Francaisdefrance's Blog

02/11/2011

Nos lois républicaines sont « racistes ». Ben voyons…

Les muzz, vous nous pompez grave! Nous sommes en France! Vous êtes chez nous, en France. On vous demande de respecter nos lois, même si ce ne sont pas les vôtres. Car vos lois moyen-âgeuses, elles ne sont pas adaptées à notre République qui elle, vit en 2011. Alors, cessez de f….. le bordel chez nous!

Il vaut mieux pour vous de faire profil bas, car le peuple de France en a marre de vos provocations habituelles. Le peuple de France gronde. Il commence à bouger… Les Français ont du mal de démarrer; mais une fois que c’est parti… 1789, ça vous dis quelque-chose? Précision: ce n’est pas mentionné dans le coran…

Vous avez le choix; un seul choix… Vous intégrer ou bien dégager. Clair ou faut il que vous l’écrive en arabe ?

FDF

.

Tebr Jebli et Mahjoub :  4 MOIS DE PRISON et OBLIGATION DE FAIRE  (c’est à dire de RESPECTER NOS LOIS).

Ils refusent de respecter nos lois républicaines qu’ils jugent  « RACISTES »   et « CONTRAIRES AUX DROITS DE L’HOMME ».  C’est un comble!
Désormais  il  sont contraints par la justice de NOTRE pays.

« Tout cela, c’est la faute de la loi de 2005, qui interdit aux filles de porter le voile à l’école. C’est une loi raciste ».

ON NE PEUT PAS AVOIR LE BEURRE, L’ARGENT DU BEURRE, LE CREMIERE  ET LES ALLOCATIONS FAMILIALES AVEC  et  refuser de respecter NOS lois.

____________________________________________________________________________________________________________________

SOURCES :  http://www.laprovence.com/article/a-la-une/avignon-quatre-musulmanes-privees-decole-par-leurs-parents

http://www.bivouac-id.com/billets/avignon-quatre-musulmanes-privees-decole-par-leurs-parents/

http://www.neoprofs.org/t39626-avignon-quatre-musulmanes-privees-d-ecole-par-leurs-parents

http://www.nationspresse.info/?p=148758#more-148758

Avignon : quatre musulmanes privées d’école par leurs parents !

La loi interdit le port du voile islamique à l’école, ce qui a conduit ces parents à déscolariser leurs filles.

Cette maman de 45 ans a fait un choix : ses quatre filles, de 3à 16 ans, n’iront pas à l’école de la République. Ce qui est son choix le plus strict. Elle a décidé qu’elles recevraient une éducation par correspondance, complétée par ses soins. Ce qui est aussi, son droit. Et même si c’est pour des motifs religieux que Tebr Jebli a fait ce choix, en refusant que ses filles ôtent leur voile, c’est aussi son droit. Le souci qui a été évoqué hier, devant le tribunal correctionnel d’Avignon, c’est que l’enseignement dont ont bénéficié les fillettes « ne leur permet pas de devenir des citoyennes libres et épanouies« , a insisté la présidente, Mme Moulet. Bref, elles ont un niveau scolaire bien trop bas, ce qui a entraîné leurs parents Tebr et Mahjoub devant le tribunal, pour répondre du « refus d’inscrire un enfant dans un établissement d’enseignement, malgré une mise en demeure« , de l’inspection d’Académie.

Une « loi raciste »

Tout le problème est là : si on peut s’interroger sur la désocialisation d’enfants, dont l’aînée est devenue jeune fille, la question est leur niveau scolaire. Or, elles n’ont pas été scolarisées via un centre agréé (comme le Centre national d’enseignement à distance, Cned), mais un organisme belge. Et, visiblement, leur niveau « atteint à peine celui de CM1« , a précisé Mme Moulet. Plus grave, il semblerait que les enfants passent plus de temps devant « des séries américaines qu’à leur devoir« , dit encore l’instruction. Enfin, s’agissant de l’aînée, âgée de 16 ans et qui veut passer un CAP petite-enfance, elle n’a pas le brevet, n’est toujours pas inscrite et il n’est pas dit qu’elle aura le droit de garder le voile dans un centre de formation.

Les arguments n’ont pas semblé gêner les parents. Si Tebr, qui porte un long voile dégageant le visage, s’exprime peu, le père lui, a potassé la question : « Tout cela, c’est la faute de la loi de 2005, qui interdit aux filles de porter le voile à l’école. C’est une loi raciste« , n’hésite-t-il pas à dire. Et d’expliquer que l’évaluation des enfants déscolarisés ne doit pas se faire en fonction du niveau des autres enfants, mais de l’éducation reçue. Pas du goût du parquet, qui a fait remarquer que le choix de vivre en France (le père est natif du Maroc), se « fait en acceptant les droits et devoirs et parmi eux, l’obligation de scolariser ses enfants« . Et de rappeler le principe fondateur de la République qui est le respect de la laïcité : « Vous parlez d’un droit, moi je parle d’un devoir« .

Le père a tenté, une fois de plus, d’invoquer les droits de l’Homme.

En vain : il a été condamné, avec son épouse, à quatre mois de prison avec sursis et l’obligation de faire suivre aux enfants les cours du Cned.

Pour l’aînée, il est déjà trop tard.

Merci à JC JC…

07/09/2011

C’est la rentrée, les « niqabées » recommencent la provocation !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 21:52
Tags: , , , , ,

Mais allez donc pratiquer votre « islam des ténèbres » sur vos terres! Vous ne ferez pas la loi en France; JAMAIS !!!

FDF

.

Voile intégral : Kenza refoulée à la porte du collège.

Refusant d’ôter son niqab la militante n’a pu assister à une réunion parents-profs.

Photo Bruno HURAULT

Kenza Drider, qui milite activement pour le port du niqab, s’est présentée avec son voile intégral hier aux portes du collège Viala. La mère de famille, qui voulait assister « comme tous les parents« , à la réunion de rentrée avec les professeurs, a été invitée par la principale, Mme Michèle Rul, à se dévoiler.
Kenza Drider a refusé de se soumettre et s’est offusquée de cet interdit tout en menaçant la principale de déposer plainte. Lors de la discussion, la femme voilée s’est indignée de voir qu’on laissait rentrer dans le collège des personnes « avec des croix et des kippas »

Reprenant la balle au bond, la principale lui a fait remarquer qu’aucun élève n’avait de signes ostentatoires mais qu’il y avait une loi interdisant de telles tenues dans les espaces publics.

