Francaisdefrance's Blog

10/06/2011

L’Europe est assise sur un volcan !!!

J’ai bien peur que ce ne soit pas une prophétie; mais une résultante inéluctable…

FDF

.


Abolition des frontières et uniformisation forcée : les deux dogmes fondateurs de la supranationalité européenne ont volé en éclats sous l’effet des flux migratoires et des réalités économiques.

Rumeurs récurrentes sur un départ imminent des Grecs de la zone euro ; réunions d’urgence à Bruxelles, visant à rétablir la possibilité de contrôles aux frontières intérieures de l’Union européenne, ce que le Danemark a décidé de faire le 14 mai, sans solliciter l’autorisation de quiconque… Quelques semaines auront donc suffi à faire en sorte que le lourd couvercle de certitudes officielles posé depuis près de vingt ans sur la marmite européenne saute sous la pression des faits.

Pour autant, les Grecs sont toujours dans l’euro, et les Italiens non moins habilités à délivrer aux Tunisiens des visas pour la France, selon les règles édictées, en 1985, par les accords de Schengen, élargis, au fil des traités, à vingt-quatre des vingt-sept membres de l’Union européenne plus trois États associés (Suisse, Islande, Norvège). Mais dans le cas de l’euro comme dans celui de la libre circulation des personnes, un même tabou vient de tomber : celui de l’irréversibilité de la construction européenne, édifice construit, précisément, sur le double dogme d’une norme s’imposant à tous, quelle que soit la situation particulière de chacun, et d’une disparition des frontières réputée conforme au “sens de l’Histoire”…

Le fait que la Commission de Bruxelles accepte de “discuter” de la révision des accords de Schengen ne signifie pas, naturellement, que ceux-ci seront modifiés (il faudrait pour cela non seulement que la France soit soutenue par une majorité qualifiée au Conseil européen, mais aussi que le Parlement de Strasbourg entérine la réforme, en vertu du principe de codécision). Mais c’est assurément une étape.

Le fait que les rumeurs succèdent aux rumeurs s’agissant de l’incapacité structurelle de certains pays de sacrifier aux disciplines de l’euro n’implique pas davantage que celui-ci vive ses derniers mois. Mais le fait même qu’une sortie puisse être envisagée (comme l’avait souhaité Valéry Giscard d’Estaing lui-même lorsqu’il avait rédigé, en 2003, son projet de Constitution européenne) démontre que les réalités commencent à contrebalancer les logiques technocratiques mises au point voici plus de vingt ans pour se soustraire au contrôle des peuples et de leurs représentants.

Cette dissimulation, voilà bien le péché originel de l’Europe qui s’est mise en place avec Schengen et Maastricht. Un secret que Valeurs actuelles fut le tout premier à dénoncer s’agissant de l’ouverture programmée des frontières. C’était en mai 1989 et Pierre Joxe lui-même, pourtant ministre de l’Intérieur, était à peine au courant de ce que nous révélions ! Voici le roman vrai de cette imposture dont le dernier acte est en train de se jouer, avec pour décor des États désarmés face aux pressions migratoires.

Tout commence en novembre 1988, quand le sénateur RPR Paul Masson, rapporteur du budget de l’Intérieur, voit son attention attirée, au détour d’une page, par la mention d’accords signés trois ans plus tôt à Schengen (Luxembourg) – le 14 juin 1985 – entre la France , l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Leur objet : rien de moins que de supprimer, à partir du 1er janvier 1990, les frontières physiques existant entre ces cinq pays, et transférer les contrôles qui s’y exercent à la périphérie du bloc ainsi constitué.

Quand l’Intérieur ignorait les projets du Quai d’Orsay

Outre l’énormité institutionnelle de ce que cela implique, Paul Masson en discerne d’emblée la principale conséquence : la France se situant à l’extrémité du continent européen et disposant, en sus, de la législation sociale la plus attrayante du monde, elle deviendra ipso facto le réceptacle naturel d’immigrés extra-européens ne sollicitant l’entrée chez nos voisins que pour obtenir un visa valable chez nous…

