Francaisdefrance's Blog

12/11/2011

C’est décidé: je ne prends plus l’avion.

Ca risque de me donner des nausées… Et ce n’est pas le mal de l’air.

FDF

.

L’art et la manière de jouer sur les mots et de se foutre de nous…

La dernière:

Air France : la burqa autorisée dans l’avion

La loi française sur l’interdiction du voile intégral dans les services publics n’a pas cours à l’intérieur d’un avion. C’est en tout cas l’interprétation des juristes d’Air France dans une note diffusée par nos confrères du Figaro aujourd’hui.

Une femme ne peut pas porter de voile intégral dans un aéroport français qui est considéré comme espace public, mais elle peut le remettre dès son entrée dans l’avion, qui ne peut être considéré comme un lieu de service public. En effet, comme l’explique le mémo rédigé par le service juridique d’Air France « les équipages confrontés à une personne qui dissimule son visage ne peuvent, à notre sens, contraindre la personne à découvrir son visage (…) Les textes relatifs aux lieux publics ne l’exigent pas et ne le permettent pas ».

Comme le rappelle le Figaro qui se l’est procurée, cette note fait suite à une question d’un commandant de bord qui avait eu à faire à une femme portant la burqa sur vol Paris – Marseille en septembre dernier. La position de service juridique d’Air France ne devrait d’ailleurs pas poser problème aux équipages puisque les contrôles de sécurité ont lieu avant l’embarquement, dans l’aéroport où le port du voile intégral est interdit.

Rappelons néanmoins que, selon le règlement de la compagnie française, les hôtesses d’Air France, qui travaillent en contact avec le public, n’ont pas le droit de porter un voile ou un foulard islamique. Une disposition qui, en juin dernier, avait entrainé Air France dans une polémique aux Etats-Unis. Elle avait été montrée du doigt par la principale organisation musulmane américaine, le Council on American-Islamic Relations (CAIR), suite au renvoi chez elle d’une employée d’Air France à l’aéroport de Washington Dulles qui refusait d’ôter son foulard.


Source: http://www.air-journal.fr/

07/03/2011

UN AVION PRÉSIDENTIEL DANS LA 4e DIMENSION…

J’ai récupéré ce papier très intéressant… Je le laisse à votre appréciation…

FDF

.

Dix ans après ses révélations sur les attentats du 11 septembre, Thierry Meyssan est reconnu comme un journaliste d’investigation de tout premier plan et pour la fiabilité de ses sources. Aussi, quand il avance qu’il y aurait eu de graves irrégularités sur la vente d’un avion présidentiel Airbus A319 d’une valeur de 32 millions d’euros, il n’est pas inutile de procéder à quelques simples vérifications, ce que nous avons fait.

Il en ressort de très troublantes anomalies qui tendent à accréditer les terribles hypothèses du fondateur du Réseau Voltaire, dont voici un extrait de l’interview (voir la vidéo complète à la fin de ce texte [1]) : « On a vendu deux avions (ndlr : 2 Airbus A319, F-RBFA, cn1484 et F-RBFB, cn1556) pour en acheter un gigantesque et très bien équipé. Je voudrais savoir qui a vendu ça et à quel prix ça a été vendu. Je voudrais savoir pourquoi cet avion (ndlr : F-RBFB, l’autre, F-RBFA a été vendu au Sénégal, la vente a été négociée avec Karim Wade, fils du président, ce qui a fait scandale dans ce pays aux finances exsangues) a, en définitive, atterri dans les mains de l’ami de Madame Alliot-Marie (ndlr : Aziz Miled) en collaboration avec le beau-frère du président Ben Ali (ndlr : Belhassen Trabelsi). Je pense que les contribuables français seraient intéressés de connaître la réponse. » (ndlr : Thierry Meyssan montre ici une solution efficace, la voie judiciaire, dont le droit du contribuable à s’opposer à la dilapidation du patrimoine national)

1. Le registre de la DGAC

Première vérification, première anomalie : les deux Airbus présidentiels ne figurent plus dans le registre officiel de l’aviation civile, pas même à la rubrique des immatriculations radiées. [2]

Les recherches avec les immatriculations peintes sur les carlingues des appareils (voir photos jointes) ne donnent aucun résultat. L’A319 immatriculé F-RBFA, appareil officiel de la Présidence française depuis 2002, aujourd’hui vendu à la Présidence du Sénégal, n’aurait-il donc jamais existé ?

