Francaisdefrance's Blog

03/09/2010

Carcassonne. CRS 57: « il n’y a plus d’abonné… ».

Un syndicat exige une enquête.

Selon une source syndicale, la sonnette d'alarme avait été tirée depuis de longs mois. /Photos DDM,  archives.

Selon une source syndicale, la sonnette d’alarme avait été tirée depuis de longs mois. /Photos DDM, archives.

«Allo, La CRS 57 ?

-Oui !

– Pouvez-vous me passer le commandant de la compagnie?

– De la part …

– La Dépêche du Midi.

– Nous avons reçu l’ordre de ne passer aucune communication à l’état-major».

C’est désormais le couvre-feu dans les rangs de la CRS 57 de Carcassonne, où 48 fonctionnaires sont en arrêt de travail, comme nous le révélions dans notre édition de mercredi. Si la direction garde le silence, l’on sait de sources syndicales que le problème qui a «décimé» les rangs de la CRS 57 relève tout simplement d’une politique singulièrement autoritaire de la hiérarchie. Didier Mangione, secrétaire national du syndicat SGP-FO CRS, a levé, hier, un coin de voile sur le profond malaise des policiers carcassonnais.

«Le contrôle médical que notre collègue a subi après avoir été victime d’une fracture du bras à la feria de Béziers a été le déclencheur», explique le responsable syndical. «Il n’y a eu aucun mot d’ordre mais cette épisode a fait éclater la colère des mes collègues».

Quelques jours avant la feria de Béziers, cette même compagnie avait été déployée à Marseille. Et au cours de l’une de leurs missions, une poignée de CRS était intervenue sur un incendie, pour prêter main forte aux policiers locaux. Selon Didier Mangione, «sans eux, il y aurait eu des victimes.»

«Il n’y a plus d’osmose»

Après avoir pris connaissance des faits, la direction zonale Sud-Est aurait demandé au commandant de compagnie de se «fendre» d’un petit courrier de félicitations aux fonctionnaires. Ils l’attendent toujours.

«Il y a un réel problème au sein de cette compagnie, estime Le syndicaliste. Nous avons soulevé le problème depuis plusieurs mois, mais rien n’a changé. Aujourd’hui, il n’y a plus d’osmose entre les gardiens et leur commandement».

Aujourd’hui, pour sortir du malaise ambiant, le responsable du SGP-FO CRS ne voit qu’une solution, «que l’administration diligente une enquête de commandement».

Source: http://tinyurl.com/3x3wdjg