Francaisdefrance's Blog

17/11/2011

Visite chez un fraudeur algérien…

Ca tombe super bien, ce reportage… A l’heure où Sarkö Ier va faire la chasse aux sorcières chez les Français qui bossent… Pour la fraude aux allocations, c’est peut-être pas la bonne porte, où il veut sonner, le président…

FDF

.


Algérien qui fraude la CAF…

NOTEZ BIEN: EN TOUT PREMIER LIEU IL DIT A L’ENQUÊTRICE DE LA CAF « qu’il est chez son frère », pour avouer ensuite qu’il ment » – le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils connaissent bien les techniques  y compris celle de déclarer le passeport perdu.

http://youtu.be/NeDbd1KvB30

MARRE DE PAYER POUR DES PROFITEURS,  qui crachent sur la FRANCE,   QUI NE VEULENT PAS TRAVAILLER   mais  JUSTE PROFITER DE  NOS AIDES SOCIALES

Source: http://www.fdesouche.com/

16/11/2011

Grosse arnaque: les obligations nouvelles pour devenir Français…

Laissez nous rire. C’est la meilleure de l’année… Tout ce soit disant patacaisse que nous annonce notre gouvernement pour pallier le fait qu’il ne s’est jamais rendu compte des « bienfaits de l’immigration »… Tout en pondant de temps à autres quelques décrets (pas trop méchants) histoire de calmer le peuple de France (le VRAI) et ne pas fâcher toutes ces associations pro-immigration qui pourrissent NOTRE patrie et ne pas voir trop de sans papiers manifester dans NOS rues. 

Lisez ce qui suit. Vous verrez que les conditions requises sont à la portée du postulant le plus demeuré. Vous verrez aussi que certains n’y arriveront pas. Mais il y aura des repêchages…

Diversité,vivre ensemble, des mots…

FDF

.

Un « vrai » Français: pas d’aides, pas d’allocs, pas de toit, rien à manger. Il a seulement le malheur d’être « de souche »…

.

«Vous souhaitez devenir Français. C’est une décision importante et réfléchie. Devenir Français n’est pas une simple démarche administrative. Acquérir la nationalité française est une décision qui vous engage et, au-delà de vous, engage vos descendants», explique la Charte des droits et des devoirs du citoyen français que devront désormais signer les candidats à la naturalisation, lors de l’entretien d’assimilation qui finalise leur demande.

Le texte, voulu par la loi du 16 juin 2011 sur l’immigration et l’intégration a été rédigé par le Haut conseil à l’intégration qui le présente mardi après-midi à Claude Guéant. Il reprend et explicite le droit et les coutumes françaises. Si la charte est avant tout symbolique, elle souligne certaines obligations: «Tout citoyen concourt à la défense et à la cohésion de la nation». Ou encore: «En devenant Français, vous ne pourrez plus vous réclamer d’une autre nationalité sur le territoire français». Une formule pour clore les débats qui ont eu lieu ces derniers mois autour de la double nationalité, certains députés UMP ayant envisagé de l’interdire. En droit, cela serait pratiquement impossible, puisque des pays comme le Maroc ne permettent pas de renoncer à sa nationalité. Un Marocain et ses descendants restent toujours marocains aux yeux du Royaume. Ce «serait vouloir légiférer sur des droits étrangers», reconnaît-on au cabinet du ministre de l’Intérieur, où l’on préfère «s’assurer que les personnes qui obtiennent la nationalité française sont bien assimilées».

Pour cela, le niveau de français exigé a été augmenté par un décret paru en novembre et applicable en janvier. Les candidats devront maintenant, comme dans le reste de l’Europe, avoir le niveau «fin de scolarité obligatoire». Certains immigrés installés de longue date en France, sont analphabètes. Et pourraient peiner. Mais officiellement, il ne s’agit pas de restreindre l’accès à la nationalité. «Quand on est Français, on parle français» a tranché Claude Guéant.

L’an passé près de 95.000 personnes ont été naturalisées. La plupart sont en France depuis quinze ans. Et demandent la naturalisation, souvent lorsque leurs enfants deviennent français. «Mon pays, c’est celui où vit ma famille. Où vivront mes enfants et petits-enfants. C’est la France», selon la formule de Fatima, 50 ans, naturalisée en août dernier, après 25 ans de résidence.

Un niveau de connaissance de base en histoire

À l’avenir, ces candidats devront aussi justifier d’un niveau de connaissance de base en histoire, culture générale et société française. Le ministère a réuni des historiens pour établir «le niveau, type collège». Le contrôle se fera probablement par un questionnaire… Le décret est en cours de validation. Et sera appliqué également en janvier.

La charte, elle, ne fixe pas de conditions supplémentaires pour acquérir la nationalité, mais rappelle qu’il s’agit d’une adhésion: «C’est pour vous et pour vos descendants, la volonté d’adopter ce pays qui vous a accueilli et qui va devenir le vôtre, adopter son histoire, ses principes et ses valeurs et ainsi, en intégrant la communauté nationale, accepter de contribuer à le défendre et devenir un acteur solidaire de son avenir. En retour, la France vous reconnaît comme un citoyen de la République». Le texte qui détaille aussi les droits sociaux (congés payés, droit à la sécurité matérielle) doit encore être validé par le conseil d’État avant d’être adopté par décret. Si d’aventure, lors de son entretien, un candidat contestait les valeurs de laïcité, d’égalité homme-femme explicitées dans la Charte… il pourrait être recalé.

