Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

Les bienfaits de l’immigration; et oui, encore… Nouvelle affaire de viol; et oui, encore…

Et ils osent parler de relations « consenties » car la gamine faisait plus que son âge…

Et à nouveau, à plusieurs « sur » une fille… Courageux, les mecs; courageux…

FDF

.

La fugue de Julie, 14 ans, violée, s’achève aux assises

L’annonce de sa disparition, au cœur de l’été 2009, avait mis en alerte tous les services d’enquête. Après cinq jours de fugue et des recherches partout en France, Julie, 14 ans, est retrouvée errante, au matin du 25 août 2009, dans le quartier des Minimes, à Toulouse. Heureux dénouement ? Pas vraiment. Lorsque les médecins examinent l’adolescente, l’enquête prend une tournure criminelle. Les investigations, menées par les gendarmes de la section de recherche, débouchent sur l’interpellation de trois hommes et une femme. Durant ses quatre jours d’errance, à Toulouse, la jeune fille a subi des violences sexuelles.

Hôtel de passes

Après plus deux ans d’instruction, trois personnes d’origine turque, Selcuk Ozcan, 36 ans, Selman Varkan, 24 ans, Ishak Guler, 21 ans et Velichka N., 30 ans, une prostituée bulgare, sont renvoyées devant la cour d’assises de Haute-Garonne. Les trois hommes sont accusés de viol sur mineure de moins de 15 ans. La jeune femme est renvoyée devant la juridiction criminelle pour complicité de viol aggravé et tentative de proxénétisme. Le procès est programmé du 21 au 25 mai.

(FDF: pourvu que cette gamine n’aie pas encore atteint ses quinze ans lors de l’audience, sinon tout sera à refaire. Et les avocats des trois crapules vont pouvoir entamer une plaidoirie bien différente; en faveur des trois pieds nickelés en question)…


« C’est une première satisfaction, reconnaît le grand-père de Julie, Jean Gricourt. Depuis cette affaire, Julie est traumatisée. Elle appréhende beaucoup ce procès car elle va se retrouver face à eux. » Le 19 août 2009, Julie, une adolescente fragile, quitte le camping d’Elne, près de Perpignan, où elle passe ses vacances avec ses grands-parents qui en ont la garde. Elle fait part à un homme de 30 ans, rencontré par hasard, de son désir de fuir. Il la laisse vers Auchan-Gramont, à Toulouse, le 20 août. Sans argent ni téléphone, Julie est livrée à elle-même, perdue. En quelques heures, elle rencontre trois jeunes gens d’origine turque. L’adolescente est embarquée en voiture et conduite près d’un parc. Elle est violée à plusieurs reprises et hébergée dans un hôtel de passe, au centre-ville, par une prostituée bulgare, amie de l’un des accusés. Elle aurait demandé à Julie « tu dis que c’est 50€ s’il te demande quelque chose », en parlant d’un des trois membres du groupe. Avaient-ils l’intention de la placer sur le trottoir ? Les quatre accusés rejettent cette hypothèse. Julie subit de nouvelles violences dans un hôtel Formule 1. L’un des trois hommes, le plus âgé, lui met les mains sur la bouche pour étouffer ses cris. Alors que la bande projette de partir en Espagne, Julie est retrouvée par une patrouille de police, au matin du 25 août. Les trois accusés encourent une peine de 20 ans de réclusion criminelle.


«Elle disait qu’elle avait 17 ans»

Les trois garçons accusés de viols aggravés ont toujours déclaré, au cours de l’instruction, que Julie leur avait dit qu’elle avait 17 ans. Défendus par Mes Raynaud de Lage, Martin et Knopf-Silvestre, les trois accusés avaient évoqué des relations «consenties» affirmant que Julie faisait plus que 14 ans. L’un d’eux avait une relation avec une adolescente de l’âge de Julie, à l’époque des faits. Ecrouée le 11 septembre 2009, la prostituée bulgare, défendue par Me Darribère, a été libérée le 24 avril 2010 et placée sous contrôle judiciaire. »

Source: http://www.ladepeche.fr/

02/02/2012

Jaloux,Rachid Tétouani,exécute froidement son épouse, d’abord au couteau puis par strangulation !

Au couteau et « finie » par strangulation… Pauvre femme. Mais bon; il a « couru confesser son crime à la gendarmerie avec le bébé dans les bras »; un brave type, tout de même. Il risque la condamnation avec sursis; on parie?