Sources :  http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/voile-integral-kenza-refoulee-a-la-porte-du-college

http://lechevalierfrancois.over-blog.com/article-niqab-kenza-refoulee-a-la-porte-du-college-83512331.html

Meci à JC JC…

24/07/2011

Castellucci avec son Salvator Mundi à Avignon : après la pisse, la merde, et de la vraie !

Vous vous souvenez du scandale du « Piss-Christ »? Eh bien il y en a qui ont fait mieux… Ecoeurant.

FDF

.


Le visage du Christ nous regarde depuis le fond de la scène, où une reproduction en grand format a été installée. Et sous ce regard, la scène que l’on découvre est, elle, d’une trivialité sans appel.

Dans le décor, surprenant, on découvre deux hommes, un vieillard et son fils. Le père est victime d’une crise de dysenterie, et incapable de se retenir. 

A trois reprises, son fils, à l’heure de partir au travail, doit le changer et tout nettoyer, avec amour et patience d’abord, puis découragement et colère.

Romeo Castellucci la met en scène cette longue scène avec un réalisme qui a mis mal à l’aise nombre de spectateurs, et en a fait s’enfuir certains. Cela n’a rien d’anodin, dans ce théâtre de Castellucci qui renvoie toujours chacun à sa condition de spectateur, de voir un vieillard nu se faire torcher les fesses, passer une couche et pleurer comme un enfant sur sa déchéance. L’artiste italien ne nous épargne rien, pas même l’odeur de la merde.

C’est sous la surface, derrière la toile, qu’il va se passer quelque chose, en une série d’images. Castellucci attaque le visage de l’intérieur. Il est d’abord trituré, déformé comme par des mains et des pieds qui pousseraient la fine peau de surface. Puis on dirait qu’un grand couteau l’entaille, et de grandes coulures brun-rouge, évoquant plus les matières fécales de la scène précédente que le sang, se répandent sur lui, avant qu’un voile noir ne recouvre le portrait du fils de Dieu.

La toile est finalement déchirée, et découvre un grand panneau noir. Dessus, on croit d’abord lire, en grandes lettres découpées : « You are my shepherd » (« Tu es mon berger »). Avant de se rendre compte que la phrase entière est, en fait : « You are not my shepherd » (« Tu n’es pas mon berger »).

Que penser de tout cela ? suivre le fil… (et c’est reparti pour le même blabla sur la merde qu’Andres Serano avec sa pisse, à vomir !! a.k).

Source: http://jesusfilsdedieu.blogspot.com/

19/04/2011

Recounquista à la marche anti-Piss Christ : il faut en faire plus !

Une action exemplaire et qui n’est en fait qu’un acte de résistance. Le premier qui évoquera la notion de racisme dans ce cas précis aura des comptes à rendre…

FDF

.

Les Jeunes identitaires de Provence étaient en Avignon pour répondre présents à l’appel lancé par plusieurs associations, dont l’Institut Civitas, pour participer à la marche anti-Piss Christ afin d’exiger le retrait d’une photo blasphématoire représentant un crucifix plongé dans un verre d’urine

Communiqué du 17/4/2011:

Samedi 16 avril, des membres de Recounquista – les Jeunes identitaires de Provence étaient en Avignon pour répondre présent à l’appel lancé par plusieurs associations, dont l’Institut Civitas, pour participer à la marche anti-Piss Christ afin d’exiger le retrait d’une photo blasphématoire représentant un crucifix plongé dans un verre d’urine.

Nous avons distribué des tracts aux manifestants pour leur signifier que « marcher contre la violence symbolique, c’est bien… Le faire contre les violences réelles, c’est mieux ! » Violences réelles que les Identitaires furent les seuls à dénoncer en décembre dernier (notamment à Hyères face à la communauté varoise), suite aux persécutions chroniques subies par les fidèles de l’église Saint Jean d’Avignon. En conséquence, nous appelons solennellement les participants à cette marche à amplifier leur action et à organiser une manifestation pour dénoncer la situation des fidèles catholiques dans les banlieues livrées au règne de la racaille, du racisme anti-Blanc et de la haine anti-catholique.

En effet, comment imaginer qu’une photo blasphématoire puisse provoquer l’afflux d’un millier de personnes dans les rues mais que des attaques systématiques contre une église et ses fidèles (attentat à la voiture piégée, agressions physiques et verbales, vandalisme et tentatives d’incendie, urine et excréments dans les bénitiers, vols…) restent sans effet ? Il est temps pour les catholiques d’assumer la question posée par la présence de  l’immigration extra-européenne et de l’islam dans notre société, ainsi que l’incompatibilité de la religion coranique avec les éléments fondamentaux de notre identité  : distinction du spirituel et du temporel, respect de la dignité de la femme, etc. Autant de valeurs directement héritées de la culture et de la foi chrétiennes.

Le père Gabriel, en charge de l’église Saint Jean, a lui-même exprimé cette position : « la situation de nos quartiers est dramatique et si l’on ne met pas ce sujet sur la table en toute vérité avec son aspect culturel et religieux qui est posé par l’islam, nous serons les premiers responsables de la violence qui tôt ou tard embrasera la France entière ».

A l’issue de la marche, des contacts ont déjà été pris en vue du développement de Recounquista en terre avignonnaise.

Nous continuerons notre travail de sensibilisation très prochainement
Aidez-nous, rejoignez-nous : avignon.recounquista@gmail.com

Nicolas Morand, responsable région Comtat Venaissin.

Marche anti-Piss Christ

Marche anti-Piss Christ

Marche anti-Piss Christ

Marche anti-Piss Christ

Marche anti-Piss Christ
RECOUNQUISTA
  http://recounquista.com

13/04/2011

L’exposition scandaleuse « je crois aux miracles » rouverte à Avigon!

Ils ont osé !!! Si si ! Ils ont rouvert l’exposition « Piss-Christ » !!! C’est inadmissible! C’est un blasphème. Beaucoup plus grave que si c’était une mosquée « souillée ». Mais là, comme il s’agit d’un acte de christianophobie, personne ne réagit…

FDF

.

