvés assassinés deux mois plus tard provoquant un émoi général dans le pays.

Source: http://www.lyonmag.com/

13/03/2011

Laissez venir à moi les petits chrétiens…

Ca « sonne faux », tout ça… Et dire que malheureusement, certains vont tomber dans le piège de l’islam radical…

FDF

.

Un air sympathique, non?

Alors que le débat sur l’islam déchaîne les passions politiques, l’opinion d’un jeune recteur de plus en plus écouté.

C’est un homme qui commence à compter dans l’islam de France. Recteur de la mosquée de Villeurbanne, Azzedine Gaci, 46 ans, Algérien d’origine, est une voix écoutée. Président du Conseil régional du culte musulman (CRCM), il entretient de bonnes relations tant avec le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, qu’avec le député et ancien ministre UMP Dominique Perben. 

Arrivé à Lyon en 1986 pour terminer ses études, Azzedine Gaci est aujourd’hui enseignant-chercheur à l’École supérieure de chimie-physique-électronique de Lyon. Se disant indépendant, bien que rattaché à l’UOIF, l’aile radicale de l’islam français, il dirige une mosquée influente de la région lyonnaise, parce que fréquentée par nombre d’étudiants et enseignants – elle est proche du campus universitaire de la Doua. Il a été élu à la tête d’un CRCM qui pèse dans le paysage islamique français, puisque Rhône-Alpes regroupe 600 000 musulmans et 170 lieux de culte – dont une vingtaine de mosquées.

Et Azzedine Gaci en a plutôt assez de ce débat récurrent sur la place de l’islam, les problèmes que cette religion pose, la loi de 1905 qu’il faudrait réformer ou non… « On en discute depuis une dizaine d’années, et aucune décision n’est prise », déplore-t-il. Sans pour autant esquiver le sujet. « Je perçois bien la peur de nombre de Français non musulmans, constate-t-il. Mais j’ai mon explication sur le sujet : la mondialisation a mis fin à toutes les frontières géographiques, économiques, culturelles, ce qui engendre une crise d’identité pour les Français, dans un contexte de graves difficultés économiques. Et cela coïncide avec une présence musulmane de plus en plus visible. »

« Nous ne voulons pas des manipulations »

L’homme se dit « favorable à un débat sur l’islam », mais s’interroge sur sa pertinence actuelle. « Pourquoi l’avoir lancé maintenant, à quinze mois des présidentielles ? interpelle-t-il. Ce n’est pas le moment. Nous ne voulons pas des manipulations, des instrumentalisations de ces peurs qui sont, parfois, légitimes. »

Que faire alors pour lutter contre ce climat anxiogène, qui sévit des deux côtés (Rhône-Alpes connaît depuis un an une recrudescence des actes islamophobes) ? Azzedine Gaci se prononce pour la création d’un institut de formation des imams, financé par l’État et implanté à Strasbourg (ville qui n’est pas concernée par la loi de 1905). Il essaie de déminer les polémiques en fustigeant les politiques qui mettent de l’huile sur le feu. « La majorité des musulmans se vivent comme Français et observent un islam apaisé », assure-t-il. Sans pour autant absoudre complètement ses coreligionnaires. « Nous n’avons pas à importer en France des problèmes qui existent ailleurs », confie Azzedine Gaci. Le recteur de Villeurbanne en appelle aussi au sens des responsabilités de ses pairs. « Les musulmans ont un travail pédagogique à effectuer, afin que nous construisions un discours qui pacifie et réconcilie. » Une opinion à verser au débat.

Source: http://www.lepoint.fr/

27/02/2011

Les évêques se forment à l’islam ! Incroyable mais véridique !

On atteint des sommets dans la soumission.  Mais qu’est-ce que foutent des élèves de confession musulmane dans les établissements scolaires catholiques ? C’est « laissez venir à moi les petits enfants » ?

C’est comme les rues occupées pour leurs prières. On s’impose, sans vergogne; on grignote, petit à petit, sournoisement… Et l’on s’étonne que nos églises sont de moins en moins fréquentées. Continuons en ce sens. On pourra les donner aux muzz qui n’attendent que ça pour en faire des mosquées.
A quand un pape musulman?

FDF

.

La moitié de l’épiscopat français, soit cinquante évêques, s’est inscrit à la session doctrinale de formation sur le dialogue interreligieux. En fait sur l’islam.

Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, est confronté à la présence importante d’élèves de confession musulmane dans les établissements scolaires catholiques :

Jusqu’à 80 % dans certaines écoles implantées dans les quartiers populaires, précise l’archevêque de Marseille. Comment annoncer l’Évangile ? Comment accueillir les fêtes musulmanes ? Que peut-on ou non accepter ? Il ne faut pas fuir ces questions. Même si le sujet est délicat, et qu’il croise une dimension religieuse à des questionnements plus identitaires. Ce genre de session nous permet d’être à l’aise, en accord avec nos pratiques de terrain.

Pour en parler et se former, ils ont invité Azzedine Gaci, président du conseil régional du culte musulman… Pourtant les spécialistes catholiques de l’islam ne manquent pas. Pensons par exemple à Annie Laurent, expert au Synode sur le Moyen-Orient.

Mgr Michel Santier, président du Conseil pour les relations interreligieuses et évêque de Créteil explique que dans sa banlieue, il est confronté à:

l’influence croissante d’un islam de courant salafiste. Cela tend la situation sur le terrain, où les responsables musulmans engagés dans le dialogue prennent leurs distances. Et les plus jeunes doivent faire face à certaines provocations, qui les obligent à approfondir leur foi.

Vu sur: http://www.chretiente.info/