A savoir: « La jeune femme âgée de 21 gisait à plat ventre sur son lit, la gorge tranchée. Trois ans plus tôt elle avait rencontré Tetouani, à Meknès au Maroc. Le jeune homme qui sortait d’une énième incarcération était venu se mettre au vert sur les conseils de son frère »

Des affaires comme ça, on ne peut s’empêcher d’en faire profiter celles et ceux qui vont payer les frais de justice; vous et moi, en fait…

On aime bien savoir où passe NOTRE argent.

FDF

.

IL TUE SA FEMME  PARCE QU’IL  PENSAIT QU’ELLE LUI ÉTAIT INFIDÈLE   !!!!!!!    
Quoi de plus normal finalement !!!!!
UN NOUVEL EXEMPLE DE SAUVAGERIE  ET DES CONSÉQUENCES DES MARIAGES « ARRANGES EN VITESSE AU BLED » durant les vacances.
JC JC…

.


Les faits remontent au matin du 29 mars 2009. Un homme rongé par une jalousie maladive finit par exécuter froidement sa compagne. Il comparait à partir de ce matin devant les juges.
À partir de ce lundi matin, les jurés de la cour d’assises de la Haute-Garonne devront tenter de comprendre comment un homme rongé par une jalousie maladive finit par exécuter froidement sa compagne. Les faits remontent au matin du 29 mars 2009. Ce jour-là Rachid Tétouani est allé chercher sa jeune épouse qui a trouvé refuge auprès d’une association de défense des femmes battues pour la ramener au T1 de Muret que le couple partage avec un bébé de trois mois.

Rachid Tetouani, est convaincu que la jeune femme qu’il a épousée sans vraiment la connaître à l’occasion d’une rapide visite à sa famille marocaine ne lui est pas fidèle.

Rongé par la jalousie il l’interroge sur une relation extraconjugale dont la réalité, dans son esprit fragilisé par la consommation habituelle de drogue, ne souffre pas le moindre doute. Hors de lui, il finit par se jeter sur la jeune femme et lui porte un premier coup de couteau à la gorge. Le médecin légiste constatera plus tard que la blessure n’était pas mortelle. Mais le drame est enclenché. Lâchant son couteau, c’est à main nue que Rachid Tetouani finit d’exécuter sa femme par strangulation. Ensuite, son bébé dans les bras, il court confesser son crime chez les gendarmes. Lundi et mardi, il sera défendu par Me Mickaël Malka et Me Karine Brienne. Les parties civiles seront représentées par Me Denis Boucharenc et Me Hélène Chayrigues.

Source: http://www.ladepeche.fr/

13/10/2011

On leur a promis des expulsions… On n’en voit peu venir.

Ils devraient fonder une association, tous ces délinquants dont le nom est à consonance maghrébine; pratiquement chaque viol, chaque meurtre, chaque braquage sont le fait de personnes « issues de l’immigration » (je suis gentil, là). Mais pourquoi traîne t’on toute cette fange du monde aux basques de notre Patrie? Un retour au bled pour toutes ces larves nous ferait faire des économies dans beaucoup de domaines. Ah oui, mais ça ferait augmenter le chômage chez des associations telles que SOS Racisme, le CRAN, la LICRA, etc…

FDF

.

Ca va finir de nous coûter horriblement cher tous ces violeurs « CHANCES POUR LA FRANCE » en prison, sans compter les frais de justice, car ils font presque tous APPEL.
A QUAND LES EXPULSIONS PROMISES ?

Assises. Dix ans de prison pour des viols sur deux sœurs mineures


La Cour d’assises de la Loire a condamné, vendredi soir, Abdou Barkati à dix ans de prison.

Cet homme de 32 ans, résidant dans l’Ain, était jugé en appel pour des viols et agressions sexuelles sur deux jeunes filles de 15 et 17 ans. Les faits s’étaient produits entre septembre 2006 et août 2008, alors qu’il était hébergé par la mère des victimes suite à des difficultés financières.

Le procès s’est tenu sur trois jours à huis-clos. L’avocat général avait requis entre huit et dix ans de prison. L’accusé écope de la même peine qu’en première instance, lors de son procès devant la Cour d’assises de l’Ain. Outre ces dix ans de prison, il aura pour obligation de se soumettre à des soins et devra observer un suivi socio-judiciaire (c’est-à-dire un contrôle après sa remise en liberté) pendant trois ans.

J.-H.A.

Source: http://www.leprogres.fr/

19/12/2010

La coordination européenne de la Résistance a vu le jour à Paris hier.