Un écho nous venant d’Avignon assez étonnant démontre combien certains relativisent. Suivant que vous soyez musulman ou chrétien, les jugements de cours de la gauche vous feront coupable ou innocent. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’il ne faut pas se faire d’illusions. Tant que les chrétiens et singulièrement les catholiques préfèrent se faire dhimmiser que de se battre en justice, dans les médias, en portant plainte, il ne faut pas se plaindre de ce genre »d’exposition » plus que douteuse. Imaginez si c’était mahomet dans l’urine! Au moins les musulmans savent se faire respecter.

Gérard Brazon.

A Avignon, une exposition appelée “je croix aux miracles” est organisée autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine. Des affiches de cette photo blasphématoire, appelée « Piss Christ », sont exposées publiquement dans les rues de la ville.

Le Ministère de la culture du gouvernement Sarkozy, une mairie UMP et un conseil régional PS financent actuellement cette exposition. Le groupe LVMH (Dior, Guerlain, Moët, Hennessy etc ) , dirigé par Bernard Arnauld, cofinance ce « Piss Christ » et met son logo sur l’affiche, alors que ce même groupe LVMH se définit sur son site internet, comme « l’ambassadeur de l’art de vivre occidental dans ce qu’il a de plus raffiné » !!! (NB: On comprend pourquoi la société Hermès s’est récemment battue pour ne surtout pas être engloutie dans ce groupe.) Enfin quelques sponsors secondaires (non présents sur les affiches) participent au blasphème comme la SNCF ou la Fondation CARTIER

Aux Etats Unis, puis en Australie, cette photo blasphématoire réalisée en 1987 a été bannie.

Le gouvernement Sarkozy, la mairie UMP, le conseil général PS et LVMH, eux, en font tranquillement la promotion dans l’ancienne cité des papes. L’œuvre y est installée dans un des plus beaux hôtels particuliers de la ville, devenu une sorte de temple du blasphème.

Devant ces faits inacceptables, nous exigeons des autorités et dirigeants impliqués les mesures immédiates suivantes :

1-      Faire retirer la photo blasphématoire de cette exposition et interdire toute présentation publique en France, en raison de son caractère provoquant et discriminatoire envers les chrétiens.

2-      Faire enlever et détruire tous les supports de communication utilisant cette photo (affiches, panneaux municipaux, brochures etc.)

3-      Faire stopper tout financement public et privé de cette exposition (près d’un million d’euros par an prévus pour une nouvelle période de 10 ans !!! dont une grande partie par le contribuable).

Nous attendons avant la fête de Pâques la prise en compte de ces trois mesures sans aucunes négociations possibles.

Situation la semaine dernière puis:

Vous avez apporté il y a quelques jours votre soutien à notre pétition demandant le retrait de la photographie d’un Christ plongé dans l’urine d’un « artiste », exposée à Avignon. L’effort de plusieurs initiatives a fait plier les responsables de ce cliché répugnant et ils ont été contraints de fermer les portes du musée ce week-end. Mais ce lundi, à la suite d’une réunion à la préfecture, ils ont parié sur notre lassitude en décidant de rouvrir l’exposition et donc d’exposer à nouveau cette photographie qui nous scandalise profondément dans ce que nous avons de plus cher : notre foi.

Pillé à Gérard Brazon

11/04/2011

L’exposition « Je crois aux miracles » a été fermée…

Nous n’en attendions pas moins… Comme quoi nos réactions, protestations et pétitions ne sont pas toujours inutiles! Encore une insulte au christianisme; mais celle-ci, elle n’est pas passée… Continuons en ce sens…


Communiqué de l’Agrif :

« Le quotidien Le Dauphiné Vaucluse daté de ce dimanche annonce que la direction de la Collection Lambert a décidé de fermer l’exposition « Je crois aux miracles » dans laquelle était exposée une photographie représentant un Christ en croix plongé de l’urine.

L’AGRIF se félicite de la fin de ce scandale public. Cette victoire est due à l’action efficace de groupes de catholiques de conviction parmi lesquels Civitas, à l’efficace blog d’information Le Salon Beige mais aussi à l’action décisive de Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon qui s’est placé en première ligne dans le combat contre cette exposition touchant les chrétiens au coeur même de leur foi.

L’AGRIF préparait la réplique sur le terrain judiciaire, tous les élements étant réunis pour que l’affaire soit portée devant le juge des référés mercredi prochain afin que la photographie blasphématoire soit retirée pour la Semaine Sainte.

La délégation de Vaucluse de l’AGRIF reste cependant vigilante et relancera immédiatement l’action judiciaire si l’exposition devait réouvrir comme le réclament les « libres penseurs » locaux. »

Hier, une trentaine de personnes (dont Marie-Odile Rayé, conseillère régionale du Front National) s’était réunie devant la Collection Lambert pour protester. L’abbé Régis de Cacqueray, supérieur du District de France de la Fraternité Saint Pie X, a fait une « prière de réparation pour exhorter le directeur du musée et les autorités de la ville à retirer cette soit-disant oeuvre« . Les catholiques se sont agenouillé dans la rue pendant la prière, le musée ayant été provisoirement fermé par la direction de la Collection Lambert. Ce dimanche après-midi, toujours à Avignon, un chemin de croix aura lieu au départ des Pénitents Noirs et en direction du Jardin des Doms.


04/04/2011

« Passé entre les gouttes »; et pourtant, c’est une honte !!!

Piss Christ – Andres Serrano – Photo – 1987

On publie un dessin de Mahomet tourné en dérision avec humour et c’est une guerre religieuse qui démarre.

Mais le genre de profanation dont il s’agit plus bas, on n’en fait pas étal. C’est comme l’affiche du concours organisé par la FNAC où l’on voyait un individu se torcher le c.. avec le drapeau français: « on » a fait semblant de sanctionner, pour la « paix sociale ».

Là, une exposition autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine, ça m’étonnerait que ça passe… Surtout quand on sait que c’est organisé avec la bénédiction, si l’on peut dire, de « Hautes Autorités » Françaises. A nous, chrétiens, de nous sentir « heurtés ». Et d’agir…

FDF

.

Scandaleuse profanation officielle en France!

« Un christ plongé dans l’urine financé par une mairie UMP, un conseil régional PS, un ministère du gouvernement Sarkozy et LVMH.