Aussitôt, le sénateur Masson écrit à Pierre Joxe pour lui demander de communiquer au Parlement le texte des accords de Schengen. « Conscient de la gravité du problème » mais, semble-t-il, aussi ignorant que lui des engagements pris par la France, le ministre de l’Intérieur l’« encourage » alors à s’y intéresser. Et le 16 mai 1989, Paul Masson révèle à Valeurs actuelles : « Nous avons découvert qu’une structure multilatérale exclusivement composée de fonctionnaires siège depuis quatre ans au Luxembourg… Nous avons découvert aussi que la France s’était engagée dans cette affaire à l’initiative du Quai d’Orsay sans qu’aucun de ses ministres des Affaires étrangères successifs [Claude Cheysson et Roland Dumas de 1984 à 1986 ; Jean- Bernard Raimond dans le gouvernement Chirac entre 1986 et 1988 ; à nouveau Roland Dumas depuis 1988, NDLR] ait cru bon d’informer de leurs travaux leurs collègues de l’Intérieur ou de la Justice. »

À l’origine de Schengen : les accords, non moins secrets, scellés le 17 juin 1984 entre François Mitterrand et Helmut Kohl, à Fontainebleau, en marge du sommet européen du même nom. Ceux-ci déboucheraient sur une “convention expérimentale” dite de Sarrebruck (13 juillet 1984), abolissant tout contrôle routier aux points de passage de la frontière franco-allemande… Convention ratifiée par un simple décret publié au Journal officiel le 1er août suivant, au creux de l’été et des vacances parlementaires !

Coïncidence ? « En deux ans, écrivions-nous en 1990, les chiffres de l’immigration turque ont explosé dans les départements français frontaliers de l’Allemagne… »

1984-1986 : c’est l’époque où, dans certaines HLM de Strasbourg ou de Mulhouse, le taux d’immigrés passe de 25 à 70 %; celle aussi où le Front national s’implante profondément en Alsace- Lorraine…

S’insurgeant contre le caractère confidentiel des accords de Sarrebruck, que le gouvernement de Jacques Chirac refusera de dénoncer en 1986, l’ancien premier ministre Michel Debré interpellait le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Didier Bariani, depuis son banc de l’Assemblée nationale, le 5 décembre 1986 : « Comment osez-vous appliquer de tels accords sans vous inquiéter de leur absence de ratification devant le Parlement ? Comment votre gouvernement peut-il concilier sa volonté affichée de réformer le code de la nationalité avec le laisser-faire dont il fait preuve à la frontière franco-allemande en matière d’immigration ? »

Ces questions sans réponse, le sénateur Masson (disparu en 2009) les reprendrait à son compte en 1990. Et, faute encore de réponse, jusqu’à la fin de son mandat en 2001…

Mais entre-temps, que de changements ! Enfin ratifiés en 1991 par le Parlement français (soit cinq ans après leur entrée en vigueur !), les accords de Schengen, devenus traité, étaient assortis d’une clause de sauvegarde permettant à un État de rétablir des contrôles à ses frontières nationales en cas de crise grave. À peine élu, Jacques Chirac ne se priverait pas de l’utiliser quand, confronté à la vague terroriste de l’été 1995, il s’agira pour lui de traquer (avec succès) les auteurs des attentats islamistes en multipliant les contrôles policiers…

Suite et source: http://www.valeursactuelles.com/dossier-d039actualit%C3%A9/dossier-d039actualit%C3%A9/l%E2%80%99europe-va-t-elle-exploser20110609.html

16/12/2010

Et on se demande pourquoi les gens s’inquiètent de la prolifération des mosquées !

Suède : des djihadistes veulent faire sauter une centrale nucléaire !


La télé suédoise a diffusé cette interview de Daniel Arrospide de Stockholm, un politicien local qui a infiltré l’une des plus grandes mosquées de la ville pendant six mois :

Arrospide : « Des groupes extrémistes font du recrutement de terroristes pour le compte d’Al-Qaïda, au vu et au su de l’imam.

La mosquée relance régulièrement des individus et leur offre de l’argent. Dans le cas d’une personne mariée, une grosse somme d’argent est promise à la famille de celui qui choisit de mourir pour Allah. Ils visent surtout des chômeurs, des itinérants, des individus sans avenir.

On parle beaucoup de djihad, de guerre contre les impurs, les impies, les incroyants.  Contre les Suédois.

L’attentat de samedi ne m’a pas surpris. Je sentais que quelque chose se tramait à Stockholm, que tôt ou tard, une bombe allait exploser.

Je suis convaincu qu’il y aura d’autres attentats à Stockholm.  Il y a définitivement des cellules dormantes à Stockholm.

Les dix radicaux de la mosquée sont libres de faire ce qu’ils veulent en Suède. Ils sont en mesure de commettre des attentats terroristes.

