Francaisdefrance's Blog

06/02/2011

Prestations sociales: il serait grand temps de mettre fin aux fraudes.

Pillé à Gérard Brazon…

FDF

.

La lutte contre la fraude aux prestations sociales! Il serait temps.

Un spécialiste en la matière dont on n’entend plus parler, d’ailleurs:

La lutte contre la fraude est, bien sûr, une question de bonne gestion financière, mais elle est aussi nécessaire «pour préserver l’adhésion collective à notre système de sécurité sociale», a rappelé mardi le directeur de la branche famille (Cnaf), Hervé Drouet. C’est pourquoi les Caisses d’allocations familiales – comme leurs homologues de l’Assurance-maladie -, longtemps timorées sur la chasse aux tricheurs, se flattent désormais de progresser d’année en année. Selon un bilan présenté mardi, le nombre de fraudes détectées a atteint 11.733 en 2009, soit sept fois plus en cinq ans!

Le montant de ces fraudes s’élève à 85,6 millions d’euros – soit à peine plus de 0,1% du total des prestations distribuées dans l’année.(Notez la technique pour rendre inoffensive la bombe! 85,6 millions d’€ ne représentant QUE 0,1%)

Dans 1869 cas, une sanction financière a été prononcée en plus du remboursement des prestations touchées;

Dans 7541 cas plus graves, une plainte au pénal a été déposée.

Le montant total des indus mis au jour par les caisses est toutefois nettement plus important: il atteint 2 milliards d’euros. Ce chiffre additionne les fraudes proprement dites et les sommes découlant d’erreurs, d’omissions ou de délais dans les déclarations des bénéficiaires, sans intention de tromper. Hervé Drouet le juge «assez remarquable» car la Cnaf avait estimé, il y a quelques mois, que ses indus se situaient dans une fourchette de 1,6 à 2 milliards d’euros par an – elle était arrivée à ce total en contrôlant 10.500 dossiers choisis au hasard. Autrement dit, les indus effectivement découverts par les 629 contrôleurs des caisses représentent à peu de chose près les indus estimés. Les CAF passent l’éponge sur ces dettes dans 11% des cas, les bénéficiaires ayant prouvé leur bonne foi; le reste des indus est presque intégralement recouvré.

Un numéro national aux allocataires

Une différence entre estimation et réalité demeure néanmoins. Le montant des fraudes pures et dures est évalué entre 540 millions et 800 millions d’euros, soit bien plus que les 85,6 millions mis au jour. Daniel Buchet, le «M. Fraude» de la Cnaf, explique cette différence par une frange d’indus pour lesquels il y a suspicion de fraude, mais celle-ci n’est pas prouvée. Cela prendrait trop de temps et de moyens de tenter de la faire, avec un résultat aléatoire.(?)

La Cnaf utilise de nouveaux outils pour progresser dans sa lutte contre la fraude. À commencer par l’attribution d’un numéro national aux allocataires, au lieu d’avoir des identifiants différents d’une caisse à l’autre. Cela permet d’éviter les demandes de prestation déposées par une même personne dans de multiples départements. Généralisé à partir de 2008, cet identifiant concerne désormais 95% des allocataires ou ayants droit. Un logiciel d’exploitation des données permettant le «profilage» des dossiers à risques sera aussi déployé cette année. Enfin, les CAF peuvent depuis 2007 évaluer le train de vie des allocataires pour cesser de verser des prestations à des personnes disposant d’un gros patrimoine mais déclarant de faibles ressources (ce qui laisse souvent supposer des revenus provenant d’activités illégales). Des cas «rares mais choquants» pour la Cnaf: 32, précisément, en 2009.

Source: http://www.lefigaro.fr/

Par Gérard Brazon

17/01/2011

Islamisation: « L’État finance notre destruction » !

Les « bienfaits » de l’immigration et de la préférence non nationale…

Voila de la saine lecture… Demandez vous désormais pourquoi certains français de souche meurent de faim et de froid dans les rue de nos villes…

FDF

.