En France, le Ministère de la culture du gouvernement Sarkozy, une mairie UMP et un conseil régional PS financent actuellement une exposition  (appelée « je crois aux miracles ») organisée autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine. Des affiches de cette photo blasphématoire, appelée « Piss Christ », sont exposées publiquement en pleine rue d’Avignon.

Le groupe LVMH (Dior, Guerlain, Moët, Hennessy etc ) , dirigé par Bernard Arnauld, cofinance ce « Piss Christ » et met son logo sur l’affiche, alors que ce même groupe LVMH se définit sur son site internet, comme « l’ambassadeur de l’art de vivre occidental dans ce qu’il a de plus raffiné » !!!  (NB: On comprend pourquoi la société Hermès s’est récemment battue pour ne surtout pas être engloutie dans ce groupe.)

Les actionnaires et clients apprécieront de voir ce que LVMH fait de leur argent.

Enfin quelques sponsors secondaires (non présents sur les affiches) participent au blasphème comme la SNCF ou  la Fondation CARTIER.

Aux Etats Unis, puis en Australie, cette photo blasphématoire réalisée en 1987 a été bannie. Le gouvernement Sarkozy, la mairie UMP, le conseil général PS et LVMH, eux, en font tranquillement la promotion dans l’ancienne cité des papes. L’œuvre y est installée dans un des plus beaux hôtels particuliers de la ville, devenu une sorte de temple du blasphème.

Devant ces faits inacceptables, les chrétiens mais aussi toutes les personnes honnêtes refusant ces actes discriminatoires et provocants, exigent des autorités et dirigeants impliqués les mesures immédiates suivantes :

1- Faire retirer la photo blasphématoire de cette exposition et interdire toute présentation publique en France, en raison de son caractère provoquant et discriminatoire envers les chrétiens.

2- Faire enlever et détruire tous les supports de communication utilisant cette photo (affiches, panneaux municipaux, brochures etc.)

3- Faire stopper tout financement public et privé de cette exposition (près d’un million d’euros par an prévus pour une nouvelle période de 10 ans !!!  dont une grande partie par le contribuable).

Nous attendons avant la fête de Pâques la prise en compte de ces trois mesures sans aucune négociation possible.
Signé : La communauté des chrétiens de France »

Source: http://www.chretiente.info/

Bonus: http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2011/04/02/piss-christ-scandaleuse-profanation-officielle-en-france.html

28/02/2011

Une église profanée : RAS !

 

Il est sûr que ce sont pas les chrétiens qui vont hurler à la stigmatisation et se sentir « heurtés ». Ca passe dans la rubrique « faits divers » et on classe. Point barre. C’eut été une mosquée, pour moins que ça, ça passait dans la série des crimes contre l’humanité. Je suis écoeuré par tant de laxisme… Eh! M’sieur Géhant: bonne occasion pour commencer à jouer votre rôle, non?
FDF

.

 

Le Père Gabriel Picard d’Estelan est le curé de la paroisse Saint-Jean Baptiste d’Avignon. Son église a subi à l’automne des violences de la part de jeunes musulmans. Il témoigne aujourd’hui. 

La Nef – Pourriez-vous d’abord nous rappeler ce qui s’est passé dans votre paroisse ?
Père Gabriel – Depuis un an, des dégradations diverses ont touché notre église. Tout a commencé vraiment à la Noël 2009 : pendant la veillée et la Messe de Minuit, des « jeunes » ont lancé des pétards et s’en sont pris à l’une des voitures qui stationnaient devant l’église. Puis, quasiment toutes les semaines, l’église a été la cible d’incivilités de plus en plus choquantes et graves : jets de pierres sur les vitres, saletés en tout genre devant la porte d’entrée, bouteilles de bière brisées le long des murs ; enfin au moment de la kermesse en juin 2010, des tags orduriers et des slogans politiques (Islam en force) sur les murs de l’église. Nous avons averti les pouvoirs concernés, mais cela tombait un week-end et nous avons donc nettoyé nous-mêmes ces tags en les recouvrant de peinture, après avoir porté plainte avec photos à l’appui. À partir de ce moment là, il y a eu de plus en plus d’agressions caractérisées : un « jeune » est venu uriner dans l’église pendant la messe, quelqu’un a tenté de brûler le panneau d’affichage, les boites aux lettres ont été saccagées ; pendant la messe en semaine des jets de bâtons et de pétards, y compris sur les personnes âgées qui sortaient de l’office ; puis des insultes à caractère raciste et antichrétien, comme celle-ci : « sale p…, on va te griller toi et ton église. » Cette menace est passée à exécution puisque, une nuit, notre magnifique cyprès a été incendié. Sans la vigilance de voisins qui ont appelé les pompiers, nous aurions retrouvé le matin une église brûlée et calcinée.
C’est pour dénoncer ces agissements et protéger la liberté de culte et la liberté de nos paroissiens que, une fois une plainte déposée, j’ai convoqué la presse locale.

Est-ce l’Islam, en tant que tel qui vous semble être en cause et ce genre de situation vous semble-t-elle la même en France ?
Je voudrais commencer par répondre à la fin de votre question, mais je veux la dissocier de la première partie. Tous les observateurs, politiques, sociologues, policiers, arrivent à la même conclusion : une très nette aggravation des dégradations et des violences à l’encontre des monuments chrétiens en France. J’ai reçu plusieurs mails de confrères prêtres et de fidèles laïcs qui m’ont raconté ce qu’ils vivaient chez eux. D’autre part, ce qui s’est passé à Carcassonne (interruption violente de la messe du 2 novembre, dégradation, slogans antichrétiens), pratiquement au même moment que chez nous, indique clairement que certains « jeunes » n’ont plus peur de s’en prendre aux églises, comme ils n’ont plus peur, depuis bien longtemps, de s’en prendre aux bâtiments publics.
Quant à la première partie de la question, elle est très complexe parce qu’elle demande d’être juste et vrai. Deux directions sont, à mon avis, à éviter.
La première, celle d’une identification pure et simple de la violence avec l’islam, sous prétexte que le Coran contient – ce qui est vrai – des versets cruels envers les non-musulmans et que la vie de ces derniers dans une République islamique correspond à celle de sous-hommes, voire d’esclaves, soumis aux discriminations et aux persécutions en tout genre. Cette interprétation présente la religion musulmane comme intrinsèquement mauvaise et incapable d’évoluer vers une lecture spirituelle du Coran, et les musulmans comme des terroristes.
Une fois posé ce principe, il faut éviter aussi l’autre alternative qui consiste à ne pas entrer dans un dialogue vrai avec l’islam et ses représentants, soit par peur de passer auprès des représentants musulmans pour blasphémateur, soit par refus coupable d’admettre la dangerosité et l’irrationalité d’un comportement religieux, qui, dans bien des cas, a du mal à se situer face à la modernité autrement que dans une attitude de rejet ou de revendications absolues sur le plan social et culturel : par exemple, le problème de l’égalité homme/femme, de la liberté de conscience et de religion, la notion même de fraternité entre tous les hommes. Le pape Benoît XVI s’est exprimé d’une manière claire contre cette double alternative (cf. son Message pour la journée mondiale de la paix du 1er Janvier 2011) en ouvrant une voie authentique, dans le respect de la religion, à la possibilité d’un vrai questionnement au sein de l’élite intellectuelle musulmane.