L’A319 immatriculé F-RBFB, celui que Thierry Meyssan suspecte d’avoir été irrégulièrement cédé par Mme Alliot-Marie aux compagnies propriétés du clan Trabelsi, n’aurait, lui non plus, jamais existé. Il faut rechercher les appareils avec leurs immatriculations précédentes (F-GXFA et F-GXFB, quand ils appartenaient encore au constructeur Airbus Industries) pour les retrouver dans le registre officiel français. Surprise, ils y apparaissent avec la mention « vendu à l’étranger » depuis 2002.

Quelqu’un aurait voulu faire croire qu’ils n’auraient jamais appartenu à l’État français de 2002 à 2010 qu’il ne s’y serait pas pris autrement !

Première question : qui a donné des ordres en ce sens aux personnels chargés de tenir le registre de la Direction Générale de l’Aviation Civile ?

2. L’absence totale de transparence…

Suite et source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1238

15/12/2010

L’avion du « neuf-trois »…

Il n’y a pas de raison que Sarkö Ier possède seul son avion personnel. La racaille, toujours très estimée, a aussi le sien… Mais bon: il ne fait que des voyages « retour »…

FDF

.

Ca y est, le département 93 a enfin son avion !

Ce n’est pas une blague, cette compagnie low cost russe porte le joli nom de:



05/09/2010

La gueule de l’emploi, quand on l’a, faut assumer…

Ca vient de chez Oumma.com. M’étonne pas. Et ça chiale, encore et toujours. Si ces types ont des gueules de terroristes, c’est la faute aux terroristes à qui ils veulent ressembler. De toutes façons, si on veut jouer les terroristes de bacs à sable (dans les Hauts de Seine) où ils sévissent habituellement, on assume ou on se fait plus discrets… Qu’en pense la Halde, SOS Racisme et Cie? Vous sortez les mouchoirs après; compris?

FDF

.

Débarqués manu militari pour une prière dans les airs.

« C’est l’incroyable épilogue aérien d’une escapade en Catalogne de deux français, d’origine tunisienne, résidant dans les Hauts-de-Seine, qu’a relaté le Canard Enchaîné.

Cela tenait plus de la méditation intérieure, discrète et silencieuse, les yeux à demi fermés, assis sagement sur son siège de passager, comme n’importe quel vacancier somnolant à bord de son avion du retour, après un week-end touristique bien rempli, ou bien tentant d’atteindre une certaine « zenitude », à l’approche d’un décollage imminent.

Rien dans l’attitude de notre compatriote qui s’était envolé, en février dernier, avec son beau-frère pour Barcelone, n’était de nature à alarmer l’hôtesse de l’air de la compagnie espagnole Vueling, dont le sang n’a fait qu’un tour lorsque le mot « prière » a répondu à sa curiosité piquée au vif.

La psychose du terrorisme qui, chaque année, à la même période, soit quelques jours avant la commémoration du 11-septembre, fait une grave rechute, repousse parfois très loin les limites de l’absurde.

Avion immobilisé, débarqués manu militari, cernés en un éclair par vingt gendarmes espagnols, nos deux français de l’étape ont eu droit à un traitement de faveur comme seul le délit de faciès l’autorise : un interrogatoire poussé assorti de son contrôle d’identité tatillon, et après avoir été relâchés par des policiers redoublant de cynisme parce que bredouilles, une nuitée impromptue en Espagne leur a été imposée, avant d’être de leur poche de 200 euros supplémentaires pour rentrer chez eux avec une autre compagnie.

Une autre compagnie car, dans un raffinement sécuritaire qui n’a pas voulu perdre la face, les policiers les ont purement et simplement blacklistés, au motif de tenez-vous bien : « Refus d’éteindre leur portable » ! Nos deux infortunés compères ont porté plainte contre la compagnie espagnole Vueling, qui s’est fendu d’un courrier lapidaire dans lequel elle ne concède aucun excès de zèle, mais affirme avoir suivi la procédure classique.

Pour une prière dans les airs qui pensait prendre un peu de hauteur, c’est un atterrissage forcé sur le tarmac du racisme qui l’a ramenée à une dure réalité… »