Cécilia Gabizon, qui suit les questions d’intégration au Figaro, est membre du HCI

» DOCUMENT – La Charte des droits et des devoirs du citoyen français

Source: http://www.lefigaro.fr/

06/11/2011

L’imposteur…

Dans la série « arnaques et Cie ».

Avec ce témoignage irréfutable, les « soc » sauront qui ils ont placé sur les rails du voyage vers l’Elysée; les autres aussi. Enfin, ça aurait pu être pire…

FDF

.

François Hollande l’imposteur !


En 1983 sort un livre De la reconquête écrit par un dénommé Caton, homme politique a priori de droite qui, suite à la défaite de 1981, règle ses comptes avec ses petits camarades du RPR… Quelques mois après la sortie du livre, les journalistes découvrent la véritable arnaque et l’identité dudit Caton qui se trouve être André Bercoff, journaliste de gauche à l’époque. Pour ne pas être reconnu par ses amis journalistes, Bercoff avait envoyé un de ses proches faire la promotion de son livre à sa place…

Regardez la vidéo qui suit et vous prendrez la mesure de l’arnaque de ce personnage qui, aujourd’hui, va se présenter à la présidentielle de 2012 ! (avec l’aval des socialistes de France).

C’est en somme une histoire d’imposture !

http://youtu.be/uTHGxIg84k0

Source: http://www.nationspresse.info/

24/10/2011

Hollande: l’imposture…

Ouhahhhhhh, le scoop ! C’est beau, la politique…

FDF

.

Double facette ou girouette ???

En 1983 sort un livre De la reconquête écrit par un dénommé Caton, homme politique a priori de droite qui, suite à la défaite de 1981, règle ses comptes avec ses petits camarades du RPR… Quelques mois après la sortie du livre, les journalistes découvrent la véritable arnaque et l’identité dudit Caton qui se trouve être André Bercoff, journaliste de gauche à l’époque. Pour ne pas être reconnu par ses amis journalistes, Bercoff avait envoyé un de ses proches faire la promotion de son livre à sa place…

Regardez la vidéo qui suit et vous prendrez la mesure de l’arnaque de ce personnage qui, aujourd’hui, souhaite se présenter à la présidentielle de 2012 ! C’est en somme une histoire d’imposture !

Ici: http://youtu.be/uTHGxIg84k0

Source: http://www.nationspresse.info/

10/07/2011

Médicaments: l’escroquerie présente partout…

Et même en Espagne…

Les « plumés », comptez vous!

FDF

.

Vu sur un journal andorran: (je vous laisse le soin de deviner la traduction….faaaaaaaaaaaacile)

A noter que les prix ,en Andorre, sont détaxés car les taxes sont originaires  des pays d’origne : France,Espagne ou autres .
Norvatis est le distributeur officiel de médicaments espagnols…
L’Andorre, avec ses taxes insignifiantes, lui fait « concurrence »…
voir détails :
En noir les prix actuels andorrans.
En rouge les prix espagnols.
Que de différences !!! (2à 3 fois)
On peut voir que comme toujours ce sont encore les mêmes qui s’en mettent plein les poches !
Dessin humoristique de José-Luis Martin.

06/07/2011

L’hypocrisie du jeûne du ramadan…

Quand on les entend chialer et se plaindre, dans la journée, durant le mois du ramadan, on ne peut s’imaginer qu’en fait, ils attendent le soir avec impatience pour s’en mettre plein la panse. Attention à l’IMC (indice de masse corporelle) !!! Retour sur la grosse arnaque du ramadan… Le mois du jeûne? Laissez nous rire. (Je vais encore me faire des potes, là; enfin: il n’y a que la vérité qui blesse…).

FDF

.

Ramadan, le mois ou les musulmans prennent du poids !

http://www.paltoday.com/arabic/uploads/ … 283JHv.jpg

http://www.paltoday.com/arabic/uploads/ … 36yr2n.jpg

« le jeûne du Ramadan n’est pas sincére, parce que les participants continuent à prendre leurs repas pendant la nuit. Depuis le rituel leur permet de manger pendant l obscurité, ils vont simplement manger un grand repas en fin de soirée et se réveiller tôt le matin pour un autre grand repas. En d’autres termes, ils ont simplement changé l’heure de leur repas du jour à la nuit.

L’hypocrisie se poursuit pendant le Ramadan dans le genre de repas qu’ils mangent. Plutôt que de repas simples dont ils ont au cours de l’année, ils organisent des repas élaborés, dépensent de l’argent, parfois triple ou plus pour la nourriture pendant le Ramadan que dans n’importe quel autre mois. En réalité, ce n’est pas le jeûne véritable, mais une excuse pour manger plus durant ce mois, ils prétendent être à jeun. Les souks au moyen orient regorgent de nourriture pendant le mois de ramadan !La communion avec Dieu n’est pas fondée sur des pénibles ou trompeuses pratiques religieuses. Ni est en communion avec Dieu a accordé à travers des pratiques religieuses. Un criminel qui est tenu de comparaître devant un tribunal pour obtenir justice n’a pas gagner la faveur du juge en pratiquant des rituels religieux. Etre religieux n’annule pas l’acte criminel qu’il a commis…

Source: http://prophetie-biblique.com/

23/02/2011

SOS Racisme : mafia, magouilles, collusion et argent des contribuables…

Ce n’est pas nouveau, mais si ça peut ouvrir les yeux à ceux qui ignorent les malversations de cette institution surtout remarquée pour ses actions « racistes anti-blancs »…

FDF

La vidéo ci-dessous a été déterrée et circule allègrement sur le net. Elle est fort instructive.