On a l’impression que nos responsables n’osent pas s’attaquer à l’Islam en tant que « religion » : mais n’est-ce pas plutôt un problème politique et culturel face à une conception tyrannique de l’espace public ?
Je vous remercie de poser si clairement le problème. Il est clair, qu’au nom du principe même de la liberté religieuse, ce n’est pas à l’État en tant qu’institution politique d’empêcher l’exercice privé ou public d’une religion en tant que religion.
Mais il est aussi vrai, et la notion même de liberté religieuse contient cette restriction, que la liberté pour toute religion n’existe que dans la mesure où une religion ne trouble pas « l’ordre public juste ». Or, en France en particulier, du fait d’un laïcisme idéologique négatif, le politique ne veut pas s’occuper de ces troubles à l’ordre public, sous prétexte qu’ils émanent d’une religion, et que la religion, cela ne la concerne pas.
Mais c’est justement méconnaître à la fois la religion, qui comprend de par sa nature une vie publique et une implication sociale, et, d’autre part, à cause de cette implication, le devoir qu’a l’État de garantir une paix sociale juste, en interdisant les revendications politiques et sociales d’une religion qui voudraient s’imposer à un pays d’une culture et d’une tradition différente. Il en va tout simplement de la paix civile et de l’avenir du « vivre ensemble » dans notre pays. Ainsi faut-il saluer la loi anti-burqa qui indique clairement qu’en France, où nous avons une conception digne et respectueuse de la femme, on ne peut tolérer qu’elle apparaisse cachée dans un espace public au nom d’une pudeur exagérée. Mais ne faudrait-il pas que l’État intervienne aussi, dans l’autre sens, pour interdire l’étalage publicitaire et pornographique de la femme réduite au rang d’objet ?

Quels sont les moyens pour résoudre les problèmes que vous rencontrez chez vous ?
À l’initiative de la mairie d’Avignon, tous les acteurs de la vie de nos quartiers ont accepté de se rencontrer et de parler dans un climat de respect et de vérité. Ainsi, il est apparu que l’une des racines de la violence était l’absentéisme à l’école. Beaucoup de « jeunes » sèchent l’école pratiquement toute l’année. Il en résulte un désœuvrement qu’ils comblent par tous les moyens, y compris les plus dangereux : agressions, vols, drogue, etc. D’autre part, beaucoup de ces quartiers sont à l’abandon du point de vue social et associatif. Il manque des moyens et des éducateurs. Le résultat est une quasi-impossibilité d’intégration et de reconnaissance de la culture française et de ses valeurs. C’est la voie ouverte au communautarisme idéologique et politique. Malgré le signalement des enseignants, les Pouvoirs publics n’appliquent pas fermement la loi (qui va jusqu’à la suppression des allocations familiales).
J’ajouterai pour finir qu’à l’initiative du dialogue interreligieux, j’ai pu rencontrer des responsables locaux du culte musulman et nous avons décidé de poursuivre ce dialogue dans un souci de respect et de vérité, de travailler concrètement ensemble dans nos quartiers pour créer des ponts entre tous les habitants. Quant à l’église Saint-Jean, il

est prévu de la réhabiliter dans un délai relativement cours pour en faire un bâtiment flambant neuf, s’élevant au cœur de la cité comme un signe de paix, d’accueil et de prières.
Propos recueillis par Christophe Geffroy

source : http://www.lanef.net/t_article/une-eglise-profanee-ras-pere-gabriel.asp?page=2

02/01/2011

Noël à l’envers en Avignon.

La racaille maghrébine crache sur la chrétienté en Avignon. Et on laisse faire ça? Dément.

FDF

.

Eglise brulée Prenez le temps de lire cet hallucinant témoignage. C’est comme un conte de Noël à l’envers, où tout le mystère et toute la grâce de la nuit de l’Enfant – la nuit du Dieu fait homme –, est remplacée ici par des crachats, des jets d’urine, des arbres et des voitures brûlées autour d’une petite église de Provence, pour terroriser ses paroissiens… Le jeune curé se révolte, dans l’indifférence de la presse et des pouvoirs publics. Il est pourtant le seul en Avignon à se préoccuper de la sécurité des personnes et du bien commun : des jets de pierre aux couteaux, aux grenades, aux bombes, aux Toussaints sanglantes de Bagdad, il n’y a pas de différence de nature mais seulement de degré… Quand les petits voyous maghrébins d’Avignon auront 20 ans, si nous continuons de nous taire, ce n’est plus seulement aux arbres et aux voitures qu’ils mettront le feu, avec la bénédiction d’Allah !

Des semaines et des mois “d’incivilités”, comme il sied de dire aujourd’hui. Des semaines et des mois de jets de pierre et de pétards dans les jambes de ceux qui se rendent à la Messe ou qui viennent entretenir notre église. Des tags et autres graffitis dessinés à la peinture rouge sur toute une façade. Des inscriptions vantant les mérites de telle ou telle communauté. Des jets de bouteille d’alcool divers contre les murs et, après chaque week-end, le ramassage des débris en espérant que personne ne sera tombé et blessé sur un tesson.

Une entrée d’église prise pour un urinoir et qu’il faut nettoyer chaque matin. Des jets d’excréments contre les murs de l’église et ce régulièrement, une fois par semaine environ, avec ce que cela représente en tant que symbole, mais aussi en tant que difficulté pour faire disparaître une telle souillure. Un porche d’église maculé de tout ce qui peut se manger, emballages de nourriture de Fast Food ou biscuits apéritifs, paquets de cigarettes vides, etc. Des jets de pierre dans les vitres sans doute avec l’espoir de finir par arriver à en achever une.