Et même pire, comme faire sauter une centrale nucléaire. »

http://www.postedeveille.ca/

Source et publication: Poste de Veille

08/11/2010

Message des archevêques d’Irak aux Chrétiens de France…

Il faut qu’ils abandonnent le terrain, et vite. Qu’ils reviennent en terres chrétiennes où l’on a grand besoin d’eux pour enrayer l’invasion islamiste. S’ils restent là-bas, je ne donne pas cher de leur vie…

FDF

.

L’appel au secours des chrétiens d’Irak.

Une veillée organisée par les chrétiens de Bethléem, en mémoire du massacre dont ont été victimes ceux de Bagdad.
Une veillée organisée par les chrétiens de Bethléem, en mémoire du massacre dont ont été victimes ceux de Bagdad. Crédits photo : MUSA AL-SHAER/AFP

Un message adressé par les cinq archevêques du pays a été lu dimanche dans toutes les églises de France.

» Survivant du massacre de la Toussaint, Talal veut prendre le chemin de l’exil

L’onde de choc est terrible et l’appel au secours, poignant. Moins d’une semaine après l’attentat qui a visé la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, les cinq archevêques d’Irak viennent d’adresser un message implorant la compassion de leurs «frères de France». Dimanche, ce texte a été lu dans toutes les paroisses du pays. Il n’y a pas une Église catholique du monde qui ne se mobilise, par la prière et la solidarité, pour venir en aide aux chrétiens irakiens, encore désignés après l’attentat, par al-Qaida, comme des «cibles légitimes».

Les cinq archevêques écrivent: «Notre calvaire est lourd et il nous paraît long. Le carnage qui a eu lieu à la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi lesquels deux jeunes prêtres et 67 blessés dont un prêtre, nous a profondément secoués. Nous perdons la patience, mais nous ne perdons pas la foi et l’espérance. Cet événement d’une telle ampleur qui se produit juste après la tenue du synode nous choque encore plus. Ce dont nous avons besoin c’est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral. Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer. Sans cela nous nous sentons seuls et isolés. Nous avons besoin de votre compassion face à tout ce qui vient toucher la vie des innocents, chrétiens et musulmans. Restez avec nous, restez avec nous jusqu’à ce que soit passé le fléau. Que le Seigneur nous protège tous.».

Ces cinq-là – Athanase Matti Matoka, archevêque de Bagdad des Syriens, Louis Sako, archevêque de Kirkouk des Chaldéens, Emil Nona, archevêque de Mossoul des Chaldéens, Basile Georges Casmoussa, archevêque de Mossoul des Syriens, Bachar Warda, archevêque d’Erbil des Chaldéens – étaient, il y a encore quinze jours, à Rome pour participer au synode sur le Proche-Orient. Avec eux, Benoît XVI avait invité pour agir tous les évêques et experts religieux des dix pays de cette région du monde, de façon à endiguer le phénomène de diaspora des chrétiens vers l’Occident et à renouveler un dialogue avec les musulmans modérés, contre l’islam radical.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, avait aussi été invité par le Pape à ce synode, conclu le dimanche 24 octobre après deux semaines de travaux. Vendredi, à Lourdes, il a lu l’appel des évêques irakiens devant la centaine d’évêques français réunis en assemblée plénière, André Vingt-Trois n’a donc pas caché sa «grande émotion» en assurant, dans une réponse écrite, de la «prière» et du «soutien et l’amitié» des catholiques de France. Ils «ont été profondément choqués», assure le président des évêques. Ils appuient, dit-il encore, «votre désir légitime de demeurer sur votre terre où les chrétiens sont présents depuis les premiers siècles».

«Violence absurde»

En conclusion, l’archevêque de Paris a assuré : «Nous parlons de vous autour de nous et nous insistons pour que les instances internationales prennent la mesure de votre détresse et agissent avec fermeté.» Mais il a aussi souhaité «que l’Esprit de Dieu (…) fasse grandir dans le cœur de tous les hommes, de quelque religion qu’ils soient, le désir de la paix véritable et de la justice».

Dans sa cathédrale, Notre-Dame de Paris, une messe est organisée ce dimanche, à 18 h 30, par l’Œuvre d’Orient, à l’intention des victimes de cet attentat. À Rome, cette semaine, Benoît XVI s’est dit «profondément touché» par ces «attaques barbares». Le Pape a condamné «cette violence absurde, d’autant plus féroce qu’elle a touché des personnes sans défense, rassemblées dans la maison de Dieu, qui est une maison d’amour et de réconciliation»…

Suite et source: http://tinyurl.com/24g6pkc

26/09/2010

Annonce de menaces d’attentats : « une diversion », selon Marine Le Pen.

