Francaisdefrance's Blog

21/01/2012

Nouvelle sorte de récidive: le port du niqab…

Ne me dites pas que ce n’est pas de la provocation, ça! Ne me dites pas que le coran impose le port du niqab, c’est faux. Elles feront tout pour nous emmerder. Leurs barbus les envoient pour ça. A nos autorités de répondre de façon de plus en plus répressive…

FDF

.

Aussillon. Verbalisée en récidive pour port de niqab

Déjà verbalisée le 24 novembre dernier pour port de niqab sur le marché d’Aussillon, une Castraise aurait récidivé le 14 janvier dernier vers 14 h , marchant voilée sur le trottoir du Cours René Reille, dans le centre-ville de Mazamet. Les policiers alertés ont eu du mal à établir avec certitude qu’il s’agissait de la même personne que celle verbalisée en novembre. Invitée à oter sa tenue noire où seuls les yeux étaient visibles, la jeune femme a tout d’abord refusé avant d’obtempérer pour une vérification d’identité. S’en est suivi un échange verbal qui lui vaudra une comparution au Parquet de Castres le 5 mars, en plus de la récidive.

Convoquée en fin de semaine au commissariat, la jeune femme est arrivée et repartie en infraction avec la législation sur le port du voile.

Cette affaire s’ajoute à une autre, semblable, survenue début décembre boulevard de la Maylarié à Aussillon. Une jeune femme de 20 ans avait été verbalisée par les policiers pour dissimulation de son visage sur la voie publique. Ce jour-là, les forces de l’ordre avaient du agir face à l’interposition du mari. D’où une deuxième procédure correctionnelle, cette fois à l’encontre du mari, pour incitation à agir sous la contrainte.

Le port du niqab ou de la burqa n’est plus autorisé dans la rue, les jardins publics, les gares, les commerces ou les mairies, depuis la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage.

Source: Henri via http://www.ladepeche.fr/

26/11/2011

Et encore une voilée qui morfle !

Ca fait plaisir de lire des nouvelles pareilles. Les muzz veulent ignorer nos loi? Et bien qu’ils assument! Et là, pas de stigmatisation. Les voilées, nous n’en voulons pas, en outre. De plus, elles font peur à nos enfants…

FDF

.

Photo d’illustration

Le port du voile intégral est interdit dans l’espace public…
.

«Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.» Pour avoir ignoré, ou méconnu, cette loi du 11 octobre 2010, une jeune femme a été verbalisée, jeudi sur le marché d’Aussillon.

Les faits ont été constatés par une patrouille pédestre du commissariat de Mazamet. Depuis son entrée en vigueur, le 11 avril 2011, c’est la première fois que cette loi est concrètement appliquée dans le Tarn. Les deux policiers mazamétains ont constaté la présence, sur ce marché qui se tient autour de la halle de la Falgalarié, d’une jeune femme voilée. «Il ne s’agissait pas d’un niqab ni d’une burka mais cette personne avait un voile qui lui couvrait intégralement le visage», précise-t-on au commissariat. L’infraction était constituée à partir du moment où cette Française, originaire de Mayotte, a refusé d’ôter le voile dans ce lieu public. Dans la foulée, elle a été convoquée au commissariat pour décliner son identité. Elle a bien présenté ses papiers mais a refusé encore une fois de dévoiler son visage. Un procès-verbal d’audition lui a été remis. Dans le cadre de la contravention de 2e classe qui lui a été dressée, la jeune femme est convoquée prochainement devant le tribunal de police de proximité de Castres. Elle encourt jusqu’à 150 euros d’amende.

«C’est tout simplement la loi. Nous sommes là pour faire appliquer toutes les lois. Si un policier est appelé pour un tapage nocturne ou s’il constate qu’une voiture est garée sur un emplacement réservé aux handicapés, il relève l’infraction. Il en est de même pour cette loi », commente Paul Agostini. Pour le directeur départemental de la sécurité publique «il y a une sensibilité particulière au niveau des administrations qui dispensent des prestations. Dissimuler son visage pose des problèmes évidents d’identification de la personne, par exemple lorsqu’on vient faire refaire des papiers ou qu’on se présente à une salle d’examen».

Source: http://www.ladepeche.fr/