SOS Racistes : association écran faussement antiraciste, grassement financée à des fins politiciennes et électoralistes et utilisant les imbéciles heureux (le peuple, nous quoi) tout en engrangeant de l’argent occulte et l’argent des-dits imbéciles (oui, toujours nous donc).
Un must de l’enfumage et de l’arnaque. On comprend mieux pourquoi quand on leur demande d’agir face à réelle une injure raciste ils se mettent aux abonnés absents, et pour cause, le sujet du racisme ne les intéresse absolument pas.

Une pensée au passage à la faux-cul de service, Josiane Balasko, qui houspille les Français soit-disant racistes, n’est-ce pas, et qui… la suite dans la vidéo. Josiane, je vous préférais coincée dans l’ascenseur.

Histoire secrète de SOS Racisme

(lire la vidéo)L’imposture SOS Racisme dévoilée par Serge Malik (1990)

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

L’Histoire secrète de SOS-Racisme est un essai polémique de Serge Malik paru en 1990 chez Albin Michel (185 p., ISBN 2226048189).

Serge Malik fut l’un des membres fondateurs de l’association SOS Racisme. D’origine arabe et juive, il se définit lui même comme un « faux beur », un « margarine ». Il tente de décrire dans son livre les enjeux et les manœuvres politiques qui furent à l’arrière-plan de la création du mouvement antiraciste. Il y accuse notamment le Parti Socialiste Français et l’ancien président François Mitterrand de manipulation.

Histoire de SOS-Racisme selon Serge Malik

L’histoire de Serge Malik s’inscrit dans la prisee de conscience des phénomènes racistes du début des années 1980. Croyant au combat antiraciste comme moyen efficace pour vaincre l’intolérance, l’exclusion et les inégalités sociales, Malik profite de l’apparition soudaine d’Harlem Désir dans l’émission de Michel Polac « Droit de Réponse » pour abandonner son métier de comédien et s’engager dans SOS Racisme.

Au fil des années se développa cependant chez lui l’idée qu’il avait été manipulé par des politiciens pour lesquels l’immigration et l’intégration n’étaient qu’un instrument politique. Profondément écœuré, l’auteur confie dans ce livre l’histoire de ce qu’il perçoit désormais comme un mirage.

Grand patron et fondateur de SOS Racisme, Julien Dray est décrit par Malik comme un arriviste manipulant Harlem Désir à sa guise et organisant/verrouillant la structure de SOS-Racisme selon ses projets et besoins politiques propres. Il crée ainsi une association dont la fonction serait la lutte contre l’exclusion sous toutes ses formes, palliant la carence de moyens médiatiques et associatifs pour les fils et filles d’immigrés, et qui reposera en fait sur ce que l’auteur décrit comme des slogans creux et la falsification de mythes fondateurs. Sur le terrain, le mouvement servira surtout, selon Malik, à relayer le PS et combattre le Parti communiste français.

Serge Malik dénonce également dans son ouvrage le soutien apporté par les syndicats proches du Parti socialiste, la presse, les réseaux maçonniques et la surreprésentation de membres de syndicats juifs (comme l’UEJF) par rapport aux « beurs » au sein des instances dirigeantes du mouvement.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_secr%C3%A8te_de_SOS_Racisme

http://refairelemonde.canalblog.com/archives/2011/02/20/20463133.html



18/01/2011

Le scandale des bonus accordés par les banques qui ont reçu l’aide de l’Etat.

La grosse arnaque… On ne peut plus la passer sous silence…

FDF

.

Salaires + bonus : Les Banksters disent merci à l’UMPS !


sauvons_la_france_de_l_arnaque_europeenne

Chronique de Marc Fiorentino sur BFM Business 17/01/2011 : Le scandale des bonus accordés par les banques qui ont reçu l’aide de l’Etat.


Soit 3 milliards d’euros de bonus distribués grâce aux contribuables Français !


A écouter sur http://www.nationspresse.info/?p=121577

Source: Willy Legrand

23/12/2010

Orphelins d’Haïti : vraies adoptions ou Arche de Zoé bis ?

Lisez ce qui suit. Les larmes, c’est vendeur… Le devoir de repentance aussi… Très intéressant…

FDF

.

Les naufragés des aéroports parisiens en auront été pour leurs frais : eh, non ! Ça n’était pas pour eux, pauvres âmes en peine prostrées dans leurs couvertures de survie, que not’chef de l’adiplomatie, Michèle Alliot-Marie, avait fait le déplacement, mais pour aller accueillir la première vague de 113 (ou 103, on s’y perd parfois) « orphelins » (sic) haïtiens, dont on se demande en quoi ces affaires strictement privées peuvent bien concerner un ministre d’État de sa valeur.L’autre question que l’on est en droit de se poser – et qui doit traverser, j’en suis sûre, l’esprit de bon nombre de patriotes haïtiens – c’est en quoi cette gabegie, consistant à arracher des enfants haïtiens à leur patrie bien aimée et, pour certains, à leurs proches, était préférable à une véritable aide remise à des autorités locales et à des ONG authentiquement haïtiennes. 