Elle a tout compris, Marine Le Pen. Et vous? Avez-vous remarqué depuis peu tout ce qui peut être médiatisé à outrance sur les Roms, Al Quaeda, les prises d’otages, l’immigration clandestine, les attaques par les racailles, les guerillas urbaines et j’en passe, alors que NOTRE Gouvernement est secoué par de sombres affaires internes? Sachez lire entre les lignes…

FDF

Annonce de menaces d'attentats : "une diversion", selon Marine Le Pen

Marine Le Pen, vice-présidente du Front national (FN), a qualifié dimanche sur France 5 de « diversion » l’annonce par le gouvernement de menaces d’attentats sur le sol français.

Marine Le Pen, vice-présidente du Front national (FN), a qualifié dimanche sur France 5 de « diversion » l’annonce par le gouvernement de menaces d’attentats sur le sol français.

« Ca me paraît assez suspect (…) C’est une diversion », a affirmé Mme Le Pen, en dénonçant « ces déclarations tonitruantes pour nous dire que ce risque terroriste est épouvantable ».

« On nous explique même quasiment quelle forme va prendre ce risque ! Ca me paraît une étrange manière d’assurer la sécurité sur notre territoire », a-t-elle poursuivi.

Le directeur général de la police nationale (DGPN) Frédéric Péchenard, avait assuré mercredi dernier que le gouvernement disposait d' »indications sérieuses émanant de renseignements fiables nous disant qu’il y a un risque d’attentat important ».

M. Péchenard avait ajouté qu’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a revendiqué l’enlèvement de sept personnes au Niger, dont cinq Français, ciblait « particulièrement la France même si ce n’est pas eux qui vont venir poser une bombe en France ».

Source: http://tinyurl.com/33qy2q4

21/09/2010

Attentats terroristes islamistes: et si on en parlait?

Madrid 11 avril 2004

Les français, en particulier ces temps-ci, rasent les murs car on leur fait miroiter, non, ce n’est pas le mot; on leur fait PEUR avec des risques potentiels d’attentats terroristes islamistes. Pendant ce temps, ils ne pensent pas au reste… Néanmoins, il est bon de faire un retour sur ces attentats qui ont défrayé la chronique voici quelques années. Ce n’est pas pour vous faire peur, mais je suis certain que bon nombre d’entre vous ne se souviennent plus… Ce n’était pas forcément dans votre journal du matin. Et pourtant, la menace terroriste islamiste des temps modernes a toujours existé. Et elle n’a pas eu toujours besoin de motifs pour se manifester. La preuve…

FDF

.



Listes d’attentats

Mise à jour: 18/01/2008

Attentats islamistes

Le Centre national antiterroriste des Etats-Unis (NCTC) a publié le 27/04/2005 son rapport 2004 sur le terrorisme dans le monde http://www.state.gov/documents/organization/45313.pdf . Selon le Washington Post du même jour, le nombre d’attentats est passé de 175 en 2003 à 655 en 2004 : il a presque quadruplé en un an !

Voici des exemples d’attentats terroristes islamistes perpétrés ou déjoués dans le monde. La liste ci-dessous n’est pas exhaustive. Elle omet, en particulier, les attentats commis en Israël, en Afghanistan, en Tchéchénie, en Algérie, en Irak, etc.

