Francaisdefrance's Blog

26/01/2012

Réconciliation franco-ivoirienne: comme si on n’avait rien de mieux à faire en France…

Ouattara veut une démocratie dans son pays; peu importe le prix…

.

Il y aurait une réconciliation beaucoup plus importante et plus urgente à faire en France: celle des Français avec leur gouvernement. Encore 84 jours, je crois…

Il est venu chercher de « l’aide humanitaire », le président de la Côte d’Ivoire??? Ca n’a sans doute rien à voir mais imprégnez vous quand-même de ceci:

  1. Etats-Unis : 52,4% du marché mondial d’exportation d’armement
  2. Royaume-Uni : 13,4%
  3. Russie : 8,4%
  4. France : 7,2%
  5. Israël : 5,3%
  6. Allemagne : 2%
  7. Italie : 1,7%
  8. Suède : 1,7%

Reste du monde : 7,9%

Source : rapport sur les exportations d’armement de la France en 2009


FDF

.

Volontiers présenté comme un « ami » de Nicolas Sarkozy, Alassane Ouattara a succédé en avril dernier à Laurent Gbagbo à la tête de la Côte d’Ivoire après deux semaines de guerre, grâce aux anciens rebelles du nord du pays et surtout aux bombardements décisifs conduits par l’ONU et la France au nom du « devoir de protection » des populations civiles d’Abidjan.

Le président Alassane Ouattara est attendu jeudi par Nicolas Sarkozy pour sceller en grande pompe la réconciliation entre la France et la Côte d’Ivoire, après les tensions nées entre les deux pays sous l’ère Laurent Gbagbo, et signer un nouvel accord de défense.

Arrivé mercredi à Paris, le chef de l’Etat ivoirien doit s’entretenir à 17h00 (16H00 GMT) à l’Elysée avec son hôte, avant de le retrouver à 20h00 (19H00 GMT) pour un dîner. Escorte de la Garde républicaine à cheval, parcours pavoisé aux couleurs des deux pays, la France a mobilisé toute la pompe propre aux visites d’Etat pour marquer l’importance qu’elle accorde à son invité.

Volontiers présenté comme un « ami » de Nicolas Sarkozy, Alassane Ouattara a succédé en avril dernier à Laurent Gbagbo à la tête de la Côte d’Ivoire après deux semaines de guerre, grâce aux anciens rebelles du nord du pays et surtout aux bombardements décisifs conduits par l’ONU et la France au nom du « devoir de protection » des populations civiles d’Abidjan.

Les combats provoqués par le refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010 ont fait quelque 3.000 morts.

Dans un entretien au journal Le Monde, Alassane Ouattara a annoncé son intention de « remercier le président Sarkozy » pour son intervention. « Sans elle, il y aurait eu en Côte d’Ivoire un génocide pire qu’au Rwanda », a-t-il rappelé.

Mais huit mois après l’accession au pouvoir d’Alassane Ouattara, Paris entend profiter de sa visite pour renouveler son soutien aux efforts qu’il a engagés pour la reconstruction et la réconciliation de son pays, déchiré par plus de dix ans de crises à répétition meurtrières.

La sécurité a été rétablie dans l’essentiel du territoire ivoirien, mais le climat reste tendu, ainsi que l’a montré l’attaque le week-end dernier à Abidjan d’un meeting de partisans de Laurent Gbagbo, qui a fait un mort.

Nouvel accord de défense et de sécurité

La France, qui veut faire d’une Côte d’Ivoire démocratique la vitrine de sa nouvelle politique africaine, reste vigilante. « La situation est meilleure qu’il y a quelques mois, mais le processus sera de longue haleine et suppose la mise à l’écart de certaines personnes », relève l’Elysée en pointant du doigt certains des soutiens militaires du nouveau pouvoir.

Sur le front de la réconciliation politique, Paris observe la même prudence. Le parti de l’ex-président Gbagbo, écroué à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité, a boudé les législatives du mois dernier, remportées à la majorité absolue par le camp Ouattara.

« Il eut été préférable que les partisans de Laurent Gbagbo soient représentés. Clairement, ce n’est pas la meilleure option », déplore-t-on dans l’entourage de Nicolas Sarkozy, « mais la volonté du président Ouattara de recoller les morceaux existe, il faut lui en faire crédit ».