Posons la question autrement : combien va coûter à l’État, c’est-à-dire à vous et à moi, cette abracadabrantesque opération (prétendument ?) humanitaire consistant à faire venir, à grand frais, moins d’un millier d’enfants, alors que plusieurs centaines de milliers d’Haïtiens n’ont toujours pas vu la queue d’un seul de ces millions d’euros collectés en leur nom ?

D’ailleurs, où se trouve la vérité en cette ténébreuse affaire ?

Premier hic – et de taille – le terme « orphelin ». Il domine une bonne partie des prestations médiatiques, qu’elles soient officielles, officieuses, « parentales » (sic), associatives et tutti quanti. Est-on ABSOLUMENT certain, que, pour partie, ces enfants pourraient ne pas être plus orphelins que ceux ravis à leurs familles par les criminels de l’Arche de Zoé (l’enlèvement d’enfant est un crime que ce soit en droit français ou tchachien) au Tchad ? Criminels qu’il eut été plus judicieux et juste (en quoi un kidnappeur franchouillard doit-il bénéficier de conditions de détention plus clémentes qu’un criminel Tchadien de souche) d’abandonner à leur sort mérité. Dura lex, sed lex !

Rappelons, comme l’a fait un internaute réagissant sur le site du Figaro que les mômes « ont des mères ». Beaucoup plus inquiétant, sur le même site une réaction parle de « familles qui sont rémunérées pour donner leurs enfants » plus les intermédiaires qui « touchent aussi ». En pareil cas, cas, nous ne serions plus dans un phénomène « d’adoption » (sic) mais en présence d’une traite avérée d’enfants. Et, suivant la nature des intermédiaires, en présence d’activités relevant du crime organisé.

2ème hic. En quoi, d’ailleurs, arracher des enfants à leur environnement social, à leurs proches (il n’y a pas QUE les deux parents biologiques à prendre en compte dans les sociétés traditionnelles), à leur pays, est-il préférable au développement de structures d’accueil locales ? Sans parler du développement plus général d’Haïti. Sorte de laboratoire des États-Unis pour un certains nombres d’expériences et de tests.

3ème hic. En quoi cette marchandisation des enfants du Tiers et Quart-Monde est-elle compatible avec les valeurs humanistes avancées par d’aucuns ? En quoi dépenser CENT à MILLE fois plus pour faire venir des enfants en bas âge pour satisfaire la « demande » (sic) de familles européenne parce qu’il existe une « offre » (sic), que ce soit à Haïti ou ailleurs, est-il moralement défendable lorsqu’on connait les besoins réels des populations locales, totalement abandonnées par la suite ?

Une nouvelle traite des Noirs ? À moins qu’il ne s’agisse de la version post-moderne et boboïste du commerce triangulaire du temps des colonies : Port-au-Prince-Paris Miami ?

Pour finir, face aux vrais besoins d’une France dans la souffrance (personnes âgées, SDF, notamment) est-il seulement du rôle de l’État d’aller jeter l’argent public par les hublots des Airbus ainsi affrétés pour régler des affaires privées ne concernant qu’une poignée de familles dans des démarches, certes malaisées et pénibles, mais qui ne regardent qu’elles et sûrement pas la collectivité ?

Poser la question, c’est largement y répondre.

Observatrice rigoureuses des faits et gestes de l’officialité française, je m’avoue également très surprise du dispositif outrancier mis en place par le Quai d’Orsay quant aux desiderata de familles demandeuses de (présumés ?) orphelins haïtiens.

En effet, l’adiplomatie française, lorsque cela l’arrange, sait faire preuve de retenue, voire de mépris. Comme le démontre cet époustouflant dialogue entre la presse et un des porte-paroles du Quai à propos de mauvais traitements infligés à des enfants palestiniens par les forces d’occupation israéliennes :

Q -Depuis quelques jours, l’ONG israélienne B’Tselem a porté plainte et va entamer un procès contre le gouvernement israélien, contre la police israélienne pour l’arrestation des enfants dans des conditions enfreignant la loi. Ils auraient arrêté des enfants la nuit et les auraient battus. Avez-vous des informations et avez-vous une réaction ?

R – Non. Si la justice israélienne est saisie, il faut la laisser faire son travail. En Israël, il y a des lois, c’est à la justice israélienne, en toute indépendance de se prononcer sur ces plaintes.

Q – N’y a-t-il pas d’accord sur le principe concernant les arrestations d’enfants ?

R – Nous devons analyser cela au regard de la légalité israélienne. »

Fin de la citation. Comme quoi, aux yeux de l’adiplomatie française, il y a « enfants » et « enfants ». C’est selon…

Pour le reste, ayant visionné de nombreux reportages et discuté avec de VRAIS spécialistes de l’humanitaire, de la médecine d’urgence et de guerre (Angola, Somalie, Afghanistan, Sierra Leone, Liberia, etc. quant à leur terrain d’expertise), je m’étonne du peu de résultats enregistré par certains de nos bobos d’ONG, aussi variées qu’inutiles, en… Haïti. À qui fera-t-on croire qu’il faut UN an pour bâtir des cabanes en préfab, sans même l’eau courante ni l’électricité ? Ou montrer (faire soi-même ? Faut pas pousser) à des ouvriers haïtiens comment creuser des caniveaux de fortune ? Où est passé le pognon, les p’tits gars ? Ou plutôt dans les poches de qui ?