Attentats un peu partout

Date Description
18/04/1983 Attentat-suicide, Beyrouth, ambassade des USA, 63 morts
23/10/1983 Attentat-suicide, Beyrouth: 241 morts américains, 58 morts français
04/02/1991 2 militaires américains blessés à Djedda
29/12/1992 Attentat à Aden, Yemen: 2 morts
26/02/1993 1er attentat au World Trade Center: 6 morts, plus de 1000 blessés
13/11/1995 Mission américaine à Riyadh: 6 morts
25/06/1996 Base aérienne de Khobar, Arabie Saoudite: 19 morts américains
17/11/1997 Louxor (Egypte): 67 morts
07/08/1998 Ambassades américaines à Nairobi (Kenya) et Dar es Salam (Tanzanie): 224 morts, près de 5000 blessés.
12/10/2000 Destroyer USS Cole, Aden (Yémen): 17 morts, 40 blessés
11/09/2001 Attentats-suicides au World Trade Center (New York) et au Pentagone (Washington), + avion tombé en Pennsylvanie:
environ 3000 morts
22/01/2002 Centre américain de Calcutta, Inde: 20 morts, 20 blessés
23/01/2002 Pakistan: enlèvement du journaliste Daniel Pearl, ultérieurement assassiné
17/03/2002 Islamabad, Pakistan: attentat dans un temple protestant: 5 morts, 46 blessés
11/04/2002 Djerba, Tunisie, camion piégé contre synagogue: 21 morts
08/05/2002 Karachi, Pakistan, attentat contre le bus transportant des français de la Direction des Constructions Navales, 14 morts
14/06/2002 Karachi, Pakistan: attentat devant le consulat américain: 12 morts, 50 blessés
13/07/2002 Pakistan, attaque d’un car de touristes, 12 blessés
05/08/2002 Pakistan, attaque d’une école chrétienne: 6 morts
25/08/2002 Explosion près de la résidence du personnel des Nations unies à Kaboul, Afghanistan
06/10/2002 Pétrolier français Limburg: 1 mort
08/10/2002 Koweït, attaques de militaires américains en manœuvre
12/10/2002 Attentat de Bali, Indonésie: 200 morts, 300 blessés
28/11/2002 Mombasa, 2 attentats anti-israéliens, contre un hôtel et un avion d’El Al: 18 morts
04/03/2003 Davao, Philippines, Attentat contre un aéroport: 21 morts
12/05/2003 Riyad, Arabie Saoudite, 35 morts, près de 200 blessés dans un complexe résidentiel
16/05/2003 Casablanca, Maroc: 45 morts
05/08/2003 Jakarta, Indonésie : attentat hôtel Marriott, 12 morts, 150 blessés
15/11/2003 Istanbul, Turquie, attentats contre 2 synagogues: 23 morts, plus de 300 blessés
20/11/2003 Istanbul, 2 attentats-suicides: 33 morts, 450 blessés
05/12/2003 Essentouki, Russie, attentat contre un train: environ 40 morts et 100 blessés
09/12/2003 Moscou, Russie, attentat-suicide près du Kremlin: 5 morts
11/03/2004 Madrid, train: 200 morts, 1500 blessés
01/05/2004 Six occidentaux tués à Yanbu (Arabie Saoudite)
29-30/05/2004 Prise d’otages à al-Khobar (Arabie Saoudite) : 22 morts, 25 blessés
12/06/2004 Arabie Saoudite : un Américain tué à Riyad, un autre enlevé puis décapité
27/04/2004 Attentat à Damas contre l’ambassade du Canada : 5 morts
24/08/2004 Russie, attentat tchétchène, 2 avions Tupolev, 89 morts
1-3/09/2004 Ossétie du Nord, prise d’otages tchétchène dans une école,
plus de 330 morts et 700 blessés
09/09/2004 Attentat de la branche Jemaah Islamiyah d’al Qaida à Jakarta (Indonésie) contre l’ambassade d’Australie, 9 morts, 182 blessés
26/09/2004 Assassinat d’un Français en Arabie Saoudite par al Qaida
07/10/2004 Triple attentat en Egypte, une trentaine de morts
01/11/2004 Assassinat du cinéaste Théo van Gogh à Amsterdam par un islamiste
06/12/2004 Attentat contre le consulat américain à Djedda, une dizaine de morts
janvier 2005 Plusieurs fusillades sanglantes au Koweït
14/02/2005 Triple attentat islamiste (Abou Sayyaf) aux Philippines : 10 morts, au moins 127 blessés
19/03/2005 Attentat à la voiture piégée au Qatar devant le théâtre d’une école : 1 mort, 12 blessés
07/04/2005 Attentat au grand souk du Caire : 4 morts dont 2 Français, 18 blessés
30/04/2005 2 attentats anti-touristes au Caire : 3 morts, 8 blessés
07/07/2005 4 attentats à Londres : environ 50 morts et 700 blessés
21/07/2005 4 bombes à Londres : 1 blessé
23/07/2005 Plusieurs attentats à Charm el Cheikh (Egypte) : environ 80 morts et 200 blessés
17/08/2005 350 attentats au Bangladesh, perpétrés quasi simultanément par des islamistes du groupe « Jamayetul Mujahideen » qui réclament l’instauration de la loi islamique. Il y a au moins 1 mort et 13 blessés
19/08/2005 3 tirs de roquettes Katioucha à Aqaba (Jordanie) et Eilat (Israël) : 1 mort et un blessé
01/10/2005 3 attentats à Bali : environ 26 morts et 100 blessés
29/10/2005 3 attentats à Delhi : environ 66 morts et 190 blessés
09/11/2005 3 attentats contre des hôtels à Amman (Jordanie). Environ 57 morts et 100 blessés.
11/07/2006 Explosions dans des trains à Bombay (Inde). 187 victimes.
12/09/2006 Attentat contre l’ambassade américaine à Damas : 4 morts
26/02/2007 Attentat antifrançais en Arabie Saoudite : 4 morts
11/04/2007 Attentats à Alger : 33 morts, environ 200 blessés
14/04/2007 2 attentats antiaméricains à Casablanca : 2 morts (les 2 terroristes)
29/06/2007 3 attentats à la voiture piégée à Londres et Glasgow, pas de victime
02/07/2007 Attentat au Yémen : 9 morts
05/09/2007 Attentat islamiste manqué en Allemagne, 3 terroristes arrêtés
06/09/2007 Attentat en Algérie, à Batna : 20 morts, 85 blessés
08/09/2007 Attentat en Algérie, à Dellys : 35 morts, 55 blessés
21/09/2007 Attentat en Algérie près d’Alger : 9 blessés dont 2 Français
18/10/2007 Attentat au Pakistan, à Karachi contre Benazir Bhutto, qui en réchappe – 140 morts
11/12/2007 Double attentat à Alger : environ 60 morts et 100 blessés
20/12/2007 La police française démantèle un important réseau al Qaida
24/12/2007 Attentat à Aleg, en Mauritanie – 4 Français tués, 1 blessé
27/12/2007 Attentat-suicide au Pakistan – Une douzaine de morts dont Mme Benazir Bhutto
10/01/2008 Attentat-suicide à Lahore (Pakistan) 23 morts, 58 blessés
15/01/2008 Attentat anti-américain au Liban – 4 morts, une quinzaine de blessés