En plus de ces questions, Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara doivent signer jeudi un « accord de défense et de sécurité » rénové, temps fort de la visite, qui va notamment graver dans le marbre le futur statut des troupes françaises déployées en Côte d’Ivoire.

La force Licorne, qui a atteint 2.000 soldats au plus fort de la crise, n’en compte plus aujourd’hui que 450, au grand dam du président ivoirien. « La France doit rester dans notre pays plus longtemps et de manière plus substantielle », a plaidé M. Ouattara dans Le Monde.

Mais la France, qui entend tirer un trait définitif sur le rôle de « gendarme de l’Afrique » qui lui a été si souvent reproché, n’entend pas satisfaire les désirs ivoiriens. A terme, seuls 250 à 300 militaires resteront stationnés à Port-Bouët, face à Abidjan, et « uniquement pour assurer la formation des nouvelles forces de sécurité » ivoiriennes.

Source: http://www.lepoint.fr/

16/10/2011

Qu’est allé f… le petit Nicolas en Côte d’Ivoire ?

Amis pour la vie…

.

Les drôles de fréquentations non-anodines du président des Français…. Des Français ??? Il passe son temps à l’étranger pendant que ceux qui l’ont élu descendent dans l’abîme…

FDF

.

 Pourquoi son intervention dans les résultats des élections d’un pays tiers,

Indépendant depuis un demi siècle ?
 Vous voulez vraiment le savoir ?
 Ben j’vais vous le dire !

Sarkozy est un grand ami de la famille Ouattara

Alassane Ouattara, le nouveau président, est marié à une riche femme d’affaires française née en Algérie, Dominique Nouvian, qui est arrivée en Côte d’Ivoire à l’âge de 20 ans, alors qu’elle était la conjointe d’un certain Folloroux, beaucoup plus âgé qu’elle, qui était professeur au lycée technique d’Abidjan .

M . Folloroux est décédé et Mme Nouvian s’est remariée avec … Alassane Ouattara enoctobre 1990 à Neuilly-sur-Seine dont le maire était … Nicolas Sarkozy lui-même. Leur témoin : Martin  Bouygues… 

Par ailleurs, le propriétaire du grand complexe portuaire d’Abidjan, de la ligne de chemin de fer Abidjan – Ouagadougou et de milliers d’hectares de plantations de chocolat, café,est un certain monsieur … Vincent Bolloré  ami intime de Sarkozy                                    et occasionnellement beau frère de

M. Longuet (ministre français de la défense!!!)

La France est-elle devenue une République bananière ?

SARKOZY + BOUYGUES + BOLLORE….

Voilà pour quelle noble cause la France a été se mêler des affaires ivoiriennes !

Faire suivre car ce n’est pas à la télé que l’on obtient ce genre de renseignements  !


Bonus: Alassane Ouattara accusé de massacres de centaines de civils dans l’Ouest par Onuci

Alassane Ouattara accusé de massacres de centaines de civils dans l'Ouest par Onuci.
La marche d’Alassane Ouattara sur Abidjan est ternie par de graves accusations sur des massacres de civils. Selon l’ONU et plusieurs organisations internationales, la prise mardi par les combattants pro-Ouattara de Duékoué s’est accompagnée de massacres à grande échelle, les bilans allant de 330 tués à un millier de «morts ou disparus».

Si le bilan provisoire de la Mission de l’Onu en Côte d’Ivoire (Onuci) est pour l’instant le plus bas (330 morts entre les 28 et 30 mars), c’est la seule organisation à désigner des coupables. Selon l’Onuci, «la plupart» des 330 morts de Duékoué ont été tués par des combattants pro-Ouattara, les autres l’ayant été essentiellement par des miliciens et mercenaires libériens de Laurent Gbagbo.

Ces graves accusations sur de possibles «crimes de guerre» sont d’autant plus embarrassantes pour Alassane Ouattara qu’elles proviennent de l’Onuci, qui assure sa protection au Golf Hôtel et a validé sa victoire à la présidentielle du 28 novembre.

Source: LVDPG

23/08/2011

Côte d’Ivoire: Ouattara fait raser une église !