Ils n’ont pas l’âge du permis, mais s’autorisent à terroriser.

Des tirs de ballon au moment de l’office mais aussi des jets de bâton, sans s’inquiéter du fait que cela puisse blesser physiquement quelqu’un. Des rodéos avec des voitures volées sur le parking, au début uniquement la nuit mais maintenant aussi en plein jour. D’ailleurs, un petit bébé a failli être blessé avec sa nounou il y a quelques jours, frôlé par une voiture conduite par deux personnes manifestement pas en âge d’avoir le permis. C’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de victimes.

Des barreaux aux fenêtres tordus, un robinet d’arrosage volé, des bloque-portes disparus, des boites aux lettres forcées dernièrement. Deux voitures flambées tout contre l’église depuis le début de l’année, une première tentative d’incendie volontaire en s’en prenant au tableau d’affichage extérieur, et cette nuit une deuxième tentative en incendiant un cyprès de 10 mètres situé tout près de la porte du presbytère. Voilà en quelques lignes le quotidien de notre paroisse Saint-Jean-Baptiste à Avignon.

“Incivilités” ? Non. Profanation ! Il faut appeler un chat un chat.

Ils ne savent pas ce qu’ils font ? Mais bien sûr, ils le savent. Et ils le font en riant parce que personne ne dit rien, le silence est de mise de la part des autorités et de la presse.

Nous vivons dans un pays qui respecte la liberté de culte et il est de notre droit de pouvoir pratiquer notre religion dans le lieu de notre choix sans avoir à craindre de prendre un jet de pierre quand nous nous y rendons. On ne doit pas craindre de prendre un mauvais coup quand on va prier. Nous avons le droit de nous réunir pour prier sans avoir à craindre que notre foi ne soit la source de conflits insupportables ni l’objet de provocations injustifiées.

Notre Seigneur a déjà été crucifié une fois dans l’indifférence de ses contemporains, ne le laissons pas subir à nouveau des outrages inqualifiables en nous disant que ce n’est pas si grave. Si, c’est grave de s’en prendre à une église. C’est inadmissible de rester silencieux. C’est à nous de dire stop. Il faut arrêter cela.
Cette église de Saint-Jean accueille tout le monde. C’est un lieu de prière mais c’est aussi un lieu où les plus pauvres d’entre nous reçoivent écoute et aide à travers le Secours Catholique. Nous ne demandons à personne son origine ni sa foi. Cela doit rester un lieu ouvert à tous, c’est important. Les enfants jouent sur le terrain de l’église et cela doit continuer. C’est un lieu où doivent se rencontrer l’amour de son prochain, la solidarité, l’entraide. La peur ne doit pas devenir notre quotidien. Et avec elle, son corollaire : la colère.

Qu’on ne ferme pas systématiquement les yeux, SVP…

Nous demandons à ce que soit respecté notre lieu de prière et notre foi. Nous demandons à ce qu’on ne ferme pas systématiquement les yeux sur des actes de profanation qui ne sont pas anodins, loin de là. Nous demandons à ce que le silence coupable qui entoure ces actes soit rompu. Nous demandons à pouvoir continuer notre bénévolat dans des conditions normales de fonctionnement. Nous demandons tout simplement à ce que soit juste respecté notre droit de prier en paix. Est-ce trop demander de nos jours ?

“Conte de Noël à l’envers” extrait d’une lettre du Père Gabriel Picard d’Estelan, dans le bulletin paroissial de Saint-Jean-Baptiste d’Avignon.

Source: http://www.sedcontra.fr

11/12/2010

Le « quotidien » à Avignon…

Et c’est partout pareil ailleurs… Renseignez-vous. En revanche, une svatiska dessinée grossièrement par des petits cons contre le mur d’une mosquée et c’est une révolution… Nous sommes en France; si si…

FDF

.

29/11/2010

Meurtre horrible à Avignon !

On ne doit pas avancer d’hypothèses sur cette horrible affaire; mais force est de constater qu’un meurtre à coups de pierres fait penser à certaines méthodes utilisées pour donner la mort et largement pratiquées chez les admirateurs d’une idéologie pour le moins malsaine… Je ne cite personne…

FDF

.

Une sexagénaire vraisemblablement tuée à coups de pierres à Avignon !

Photo d’illustration..

.

Une sexagénaire a été retrouvée morte dimanche à Avignon, la boîte crânienne vraisemblablement enfoncée à coups de pierres, a-t-on appris auprès du parquet d’Avignon.

Une sexagénaire a été retrouvée morte dimanche à Avignon, la boîte crânienne vraisemblablement enfoncée à coups de pierres, a-t-on appris auprès du parquet d’Avignon.

Le corps de cette femme née en 1944 a été retrouvé non loin de son domicile, « dans un endroit qui jouxte le parking des Italiens », situé à proximité de l’université et du centre-ville, selon la même source.

« Deux blocs de pierre ensanglantés » ont été découverts près du cadavre, a précisé le parquet.

L’enquête a été confiée à l’antenne avignonnaise du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier.

Source: http://www.lepoint.fr/

15/11/2010

Musulmans. Nos églises deviennent leurs « chiottes »…

Au rayon: mêmes causes (religion de merde), mêmes effets (merdiques) : pour rappel, ce que la racaille islamiste a fait de l’église de la nativité à Bethlehem.

FDF

.
http://www.dailymotion.com/video/xo1gn_chretiens-en-peril_news#from=embed&start=50
.

Ici comme là-bas, les zombies de l’islam, petits ou grands, sont capables des mêmes exactions. On se demande bien pourquoi, et d’où leur viennent de telles idées ?

Et oui, histoire d’éclairer un peu nos bonnes âmes sur les dernières profanations d’églises en France, à Carcassonne, ou à Avignon, commises par notre petite racaille islamiste, voici ce que la grosse racaille islamiste de Cisjordanie faisait en avril 2002 de l’église de la Nativité à Bethlehem.

« Terre sainte : Chrétiens en péril », 50 minutes, par Pierre Rehov (pour voir son site officiel et acheter ses documentaires, c’est ici)

Vous ne pensez tout de même pas que les zombis de l’islam, petits ou grands, vont respecter vos églises alors qu’ils transforment l’une des plus sacrées qui soit en WC d’Allah…

.

