Francaisdefrance's Blog

01/01/2012

Nabil: 33 ans, 17 condamnations et n’a toujours pas compris…

Pas d’excuses. Quand on est con, on est con… Je ne vois pas pourquoi on colle un avocat à ce genre d’individu. Je sais, je sais, c’est la loi.

Le problème est, que cet avocat, il est probablement et indirectement payé par nous, les CONtribuables. Il en est de même des amendes éventuelles et frais de justice…

Chances pour la France…

FDF

Faut pas abuser, Nabil…

.

Il « fête » sa libération et repart en prison

(sans passer par la case départ…)

.

« Face à son état d’ébriété avancé, le cafetier n’a plus voulu le servir. Le client s’est alors énervé. Le ton est vite monté. Le professionnel a prévenu la police, qui s’est rendue sur les lieux. La situation a alors dégénéré avec les forces de l’ordre. Nabil, ivre, a refusé d’être interpellé et a insulté les policiers. »

Nabil, 33 ans, est sorti de la maison d’arrêt de Tarbes le 14 décembre après plusieurs mois de détention. Le lendemain, il a comparu devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour rébellion et outrage envers des policiers. Il n’a pu profiter que d’un seul jour de liberté…

À sa sortie de prison, l’homme a décidé de prendre un train à Saint-Gaudens. En l’attendant, il s’est arrêté dans un café. « Alcoolique depuis ses 14 ans », selon son avocat, il a pris un verre mais ne s’est plus arrêté. « Vous avez bu à foison », constate le président du tribunal. Face à son état d’ébriété avancé, le cafetier n’a plus voulu le servir. Le client s’est alors énervé. Le ton est vite monté. Le professionnel a prévenu la police, qui s’est rendue sur les lieux. La situation a alors dégénéré avec les forces de l’ordre. Nabil, ivre, a refusé d’être interpellé et a insulté les policiers.

« J’ai tellement bu que je ne me rappelle rien », explique le prévenu. Pour le procureur, l’homme est « allé fêter sa sortie et a récidivé, comme à son habitude ». Face aux dix-sept condamnations inscrites à son casier, le procureur requiert six mois de prison ferme.

La défense demande la clémence des juges. « Il est démuni, seul et alcoolique. Il n’a pas voulu fêter sa sortie. ça faisait huit mois qu’il n’avait pas bu ».

Il a finalement écopé de six mois de prison ferme. Il est reparti en prison.

Source: http://www.ladepeche.fr/

04/09/2011

Un « fidèle », bourré comme un coing, vomit en pleine mosquée !!!

Jamais de koutoukou avant les prières du soir… Il entre bourré dans la mosquée et vomit, mais reste un « bon musulman »… L’hypocrisie est aussi un pilier de l’islam…

FDF

.

Cuite collective…

.

بسم الله الرحمن الرحيم
يا أيها الذين آمنوا إنما الخمر والميسر والأنصاب والأزلام رجس من عمل الشيطان فاجتنبوه لعلكم تفلحون إنما يريد الشيطان أن يوقع بينكم العداوة والبغضاء في الخمر والميسر ويصدكم عن ذكر الله وعن الصلاة فهل أنتم منتهون
سورة المائدة/ 90 ـ91

.90. ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, oeuvre du Diable. écartez-vous en, afin que vous réussissiez.
5.91. Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimité et la haine, et vous détourner d’invoquer Allah et de la Salat. Allez-vous donc y mettre fin ?

je trouve un peu bizarre que ceux qui disent que le verset n’est pas clair:rolleyes: en s’appuyant sur « fajtanibouh »..فاجتنبوه

c’est que le verset ne s’arretes pas la c’est فاجتنبوه لعلكم تفلحون écartez-vous en, afin que vous réussissiez…la reussite est tributaire de » l’eloignement du vin »

Akpi J. Abdoulaye, dit « Ablo », a fait honte à la communauté musulmane de Gagnoa dont il est issu. Lui qui, ivre, a carrément vomi à la mosquée. Les faits ont eu lieu récemment. A en croire les renseignements, bien que fidèle musulman, Abdoulaye n’en demeure pas moins un disciple de Bacchus, le Dieu de l’alcool. Le jour des faits, l’homme, dit-on, part ingurgiter une bonne quantité d’alcool. Notamment, du « koutoukou », considéré comme du mauvais alcool. Et bien que « pinté », selon nos sources, il se rend à la mosquée. Pourtant, avec son état, il aurait dû avoir la sagesse de rentrer tranquillement à son domicile. Installé parmi les nombreux autres fidèles, l’homme debout, se met à dire des prières. Mais subitement, ne tenant pas sur ses jambes, Abdoulaye s’écroule sur sa natte et se met à vomir. L’on pense qu’il est malade. Que non ! La puanteur qui se dégage achève de faire comprendre aux autres fidèles qu’il est imbibé d’une bonne dose d’alcool. Il est sorti de la mosquée et embarqué dans un véhicule qui le conduit à son domicile. Après son départ, ses coreligionnaires sont partagés entre des sentiments d’indignation et de moquerie.