Tout est bon pour pratiquer la christianophobie à outrance. Ouattara, grand ami de la France, remercie les pays chrétiens qui lui ont offert le pouvoir en ordonnant de raser une église dans son pays…

Quand sera t’il reçu à nouveau en grandes pompes à l’Elysée? Et en France, on pourrait commencer par comptabiliser les mosquées qui gênent, aussi; toutes, en fait.

FDF

.

Les fidèles de l’église St Ambroise viennent d’apprendre que leur église sera rasée … et pour aucune cause valable, car cette église ne gêne en rien la circulation comme le prétend Ouattara, contrairement à la mosquée du Plateau, dont les abords débordent jusque sur le trottoir, gênant la circulation …
Vous savez, Ouattarra, celui que l’ONU a immédiatement soutenu ! 
Celui aussi qui a crucifié deux chrétiens il n’y a pas très longtemps

Lu ici :

La saga Anne Ouloto, qui se fait fort de mettre à la rue des milliers de personnes à travers son vaste programme de déguerpissement, se poursuit. C’est maintenant l’église St Ambroise sise à Angré qui est dans son viseur. Puisque la ministre de la Salubrité urbaine a récemment, à travers un courrier officiel adressé au curé de ladite paroisse, notifié à l’homme de Dieu qu’une partie de son église sera bientôt rasée. A savoir la grotte et ses environs, notamment la clôture. Les fidèles de cette église ont donc été abasourdis d’apprendre lundi, à la fin de la messe de l’Assomption de 9h, cette mauvaise nouvelle. En colère, la plupart d’entre eux n’ont pas caché leur amertume. Ils disent ne pas comprendre que leur église dont la position ne gêne aucunement la circulation sur la grande voie, même si elle déborde de quelques mètres, puisse être concernée par ce programme de déguerpissement cher à Anne Ouloto. Ainsi, un des fidèles rencontrés à l’issue de la messe s’est-il posé comme préoccupation : «Si jamais cette dame met à exécution cette décision, nous allons réagir. Mais, entre-temps, nous espérons que le déguerpissement va se poursuivre partout car, il y a beaucoup d’édifices religieux qui se trouvent dans le cas de notre église. Il y a par exemple la mosquée du Plateau dont les abords débordent jusque sur le trottoir, gênant la circulation».

Lu sur:  L’observatoire de la christianophobie

16/08/2011

Deux chrétiens crucifiés par des pro- Alassane Ouattara !

Le président de la Côte d’Ivoire et grand copain à Sarkö Ier a des méthodes pour le moins pas très catholiques vis à vis des chrétiens. L’épuration continue… Les tyrans sanguinaires de l’Afrique ne sont pas tous morts. J’ai honte que la France les soutienne, comme Ouattara l’est; j’en ai même peur…

FDF

.

Le jour de l’investiture de Alassane Ouattara…

.

Oui, ce même personnage pour lequel la presse à immédiatement pris parti !
Il y a bien eu quelques articles furtifs comme quoi les deux camps étaient coupables de crimes de guerre … mais si peu ! Le fait remonte à Juin dernier, et avait échappé au blogs d’informations à tendance chrétienne … et à moi aussi.

Lu sur l’Observatoire de la Christianophobie

Même si l’information remonte au mois de juin dernier – elle avait échappé à mon attention, car personne dans la presse francophone, à peu près à l’unisson dans sa détestation de Laurent Gbagbo, n’avait osé en parler –, elle mérite d’être signalée par son horreur.

Deux paysans chrétiens, Raphael Aka Kouame et son jeune frère Kouassi Privat Kacou, interpellés dans la ville de Binkro par des miliciens musulmans de Alassane Ouattara le 29 mai dernier, et accusés à tort de cacher des armes, ont été, après avoir été battus et torturés, crucifiés « à l’exemple du Christ » comme se plurent à le souligner leurs tortionnaires, sur des madriers montés en croix. Mains et pieds percés de clous, l’aîné n’a pas résisté à cette nouvelle et horrible torture et en est mort, tandis que le plus jeune, miraculeusement, y a survécu.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

10/06/2011

Selon HRW, les militaires d’Alassane Ouattara tuent des civils non armés !!!