Attentats à Paris du groupe pro-iranien Fouad Ali Saleh

(qui a été jugé et condamné pour cela)

Texte téléchargé le 12/08/2004 de la page http://www.sos-attentats.org/jur_chron_judiciare/decisions/4/serie_attentats_4_faits.htm

Date Description
07/12/1985 Galeries Lafayette et Printemps (Paris)  51 blessés
03/02/1986 Galerie du Claridge (Champs-Elysées, Paris) 7 blessés
03/02/1986 Tentative de destruction de la Tour Eiffel
04/02/1986 Librairie Gibert-Jeune (Paris)  4 blessés
05/02/1986 FNAC-Sports, Forum des Halles (Paris) 15 blessés
17/03/1986 Tentative d’assassinats dans le TGV Paris-Lyon (Paris)  9 blessés
20/03/1986 Galerie Point-Show (Champs-Elysées Paris)  2 morts, 21 blessés
20/03/1986 Tentative d’attentat contre le RER, Ligne A, Stations Etoile et Auber (Paris)
08/09/1986 Poste de l’Hôtel de Ville (Paris)  1 mort, 16 blessés
12/09/1986 Cafétéria du Magasin Casino – La Défense  43 blessés
14/09/1986 Pub Renault  2 morts, 1 blessé
15/09/1986 Préfecture de Police (Paris) 1 mort, 45 blessés
17/09/1986 Magasin TATI, rue de Rennes, 7 morts, 54 blessés

Remarques sur l’origine de ces attentats à Paris:

§   Dans les années 1980, comme les Etats-Unis et d’autres pays, la France livre des armes à l’Irak, en guerre contre l’Iran islamiste. Celui-ci se venge en déclenchant la vague d’attentats ci-dessus.

§   Fin novembre 1987, sous le gouvernement Chirac, un accord entre la France et l’Irak est conclu: les livraisons d’armes françaises à l’Irak cessent et deux otages français du Liban sont libérés, en échange du libre départ pour la république islamiste d’Iran de Wahid Gordji (un des acteurs des attentats meurtriers de septembre 1986 à Paris). Ces attentats terroristes à Paris cessent.

