Francaisdefrance's Blog

05/12/2010

La France, les étrangers l’aiment et l’achètent. Ils ont raison, nos élus la bradent…

C’est les soldes avant l’heure, en France… Personne ne veut acheter nos SDF français de souche qui dorment dehors sous des cartons pendant qu’une foultitude « d »ayant-droits » issus de l’immigration passent leur temps aux Allocs et chez les assistantes sociales afin de pleurer et obtenir de quoi bouffer,  se loger à l’oeil et j’en passe?

FDF

.


Dette publique, capital des entreprises, immobilier… Les investisseurs étrangers sont très présents dans l’Hexagone.

1.591 milliards d’euros de dette publique en France à la mi-2010, soit 82,9% du produit intérieur brut (PIB). Avec 163 milliards de plus en tout juste un an, cette dette s’est alourdie de plus de 8 points de PIB (à rapprocher de la croissance annuelle qui se situe entre 1,5 et 2,5 points de PIB par an).

Certes, il s’agit de la dette publique brute, comme définie par le traité de Maastricht. Elle totalise l’ensemble de la dette de l’État, des collectivités territoriales et des organismes publics. On distingue aussi la dette publique nette: par rapport à la précédente, on en déduit l’ensemble des actifs (biens et actions) possédés par l’Etat.

Cette dette nette s’établit aux alentours de 1.420 milliards d’euros mi-2010 (1.389 fin mars 2010, selon l’Insee). A de tels niveaux, peu importe que l’on se focalise sur l’une ou l’autre dette: elle est gigantesque et pèse, pour la dette publique,

24.500 euros sur les épaules de chaque Français.

1.223 milliards d’euros de dette publique négociable.

Suite et commentaires sur Fortune