Il est vrai qu’une fois déduits :


1. Les frais de transports. Avion, forcément, et pas qu’une fois, ça va, ça vient l’expat-bobo en mal d’aventure et d’exotisme.
2. Les frais d’hébergement. Ne rêvez pas l’expat-bobo, ça vit dans un 4 étoiles, pas sous la tente. Et ça bouffe pas local. Sinon, bonjour la dysenterie et quelques autres joyeusetés du même tonneau (or, vous avez noté : bien que peu habitué aux conditions de vie locales, l’expat-bobo, lui, ne tombe quasiment jamais malade).
3. Les moyens de transports : en général des 4×4 climatisés haut de gamme : c’est curieux, on ne voit JAMAIS de vieilles Jeep de récup, entre les mains de ces gens-là…
4. Les études, audits, think tanks, etc. consultés en aval, en amont, sur les côtés, à droite, à gauche, au milieu, etc.
5. Les voyages d’étude, de préparation (voir point 1 à 4, plus le 6 derechef), etc.
6. La sécurité. Je sais, on ne les voit JAMAIS à l’écran (c’est normal, souvent nos journaleux ont les mêmes avec eux), mais ils sont bien là les Contractors (poil ras, lunettes Oakley, blousons et GROSSES bosses au niveau de la hanche droite, comme ceux qui, au lendemain du séisme recherchaient leurs copains parmi les décombres) qui protègent la faune venue vampiriser les zones touchées. Et à 300/400 $US, par bonhomme et par jour, ça coûte de (faire) protéger les fesses de ces chéris…

C’est sûr, tout ça – et je vous passe les trop fréquentes affaires d’abus sexuels qui défraient, régulièrement, la chronique en ces zones de non-droit que sont les champs d’action onusiens et ONGesques – ça finit part grever le budget. D’où, à la fin du processus, de simples cabanes en préfab !

Tout ça pour dire, qu’enfants d’Haïti ou pas – d’ailleurs, c’est curieux, le Haïtien adulte (je veux dire celui à même de nous éclairer de manière indépendante mais pas forcément de la même manière que nos « importateurs » (sic) d’enfants), il a disparu de la boucle médiatique – la prudence s’impose.

D’où cette suggestion de ma part : ne serait-il pas opportun, sur CES affaires haïtiennes, que DES investigations sérieuses – commission d’enquête, policiers spécialisés ou autres, je ne sais pas – soient menées. Sans préjuger, bien évidemment, du résultat.

Enfin, quoi ! Depuis l’Arche de Zoé, on a une petite expertise en la matière, non ?

Quant au coût « social » (sic) de ce nouvel happening du Boboland, commencez, braves gens, à taper dans vos Livret A, la facture sera salée. Vous voulez une petite idée, histoire de vous mettre en bouche ?

Dores et déjà, coût de l’affrètement des avions pour rapatrier tout ce joli monde : 550.000 euros.

Mais, comme le dit, à sa manière le directeur de la CAF de Seine Saint-Denis, Tahar Belmounès, « nous allons établir un diagnostic social pour simplifier la vie des familles ».

Source et publication :Aurora Uzas/Médialibre.eu

25/11/2010

Suppression des notes en primaire: « ce sont nos enfants qu’ils assassinent ».




Christine Tasin

Christine Tasin

.

Dans la série, « on a tout cassé mais ça ne suffit pas », une vingtaine d’hurluberlus irresponsables, qui n’ont pas fait le deuil de leur jeunesse soixante-huitarde, avides de casser les moules au profit du vide au plutôt au profit des élites venues de Chine, ou d’Inde, là où on enseigne encore, là où on forme encore intellectuellement les jeunes, ont décidé de lancer une grande pétition menée par l’Afev (officine dont le Président, depuis 1991, Christophe Paris, milite activement au Parti socialiste de Conflans…), pour la suppression des notes au primaire.

Petite explication de texte… profitez-en, la technique en est en voie de disparition, puisqu’elle nécessite vocabulaire, entraînement intellectuel et… évaluations régulières afin de se rendre compte des progrès faits et des efforts à faire pour parvenir  à un niveau acceptable.

D’abord la phrase d’accroche utilise trois mots connotés et visant à susciter une réaction de rejet spontanée du lecteur gauchiste ou gauchisant lambda : « Culture », « institution » et « sélection » pour qualifier l’école française. Ainsi d’emblée est désigné à la vindicte ce qui incarne l’ordre et la tradition « institution », puis ce qui est associé à la bourgeoisie captatrice d’un savoir et de traditions qui excluraient ceux qui ne sont pas nés dans des familles où on tète Molière avec le lait de la nourrice, la « culture » et, ultima sed non minima, ce qui renvoie à l’idée d’élitisme et donc d’inégalité sociale « la sélection ».

Bref, les messages subliminaux envoyés d’emblée sont clairs : l’école – »française » n’est pas spécifié au hasard – serait un outil au service des élites bourgeoises de notre pays.

Ensuite arrivent des paragraphes de méta-langage opposant un système « dépassé » « élitiste » qui n’aurait pas eu souci de l’élévation du niveau d’étude et un système actuel qui démocratiserait les études supérieures. Là encore on note les oppositions sournoises entre « élite » et démocratisation », comme s’il allait de soi que favoriser l’émergence des élites (c’était pourtant un objectif clair de  Jules Ferry)   était contraire à la formation de tous !

