Francaisdefrance's Blog

10/03/2012

« Du mal à intégrer les immigrés » (Juppé)…

Qu’est-ce qui se passe??? Il faut vite alerter la Halde, SOS Racisme, et les autres !!! Ca pue la phrase électoraliste à plein nez.

FDF

.

La France exige un visa d’entrée pour les Marocains alors que les Français peuvent entrer dans le territoire marocain avec un simple passeport. »
OUI  BIEN SUR,  SAUF  QUE QUAND NOUS ALLONS Là BAS,  AU BLED,  C’EST POUR APPORTER NOS DEVISES DE TOURISTES? ET PAS POUR POMPER LES AIDES SOCIALES QUI N’EXISTENT PAS CHEZ EUX.

MAIS IL EST PLUS QUE PARFAIT,  QU’APRÈS 40 ANS D’IMMIGRATION SI PEU CONTRÔLÉE, JUPPé,  AIT, ENFIN PRIS CONSCIENCE,  DES PROBLÈMES LIES à CETTE IMMIGRATION.
COMME PAR HASARD,   « ON »   S’EN REND COMPTE  à QUELQUES SEMAINES DES ÉLECTIONS   ET CE SERA OUBLIé  JUSTE APRÈS…

JC…

.

Les pays d’accueil ne sont plus capables d’intégrer de nouveaux arrivants, et la France est déterminée à combattre l’immigration clandestine avec l’aide du Maroc, a déclaré aujourd’hui à Rabat le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.

« L’immigration clandestine est inacceptable (…) Nous accueillons chaque année 180.000 immigrés légaux. Mais aujourd’hui, on a beaucoup de mal à les intégrer », selon le ministre français qui effectue depuis hier une visite officielle au Maroc.

La France exige un visa d’entrée pour les Marocains alors que les Français peuvent entrer dans le territoire marocain avec un simple passeport.

Source:  http://www.lefigaro.fr/

26/02/2012

Retours sur des traîtrises à l’encontre du peuple de France…

Montage d’illustration…

.

Petits rappels avant les présidentielles…

Vous allez adorer…

FDF

.

« Depuis cinq ans, aprés avoir promis l’inverse en 2007, ils ont ouvert tout grand les vannes de l’immigration:

200 000 entrées et 100 000 naturalisations par an.

 
Aujourd’hui, à la veille d’une élection importante, ils nous font miroiter la possibilité d’un referendum sur le sujet,  déclarant doctement que « l’immigration est un problème« , ce que nous crions depuis quarante ans!
(http://www.francesoir.fr/actualite/politique/le-sarkozyste-guaino-juge-que-l-immigration-est-un-probleme-188264.html)
 
Désolé, Messieurs, la ficelle a trop servi. Votre « referendum » est à ranger au placard, avec le karcher.
 

UN REFERENDUM SUR L’IMMIGRATION ??

Encore faudrait-il savoir comment il sera formulé : moins d’immigration, suppression de l’immigration ou… plus d’immigration  ?

Il est alors bon de rappeler 2 Points :
 
1 – Qu’en sera-t-il de la Résolution de Strasbourg signée en 1975 ?

conséquence du premier choc pétrolier :
RESOLUTION DE STRASBOURG SIGNEE EN 1975
et création de deux institutions méconnues du grand publique.
– L’UIPA (Union InterParlementaire Arabe)
– L’Association PAEAC (Association Parlementaire pour la coopération Euro-Arab)
 

Passage significatif de cette Résolution :

« L’Association parlementaire pour la Coopération euro-arabe demande aux gouvernements européens de prendre des mesures spéciales pour assurer la libre circulation des travailleurs arabes qui émigrent en Europe… ces droits doivent être équivalents à ceux des citoyens nationaux… permettre aux immigrés et à leurs familles de pratiquer la vie religieuse et culturelle propre aux Arabes… nécessité de créer, à travers la presse et les autres organes d’information, un climat favorable aux immigrés et à leurs familles… exalter, par le biais de la presse et du monde académique, la contribution apportée par la culture arabe au développement européen… les immigrés ont aussi le droit d’exporter en Europe leur culture, d’en faire la propagande et la diffusion… »

 

Immigration, islamisation, discrimination « positive », reniement de nos fondements culturels. Tous ces éléments de la démission de nos pseudos-élites, face aux exigences d’un envahisseur qui ne tire sa force que de notre faiblesse, sont contenus dans ce fameux pacte honteux sans précédent dans l’histoire européenne. La complaisance de nos dirigeants à l’égard de l’Islam y trouve son explication :

Chantage à la « dette » coloniale, chantage au pétrole, chantage au terrorisme

Sont les principaux ingrédients d’une stratégie qui aboutit à la subordination progressive de l’Europe.

