Francaisdefrance's Blog

27/10/2011

Soyez plus discrets avec vos mosquées, ça passera mieux…

Le projet de Marseille: pourquoi tant de faste !!!

La folie des grandeurs conduit souvent à la décadence.

Amis musulmans: vous devriez entretenir votre culte avec plus de discrétion. Pourquoi ces mosquées-cathédrales? Qui (nous/vous) coûtent des sommes pharamineuses et défigurent notre paysage. Soyez plus humbles. Vous verrez: des lieux de culte moins « tape à l’oeil », ça passera beaucoup mieux auprès des chrétiens que nous sommes. Chez nous, la tolérance, on l’a déjà prouvée. Chez vous, nettement moins. Fondez-vous dans la masse et faites vous oublier; ça évitera l’islamophobie dont vous plaignez sans cesse. On tolère vos mosquées en terres chrétiennes; vous brûlez nos églises en terres musulmanes. Si on ne veut pas en arriver à la loi du Talion, vous savez ce qui vous reste à faire. Vous avez les cartes en main…

FDF

.

Le quotidien régional La Marseillaise a publié hier, des extraits d’un rapport confidentiel sur l’islam à Marseille. Le document, qui préconise une compression des espaces de culte, suscite l’indignation chez les responsables d’associations musulmanes.

A Marseille, les prières de rue, ça dérange

Le document, qui est en fait un rapport confidentiel de 8 pages des services de renseignement français, porte un regard pessimiste sur la communauté musulmane de Marseille. Selon ses termes, « si rares sont les individus radicalisés au point de soutenir les jihadistes, le fondamentalisme aurait progressé au point de gagner la majorité de la population musulmane ». Certaines communautés de musulmans sont ainsi accusées d’enfermer leurs membres « dans une boucle culturelle », accentuant ainsi le « repli communautaire », rapporte le quotidien La Marseillaise.

Selon le rapport, les musulmans de Marseille sont une « population fragilisée, peu informée et peu cultivée y compris sur les préceptes de sa propre religion, se retrouvant entre les mains d’imams auto-proclamés, guère plus compétents que leurs ouailles mais suffisamment charismatiques pour obtenir leur suivisme ».

« Pas plus de mosquées mais mieux de mosquées. »

Le document se penche particulièrement sur la question des prières de rue et du nombre de mosquées. Les auteurs du rapport sous-entendent que les lieux de cultes musulmans sont trop nombreux à cause des divisions intestines dont souffre l’islam marseillais. Ces divisions pousseraient de nombreux musulmans à faire leurs prières dans les rues. La solution préconisée : « reconcentrer (réduire, ndlr) les lieux de culte ».

Ceci aurait pour effet « une professionnalisation des imams, des économies d’échelles, forcerait les fédérations et les obédiences au consensus et éloignerait les intérêts extra-nationaux, facilitant en outre les rapports et l’observation par les partenaires institutionnels. Non pas plus de mosquées mais mieux de mosquées », indique le rapport. En d’autres termes, pour éviter aux fidèles de prier dans les rues, il faudrait réduire le nombre de mosquées. Sur ce point, le rapport est jugé « contradictoire » par Nassera Bernmarnia, directrice de l’Union des familles musulmanes à Marseille.

Moins de mosquées, mais pas de grande mosquée

Alors que le « moins de mosquées » sous-entend naturellement la construction d’édifices capables de fédérer les communautés musulmanes de Marseille, il semble que les auteurs du rapport excluent la construction d’une grande mosquée à Marseille. Pour eux, l’idéal serait un édifice discret, avec un impact sur le paysage urbain.  En d’autres termes, une grande mosquée de Marseille ferait tache sur le décor marseillais.

Pour Nassera Bernmarnia indignée, « encore une fois, on enferme le musulman dans le cliché du terroriste, de celui qui ne respecte rien ». De son côté, Benoit Gilles, journaliste à La Marseillaise, estime pour sa part, que « les rédacteurs mêlent sans peine les généralités et l’anecdote, les stéréotypes grossiers et les observations renseignées ». Un tissu de contradiction en somme, censé défendre la « laïcité à la française ».

Source: http://www.yabiladi.com/

Et merci à DG pour l’info…

17/09/2010

Les musulmans divisés à Dunkerque sur fond de mosquées.

17 09 2010

« Ils » ne s’entendent pas entre eux. Comment voulez-vous que l’on s’entende avec eux?

FDF

.

Deux projets de mosquée, l’un porté par la municipalité et le CJEV, l’autre par l’association des Musulmans du Littoral entraînent de vives tensions au sein de la communauté

Cette « mosquée pour tous les Grands-Synthois » qui divise…

Façade du projet Salam, rue Anatole-France.

Façade du projet Salam, rue Anatole-France.

En lice,deux associations portent chacune un projet de mosquée. L’une à l’Albeck (le CJEV), a les faveurs de la municipalité, qui a encouragé la démarche et se déclare prête à jouer les intermédiaires avec le bailleur social propriétaire du terrain.

Qu’une mosquée digne de ce nom voit officiellement le jour à Grande-Synthe, sur la commune de l’agglomération qui compte proportionnellement le plus de fidèles musulmans, au fond, on pourrait se demander pourquoi cela n’a pas été fait avant.

.. Mais la question aujourd’hui n’en est plus là.
Depuis l’annonce, tombée à la mi-août, suivant laquelle la mairie de Grande-Synthe accueillait avec bienveillance un projet d’érection d’un lieu de culte musulman sur un terrain rendu disponible derrière l’école Bonpain, la polémique enfle.

La mosquée qui divise les musulmans.
Car l’association pressentie, le CJEV (centre culturel et cultuel du jardin de l’éveil et la vertu) d’Hamid Bakria, également président de l’AFMR (Association des Français musulmans rapatriés d’Algérie et leurs amis), initiatrice du projet, n’était pas la seule sur les rangs.
Par rapport au projet de l’association des Musulmans du Littoral (le Phare dunkerquois du 16 juin 2010, « Pour un Islam de proximité sans la promiscuité »), qui souhaite délocaliser de quelques dizaines de mètres et agrandir sa mosquée actuelle (Salam) du centre commercial Saint-Jacques vers un garage automobile abandonné, rue Anatole-France, elle aurait même plusieurs tours de retard. Et ce, même si le CJEV indique que la volonté d’implantation de sa mosquée date de plus de 10 ans.
En face, Salam maîtrise en effet le terrain et le financement. Reste l’écueil du permis de construire, délivré par la mairie. Seule certitude, le dialogue est quasi inexistant entre les Musulmans du Littoral et la municipalité en place. Pourquoi ? Selon le maire, l’association l’aurait mis « devant le fait accompli ». Un problème de méthode donc, pour l’AML, là où Hamid Bakria et le CJEV affirment de leur côté que « si le maire nous avait dit non, on aurait attendu. »
L’association cultuelle des Musulmans du Littoral, présidée depuis le 3 avril par Abdelkarim Sahraoui, croit savoir qu’il leur est collé une étiquette de « mosquée d’opposition », voire de fondamentalistes, sur le dos, mais ces derniers s’en défendent. Selon Abdelkarim Sahraoui, du passé il faudrait faire table rase : « peu importe ce qu’a pu dire l’ancien président, même s’il n’a jamais rien fait d’illégal, la nouvelle équipe élue en avril dernier, c’est-à-dire la nôtre, souhaitait ouvrir une nouvelle ère avec la mairie »…


Suite et source: http://tinyurl.com/3437exv