C’est là le noeud de l’arnaque que nous proposent  nos apprenti-sorciers :   ils transposent dans l’école une lutte des classes qui n’a pas lieu d’y être et, par haine des élites, du savoir, de la connaissance et de la France et ses traditions, nivèlent pas le bas, découragent et noient les enfants des classes moyennes ou ouvrières par haine des enfants des bourgeois auxquels ils croient barrer la route… les imbéciles ! En effet, il paraît paradoxal, pour le moins, que soit jeté aux orties un système qui a fait ses preuves pendant des décennies et qui a permis à des générations d’enfants d’ouvriers de profiter de l’ascenseur social et de devenir instituteur, pharmacien ou notaire… On remarque que, depuis que les pédagogistes, les Meirieu  et Dubet tiennent les haut du pavé et sont écoutés, l’école n’a jamais si mal marché, n’a jamais laissé sortir autant d’illettrés du système et n’a jamais formé autant de gens qui, arrivés en fac, ont besoin d’une année zéro pour être capables de suivre les cours et d’en tirer parti. Le système est effroyable.

Or, non contents de nous avoir saboté notre école, les fossoyeurs de celle-ci voudraient nous jouer un dernier tour ou plutôt nous achever en supprimant les notes !

Les paragraphes concernant ce point sont tout aussi manipulateurs et pleins de sous-entendus staliniens liant deux éléments qui n’ont rien à voir, la note et « l’obsession du classement ». Ces Jean-Foutre ne savent pas qu’évaluer avec une note permet de savoir où on en est par rapport un objectif à atteindre et non pas de classer les élèves les uns par rapport aux autres !

Mais, bien entendu, avoir un objectif, voir les évolutions, la progression et le résultat de ses efforts devient chez nos psychologues à la petite semaine de la « stigmatisation » (rebelote, le mot est à la mode…) qui amènerait la perte de confiance de soi.   Billevesées que tout ceci bien entendu, puisqu’en supprimant les notes on ferait disparaître tous les repères, tous les guides qui permettent à l’élève de suivre une route et un guide d’emploi pour ne plus fonctionner qu’avec la dernière invention toxique de nos pédagogistes (et on ne remercie pas le gouvernement Fillon….) qui ont inventé, par exemple au collège, de remplacer les évaluations par des bilans de compétences (et non des évaluations de savoir, on le note bien) transdisciplinaires,  rendant vain et impropre à toute évaluation un enseignement qui serait riche de connaissances et de savoirs faire.

Quoi d’étonnant ? Avez-vous lu la liste des malfaiteurs ? En tout premier le roi des compromissions et des abandons, j’ai nommé Rocard (qui fut maire de Conflans,  où habite le président de l’Afev…), fervent défenseur de l’entrée de la Turquie en Europe, partisan de l’Europe libérale actuelle qui favorise les spéculateurs aux dépens des travailleurs,  apôtre du désarmement nucléaire mondial dont on sait bien qu’il laisserait la place belle aux Etats-voyous, refusant que l’on puisse déchoir de la nationalité tel délinquant d’origine étrangère, et tellement narcissique qu’il a essayé de convaincre Royal de se désister en sa faveur pour les présidentielles de 2007 !

Quant aux autres, on y retrouve les inévitables Dubet, Pennac, Rufo, Cyrulnik, Morin etc. qui sévissent depuis des lustres dans les hauts-lieux à la mode de la pédagogie, sociologie et autres  IUFM. Comme le chantait Boris Vian, ce sont « de beaux apôtres » qui nous engagent à tuer tout encadrement, tout effort, toute perception de l’échec/réussite et nous entraînent à faire de nos enfants des petits monstres egocentriques, sans limites, croyant qu’il n’y a que le plaisir immédiat qui coûte et que tout se vaut, la sortie pour ramasser une feuille morte et l’apprentissage des tables de multiplication… Grâce à ces inventeurs du vide sidéral la prochaine génération, sera parfaitement formatée pour dire béni-oui-oui à toutes les élites mondialisées qui voudront leur faire croire que le bonheur c’est la pub de TF1 et le dernier écran plat.

Ce sont nos enfants qu’ils assassinent, c’est la culture qu’ils assassinent, ce sont nos racines qu’ils assassinent, c’est la France qu’ils assassinent.

Gageons néanmoins que leur pétition fera un beau flop et que leurs propositions criminelles ne seront pas prises au sérieux par les Français… à moins qu’un gouvernement où siège l’ineffable Juppé, capable de parler sans rire d’un islam républicain ou laïque  ne s’empare du projet, propre à casser un peu plus l’école publique, à moins que, encore, la gôche ne soit vainqueur en 2012 (mes cheveux se hérissent en y pensant) auquel cas elle sauterait forcément à pieds joints sur l’idée, ravie d’apprendre à vivre aux fils de privilégiés désireux d’apprendre et de penser par eux-mêmes.

PS. On saluera au passage le syndicat enseignant SNUDI-FO qui s’oppose à cette suppression, même s’il le fait  seulement après avoir entonné l’antienne des moyens nécessaires….

Source: http://tinyurl.com/2de5ja4

30/10/2010

Pensez à vous faire vacciner… Mme Bachelot sera contente…

Depuis le temps que beaucoup pensaient très fort que l’affaire du vaccin contre la grippe A était une formidable arnaque… Et bien vous allez faire des économies de neurones. Lisez ce qui suit.

FDF

.