Pas mal, le nouveau pote à Sarközy… Il instaure la démocratie à la machette …

Nos media ne sont pas davantage en Afrique du Sud, où ce sont des BLANCS qui se font massacrer. dans l’indifférence totale et le silence complice des belles âmes.

Des milliers de journalistes occidentaux ont couvert le dernier Mondial.  Combien ont osé aborder ce sujet, qu’ils ne pouvaient ignorer?

FDF

.

Exécutions sauvages en Côte d’Ivoire !

Les soldats des Forces républicaines de Côte d’Ivoire quadrillent les quartiers réputés favorables au président sortant Laurent Gbagbo et y procèdent à des exécutions sommaires, dénonce une enquête de l’ONG Human Rights Watch. Plusieurs dizaines de personnes ont été exécutées. Des femmes sont violentées et violées. Le nouveau ministre de l’Intérieur a promis une réunion de crise avec le Premier ministre et les différents commandants de zones. La Cour pénale internationale envisage une enquête sur les crimes de la crise postélectorale dans le pays.

« Deux d’entre eux ont attrapé ses jambes, deux autres lui tenaient les bras dans le dos, et un cinquième lui tenait la tête (…) Puis un type a sorti un couteau et a tranché la gorge de mon frère. Il hurlait. J’ai vu ses jambes trembler une fois qu’ils lui ont tranché la gorge, le sang ruisselait. Pendant qu’ils le faisaient, ils ont dit qu’ils devaient éliminer tous les Patriotes qui avaient causé tous les problèmes dans le pays. » Ce témoignage est celui du frère d’une des victimes des exactions contre la population civile, qui se poursuivent en Côte d’Ivoire, en dépit du changement intervenu à la tête du pays. Il a été recueilli par les enquêteurs de l’ONG Human Rights Watch (HRW) à Yopougon, fief du président sortant Laurent Gbagbo dans la capitale ivoirienne. Entre les 13 et 25 mai, l’organisation a interrogé 132 victimes et témoins des violences perpétrées par les deux parties lors de la bataille d’Abidjan et dans les semaines suivant l’arrestation de Gbagbo. Jeudi HRW a rendu public un communiqué de synthèse de son rapport d’enquête.

Celui-ci évalue à au moins 149 le nombre de partisans réels ou supposés de Laurent Gbagbo tués par les forces fidèles à Alassane Ouattara depuis leur prise de contrôle d’Abidjan à la mi-avril. De leur côté, les miliciens pro-Gbagbo ont tué quelques 220 personnes dans les jours ayant immédiatement précédé et suivi l’arrestation de l’ancien président, le 11 avril

Traque des pro-Gbagbo à Yopougon

Cependant, citant les travaux de ses enquêteurs sur le terrain, l’ONG affirme qu’en dépit de leur victoire définitive, les forces armées de Ouattara ont poursuivi les meurtres, actes de torture, viol et traitements inhumains. En prenant pour cible des groupes ethniques réputées avoir soutenu Laurent Gbagbo. Fin avril et en mai, les Forces républicaines de la Côte d’Ivoire (FRCI) ont tué, a constaté HRW, au moins 95 personnes non armées, lors des opérations menées dans zones auparavant contrôlées par les forces pro-Gbagbo. Les quartiers étaient bouclés et systématiquement. « La majorité des violations documentées ont eu lieu dans le bastion pro-Gbagbo de longue date de Yopougon, l’épicentre de la bataille finale à Abidjan. La plupart des meurtres ont été des exécutions à bout portant de jeunes issus de groupes ethniques généralement ralliées avec Gbagbo, dans ce qui semblait être une punition collective pour la participation de ces groupes aux milices de Gbagbo », écrit Human Rights Watch.

L’organisation affirme également avoir documenté 54 exécutions extrajudiciaires dans des lieux de détention officiels et officieux, « notamment les 16ème et 37ème postes de police de Yopougon et le bâtiment GESCO de pétrole et de gaz qui sert maintenant de base aux Forces républicaines. » Les corps de certaines victimes ont simplement été brûlés. HRW raconte ainsi l’incinération, le 15 mai à moins de 30 mètres du poste de police du 16ème arrondissement, du corps d’un milicien capturé et exécuté dans l’enceinte du poste de police.

