Francaisdefrance's Blog

13/12/2011

Procès Sadia : la cour d’assises évacuée par précaution face aux menaces…

« Sadia avait 20 ans, elle croquait la vie à pleines dents et était pleine d’ambition, elle était comme toutes les jeunes filles de son âge, elle vivait à l’occidentale sans pour autant avoir abandonné sa culture. Face à un mari qu’on voulait lui imposer, elle prit son courage à deux mains et quitta le domicile familial. Sadia vivait sa vie comme elle l’entendait même si la séparation familiale était douloureuse. C’est d’ailleurs pour cela que après énormément d’insistance de la part de ceux-ci, elle retournait leur rendre de petites visites. Mais hélas alors qu’elle s’attendait à un bon repas familial le 22/10/2007 c’est face à l’arme de son frère qu’elle se trouva. Sadia, forte et courageuse s’est alors battue jusqu’au 24/10/2007, jour où elle est décédée… »

Même dans les tribunaux, « ils » faut qu’ils répandent leur haine. Rassurons-nous, si l’on peut dire, en France, c’est pareil…

Des « Allah Akbar« , on en entend trop souvent, dans les salles d’audience.

FDF

.

QUI EST CE QUI FAIT TOUJOURS CHIER LE MONDE ?????     EH BIEN TOUJOURS LES MÊMES !!!!!!!!!!  
Les menaces  et  la violence meurtrière de la religion d’amour de paix et de  tolérance

.


UN CRIME  DIT D’HONNEUR ET POURTANT CES GENS OU LEURS AMIS MENACENT QUAND MÊME LES AUTORITES !

Selon la police, il s’agit d’une mesure de « précaution » à la suite d’un nombre important de menaces parvenues aux autorités


L’avocat général a requis la perpétuité pour les parents et le frère de Sadia Sheikh et une peine entre 20 et 30 ans pour Sariya, la soeur cadette

Selon la police, il s’agit d’une mesure de « précaution » à la suite d’un nombre important de menaces parvenues aux autorités

Le taux de vigilance a été accru et le service d’ordre a profité d’une interruption d’audience pour fouiller la salle. Le procès des assassins de Sadia Sheikh devrait reprendre à 14H15.

La cour d’assises de Mons a poursuivit ce lundi le procès à charge de quatre parents de Sadia Sheikh. En matinée, le parquet général a requis la perpétuité pour les parents et le frère de Sadia Sheikh et une peine entre 20 et 30 ans pour Sariya, la soeur cadette. Les plaidoiries sur les peines ont débuté avant une interruption d’audience, vers 11H.

C’est à ce moment que la salle a été évacuée. Une cinquantaine de personnes ont été priées de rejoindre le couloir adjacent à la salle de la cour d’assises. Les journalistes présents dans la salle ont dû sortir, laissant leur matériel sur les lieux.

Dans la matinée, une nouvelle menace est parvenue au palais de justice de Charleroi. L’auteur a fait état du « respect des coutumes« , selon la RTBF.

Une fouille a été ordonnée mais le palais de justice de Charleroi n’a pas été évacué. Cette menace a, semble-t-il, été prise au sérieux à Mons où le service d’ordre a décidé, à quelques heures de l’arrêt, d’accroître le taux de vigilance.

L’avocat général a requis la perpétuité pour les parents et le frère de Sadia Sheikh et une peine entre 20 et 30 ans pour Sariya, la soeur cadette

La cour d’assises du Hainaut a reconnu les quatre membres de la famille Sheikh coupables d’assassinat avec la circonstance aggravante qu’il a un motif discriminatoire. Le père et le frère sont également reconnus coupables de tentative de mariage forcé.

Après avoir rappelé que les accusés pourraient éventuellement prétendre à une libération conditionnelle au tiers de leur peine, l’avocat général Alain Lescrenier a souligné à l’intention des jurés que leur rôle n’était ni le pardon, ni la pitié mais la justice.

« Un père et une mère qui n’ont pas hésité, pour un motif d’honneur, à faire exécuter leur fille qui refusait de se plier à leur volonté. Un frère, Mudusar, un bourreau qui a exécuté froidement sa soeur sans même qu’elle ait eu le temps de réagir. Un traître, un espion, qui l’a houspillée pendant des mois et qui décidé de la mort de sa soeur au sein du conseil familial. Ce sont des actes odieux qui ne peuvent bénéficier d’aucune circonstance atténuante », a-t-il asséné.

A Sariya, l’avocat général a reconnu une circonstance atténuante, son immaturité, et le fait qu’à 18 ans -son âge au moment du crime- elle était soumise à l’autorité familiale. L’avocat général a requis une peine moins lourde, 20 à 30 ans de réclusion.

