Francaisdefrance's Blog

15/01/2012

Appel à témoins dans l’affaire du violeur en série parisien !

Le moins que je puisse faire est de relayer.

FDF

http://tinyurl.com/7pgjcab

.

Cliché tiré d'une caméra de videosurveillance d'un distributeur du XIV.
Cliché tiré d’une caméra de videosurveillance d’un distributeur du XIV.

La police parisienne a diffusé des photos de l’homme recherché pour avoir commis trois viols, deux à Paris et un à Etampes, à la fin du mois de décembre. Un numéro vert a été mis en place.

Trois viols d’une extrême violence commis par le même homme en seulement cinq jours: les enquêteurs parisiens sont sur le qui-vive. Un homme d’une trentaine d’années, de type africain, est activement recherché après s’en être pris à trois jeunes femmes, à Paris et à Étampes (Essonne) fin décembre. L’État-major de la Police Judiciaire de Paris a décidé vendredi de diffuser des photos de cet homme, après la publication, jeudi, d’un portrait-robot du suspect dans Le Parisien. «Ce portrait ne ressemble pas à l’homme que nous recherchons, nous avons donc décidé de publier une photo du suspect», a indiqué dans les locaux du 36 quai des Orfèvres, Christian Flaesch, directeur de la PJ. Ce dernier a admis que l’individu recherché est «dangereux».

Cliché tiré d'une caméra de videosurveillance d'un distributeur du XIVe.
Cliché tiré d’une caméra de videosurveillance d’un distributeur du XIVe.

Ces photos sont tirées de caméra de vidéosurveillance d’un distributeur bancaire du XIVe arrondissement de Paris, où le suspect a contraint l’une de ses victimes à retirer de l’argent. Selon les indications données par la PJ, le suspect, de corpulence normale, mesure entre 1m70 et 1m75. Il a le crâne rasé, le visage ovale aux traits fins, et porte des scarifications au niveau des deux tempes, peut-être en forme de losange. Aux moments des agressions, il était vêtu d’un blouson de cuir ou daim marron foncé, d’un jean bleu foncé et portait des chaussures noires.

Le suspect est droitier, fumeur, et était alcoolisé au moment de certains faits. Il s’exprime très bien en Français. Toute personne susceptible d’apporter des informations sur cet homme est invité à contacter le numéro vert 0800 00 27 08 ou a adresser un courriel à ppj-appelatemoin@interieur.gouv.fr

La première agression remonte au 23 décembre, vers les 1h30 du matin. Près de la porte d’Orléans, dans le XIVe, Camille*, une jeune femme de 29 ans blonde aux yeux bleus, rentre chez elle après une soirée entre amis. Alors qu’elle ouvre sa porte, un homme armé lui saute dessus et parvient à rentrer avec elle dans l’appartement. Après lui avoir soutiré de l’argent, il la viole, alors que des membres de sa famille dorment dans les pièces d’à côté. «Il a menacé d’aller s’en prendre à sa famille. Elle était terrorisée, alors elle n’a pas opposé de résistance», confie une source policière. Il force ensuite sa victime à se rendre à un distributeur pour se faire remettre de l’argent. Les enquêteurs disposent d’images du suspect tirées d’une caméra de cette banque.

Poignardée alors à dix-neuf reprises

Le même jour, à 8h30 heures du matin, l’individu attaque une autre jeune femme, cette fois dans le XVe, près du métro Convention. La victime, jeune trentenaire, est elle aussi blonde aux yeux bleus. Il parvient à lui soutirer sa Carte bleue et son code puis essaye d’abuser d’elle. Mais elle se débat: son bourreau la poignarde alors à dix-neuf reprises, avant de la violer. Laissée pour morte, elle parvient à ramper jusqu’à la loge de sa concierge qui prévient les secours. Hospitalisée dans un état grave, elle a pu quitter récemment l’hôpital.

Le 28 décembre, vers l’heure du déjeuner, l’individu se trouve dans une cité d’Étampes. Là, après avoir abordé une adolescente de quinze ans, en lui demandant notamment si «elle connaît une certaine Noumia*», il la force, sous la menace d’un couteau, à monter chez elle. Mais la jeune fille se débat: l’homme la poignarde alors deux fois puis tente de l’étrangler, avant de la violer. Il quitte ensuite les lieux après s’être excusé et lui avoir dérobé de l’argent, comme pour ses deux autres victimes.

Selon nos informations, c’est ce dernier crime qui pourrait intéresser plus particulièrement les enquêteurs. Des images tirées de caméras de la municipalité montrent le suspect marchant d’un pas plutôt assuré dans le quartier. «Nous ne souhaitons pas tirer de conclusions hâtives. Mais il est vrai que sur les images, il a l’air de bien connaître les lieux. Et il y a la piste de cette jeune femme, “Noumia*” qu’il recherchait. S’agissait-il d’un prétexte pour aborder sa victime ou connaît-il réellement cette femme? L’enquête le déterminera.»

*Les prénoms ont été modifiés.

Plus d’infos en vidéo sur BFMTV.com

Source: http://www.lefigaro.fr/

11/12/2010

Encore deux disparitions « inquiétantes » à Nantes… Appel à témoins.