Chérif Ousmane

Dans ce décompte macabre, le nom du commandant Chérif Ousmane, un militaire proche du Premier ministre, Guillaume Soro et qui a longtemps été commandant de zone de l’ex-rébellion des Forces nouvelles est régulièrement cité. C’est lui qui supervise les opérations des FRCI à Yopougon. « Un soldat des Forces républicaines a décrit l’exécution de 29 détenus au début de mai à l’extérieur de l’immeuble GESCO. Le soldat a déclaré que Chérif Ousmane (…) a donné l’ordre d’exécution. Deux autres témoins interrogés par Human Rights Watch ont déclaré avoir vu Chérif Ousmane dans un véhicule qui s’est débarrassé du corps torturé et exécuté d’un chef de milice notoire à Koweit, un sous-quartier de Yopougon, vers le 5 mai.

Les témoins de ces meurtres et exactions sont exposés à de grands périls. Une femme qui avait assisté à l’exécution de 18 jeunes à Yopougon a ainsi été violée avec violence par les soldats, après que ceux-ci l’eurent contrainte de charger leurs véhicules avec des biens pillés, selon HRW. La plupart des victimes n’appartiendraient même pas aux milices pro-Gbagbo, qui ont pris la fuite au lendemain de la chute de l’ancien président. « Yopougon semble avoir été ciblée de manière disproportionnée pour les meurtres commis en représailles par les Forces républicaines, qui ont infligé une punition collective meurtrière à des jeunes hommes des groupes ethniques Bété, Attié, Guéré et Goro, qui ont largement soutenu Gbagbo lors de l’élection présidentielle de 2010 », déplore HRW. Selon l’organisation, outre Yopougon, les exactions commises par les forces républicaines se sont étendues à Koumassi, Port Bouët, mais surtout dans les quartiers de Koweït et Yaosseh où le plus grand nombre de morts a été recensé.

L’ONG a présenté son rapport au ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko. Celui-ci a promis qu’il convoquerait une réunion d’urgence avec le Premier Ministre Guillaume Soro et les principaux commandants des Forces républicaines. HRW a encouragé l’administration ivoirienne à « tenir des procès nationaux équitables afin de garantir la justice pour les victimes et d’encourager le respect pour l’État de droit dans le pays dévasté par le conflit. » Au moins 3000 civils ont été tués lors des violences postélectorales en Côte d’ivoire. Le 19 mai, le procureur de la Cour pénale internationale a indiqué qu’il ouvrirait une enquête sur les crimes commis en Côte d’ivoire. De son côté, le nouveau président, Alassane Ouattara avait déclaré qu’aucun responsable d’exaction envers la population civile ne resterait impuni.

Lire également :

- Côte d’Ivoire : pro-Gbagbo et pro-Ouattara responsables de crimes de guerre

Source: http://www.afrik.com/

28/05/2011

Marine Le Pen marque des points, et ce, même chez « les étrangers » !!!

Marine Le Pen lance ses 4 vérités : Alassane Ouattara doit être jugé pour ses crimes en Côte d’ivoire !!!

Et elle a raison. Voir: http://www.actus-cotedivoire.net/lire.php?cle=103&action=lire&channel=a

FDF

.