Merci à JLB pour l’info…

13/11/2010

Jets d’excréments et tags insultants sur l’église Saint-Jean à Avignon

Encore un coup des sous-merdes… Des excréments ont été projetés sur l’église…
FDF
.

Des tags obscènes sur les murs de l’église

Mercredi, église Saint-Jean. Le père Gabriel, curé de la paroisse, s’adresse à la presse, presque en désespoir de cause. C’est que depuis plusieurs mois, son église est la cible de tags injurieux et obscènes, de jets d’excréments… Et la semaine dernière, le feu a été mis au cyprès qui jouxte le bâtiment religieux, risquant de propager les flammes à l’église. Pour ce prêtre, « ces actes ont un lien direct avec ce qui se passe en Irak où des Chrétiens ont été agressés ». D’emblée, le père Gabriel parle de tensions inter-communautaires et dénonce un « climat de plus en plus agressif et violent entretenu par un petit groupe de jeunes de 12/13 ans jusqu’à 16 ans ». Dans un premier temps, le père Gabriel a cru à des « incivilités » de jeunes désoeuvrés du quartier. Des bêtises d’ados en mal de provocation.

« On va vous griller, vous et votre église »
 

Puis, quelques jours avant l’incendie du cyprès, un jeune est entré dans l’église, en pleine messe, urinant sur le parvis avec cette phrase terrible, : « On va tous vous griller, vous et votre église ». Le curé de la paroisse a déposé plainte au commissariat ce 9 novembre.
Comment l’ensemble de faits aussi graves perpétrés envers un lieu de culte, quel qu’il soit, a-t-il pu passer inaperçu auprès des pouvoirs publics? A la mairie, le chef de cabinet s’avoue « choqué et abasourdi ». « Nous avons appris les faits par la presse ce matin-même » reconnaît-on au cabinet du maire. Abasourdi par les faits eux-mêmes, mais aussi par l’absence de relais et le manque de remontée d’informations du quartier jusqu’à la mairie… « Nous avons retracé tous les courriers reçus en mairie ces derniers mois, rien ne concerne l’église Saint-Jean ».

Le père Gabriel sera reçu lundi en mairie

Autre motif de stupéfaction, le fait que l’archevêché n’ait pas téléphoné directement au maire pour signaler ces actes qualifiés « d’intolérables ».
Des actes qui, pour certains riverains du quartier Saint-Jean ne seraient que la face émergée de l’iceberg déplorant un « prosélytisme religieux ». Une tension inter-communautés qui devra être prise en compte par l’archevêché et le représentant du culte musulman. Localement, on apprenait ce soir que le père Gabriel sera reçu en mairie dès lundi 8 h 30, son agenda ne lui permettant pas de rendez-vous avant. « Nous allons mettre en place un groupe de travail composé de la police nationale et municipale mais aussi des services techniques de la ville afin de répondre le plus rapidement possible à cette situation » conclut le chef de cabinet.
N’ayant pas réussi à joindre l’archevêché ce soir, nous ferons, nous l’espérons, connaître sa position dès demain.

Source: http://tinyurl.com/357nkvk

05/10/2010

Islamisme en France: ça sent le brûlé chez les muzz…

On commence à y voir plus clair… Avec tous ces intégristes qui tombent… Parlez nous encore de cette « religion » d’amour, de paix, de tolérance…

FDF

.

Trois hommes ont été interpellés ce mardi matin près de Bordeaux et à Marseille, selon des personnes proches de l’enquête. Leurs coordonnées avaient été retrouvées dans les affaires de Ryad Hannouni, 28 ans, interpellé samedi à Naples en possession d’un kit de fabrication d’explosifs. L’extradition de cet homme suspecté d’être islamiste a été demandée par la France.

L’une des personnes interpellées l’a été par les hommes de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans la région bordelaise, tandis que les deux autres l’ont été à Marseille.

Ryad Hannouni serait de retour des zones tribales de la frontière pakistano-afghane où il aurait combattu. Il été repéré par la police italienne à Naples, où il fréquentait des mosquées locales. Son extradition est réclamée par la France où la justice souhaite l’interroger sur les « filières afghanes », ces combattants qui auraient entrepris de rentrer en Europe occidentale.

Une source proche de l’enquête se montait toutefois prudente sur le niveau d’implication dans de présumées « filières afghanes » des trois personnes interpellées mardi, dont l’âge et la nationalité n’ont pas été précisés.

9 interpellations dans une autre affaire

Par ailleurs, neuf autres personnes ont été interpellées le même jour à Marseille et Avignon dans le cadre d’une enquête parisienne dans la mouvance islamiste. Quelques armes auraient été saisies.

Une source a immédiatement précisé qu’il n’y avait aucun rapport avec les premières arrestations arrestations. « Il s’agit d’un hasard de calendrier ». Lors des interpellations, menées par la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), « quelques armes, dont une kalachnikov et un fusil à pompe, ainsi que plusieurs munitions » ont été saisies, selon une source proche de l’enquête.

Cette opération s’est faite sur commission rogatoire d’un juge antiterroriste parisien dans une affaire en cours d' »association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Source: http://tinyurl.com/35ych65

Mouvance islamiste: 9 interpellations dans le sud, des armes saisies !

Là, c’est « retour au bled ». Sans armes, ni violence…

.

« Religion » d’amour, de paix, etc…

FDF

Neuf personnes ont été interpellées mardi matin à Marseille et Avignon dans le cadre d’une enquête parisienne dans la mouvance islamiste, et quelques armes ont été saisies

Source: http://tinyurl.com/3amyvsz

19/09/2010

Mosquée d’Avignon: des coups de feu, une oreille arrachée, des coups qui pleuvent…

Ahhhhhhhhhh, cette « religion » d’amour, de paix et de tolérance. Heureusement que ses fidèles sont là pour nous faire rire… J’oubliais: « religion » de partage. A Avignon, le partage de la mosquée se fait dans la douleur, sur fond de fanatisme et de querelles personnelles… La fréquentation des mosquées, c’est risqué. C’est pour ça que je n’y vais pas (non, j’rigole…).

FDF

.

RAPPEL : Le 17 février 2008, la mosquée du Chemin-bas d’Avignon à Nîmes avait été le théâtre de violences.