GRIPPE A – Ce rapport qui accable le ministère de la Santé

Le rapport de la Cour des comptes révèle que certaines décisions de l’Établissement de préparation et de réponses aux situations d’urgence (Eprus) ont été prises sur instruction de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot

La grippe A H1N1 n’a pas fini de faire parler d’elle. Après les commissions d’enquête de l’Assemblée nationale et du Sénat cet été, la Cour des comptes s’est penchée à son tour sur la gestion de la pandémie de grippe A H1N1. Dans un rapport consacré à l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), les Sages de la rue Cambon redoublent de sévérité à l’encontre du ministère de la Santé et fustigent son intervention excessive dans la gestion de l’achat des vaccins.

L’Eprus, créé en 2007 et actif dès 2009, a pour mission d’acquérir et de gérer des stocks sanitaires publics pour faire face à des catastrophes sanitaires et de « constituer » et de « gérer un corps de réserve sanitaire » composé de professionnels de santé. À peine en marche, l’émergence du virus de la grippe A H1N1 lui donne du fil à retordre. Mais, au lieu d’être un rouage essentiel dans la lutte contre la pandémie, l’Eprus se résout vite au simple rôle de logisticien.

Le ministère de la Santé omnipotent

Pas de quoi s’attirer les foudres de la Cour pour qui « l’établissement a agi en bon exécutant », là où les interventions intempestives de l’État ne lui laissaient que peu de marges de manoeuvre. Les critiques s’adressent donc au ministère de la Santé, autorité de tutelle de l’Eprus. Et pour cause : l’établissement n’a eu pratiquement aucune autonomie, notamment concernant les décisions à propos des vaccins. Pourtant, leur achat a représenté plus de 72 % des dépenses relatives à la pandémie.

Bien que l’établissement ait conclu quatre contrats avec les laboratoires Sanofi Pasteur, Novartis, Baxter et GSK, son directeur général « a agi sur instruction de la ministre de la Santé », précise le rapport. « La politique de commande et de négociation a été exclusivement définie par le ministère, tant en ce qui concerne les décisions de principe que les éléments de négociation« , souligne Rolande Ruellan, lors de son audition. « Parfois, la prénégociation a même été conduite directement par le ministère », renchérit-elle.

Les quantités, les prix et les conditions de résiliation ont été exclus de la négociation. « Ce n’est pas l’Eprus qui en a décidé ainsi, mais le ministère », précise-t-elle. Autrement dit, l’Eprus n’a eu qu’à apposer sa signature au bas du contrat. Mais la Cour des comptes tente de tempérer la responsabilité du ministère par la volonté d’avoir assez de vaccins en stock pour toute la population. Au total,

l’achat de vaccins aura coûté 382 millions d’euros pour 44 millions de doses commandées.

Seules six millions de doses ont été utilisées en France pour la vaccination de 5,3 millions de personnes.

Source: http://tinyurl.com/33nwchb

11/10/2010

Scandale halal: les b….., comptez-vous… Ce soir, 22h40, Canal +.

Une bombe! On ne va tout de même pas louper ça.

Depuis le temps que les muzz nous pompent l’air avec leurs coutumes barbares comme le halal, c’est un juste retour de bâton. Des tampons halal apposés sans vérification, des produits contenant du porc… les exemples affluent dans l’enquête de Canal+ et mettent en cause certains grands groupes, comme Doux. Malgré une croissance de 10 % par an et plus de 5 millions de consommateurs, le label « halal » n’existe pas, et il n’y a aucun organisme officiel pour le certifier. D’où de nombreuses arnaques. Buziness is buziness… Il n’ y a pas de raison qu’ils passent entre les gouttes de la société du profit…

Ce soir à 22h40 sur Canal +

FDF

.

Les médias s’emparent du scandale halal !

Selon l'enquête de Canal+, de nombreux produits n'auraient de halal que le nom.Selon l’enquête de Canal+, de nombreux produits n’auraient de halal que le nom. MAGNETO PRESSE / CANAL + 

Un «halalgate» serait sur le point ­d’exploser. L’expression est signée Fateh Kimouche. Fondateur de l’influent blog al-kanz.org, il offre depuis 2006 des informations sur le marché des consommateurs musulmans. Objet du scandale: plus de la moitié des produits proposés dans le commerce n’auraient de halal que le nom, et ne seraient en rien préparés selon les règles rituelles. C’est ce que montre, avec moult images et témoignages éloquents, «Les dessous du business halal», enquête signée Feurat Alani et Florent Chevolleau, diffusée ce lundi soir à 22h40 sur Canal+.

Un marché de plus en plus médiatisé

«J’ai rarement trouvé autant d’éléments confondants au cours d’une enquête », explique Florent Chevolleau. « Ce reportage peut faire l’effet d’une bombe, affirme Fateh Kimouche. Aujourd’hui, les journalistes ont compris qu’on avait affaire à un panier de crabes.»

Aujourd’hui, mais pourquoi pas avant? «Il y a une vraie crainte à la télé d’aborder ce qui touche à la religion, et aux musulmans en particulier. On a peur que cela stigmatise», avance Jean-Charles Doria. Journaliste de l’agence Tony Comiti, il avait enquêté sur le thème en début d’année, mais son reportage, mettant notamment en cause les produits de KFC, n’avait pas été diffusé. Autre explication, «avant, le marché du halal n’était pas médiatisé, note Florent Chevolleau. La première publicité grand public date de l’an dernier, les campagnes d’affichage de cette année.»