9768302.jpg?1337769190.jpg?141
Elle a toujours été la seule à dire la vérité sur la Côte d’ivoire!!!
Malgré ses opinions politiques, il faut bien le lui reconnaitre !!
Devant tous ces piteux partis politiques si prompts à courber l’échine devant « le maitre de guerre Sarko », marine le pen a été la seule à pointer du doigt ce coup d’état honteux fomenté par une communauté internationale sans nom.
Marine Le Pen marque des points, et ce, même chez « les étrangers » !!!
Cette affaire ivoirienne risque d’être le tombeau de sarkozy et marine lepen risque fort de s’en servir pour mener sa campagne !!!
Comment ne pas s’agacer de cette investiture en grandes pompes d’un homme qui a commis tant d’horreurs depuis 2002???
Comment ne pas être écoeuré de voir trôner à la primature un individu comme guillaume Soro avec le passé qu’on lui connait????
Depuis quand un bourreau se permet il de juger autrui !!
Ce qui se passe en Côte d’ivoire n’a pas de mots.Marine lepen a décidé de jouer cartes sur table et d’annoncer sa position à la télévision.
L’on pouvait déjà deviner ce qu’elle pensait réellement de toute cette affaire, il n’empêche que là, elle semble avoir franchi le pas.
C’est bien pourquoi tous les ivoiriens, tous les Africains qui ont défendu la souveraineté de la Côte d’ivoire l’en remercie chaudement!!!
Le comité de coordination de la lutte pour la souveraineté et la dignité de la Cote Ivoire ( CANADA , USA ) en appelle même à voter massivement pour cette femme aux prochaines présidentielles!!!!
Certes, voter pour Marine Lepen n’est pas chose facile quant on s’appelle Mamadou ou encore, Mohamed.
Cependant, est-il plus censé de « donner sa voix » à un homme comme Sarkozy???
A l’heure ou l’ancien directeur du FMI, DSK, est inculpé pour viol ( ou tentative de viol..), la route se dégage pour le Nabot-Sarko.
Peut on encore imaginer ce petit homme gouverner la France pendant 5 autres longues années????
La question est plutôt celle-ci : peut on prendre « le risque » d’accorder notre confiance à une Marine Lepen????
Le choix est Cornélien et demande mûre réflexion!!!!
Mais le fait de l’envisager n’est il pas en soit une victoire pour Marine Lepen???
On peut regretter que la France manque à ce point de leaders politiques  » honnêtes » pour être confronté à pareille choix !!!!
La gauche n’a rien fait pour dénoncer le coup d’état perpétré 
en terre éburnéenne et l’arrestation de son mentor, Strauss kahn, met du baume au coeur de nombre d’Africains!!Quoiqu’il en soit, la gauche ne mérite même pas de figurer au second tour !!
Elle a eu l’occasion de s’élever contre les guerres injustes en Côte d’ivoire et en Libye et pourtant, par manque de courage, elle s’est fourvoyée !!!
Strauss kahn a préféré, quant à lui, se réfugier sous « l’ombre du baobab » en acceptant la présidence du FMI des mains même de Sarkozy…..
A l’heure ou Alassane Ouattara met la main sur la Côte d’ivoire, Marine Lepen reste la seule à défendre le peuple Ivoirien envers et contre tous !!!!
Cette femme, qui n’a décidemment pas la langue dans sa poche, nous montre un autre visage de la politique Française.
Pourtant, une Le pen « reste une le pen » !!!
La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre !!!
Mais peut être cette même France aurait-elle besoin de cet électrochoc???? »

23/05/2011

Sarkö « promet » des aides financières sans précédent à Alassane Ouattara !

Et pendant ce temps, en France, le seuil de pauvreté ne cesse de dégringoler… Lamentable.

FDF

.

« La pérennisation de la présence militaire française en Côte d’Ivoire après le départ de Laurent Gbagbo démontre un changement majeur dans les relations France-Afrique.

La visite, ce samedi, de Nicolas Sarkozy en Côte d’Ivoire à l’occasion de l’intronisation officielle de son homologue Alassane Ouattara aura été pour le président français l’occasion de marquer le retour de la France dans son ancienne colonie. Les relations tendues entre les deux pays depuis la tentative de coup d’état de 2002 et plus encore depuis les émeutes antifrançaises de 2004 semblent appartenir au passé. Nicolas Sarkozy l’a souligné, estimant que l’élection ouvre «un nouveau chapitre dans l’histoire de la Côte d’Ivoire et des relations franco-ivoiriennes».

La mesure la plus remarquée est l’annonce du maintien des troupes française dans le pays. «Nous garderons toujours une présence militaire en Côte d’Ivoire pour protéger nos ressortissants», a affirmé le président. Une décision surprise qui répond aux demandes ivoiriennes soucieuses de l’insécurité qui règne toujours à Abidjan et dans l’ouest du pays. Le départ des troupes françaises, officiellement effectif depuis 2009, n’est donc plus à l’ordre du jour. La présence militaire tricolore n’avait certes pas disparue, 900 soldats restant présents sous mandat de l‘Onu dans le cadre de la force Licorne. Il n’en reste pas moins que la pérennisation de ce déploiement, après l’intervention de Licorne pour chasser Laurent Gbagbo et l’intervention en Libye, démontre un changement majeur dans les relations France-Afrique. «C’est une nouvelle politique africaine et même une nouvelle politique étrangère», a souligné Nicolas Sarkozy.