Alain Lescrenier a souligné que la famille a poussé l’infamie jusqu’à faire enterrer Sadia, dans un cimetière au Pakistan, sur la parcelle de Abbas, ce cousin auquel elle a été mariée virtuellement, lui refusant jusqu’au bout le droit à la liberté qu’elle réclamait.

Source: http://www.lalibre.be/

28/05/2011

Montauban: la mairie refuse de marier un couple franco-tunisien…

Deux mois qu’il est en France, le futur marié Tunisien; ça ne vous dit rien?…

Il est certain qu’il y a du « mariage blanc » dans l’air, dans cette affaire, la future épousée étant Française… Excellente réaction républicaine de la députée-maire. La naturalisation à la sauvage, c’en est trop ! La loi impose des règles strictes dans ce domaine. A Montauban, la stigmatisation bat son plein. A la charge de la mairie: ils auraient du prévenir les intéressés plus tôt, par politesse. Mais bon; tout le monde a droit à l’erreur…

FDF

.

C’est juste dans la cour de l’hôtel de ville que les futurs mariés et un cortège de 200 invités ont appris samedi que la mairie s’opposait à cette union d’un Tunisien avec une Française .

Décidément l’hôtel de ville de Montauban a vécu samedi dernier de drôles de moments. Imaginez que comme précisé par les bans du service de l’Etat-Civil on devait y célèbrer l’union d’un jeune tunisien Youness et de sa future épouse : Sylvie.Le couple était suivi par un important cortège d’environ deux-cents personnes. Invitées à cette célébration et ensuite au repas de fête préparé chez la sœur de Youness .Ceux qui allaient se dire oui s’apprétaient à monter les marches vers la salle des mariages lorsque l’officier de l’Etat-civil ceint de l’écharpe tricolore vint à leur rencontre pour annoncer tout de go que la députée-maire avait décidé de ne pas faire célébrer ce mariage,par l’adjointe en charge des cérémonies ce jour-là.C’est alors la colère et l’incompréhension parmi les invités qui ne comprennent pas du tout cette volte-face de dernière minute .

Les futurs mariés déposent plainte lundi

Car le parquet et le procureur de la République avaient donné leur accord.Le futur couple éclate en larmes et la femme en proie à une crise de nerfs est dirigée sur les urgences de l’hôpital où ils ont reçu de plus le réconfort d’un médecin psychologue.Tout cela parce que Brigitte Barèges et ses services ont soupçonné un «mariage blanc» entre un jeune tunisien arrivé en France depuis mars et une femme(1). Youness est catégorique là dessus : « Je suis en règle.J’ai un dossier à la préfecture à Toulouse qui va être transmis à celle de Montauban.J’ai un titre de séjour .On avait été reçu à la mairie, une personne nous avait dit de laisser nos coordonnées et qu’on aurait rendez-vous…Depuis plus rien.Ce refus est illégal. On a consulté un avocat et on va déposer plainte en début de semaine prochaine,au tribunal administratif car ce refus constitue une voie de fait »

Au parquet de Montauban on ajoute : « La substitut du procureur a été interrogée par la mairie.Le parquet en l’état des pièces ne voit pas d’obstacles à la célébration du mariage» .Même si dans ce genre d’affaire il faut faire preuve d’un extrême prudence.Contactée par nos soins via son chef de cabinet et aussi par courrier électronique Brigitte Barèges n’a pas voulu s’exprimer hier soir sur ce sujet.

(1) Sur le site Médiapart qui fait état de cette affaire hier matin dans un dossier dévolu aux récentes déclarations de Brigitte Barèges sur les mariages «gays», l’auteur de l’article écrit après le feu vert au mariage donné par le parquet le 19 mai : « Le compte-rendu de la mairie était mensonger .C’est une affaire hallucinante.» rapporte à Médiapart une source du syndicat de la magistrature.


Pour la cimade c’est «illégal et anticonstitutionnel»

Pierre Grenier est le délégué pour Midi-Pyrénées de la CIMADE .L’antenne Tarn-et-Garonnaise est d’ailleurs aux côtés du couple depuis que le refus de célébration a été rendu public .Cette affaire dit-il : « est liée à un discours ambiant.Mais il faut savoir que refuser un mariage civil sur lequel les autorités judiciaires ne trouvent rien à redire c’est illégal et anticonstitutionnel .Cela se produit dans plusieurs autres villes . Mais pas dans la région et encore moins récemment .»

Source: http://www.ladepeche.fr/