Autres attentats islamistes non déjoués en France

Date Description
03/10/1980 Paris, Synagogue rue Copernic: 4 morts, 22 blessés
22/04/1982 Paris, Rue Marbeuf: 1 mort, 63 blessés
15/07/1983 Aéroport d’Orly: 8 morts, 60 blessés
25/07/1995 Paris, RER Saint Michel: 8 morts, 150 blessés
07/09/1995 Villeurbanne, attentat dans une école juive: 32 blessés
06/10/1995 Paris, avenue d’Italie: 16 blessés
17/10/1995 Paris, attentat dans le RER C (Musée d’Orsay): 30 blessés
03/12/1995 Paris, attentat dans le RER B (Port Royal): 4 morts, 170 blessés
08/10/2004 Paris, ambassade d’Indonésie, 10 blessés légers

Attentats déjoués aux Etats-Unis en 2005-2006

Date Description
31/08/2005 Los Angeles, arrestation de 4 terroristes qui planifiaient des attaques de centres de recrutement militaire et des synagogues
02/2006 Toledo (Ohio) : arrestation de 3 hommes qui préparaient leur départ pour l’Irak pour y combattre des forces américaines
Mars et juillet 2006 Inculpation de 2 hommes venus à Washington filmer des cibles près du Capitole puis partis au Canada rencontrer d’autres extrémistes travaillant aux mêmes attentats
Juin 2006 Miami : arrestation de 7 extrémistes entendus au téléphone jurer allégeance à Al Qaida et projetant d’attaquer des cibles à Miami et Chicago
Juillet 2006 Arrestation au Liban de chef d’un groupuscule qui prérarait des attentats dans le métro de New York

Attentats du Hezbollah hors du Liban

§   Décembre 1984 : détournement d’avion koweïtien ; 2 Américains travaillant pour l’Agence Américaine pour le Développement International sont assassinés.

§   1985 :

  • Détournement d’un avion TWA vers Beyrouth. 1 mort.
  • Attentat contre un bureau de la compagnie El-Al à Copenhague ; 1 mort et 26 blessés.

§   13 attentats à Paris entre décembre 1985 et septembre 1986, dont 2 manqués ; ces attentats ont fait au total 13 morts et plusieurs centaines de blessés.

§   1988 : Détournement d’un vol Kuweit Airlines vers Alger où les terroristes s’échappent. 2 Koweïtiens assassinés.

§   1992 : Explosion à l’ambassade d’Israël en Argentine : 29 morts et 242 blessés.

§   1994 : Camion piégé devant un centre juif de Buenos Aires : 85 morts et plus de 200 blessés.

§   20/11/2000 : bombe dans un bus de transport d’enfants en Israël : 2 morts et 11 blessés.

§   Entre 1983 et 2006, des milliers de roquettes du Hezbollah sont tombées en Israël…

Références :

§   Association SOS attentats http://www.sos-attentats.org/rechercher.asp?texterecherche=Hezbollah&lan_id=fr

§   Middle East Media Research Institute (MEMRI) http://www.memri.org/

§   The Intelligence & Terrorism Information Center http://www.terrorism-info.org.il/engsite/home/default.asp

§   Institute for Counter-Terrorism (ICT) http://www.ict.org.il/

Attentat chimique dans le métro parisien déjoué en 2002

Source: article « Terrorisme » publié page 9 dans Le Figaro du 01/09/2004.

Le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière a affirmé le 31/08/2004 qu’un attentat majeur à l’arme chimique a été déjoué en décembre 2002. Il avait pour cible le métro parisien et d’autres lieux et utilisait une arme chimique nouvelle. Il a ajouté:

« Si nous n’avions pas réussi à agir et à démonter ce réseau en décembre 2002, je pense que l’on aurait eu en France plus de morts qu’à Madrid le 11 mars 2004. »

Une quinzaine de personnes, dont un imam algérien de Vénissieux, Chellali ben Chellali, son épouse et deux de ses fils ont été arrêtés en deux vagues, en décembre 2002 et janvier 2004. Selon le juge Bruguière, le projet d’attentat aurait été fomenté par une filière de combattants islamistes entraînés en Géorgie en vue de participer aux combats en Tchétchénie. Le principal suspect est Menad ben Chellali, fils aîné de l’imam, qui a reçu une formation dans des camps islamistes en Afghanistan en 2001, puis dans les gorges de Pankissi, en Géorgie, en 2002. Il aurait projeté d’utiliser de la ricine et de la toxine botulique…

Filières irakiennes : coup de filet contre un groupe de djihadistes

C’est sous ce titre que Le Figaro du 28/04/2005 rend compte de 6 interpellations de la DST à Paris et Marseille qui ont mis un terme aux activités d’islamistes particulièrement dangereux.

