Francaisdefrance's Blog

16/10/2010

Projet de mosquée: une nouvelle polémique; à Angers, cette fois…

Décidément, les associations musulmanes brillent en ce moment par des retournements de situations, des imams véreux, des querelles intestines, le foutoire, quoi. De toutes façons, et l’Histoire le prouve, l’islam a toujours été une « religion » n’existant que par des guerres, des conquêtes, des batailles et beaucoup de sang. L’islam se complait dans la violence et le sang. C’est dans les gènes de cette idéologie; comme dans toutes les idéologies, d’ailleurs…  Alors quand on en parle en terme d’amour, de paix et de tolérance…

En tout état de cause, c’est la ville d’Angers qui fait les frais actuellement de ces crises d’existentialisme…

Retour sur un nouveau projet de mosquée foireux… Ah, au fait, je ne serai pas là pour la pose de la première; désolé, j’ai piscine…

FDF

.


Un permis a été accordé fin septembre pour construire une mosquée et un centre culturel aux Capucins. Mais l’Association des musulmans d’Angers traverse une nouvelle crise. Le juge des référés a été saisi.

La polémique

« « Par rapport à la Ville d’Angers, j’ai honte », lâche Abdel Chérif, président de l’Association des musulmans d’Angers. L’association traverse une nouvelle crise alors que le permis de construire de la future mosquée a reçu un avis favorable, le 27 septembre 2010. « Trente ans qu’on attendait ce jour, et voilà qu’il y a un nouveau putsch ! », se désole le président, dépité.

Le projet de nouvelle mosquée et de centre culturel, d’un montant de 4,5 millions d’euros, s’apparente à un feuilleton à rebondissements, même s’il n’a jamais été aussi prêt d’aboutir. En juin, le conseil d’administration de l’association signait ce projet, à la majorité, avec une condition incontournable : ouvrir le centre culturel vers la Ville. « Le maire est formel là-dessus : il accepte de nous laisser propriétaire des terrains, une fois que l’Association les aura achetés, mais nous nous sommes engagés à ouvrir ce centre vers les Angevins, à faire connaître notre culture. Je trouve ça très bien… »

Début août, l’Association des musulmans d’Angers dépose un permis de construire sur la zone industrielle de la Grande flécherie, dans le quartier des Capucins. En y joignant les plans élaborés par un architecte nantais et la superficie de ce projet : 4 367 m2 de Shon sur un terrain de 12 513 m2. Le préfet Richard Samuel est séduit par le projet. L’affaire est en bonne voie, d’autant que le permis de construire est signé le 27 septembre. Dans la foulée, des appels d’offres sont lancés et une date de démarrage des travaux est donnée : février 2011. Tout va bien…

« Remaniement »

Pas si vite. Car le 29 septembre, des membres du conseil d’administration se réunissent, sans le président (!), et décident de fomenter un putsch. Ils désignent alors un nouveau président, Djamel Zakri. « Le conseil a procédé à un remaniement. C’était nécessaire pour apaiser le climat de l’association, se défendait, hier soir, Djamel Zakri. Il nous faut un président qui consulte davantage les musulmans, qui ne prenne pas de décisions unilatérales. Je prends la relève jusqu’aux prochaines élections en juin 2011. »

Abdel Chérif ne l’entend pas ainsi. Il a saisi le juge des référés pour contester cette décision. « J’étais sur le point de signer, cette semaine, le compromis de vente du terrain avec l’aménageur, la Sara. Cette action compromet tout le projet de mosquée et du centre culturel. » Pour lui, cela ne fait aucun doute : « Une partie du conseil d’administration ne souhaite pas que la municipalité ait un droit de regard sur nos affaires. Je parle de l’ouverture du centre culturel vers les non musulmans. Pourquoi, je ne sais pas ? Je les considère en tout cas comme des intégristes. »

« Droit de regard… »

De son côté, Djamel Zakri indique qu’une assemblée générale est prévue « fin octobre ou début novembre », en présence des adhérents. « On ne peut pas valider le projet de mosquée dans leur avis. » Il assure que cette clause figure dans les statuts. Ce que conteste le président défait…

Du côté des élus, c’est la consternation. « La Ville d’Angers est favorable à ce projet d’implantation d’un lieu de culte digne à Angers. Mais si ce projet n’aboutit pas dans l’immédiat, c’est du fait des difficultés successives de l’association. On souhaite que le centre culturel soit un lieu ouvert à toutes les communautés, et c’est clairement en contradiction avec le climat actuel au sein de l’association… », explique Frédéric Béatse, adjoint au maire.

L’association a vécu plusieurs crises de gouvernance, ces dernières années, avec quatre présidents en deux ans et des actions en justice. Reste à savoir qui est en mesure de ramener la paix au sein d’une association qui, en ne dépassant pas ses querelles intestines, ternit l’image de toute une communauté. »

Source: http://tinyurl.com/35ntz6l