Fateh Kimouche confirme. Dans la revue de presse qu’il tient sur son blog, il a d’ailleurs observé une évolution. «Pendant le ramadan 2009, il commence à y avoir beaucoup d’articles sur le halal, mais ils parlent de l’importance du marché, de son dynamisme. En 2010, les journalistes ont cherché d’autres angles, et se sont penchés sur les problèmes de certification.»

France 24 y a par exemple consacré une émission cet été. Pour l’instant, les industriels ou associations de certification, responsables des arnaques, refusent de répondre aux journalistes. Peut-être l’enquête de ce lundi soir les incitera-t-elle à parler davantage.

Fraudes graves

Des tampons halal apposés sans vérification, des produits contenant du porc… les exemples affluent dans l’enquête de Canal+ et mettent en cause certains grands groupes, comme Doux. Malgré une croissance de 10 % par an et plus de 5 millions de consommateurs, le label « halal » n’existe pas, et il n’y a aucun organisme officiel pour le certifier. D’où de nombreuses arnaques.

Source: http://www.20minutes.fr

29/07/2010

Mosquée de Nanterre : une arnaque ?

jeudi, 29 juillet 2010



La construction de la mosquée Emir-Abdelkader à Nanterre cacherait une énorme escroquerie. Alors que la première pierre a été posée en grande pompe le 17 octobre dernier, les travaux sont arrêtés et risquent de ne pas reprendre avant longtemps.

Pour l’heure, l’affaire n’est pas encore entre les mains de la justice mais, dans la semaine, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, devrait recevoir la plainte d’une personne se disant abusée par l’entreprise chargée d’édifier le lieu de culte pour le compte de l’Association islamique des religieux de Nanterre (Airn).

Selon nos informations, cette entreprise, baptisée Novolis, a été spécialement créée pour la réalisation de la mosquée avec le concours d’un dénommé Tacim S., déjà condamné pour des escroqueries dans la région bordelaise. C’est de l’argent public qui aurait été détourné. Celui de l’Etablissement public d’aménagement de La Défense (Epasa), qui s’est engagé à verser un million d’euros à l’association islamique.

Le montage est simple : contre ce million, l’Epasa récupère le terrain, actuellement occupé par la mosquée, de l’association, avenue de la République. Et l’association utilise l’argent pour financer le nouveau lieu de culte, le long de l’A 86, non loin des Papeteries de la Seine et de la maison d’arrêt.

Les sommes devant être versées par tranche, au fil des étapes des travaux, l’Epasa se serait déjà acquitté d’environ 500 000 € dès l’automne dernier, au moment de la pose de la première pierre, pour permettre ainsi le démarrage du gros œuvre. Une fois l’argent sur le compte de l’Airn, celui-ci est transféré à Novolis.

Mais, selon un proche de l’affaire, « quelques dizaines de milliers d’euros disparaissent parfois pendant le transfert ». Le cheik Boudjedi, recteur de la grande mosquée de Nanterre, qui préside l’association islamique, pouvait-il ignorer cette évaporation ? A-t-il laissé faire ? Est-il lui-même impliqué dans le système ?

Si une enquête judiciaire est ouverte, le cheik Boudjedi sera vraisemblablement interrogé. Richard Lejoyeux, alias Abdel Ghani depuis sa conversion à l’islam, pourrait également avoir à répondre aux questions de la police. Président de la Coordination islam et société (CIS 92), c’est lui qui représentait le maître d’ouvrage, c’est-à-dire l’association présidée par Boudjedi. C’est donc lui qui était en lien avec Novolis.

Et, plus ennuyeux, 200 000 € versés à Novolis juste après un virement de l’Epasa à l’association islamique se seraient envolés vers un compte offshore à Chypre, où Richard Lejoyeux a des attaches. « J’y vais depuis vingt ans », répond-il avec décontraction.

Richard Lejoyeux confie également sa « surprise » quand il a « découvert que Novolis était criblé de dettes ». Et d’ajouter qu’il « ne sait pas du tout s’il y a eu ou non des malversations ». « Nous avons versé les sommes à Novolis pour les travaux, qui avaient l’air d’avancer normalement d’ailleurs. Après, comment voulez-vous qu’on sache ce que l’entreprise fait de nos chèques », précise-t-il encore.

Aujourd’hui, Novolis est en liquidation judiciaire. Avec un passif de 480 000 €.

Source: http://tinyurl.com/3xqvvnx

08/05/2009

Arnaque d’Etat : les radars rapportent 550 millions d’euros !!!

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 18:08
Tags: , ,

radars


PARIS (NOVOpress)

Les radars automatiques rapportent toujours plus. En 2009, les amendes générées par ce dispositif devraient atteindre la somme de 550 millions d’euros, soit une hausse de 23 %. Un excellent moyen pour renflouer les caisses de l’Etat au détriment des automobilistes solvables. En 2006, les radars avaient offert à l’Etat une recette de 349 millions d’euros, puis 362 millions en 2007 et encore plus en 2008 : 448 millions d’euros.

Mais le nouveau record 2009 devrait tomber l’année prochaine puisque le député UMP, Hervé Mariton, rapporteur spécial du budget des transports à l’Assemblée nationale, veut encore plus piéger les automobilistes en retirant purement et simplement la signalisation de ces radars le long des routes.

Il est tellement plus facile de sanctionner un père de famille dépassant légèrement la vitesse autorisée que de punir les rodéos urbains ou les nombreux « sauvageons » qui circulent sans casque et sur roue arrière dans les cités de non droit…