Source: http://news.abidjan.net/

13/08/2011

Faut pas « jouer » avec les blogueurs, Mme Aubry…

L’assignation en justice de Francis Néri.

Il est sûr que face à des milliers de blogueurs, les menaces de la patronne du PS ne pouvaient devenir qu’un violent retour de bâton… Il faut bien prendre conscience que le NET est une arme redoutable… Ca peut même vous faire perdre une présidentielle…

Et on voit mal le couple Aubry-Brochen intenter environ 30 000 procès. Francis Néri a eut le malheur d’être le premier visé… Mais d’un autre côté, il est soutenu par des centaines de blogueurs. Et ça…

Même Sarkö l’a compris depuis longtemps. Dont acte…

FDF

.

Martine Aubry : les internautes entretiennent les rumeurs

L'ordre des suggestions de Google est fonction de la popularité des recherches. L’ordre des suggestions de Google est fonction de la popularité des recherches.

La réputation de Martine Aubry sur le web est sérieusement écornée depuis que des rumeurs circulent sur elle et son mari. Pour s’en rendre compte, il suffit de taper « Martine Aubry » dans le moteur de recherche Google. Les autres candidats à la primaire socialiste ne sont d’ailleurs pas mieux lotis.

Tapons « Martine Aubry » dans la barre de recherche de Google.fr. Les propositions alors affichées sont, dans l’ordre : « mari », « alcoolique » et « lesbienne ». On retrouve plus loin « voilée », « vie privée », « Brochen » (le nom de son mari, Jean-Louis). Bref, un condensé de termes qui évoquent les rumeurs qui courent sur la vie privée de la maire de Lille et celle de son époux.

Les internautes s’intéressent en priorité non pas aux idées politiques de Martine Aubry mais bien à sa vie privée. Chez Google France, on confirme ce qu’on pressentait déjà : « l’ordre des propositions est en fonction de la popularité des requêtes  ».

En regardant de près les statistiques de Google (avec l’outil Google insights for search), le phénomène est flagrant. Ainsi, ces 30 derniers jours, en France, la recherche la plus populaire concernant la candidate aux primaires socialistes, dotée de l’indice 100 est « aubry alcoolique ». Suivent :
– « martine aubry alcoolique » : 85
– « martine aubry rumeurs » : 75
– « rumeurs » : 70
– « martine aubry mari » : 65

Le 21 juillet, Martine Aubry et Jean-Louis Brochen ont assigné un blogueur en justice pour diffamation et atteinte à la vie privée. Mais si c’est la voix judiciaire qui est seule envisagée, le couple n’en a pas fini de déposer plainte. En rentrant, par exemple, la recherche « martine aubry alcoolique », toujours sur Google, plus de 30 000 pages sont suggérées, truffées de propos plus ou moins diffamatoires ou attentatoires à la vie privée.

Le directeur de la campagne web de Martine Aubry n’a pas donné suite à notre demande d’interview.

La vie privée de Martine Aubry n’est pas la seule à être épiée par les internautes, son camarade et rival pour les primaires socialistes, François Hollande.Les internautes focalisent sur des questions tout sauf politiques. En tapant son nom dans la barre de recherche Google, apparaissent les suggestions suivantes dans l’ordre : « juif », « biographie » et « régime ».

Même topo pour Ségolène Royal : « et son amant marocain », « chirurgie esthétique », « se fait carrément cassé par un lycéen (sic) » sont les trois premières propositions du moteur de recherche.

On pourrait, à vrai dire, répéter l’opération pour tous les hommes et femmes politiques d’envergure nationale. Dernier pour la route, Jean-Louis Borloo, l’ancien maire de Valenciennes. Les trois premières suggestions qui suivent son nom sur Google sont : « alcoolique », « blog » et « juif ».

Dur, dur pour les personnalités politiques de protéger leurs vies privées et de couper court aux rumeurs une fois qu’elles sont lancées sur internet.

Source: http://www.lavoixdunord.fr/