C’est hier, à l’espace Charenton à Paris que la Résistance a pu prendre conscience du poids énorme qu’elle représente face à l’islamisation de nos pays. Un franc succès encourageant qui va réveiller, c’est certain, bien des esprits. Bravo aux organisateurs! Retour sur une « première » qui fera date…
FDF

.

Des assises exceptionnelles, des intervenants formidables, un public en or…

Grâce à la magie d’internet, et au savoir-faire du site Bivouac ID, nous sommes, quelques heures après la fin des « Assises Internationales contre l’islamisation de nos pays, en mesure de permettre à ceux qui n’étaient pas à l’espace Charenton, ce 18 décembre, ni devant leur ordinateur, en direct, de prendre connaissance des 24 interventions qui, de 10 heures à 18 heures, ont fait de cette journée un moment exceptionnel.

http://www.bivouac-id.com/billets/suivez-en-direct-les-assises-internationales-sur-lislamisation-sur-internet/#comments

Une salle pleine à craquer, réactive, bonne enfant. Une organisation exceptionnelle, grâce au savoir-faire des organisateurs, et principalement à la qualité organisationnelle du « Bloc Identitaires ». Et surtout, une retransmission en direct vue par plus de 400.000 personnes !

http://fr.justin.tv/assisesislamisation

Après quelques heures de sommeil, que retenir de ces Assises ? D’abord des moments forts, inoubliables, comme :

- L’arrivée d’Oskar Freysinger, en fin de matinée, et une foule, debout, scandant « Oskar, Oskar », preuve que la simplicité, le parler juste et l’authenticité du leader suisse contrastent avec le politiquement correct et les attitudes constipées de la plupart de nos hommes politiques. Lors de son intervention, plus de cent journalistes (nous reviendrons sur la presse) étaient présents.

- Les témoignages de représentants venus de pays étrangers, comme Anders Gravers (Danemark), Timo Vermeulen (Pays-Bas), Elisabeth Sabaditsh-Wolff (Autriche), Tom Trento (Etats-Unis), Elena Tchoudinova (Russie), Aldo Mungo (Belgique), René Stadtkewitz (Allemagne), Halim Akli (Algérie), qui, chacun avec leurs mots, amenèrent un témoignage exceptionnel d’une réalité commune : l’offensive islamiste contre nos libertés. Personne n’oubliera de sitôt le mot « liberté » que scandera le public à l’issue du discours d’Anders Gravers.

- Le phénomène de rejet viscéral que suscitent aujourd’hui les représentants des principaux partis politiques, et notamment de l’UMP, du PS et des Verts. Les sifflets qui accueillirent une vidéo représentant Cécile Duflot, Xavier Bertrand, Jean-François Copé, Benoit Hamon, Daniel Vaillant, et les cris « collabos, collabos », montrent, profondément, la rancoeur du peuple de France, un peuple qui souffre d’être abandonné, sali et méprisé par ses élites.

- Un manifeste de Paris, lu par Christine Tasin en fin d’Assises, que nous mettrons à votre disposition dans les heures qui suivent.

Nous avons retenu, tout au long de ces heures, les remerciement de nombreux spectateurs qui étaient venues, malgré les intempéries, de toutes les régions de France, partant de bon matin, parfois la veille au soir, pour ne pas manquer un tel événement, et pouvoir dire, plus tard, « J’y étais ». Ils tenaient, souvent avec des mots simples, touchants, émouvants, à remercier les organisateurs de la qualité du travail fourni, et de la prestation offerte. Nous avons vraiment senti, dans cette salle vibrante, pleine à craquer, le coeur du peuple de France.

Pascal Hilout, Anne Zelensky et Christine Tasin firent partie des 24 intervenants, et Pierre Cassen, tout au long de la journée, joua le « Monsieur Loyal ».

Nous savons qu’une journée ne change pas la face du monde. Mais elle peut être un point de départ de quelque chose de nouveau, appelons cela une coordination européenne de la Résistance. Des militants habitués à intervenir en pays étrangers, comme Elisabeth Tabadisch Wolff ou René Stadtkewitz, nous firent savoir que c’était la première fois qu’ils voyaient un événement de cet ampleur, autour de la défense de nos valeurs, et du refus de l’islamisation de nos pays.