JUSQU’A QUAND ?

Et, comme la conférence organisée le 15 juin 2010 sur la coopération Algérie-Europe le stipule, une zone de libre échange est planifiée entre l’Europe et l’Algérie pour 2017. Comprenant évidemment la libre circulation des individus.

2 – N’oublions pas aussi toutes les déclarations de SARKOZY

NICOLAS SARKOZY

MINISTRE ET CANDIDAT à l’élection présidentielle 2007

« La France est un pays qui s’est construit sur la diversité et sur l’immigration. Ça doit continuer. »
Nicolas SARKOZY, alors Ministre de l’Intérieur, le Monde 08/04/2003.

« Aujourd’hui la France profonde est celle des banlieues à majorité musulmane. »

Nicolas SARKOZY, le 19 septembre 2005 à l’Institut.

« Je veux être le président d’une France qui aura compris que la création, demain, sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre, je n’ai pas peur du mot,… dans le métissage. »

Nicolas Sarkozy, Discours du congrès de l’UMP, 14 janvier 2007.

« La France éternelle, ce n’est pas la France éternellement identique. C’est la France […] qui se métamorphose tous les jours. C’est la France dont le visage change à chaque fois que parmi les Français apparaît un nouveau visage […] C’est l’intelligence collective qui enfante l’avenir, c’est le métissage des cultures et des idées, le mélange, le brassage qui est la principale force de création dans tous les domaines. »

Nicolas SARKOZY, Discours de Besançon, 13 mars 2007

NICOLAS SARKOZY PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

« Le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme ne s’expliquent pas, ils se combattent. Ce qui vaut pour la France vaut partout ailleurs. Il n’y a rien de plus semblable à un antisémite qu’un islamophobe. Tous deux ont le même visage, celui de la bêtise et de la haine […] La civilisation méditerranéenne n’a jamais été grande que par l’échange, le mélange, et j’ose le dire, le métissage. Elle ne résistera pas autrement demain à l’aplatissement programmé du monde […] La diversité, l’échange, le métissage, l’ouverture à l’autre, tels sont les principes qui doivent fonder l’Union de la Méditerranée ».

Nicolas SARKOZY, lors de sa visite en Algérie, début décembre 2007

« N’en déplaise à quelques-uns que je combats, l’islam, c’est aussi une partie de la France. »

Nicolas SARKOZY, le 1/10/2007 à la Grande Mosquée de Paris à l’occasion de la rupture du jeune

« L’islam, c’est le progrès, la science, la finesse, la modernité. »

Nicolas SARKOZY, le 17 juillet 2008 lors de la pose de la première pierre des nouvelles salles des arts de l’islam au Louvre.

« Les antisémites, les islamophobes, les racistes n’ont rien à faire sur le territoire de la République française. »

Nicolas SARKOZY, Mars 2009.

« Je pense que les Français attendent une France d’après (…) C’est une France où l’expression « Français de souche » aura disparu. »

Nicolas SARKOZY, Extraits de « Témoignage »

ET CERISE SUR LE GATEAU :

CARLA BRUNI-SARKOZY
son épouse et Première Dame de France

« Les Français sont des minables et négatifs. »

  Carla Bruni – Interview au Dailynews le 19 Janvier 2008.  

« Cette société multiculturelle, cette mini-France des potes […] les gens des cités doivent devenir le pouvoir. »

Carla Bruni, le 9/11/2008 dans  le journal du Dimanche  

ALAIN JUPPE  EX PREMIER MINISTRE UMP
ET  ACTUEL MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

 

« La France est islamo-compatible. »
Alain JUPPÉ – 9 décembre 2009 sur Europe1.  