Ce 17 février 2008, au soir, après plusieurs mois de tension, la mosquée du Chemin-bas d’Avignon a sombré dans la violence pendant la prière. A cette époque, deux groupes de fidèles – les partisans de l’iman et ses détracteurs – se partageaient la mosquée à l’heure de la prière. Dans une ambiance particulièrement délétère.
Hier, deux des principaux protagonistes mis en cause dans cette affaire – Boubaker Slimani, un fidèle proche de Driss Saoudi, l’imam de la mosquée, et Saïd Chibani, un opposant – étaient convoqués devant le tribunal correctionnel. Le premier nommé représenté par M e Romain Floutier a dû s’expliquer sur les coups de feu et sur le pistolet qu’il avait dans la poche ce 17 février dans l’enceinte
de la mosquée. Deux balles avaient atteint le jeune imam du clan des opposants, sérieusement blessé au talon.

Le deuxième prévenu, défendu par M e Jean-Pierre Cabanes, a contesté les coups portés à Boubaker Slimani. « Vous voulez le condamner pour quoi ? proteste M e Cabanes. Parce qu’il a fallu maîtriser Boubaker Slimani qui avait tiré plusieurs coups de feu ? » « J’avais pris cette arme pour me défendre » , a raconté de son côté Boubaker Slimani. « Mais j’ai tiré à terre. Et je demande pardon à la justice pour l’arme . Dans la mosquée, il me regardait comme ça » , mime ce sexagénaire, évoquant les moqueries, provocations des opposants de l’imam… Ou encore des coups qu’il aurait reçus ce 17 février, avant que, ce soir-là, tout dégénère. « C’est un menteur. Et il va le payer très cher devant Dieu » , trépigne Said Chibani qui sera finalement expulsé de la salle.
« La trame de fond de cette histoire, ce n’est pas l’aspect religieux, a relevé M e Romain Floutier, l’avocat de Boubaker Slimani. Il y a derrière tout cela un aspect polito-financier. A cette époque se préparaient les élections du Conseil français du culte musulman (CFCM). » L’avocat évoque alors « l’intervention bienveillante » d’un membre du CFCM qui aurait essayé, selon lui, de rallier à sa cause, l’association cultuelle de la mosquée du Chemin-bas d’Avignon. D’où ces tensions et incidents qui se multiplieront ? « Derrière tout cela, il y aussi les agissements de ceux qui ont voulu prendre le pouvoir de l’association cultuelle », assure l’avocat. Le tribunal a suivi les réquisitions du vice-procureur Patrick Pribile. Boubaker Slimani a été condamné à un an de prison avec sursis ; Said Chibani à 6 mois de prison avec sursis.

Source: http://tinyurl.com/22tuvyv

02/09/2010

Chroniques de la violence ordinaire.

Quartier Saint-Jean à Avignon

01 septembre 2010
Un Avignonnais dénonce l’abandon par les pouvoirs publics du quartier St-Jean où régnerait « un climat de haine »

Lundi, à la veille du procès devant le tribunal correctionnel d’Avignon, Nicolas Hurlin a été approché dans le parc où il promenait son chien : « Retire ta plainte sinon on te la fera retirer de force« . Nicolas fait face : « restez là, j’appelle la police« . Les deux « jeunes » sont partis. Mais Nicolas n’en peut plus. Outre les douleurs à son oeil droit et les troubles du sommeil qu’il ressent depuis qu’il a été agressé le 12 août dernier, ce jeune homme a peur. Une angoisse partagée par sa soeur et ses parents qui l’ont soutenu hier lors de la première étape judiciaire.

Deux autres procès doivent avoir lieu dans ce dossier de violences en réunion : un mineur, écroué dans le cadre de l’enquête, sera en effet jugé dans quelques jours et un majeur dans quelques semaines. Hier Omar Yachou, 18 ans était le premier à répondre de sa participation à l’agression. Il reconnaît du bout des lèvres. Alignant quelques mots qu’il ponctue par des « voilà« , « ouais », « je regrette« .

Devant ses amis qui assistent aux débats en s’amusant, il fait le dos rond. Attendant que l’orage passe. Mais les faits sont là. Effrayants. Le 12 août dernier après la dégradation d’une voiture dans le quartier Saint-Jean, Nicolas Hurlin passe le mot aux voisins. « Rentrez vos voitures, faites attention« . Le message ne plaît pas à un groupe de jeunes qui squatte devant le parvis de l’Église.

Nicolas, qui vient de rattraper son chien sorti du jardin, est interpellé. « Batard, connard, sale blanc, sale Français de merde. On va brûler votre maison et celles de vos voisins »… les mots font mal. « Vous appelez les flics vous ne savez pas vous défendre seuls »…

Sa soeur et son amie sont prises à partie. Nicolas les rejoint. Les coups pleuvent. Il est grièvement blessé à l’oeil droit. Il a le visage en sang. Un voisin l’extirpe du groupe et le met à l’abri chez lui. « Quand il s’est réfugié, je suis parti. Voilà » lâche Omar Yachou. Partie civile, Me Tartenson dénonce cette violence gratuite qui s’inscrit dans un « contexte très lourd d’insécurité chronique » teinté « d’agressivité et de haine de l’autre« . L’avocat insiste sur le « caractère gratuit » de « l’agression d’une violence inouïe« .

Lors de son réquisitoire le vice-procureur Giffault, tout en demandant au tribunal de « prendre garde aux amalgames » souligne qu’il est « du devoir du mécanisme judiciaire d’analyser le contexte. On doit prendre en considération le comportement des agresseurs qui sont des jeunes désoeuvrés qui tiennent des propos haineux. Ce dossier est préoccupant car il en émane un climat malsain » poursuit le représentant du parquet qui trouve « inadmissible » qu’une « partie de la population d’Avignon à certains moments soit en butte à un climat d’insécurité avec le sentiment d’être délaissée face à des jeunes malveillants ».

Le tribunal suit les réquisitions et condamne le prévenu à 6 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve avec interdiction de rencontrer les victimes. Il est ordonné une expertise médicale de la victime à qui il est alloué une provision de 2000 euros.

vu sur http://www.laprovence.com/article/region/quartier-saint-jean-a-avignon-chronique-dune-violence-ordinaire

(Merci à DG pour l’info…)