Francaisdefrance's Blog

28/06/2011

Suite aux signatures de certains maires PS concernant l’octroi du droit de vote des étrangers…

J’ai reçu une réaction fort intéressante. Voir ci-dessous.

FDF

.

« Chers amis,
Petits rappels de base :
1) La constitution de la République Française stipule en son article 3 :
« Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques ». 
Il n’est nullement fait état ici d’un privilège particulier accordé à des non nationaux français!
2) Par contre, comme il est précisé plus loin, les citoyens de l’Union (européenne) peuvent voter aux élections locales pour autant qu’ils justifient d’une résidence sur le lieu de leur vote. Disposition chère à Monsieur Alain Jupé qui fit son maximum pour nous l’introduire dans notre droit national à l’époque.
3) Dans le texte ci après, l’affirmation que le traité de l’Union ouvre cette voie aux étrangers à l’Union est mensongère et voulue certainement ici pour tromper le lecteur. Il n’y est question que des citoyens de l’Union et rien d’autre.
4) Il est consternant de constater chez des élus, fussent-ils des Maires, une telle méconnaissance du plus élémentaire droit constitutionnel des nationaux français.
5) Accorder le droit de vote à des étrangers, dès lors qu’ils résident sur le territoire d’un pays quel qu’il soit, ne peut y ouvrir un droit de vote. en effet, la notion de « résidence » attachée à ce privilège est et sera difficile à cerner. En effet, la location d’un garage, voire même d’un petit studio a été utilisée par X ou Y pour pouvoir voter sur la commune où ce garage ou ce studio étaient situés.
En effet, dans l’esprit des promoteurs de cette disposition revient à dire qu’un certificat de résidence remplacerait la carte nationale d’identité, ce qui n’est pas la même chose du tout!
6) Le privilège du droit de vote accordé à des non nationaux français, c’est à dire non porteurs d’une carte nationale d’identité, qui ne paient pas leurs impôts sur le territoire national, bref qui n’ont à y respecter aucun devoir et se verraient toutefois attribuer le même droit de vote que les nationaux français, ne peut leur être attribué.
En effet, cette disposition viendrait à détruire définitivement la constitution française (déjà, je dois le dire, bien mal en point depuis le traité de Lisbonne, voulu par Monsieur Sarközy de Nagy Bocsa).
Dès lors, on peut penser que cette disposition absurde, pourrait être proposée aux Français par voie de référendum, mais:
– on ne voit pas dans quelle mesure les nationaux français pourraient accorder à des étrangers « résidents » des droits exorbitants, alors qu’ils n’ont aucun devoir à respecter sur le territoire national.
– la destruction de la constitution qu’impliquerait cette disposition devrait inévitablement être cassée par le Conseil Constitutionnel.
Cette proposition des Maires mentionnée ici est contitutionnellement absurde!
Le seul intérêt que l’on peut y trouver, est de désigner à la vindicte populaire l’ignominie profonde de ces personnages qui agissent à l’encontre des règles profondes de la Nation. 
Cordt, »
B.C.
*****************************************************************************************************************************************************************************