Attentat chimique à Londres déjoué en janvier 2003

Un Nord-Africain, Kamel Bourgass, qui projetait un attentat à la ricine a été condamné à 17 ans de prison le 13/04/2005. Cette condamnation s’ajoute à celle encourue pour le meurtre d’un officier de police qui venait l’arrêter.


05/09/2010

Russie: nouvelle attaque meurtrière de la rébellion islamiste contre l’armée.

Allah va commencer à brailler: des vierges, il n’en reste plus tant que ça, là-haut… Les « martyrs »; il va falloir qu’ils se « débrouillent » tout seuls… Quelle bande de tarés.

Poutine va à nouveau se fâcher; excellent ! Allah a intérêt à renouveler ses « stocks »; il va y avoir des arrivées non prévues, dans son « paradis »…

FDF

.

Un attentat-suicide perpétré contre une unité militaire au Daguestan a fait au moins trois morts et une trentaine de blessés la nuit dernière. Les violences sont quotidiennes dans le Caucase russe, où sévit une rébellion islamiste armée.

Cinq personnes ont été tuées et 39 autres ont été blessées dans la nuit de samedi à dimanche dans un attentat suicide contre une unité militaire au Daguestan, dans le Caucase russe, une nouvelle attaque qui frappe cette région en proie à une rébellion.

L’attentat s’est produit à 00H30 (20H30 GMT) sur le territoire du polygone de Dalniï appartenant à l’unité des fusiliers-motocyclistes stationnée près de la ville de Bouïnaksk, selon une source au sein des forces de l’ordre locales, citée par l’agence RIA Novosti.

Un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée à l’entrée du camp militaire utilisé pour des manoeuvres, a indiqué cette source.

« Selon les premières informations, l’attentat a fait cinq morts et 39 blessés », a-t-elle précisé.

Pour sa part, le ministère russe de la Défense a fait état de trois morts et 36 blessés.


La puissance de l’explosion était équivalente à environ 100 kilos de TNT, a déclaré un responsable des forces de l’ordre locales, cité par RIA Novosti. L’explosion a fait un cratère de trois mètres de diamètre, selon la même source.

Les militaires avaient repéré la voiture du kamikaze et bloqué l’entrée du camp avec un camion, a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense, cité par RIA Novosti.

« Après plusieurs tirs de sommation, les sentinelles ont ouvert le feu sur le kamikaze » en le tuant, a-t-il indiqué.

« La voiture s’est écrasée contre le camion avant d’exploser (…) l’explosion s’est produite à l’extrémité du camp, sinon le bilan des morts aurait été beaucoup plus lourd », a-t-il souligné.

Selon un responsable des forces de l’ordre locales, une deuxième explosion est survenue peu après sur une autoroute, où devait passer une voiture de police dépêchée sur les lieux, sans faire de victimes.

Le Parquet militaire russe a déclaré enquêter sur les circonstances de l’attentat, alors qu’une commission spéciale dirigée par le chef par intérim du district militaire du Sud, Alexandre Galkine, s’est rendue au polygone de Dalniï, selon le ministère de la Défense.

Le Daguestan, république voisine de la Tchétchénie, est en proie à une rébellion armée islamiste qui mine tout le Caucase russe. Les violences y sont quotidiennes, en dépit de mesures de stabilisation prises, les combattants rebelles visant en particulier les représentants des autorités et des forces de l’ordre.

Le ministre régional en charge des affaires nationales et religieuses, Bekmourza Bekmourzaïev, a été blessé et le chauffeur de son véhicule tué samedi dans un attentat à la bombe au Daguestan.

Un policier des forces spéciales a été tué mercredi à Makhatchkala, la capitale daguestanaise.

Les autorités russes se veulent toutefois rassurantes, le Premier ministre Vladimir Poutine excluant une « nouvelle guerre » dans le Caucase russe.

« Je ne pense pas qu’il y ait des prémices pour une nouvelle guerre », a déclaré M. Poutine dans un entretien récent au quotidien populaire Komsomolskaïa Pravda.

Les rebelles « sont capables de commettre des actes terroristes, c’est sûr, ils sont capables de tirer de derrière un mur ou de faire exploser quelque chose. Mais ils n’ont ni les forces, ni les moyens pour une guerre », a-t-il souligné.

Il y a tout juste 11 ans, le 4 septembre 1999, un attentat meurtrier s’était produit à Bouïnaksk. Soixante-huit personnes avaient alors été tuées et plus de 150 autres blessées dans un attentat à la voiture piégée contre un immeuble occupé par des familles de militaires.

Source: http://tinyurl.com/2vpwhml