Aide à la reconstruction

Les contours du futur déploiement restent pour autant très flous. «Il s’agit d’une petite présence de quelques centaines d’hommes, deux ou trois cents», détaille-t-on à l’Elysée. Ils devraient être négociés dans les mois à venir tout comme le nouvel accord de défense qui liera les deux pays. La mission principale devrait consister, outre la protection des ressortissants, à soutenir la formation des troupes ivoiriennes. Le président français se défend toutefois de toute volonté d’interventionniste dans son ancien pré-carré : «Les soldats ne seront pas là pour protéger un gouvernement quel qui soit. L’armée française n’a pas vocation à intervenir dans les affaires d’un état».

Outre le secteur de la défense, Nicolas Sarkozy a également promis l’aide française dans la reconstruction d’une économie durement touchée par cinq mois de crise. Une enveloppe de 100 millions d’euros de prêts au PME sera débloquée. Il a également souhaité la mise en place d’un contrat de désendettement et de développement «d’un montant sans précédent» qui dépassera les deux milliards d’euros. »

Source: http://www.lefigaro.fr/

13/04/2011

On est riches, non? Paris promet une aide de 400 millions d’euros à la Côte d’Ivoire !

Je croyais notre pays dans une merde financière énorme. Faut croire que non. Et comme Sarkö Ier ne fait jamais rien sans contrepartie, il faut croire que l’investissement en vaut la chandelle. Le prix de l’essence approche tout doucement les deux euros le litre… Les taxes prélevées suivent… Cherchez l’erreur. On a bien fait des dégâts en Côte d’Ivoire: ça nous a coûté cher en armement et militaires. Maintenant, il faut aider les ivoiriens à reconstruire leur pays; ça va nous coûter cher aussi…

En attendant, la France d’en bas fait les poubelles… Lamentable!

Et en attendant, aussi, payez bien vos impôts; la Côte d’Ivoire attend dessus…

FDF

.

Paris promet une aide de 400 millions d'euros à la Côte d'Ivoire
Par la voix de sa ministre des Finances, Christine Lagarde, la France a annoncé l’octroi imminent à la Côte d’Ivoire d’une aide financière exceptionnelle de 400 millions d’euros destinée aux dépenses d’urgence et à la relance de l’économie.
.
La France va apporter dans les prochains jours « un soutien financier exceptionnel de 400 millions d’euros » à la Côte d’Ivoire, pour aider notamment à satisfaire les besoins urgents des populations et de la ville d’Abidjan, a annoncé mardi la ministre des Finances Christine Lagarde.  

La ministre a rencontré mardi son homologue ivoirien Charles Koffi Diby lors d’une réunion de la zone franc à N’Djamena, au lendemain de l’arrestation du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo par les forces du chef de l’Etat reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara, avec le soutien de l’ONU et de l’armée française.Christine Lagarde a assuré « la Côte d’Ivoire du plein soutien de la France dans cette période de réconciliation et de reconstruction« , selon un communiqué de son ministère.

« Christine Lagarde a annoncé que la France apporterait dans les prochains jours, dès que les circuits financiers et la sécurité seront rétablis, un soutien financier exceptionnel de 400 millions d’euros », ajoute Bercy.

Cette aide est « destinée, dans un premier temps, à financer les dépenses d’urgence pour les populations, la ville d’Abidjan et le redémarrage des services publics essentiels », précise la ministre. Elle « doit également servir, dans un second temps, à relancer l’activité économique et à permettre l’apurement des arriérés vis-à-vis des institutions internationales ».

Source: http://www.france24.com/fr

17/03/2011

La France a son Lampedusa; puissance 10…

Très intéressant…
FDF

 


 

…Pour la seule année 2010, 26 405 clandestins en furent expulsés, ce qui donne une idée du chiffre réel du nombre des arrivants…

Le nom de ce poste frontière submergé est Mayotte, petite île de l’océan indien qui, dans moins de trois semaines, juste après les élections cantonales, « en douce », sans que les Français aient été consultés, va devenir notre 101° département[1]. Par la décision de quelques politiciens irresponsables, toute l’Europe va désormais être accessible aux miséreux de l’océan indien, de l’Afrique orientale et de plus loin encore…