Seulement 5% des nouveaux migrants rentrent en France pour répondre à des besoins précis de notre économie, le reste étant une immigration de peuplement par le regroupement familial (63%), la régularisation et l’asile politique. Voilà pour l’immigration légale. En ajoutant les migrants clandestins, il y a entre 200 000 à 300 000 étrangers qui s’installent sur notre territoire chaque année. Ce chiffr est atténué par environ 150 000 naturalisations 

Ce taux de 5% d’immigration de travail se retrouve dans 8 pays européens selon un rapport de l’ONU qui nous vante les effets positifs des 95 % restant contribuant ainsi au renouvellement de la population européenne. Autant dire son remplacement. Et ce n’est que le début : alors que l’immigration en masse commence par poser des problèmes au point que certains politiques franchissent le tabou des conséquences d’une immigration massive prenant des allures de colonisation, tout est fait pour encourager celle-ci. Si les immigrés continuent de déferler en France, c’est parce qu’ils savent qu’ils y trouveront de quoi y vivre, même sans travailler. 

C’est aussi parce que nous finançons notre destruction qui passe aussi par l’islamisation de la France et de l’Europe !

Entre 1990 et 2000, les étrangers ont compté pour 89% de la croissance démographique en Europe. C’est énorme, à terme les européens de souches seront une minorité. L’immigration de peuplement est bien organisée et entretenue pour remplacer l’actuelle population européenne.

Organisée et entretenue en France par diverses allocations et financements qui permettent à l’immigration légale et illégale de vivre dans notre pays sans aucune envie de retourner un jour dans leur pays d’origine. Les minorités d’aujourd’hui choyées par nos politiques de tous bord au nom du Droit à la différence vont devenir la majorité de demain. Et la mise en place de cet avenir macabre nous coûte des centaines de millions d’euros. Cela VOUS coûte, parce que ce sont vous et moi qui finançons cela avec nos impôts.

L’Aide Médicale d’État (AME) est réservées aux étrangers clandestins. En 1999, le coût de l’AME était estimé à 45 millions d’euros annuels, il est aujourd’hui de 700 millions d’euros.

La polygamie coûte chaque année au minimum 300 millions d’euros à la collectivité. Chantal Brunel, député UMP de Seine-et-Marne, parlait de détournement de la politique sociale de l’Etat français par la polygamie.

Les contrats d’intégrations nous coûtent également des centaines de millions d’ euros. Ceux-ci d’ailleurs sont de moins en moins signés par les étrangers affirmant leur refus de s’intégrer dans leur pays d’accueil.

L’hôtel payés par les pouvoirs publics, les centres de rétentions, les retours au pays des clandestins avec un pactole dans la poche, les Fonds d’Action Sociale, les SONACOTRA, la scolarisation des nombreux enfants d’immigrés ainsi que les enfants de parents clandestins, les allocations familiales, les allocations chômage, RSA, CMU…

Autant d’allocations et de dispositions particulières qui encouragent et entretiennent l’immigration de masse et de peuplement. Et les déclarations fracassantes de l’actuel ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux ainsi que les quelques 20 000 reconduites aux frontières (toujours payés avec nos deniers !)n’y changeront rien.

Si ce n’est pas de l’immigration organisée et entretenue à nos dépends tout en nous affirmant vouloir maîtriser et résoudre les problèmes causés par celle-ci, qu’est ce que c’est ? Il est clair que l’Etat finance notre destruction avec le fruit de notre travail.

Mais ce n’est pas n’importe qu’elle immigration que nous nourrissons sur notre sol avec notre argent pour nous remplacer : elle apporte dans ses bagages les préceptes intolérants, haineux et sexistes du Coran.

Que les immigrés soient des musulmans pratiquants ou non, cela importe peu aux islamistes qui les attendent dans notre pays. Ils sauront les remettre dans le droit chemin d’Allah et leur rappelleront combien l’oumma mondiale est primordiale et supplante toutes nationalités. Ce qui explique pourquoi selon un sondage récent les musulmans ne s’intègrent pas dans la société française. Et ils sont entretenus dans leur communautarisme musulman par nos politiques qui jouent à celui qui sera le meilleur dhimmis.