Bizarre…

Ca me rappelle étrangement l’affaire récente de ce jeune étudiant de 16 ans disparu et retrouvé tabassé et égorgé à Belfort, mains liées dans le dos… Pas vous? Souhaitons que l’issue de ces deux disparitions ne soient pas identique.

FDF

Deux jeunes hommes ont disparu vendredi et samedi dernier, à 24 heures d’intervalle, en sortant de la même boîte de nuit. Des recherches sont en cours.

Le parquet de Nantes préfère ne parler que d’une «troublante coïncidence» pour l’instant. Le jeudi 2 décembre, Rémy Calmejane, un étudiant de 19 ans en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps), se rend avec des amis au Calysto, une boîte de nuit située près des bords de Loire, à Nantes. Vers 4 heures du matin, fatigué, il quitte les lieux. Ses parents signalent sa disparition le lendemain matin. Le vendredi 3 décembre au soir, un autre étudiant, Grégoire Rigault, âgé de 24 ans, se rend au même établissement. Il s’en va là encore vers 4 heures, et le même scénario se reproduit : Grégoire Rigault n’a plus été revu. Dans les deux cas, le parquet a ouvert une enquête pour «disparition inquiétante».

Rémy Calmejane a disparu vendredi 3 décembre à 4 heures.
Rémy Calmejane a disparu vendredi 3 décembre à 4 heures.

Des nombreux moyens ont été utilisés pour tenter de retrouver la trace des deux jeunes gens. Une portion de la Loire a été inspectée par des plongeurs et survolée en hélicoptère. Un chien de la gendarmerie a suivi la trace de Rémy Calmejane jusqu’à la gare maritime de la ville, sans qu’il soit établi si le jeune homme était passé par là pour venir ou repartir, rapporte Ouest-France.

Mauvaise rencontre ou chute mortelle ?

Le procureur de la République de Nantes Xavier Ronsin a déclaré jeudi soir que «les recherches menées [dans la journée] par les pompiers et les gendarmes avec des plongeurs, ainsi que des chiens, n’ont rien donné». Elles doivent se poursuivre ce vendredi, ainsi que les auditions. Pour l’instant, aucun élément ne permet d’exclure ou de privilégier la piste criminelle ou accidentelle, a précisé le magistrat. Interrogé sur un possible lien entre les jeunes hommes, il a précisé qu’»il n’a pas été établi procéduralement que les deux disparus se connaissaient».

Grégoire Rigault n'a plus été revue depuis le 4 décembre, à 4 heures.
Grégoire Rigault n’a plus été revue depuis le 4 décembre, à 4 heures. Crédits photo : HO/AFP

Pierre Calmejane, le père de Rémy, assure pour sa part que les deux jeunes ne se connaissaient pas. Il soutient aussi que son fils «n’est pas tombé à l’eau tout seul» et qu’il a dû faire une mauvaise rencontre. «C’est un étudiant bon vivant, qui n’a pas de problème de fugue ou de tendance suicidaire», a-t-il expliqué. «Il avait bu, c’est clair, mais selon ses copains, il ne titubait pas, il pouvait marcher». Depuis vendredi, son portable est sur messagerie et sa carte bleue muette.

De son côté, Grégoire Rigault, qui étudiait pour devenir expert-comptable, devait passer son permis de conduire pour la deuxième fois lundi mais il ne s’est jamais présenté à l’épreuve. «Quoi qu’il arrive, il n’aurait jamais fait ça», estime un proche cité par Le Parisien. Un appel à témoin a été lancé par la police judiciaire de Nantes ( 02 53 46 70 00).

Source: http://www.lefigaro.fr/

02/09/2010

…Agression d’une sexagénaire à Paris XIX: Appel à témoins…

Ca, c’est un bon moyen de riposter face à la délinquance… Aidons les autorités à nous débarrasser de ces déchets de l’humanité.

FDF

01/09/2010

La police judiciaire parisienne a lancé aujourd’hui un appel à témoins après la mystérieuse agression, sans témoins, d’une sexagénaire, mi-août à Paris (XIXème), toujours hospitalisée depuis et muette, a annoncé la police.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du 13 au 14 août dernier dans le secteur de la Porte de la Villette, tout près du canal de l’Ourcq. La victime, âgée de 62 ans, a été retrouvée dans la rue « ensanglantée, pieds nus » et « vêtue d’un simple caleçon et d’un tee-shirt ». « Elle présentait de multiples lésions laissant penser qu’elle avait été victime d’une agression violente« , a précisé la PJ.

Selon la source, elle se trouve depuis à l’hôpital et, choquée et à peine audible, n’a pu fournir aucune explication sur sa présumée agression aux enquêteurs du 2e district de police judiciaire (DPJ). L’enquête de voisinage et dans l’entourage de la sexagénaire, qui est identifiée, n’a rien donné.

Les enquêteurs ont donc lancé un appel à témoins aujourd’hui demandant à « toute personne susceptible d’avoir des renseignements » à cet égard de contacter l’Etat-major de la PJ au 01.45.44.31.82.

vu sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/09/01/97001-20100901FILWWW00558-agressionsexagenaire-appel-a-temoin.php