Arc-boutés sur l’immédiat, les observateurs n’ont pas vu la portée des récents évènements de Côte d’Ivoire. Le ratissage des quartiers d’Abobo et de Treichville ou les tirs sur des femmes n’ont ainsi été traités que sous l’angle de l’émotionnel alors qu’il s’agit du déroulé d’une stratégie mûrement réfléchie par le camp de Laurent Gbagbo. Quelle est en effet la situation ?
1) Comme je ne cesse de le dire depuis le premier jour, l’expédition de la CEDEAO est plus que jamais problématique ;
2) Dans ces conditions, Alassane Ouattara est donc incapable de chasser Laurent Gbagbo du pouvoir ;
3) Gbagbo sait qu’il ne tiendra jamais le nord et Ouattara est conscient qu’il ne s’imposera jamais au sud.
Conclusion : la partition est donc consommée.
Certes, mais pour Laurent Gbagbo, un gros problème demeure, celui des nordistes vivant dans le sud, notamment à Abidjan, ville qui a voté à 50% pour Alassane Ouattara. Sa priorité est donc de supprimer cette menace au coeur même de son pouvoir et c’est pourquoi, par la terreur il a entrepris de donner à la ville une plus grande homogénéité ethnique[2]. Son objectif étant d’éviter l’ouverture d’un front intérieur, tout le reste n’est qu’analyses superficielles et émois médiatiques.

Le président Sarkozy a reconnu comme représentant du « Peuple libyen » une coalition tribale de Cyrénaïque s’étant donné le nom de Conseil National de l’Opposition.
Cette reconnaissance précipitée est particulièrement insolite. En serrant longuement et ostensiblement la main des membres de la délégation du CNO, et cela alors que les marches du palais de l’Elysée étaient encore chaudes des pas du colonel Kadhafi, le président de la République n’a en effet pas reconnu l’ « opposition libyenne », mais les seuls représentants des tribus insurgées de Cyrénaïque ce qui, convenons-en, n’est pas exactement la même chose…
En écoutant BHL et non les spécialistes de la région, le président Sarkozy a donc involontairement redonné vie au plan Bevin-Sforza rejeté par les Nations Unies en 1949. Ce plan proposait la création de deux Etats, la Tripolitaine, qui dispose aujourd’hui de l’essentiel des réserves gazières, et la Cyrénaïque qui produit l’essentiel du pétrole.
Voilà donc la première étape de ce plan oublié désormais réalisée avec la reconnaissance par la France, suivie par l’UE, du gouvernement insurrectionnel de Cyrénaïque. Plus important encore, Paris a annoncé l’envoi d’un ambassadeur à Benghazi, capitale de cette même Cyrénaïque…
A l’heure où ces lignes sont écrites (13 mars 2011), et comme la coalition des tribus de Tripolitaine semble se maintenir autour du colonel Kadhafi dont les forces paraissent avoir repris l’offensive, deux Etats existent donc sur les ruines de la défunte Libye : la Cyrénaïque – provisoirement ? – aux mains des insurgés, et la Tripolitaine.
C’est à partir de cette donnée qu’il convient d’analyser la situation, tout le reste n’étant une fois encore que stérile bavardage, vaine gesticulation et soumission à la dictature de l’émotionnel.

Bernard Lugan
[1] Que Mayotte soit à la France, bien évidemment oui pour des raisons diverses, mais que Mayotte soit la France est une toute autre affaire et comme nous ne cessons de le dire dans les divers numéros de la revue, il y avait d’autres alternatives à la départementalisation.
[2] Laurent Gbagbo ne fait que s’inspirer de ce qu’avaient fait avant lui les Bosniaques musulmans qui déserbisèrent Sarajevo par le massacre ou encore avant eux le FLN algérien quand il provoqua l’exode des Européens comme nous l’expliquons à l’intérieur de la revue.

Le numéro 15 de l’Afrique Réelle (mars 2011) vient de paraître, vous pouvez lire le sommaire et l’éditorial de Bernard Lugan. Pour obtenir l’intégralité du numéro au format PDF il vous suffit de souscrire un abonnement annuel de 35€ donnant droit aux 12 numéros de l’année 2011.
Salutations.
L’Afrique Réelle