En passant par les « racines musulmanes de l’Europe » de Chirac, par l’excuse « orthodoxe » que confèrait Sarkozy aux représentants de l’UOIF, par « la dimension islamique » qui fait partie intégrante de l’Europe de Villepin, par l’inauguration d’une mosquée en banlieue parisienne par le premier ministre François Fillion, par Manuel Valls « partisan de l’argent public pour la construction des mosquées » (et oui, lui aussi)…Et le projet de revision à propos de la loi 1905 qui n’est qu’un jeu politique puisque les mosquées sont déjà financés par l’argent des contribuables comme pour la mosquée de La Rochelle ou celle de Creil. La loi 1905 n’a pas besoin d’être retouchée, elle est déjà bien écornée ! Pour certains élus, l’Islam est une religion d’Etat qui l’est effectivement déjà sur le terrain.

Et c’est ainsi qu’encouragés de toutes parts, financièrement et idéologiquement, les agents coraniques imposent les principes de la sharia dans notre pays : les pressions islamistes se font dans nos écoles et universités, dans les entreprises, au niveau de la justice et prend part au jeu politique par le poids de l’électorat musulman de plus en plus important au fur et à mesure que le nombre de ceux-ci s’accroît. « Le Coran est notre constitution » a proclamé dans un journal hebdomadaire le président de l’UOIF. Nous nous en passerons puisque la France dispose déjà d’une constitution démocratique républicaine. A moins que L’Etat ne prévoit de remplacer cette République par une république islamique, comme elle accepte de remplacer le peuple français de race blanche et de culture européenne par des immigrés majoritairement afro-magrébins musulmans.

Pourtant, ce peuple a dit NON au projet constitutionnel européen sans frontières, sans notification du passé, sans culture, sans avenir à part celui de débouché sur la finalisation de l’Eurabia. Ce peuple, comme la majorité des européens, dit NON à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne qui signerait la fin de l’identité culturelle européenne et qui menacerait gravement nos libertés et notre mode de vie. Ils ont dit NON aussi un certain 21 avril sentant confusément que l’on les menaient vers un endroit semblable à celui où on égorge les moutons…Mais nos élus politiques n’en ont cure et continue de suivre les conseils dirigés de l’ONU ou de l’oligarchie Bruxelloise pour qui l’Europe dont être multhiethnique, généreuse avec l’Autre, (musulman de préférence), multiculturelle (culture coranique de préférence) ouverte au monde pour faire profiter à tous de nos Droits de l’Homme. Et cette définition délirante de notre avenir rejoint à merveille celle des musulmans qui veulent une planète uniforme soumise à Allah !

Et quels droits nous restent-ils à nous Européens, Français ? Celui de mourir doucement, silencieusement et de en plus, payer pour cela.

Mais que croyaient-ils tous ces salauds qui nous gouvernent depuis plus de trois décennies et qui cachent leur félonie derrière leurs sourires bons enfants ? Pensait-ils vraiment que les fils d’Allah allaient se conduire sagement en attendant la touche finale de l’islamisation de l’Europe et de notre pays ? Partout en Europe, l’Islam montre son vrai visage, les fatwas des offiines anti racistes et tombent en trombes contre ceux qui critiquent les comportements intolérants des mahométans ou sur ceux qui veulent se protéger des sourates belliqueux du Coran.

Partout l’islamisme se développe et devient plus agressif. Pensait-ils vraiment que les français allaient docilement accepter cet avenir qui n’en est pas un ? Mais notre histoire, nos racines, notre culture, nos valeurs sont ancrées en nous et ressortent inconsciemment quand nous nous sentons en danger. Les français qui ne font plus confiance aux hommes politiques, et surtout pas à celui qui nous « gouverne »

Il est inacceptable que le fruit de notre travail soit utilisé pour anéantir l’espoir d’une vie de libertés pour nos enfants et petits enfants

Les musulmans ont déclarés la guerre à l’Occident et l’Etat Français utilise l’argent de ses citoyens pour financer une des tactiques djhadistes la moins meurtière, mais surement la plus efficace.

Nous devons employér tous les moyens légaux pour enrayer ce destin funeste que d’autres ont décidés cyniquement pour nous. Il faudra bien que tous ces traites finissent par  entendre pour éviter, ce que dans leur naïveté et leur ambition débordante ils ont oublié : Ne pas tenir compte des cris d’un peuple qui ne veut pas mourir et que l’on a déjà enterré pourrait mettre la France, devenue un misérable hexagone, et l’Europe à feu et à sang.


source : mediaslibres.com