Nous avons vu avec tristesse des associations juives, et Ni Putes Ni Soumises, hurler avec les loups, et qualifier cette réunion d’Assises d’extrême droite. Non seulement c’est crapuleux, mais, de leur part, c’est suicidaire. Croient-ils vraiment qu’ils seront épargnés par les islamistes, parce qu’ils nous insultent ? Plus ils affaibliront le camp des résistants, plus ils se fragiliseront, devant leur principal ennemi, le nôtre.

Nous avons vu, sans surprise, une désinformation médiatique digne de la presse soviétique des grandes années. Alors que les contre-manifestations furent un bide total, comme on le voit sur les photos, ne mettant pas davantage que quelques dizaines de manifestants, derrière une banderole « Face à l’islamophobie », la presse, derrière l’AFP, leur accorde généreusement, leur accorde 200 manifestants, et, fait de cette contre-manifestation l’événement, boycottant presque totalement ces assises. Bien évidemment, Oskar Freysinger et les organisateurs sont qualifiés d’extrême droite, et on ne parle que du Bloc Identitaire pour mieux diaboliser l’ensemble des participants !

http://www.metrofrance.com/info/le-grand-barouf-anti-islam-de-l-extreme-extreme-droite/mjlr !gjqBE3IoqUxz6/

Naturellement, pas un mot sur la réalité de ce vrai fascisme qu’illustre cette vidéo montrant la contre-manifestation des intégristes de Forsane Alizza.

http://www.bivouac-id.com/billets/video-contre-manifestation-de-forsane-alizza/

Qu’ils continuent, ils ont en train de signer leur fin prochaine. Une presse alternative, Internet, va balayer ces zélés propagandistes du système, qui mentent de plus en plus grossièrement au peuple de France. Faites-nous confiance pour savoir de mieux en mieux nous en servir.

Une dernière excuse à nos lecteurs, des problèmes techniques, que nous espérons résoudre rapidement, nous privent de la possibilité d’envoyer comme d’habitude, depuis plusieurs jours, notre lettre électronique à nos 30.0000 abonnés. Cela n’a pas empêché les taux de visite de notre site doubler, tous les jours de la semaine, et exploser hier.

Voilà ce que nous avions envie de vous dire, en exclusivité, ce matin, quelques heures après ce qui demeurera un grand moment de notre vie militante.

Lu sur: http://www.ripostelaique.com/

18/11/2010

3 ans de prison pour le viol d’une fillette; c’est « cadeau »…

Quelle honte… J’ai honte de notre Justice. Franchement… TROIS ans! Il en fera deux, tout au plus, et pourra ainsi retourner à la chasse aux fifilles, ce con!

FDF

.

La cour d’assises du Doubs a condamné à 5 ans de prison dont 2 avec sursis un  homme de 24 ans reconnu coupable d’avoir violé une fillette de 12 ans qu’il avait menacé d’entraîner dans une tournante, dans un quartier sensible de Pontarlier.
L’avocate générale avait requis une peine de six ans de prison assortie d’un suivi socio-judiciaire de trois ans.    En 2007, une jeune fille révélait avoir été violée quatre ans plus tôt dans une cave du quartier populaire des Pareuses par un garçon de l’immeuble. Identifié et entendu par la police, le jeune homme alors âgé de 17 ans avait reconnu une relation sexuelle mais avec le consentement de la très jeune adolescente qu’il croyait plus âgée.
Devant la cour d’assises des mineurs, qui a jugé cette affaire à huis clos, l’accusé s’est empêtré dans des explications confuses pour tenter de justifier son acte, n’admettant jamais vraiment avoir abusé de la victime. La petite jeune femme âgée aujourd’hui de 20 ans a toujours maintenu une version constante des faits décrits lors de sa plainte.

En juillet 2003, elle avait été accostée par cinq grands adolescents d’origine turque. L’un d’eux lui avait ordonné de le suivre en la menaçant, en cas de refus, de la faire «tourner» parmi ses amis. Elle s’était laissée faire et l’agresseur avait respecté son engagement.

Ni affabulatrice, ni mythomane selon les experts, elle a gardé des séquelles de ce viol qui se sont traduites par des troubles du comportements et des phases dépressives, selon son avocate me Frédérique Bocher Allanet. Elle a ensuite développé une «agressivité» et un rejet des «étrangers» en se liant notamment avec un groupe de skinheads.

L’avocat de l’accusé, Randall Schwerdorffer, a plaidé l’acquittement de son client, qui a déjà effectué 17 mois de détention provisoire, en évoquant une forme de sexualité des jeunes «certes déroutante mais bien réelle».

Source: http://tinyurl.com/2bpboz2