« La véritable question est de savoir si oui ou non nous sommes prêts à continuer à assurer notre tradition d’accueil et en particulier vis-à-vis de la communauté musulmane. Moi, naturellement, je réponds oui à cette question. »

Alain JUPPÉ – Déclaration du 21 décembre 2009

BRICE HORTEFEUX EX MINISTRE DE L’INTERIEUR EN 2010

« Désormais chaque policier devra intégrer dans son cursus de formation les principes religieux coraniques, notamment connaître les coutumes de l’Islam, les fêtes religieuses et les principaux versets du Coran afin de mieux comprendre ces populations nombreuses qui vivent sur NOTRE sol. Qu’il connaisse un minimum de vocabulaire arabe pour une meilleure compréhension afin de ne pas heurter leur sensibilité (sic) lors des contrôles d’identité, interrogatoires, etc. »

Brice HORTEFEUX – Ministre de l’Intérieur à J.J.BOURDIN sur RMC, le 30 Avril 2010. »

Merci à R.S.

16/02/2012

On achève bien les Européens… Et les Français, d’abord…

Nous avons pu assister hier soir à une cynique prestation du président-candidat Sarkö Ier… Promesses entendues il y a cinq ans, et pire… 

Mis à par l’UMP, ses futurs adversaires l’ont laminé ensuite. Il est vrai qu’il fallait déjà oser raconter ce qu’il a dit. Bon; certains y croient encore… 

Mais quand il a prononcé son discours de candidature, le personnage savait très bien ce qu’il est relaté plus bas… Tirez en les conclusions que vous voudrez.

FDF

.

Mécanisme Européen de Stabilité : Ratification accélérée en France !

Notre lecteur Marcel a réalisé une traduction française du document officiel M.E.S. Sa version, a priori la seule disponible dans la langue de Molière, est téléchargeable ICI. Merci à lui pour son impressionnant travail.

Par Rudo de Ruijter, Chercheur indépendant. Le 13 février 2012. L’auteur peut être contacté via courtfool@orange.nl

.

Le 2 février 2012 la nouvelle version du Traité du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) a été signé par les représentants légaux (Ambassadeurs de CoRePer) des 17 pays de la zone euro. [1]

 
Vers une gouvernance économique européenne renforcée

Déjà Alain Juppé a déposé une loi en procédure accélérée pour faire ratifier ce traité par l’Assemblée Nationale [2].

La séance de ratification est prévue le 21 février 2012

Fin du pouvoir suprême du parlement

Comme j’ai dénoncé dans mes articles sur le MES, ce traité met fin à la souveraineté nationale des pays membres et réduit de façon significative le pouvoir des parlements nationaux, en particulier leur pouvoir suprême, celui de décider du budget de leur pays. Le traité qui sera associé au MES réduira encore davantage les possibilités des gouvernements nationaux pour gérer leur pays et pour faire face aux problèmes.

S’engager financièrement sans connaître les conditions

Si les pays de la zone euro ratifient le traité du MES [3], ils s’engagent à contribuer financièrement. Cependant, ils ne pourront pas bénéficier des contreparties, car celles-ci seront conditionnées par un autre traité qui n’est pas encore définitif (et donc ni signé, ni ratifié.) Curieux? Oui. Cette contribution financière n’est pas qu’un petit montant. Avec les chiffres actuels il s’agirait, au démarrage, d’un montant assez comparable aux impôts sur les revenus annuels. Le montant est dû en cinq tranches annuelles. Mais il est déjà prévu, que seulement quelques jours après la ratification française, au mois de mars, les nécessités financières pour le MES seront réévaluées. Des montants plusieurs fois supérieurs ont déjà été annoncés.

Procédure accélérée, information incomplète

En raison de la procédure accélérée on a toutes les raisons de craindre que les députés n’aient pas assez de temps pour prendre connaissance de quelques informations essentielles, qu’on leur a cachées.

En particulier on peut craindre que la plupart des députés ignorent toujours,

1. que l’euro ne peut pas fonctionner dans une zone si hétérogène;

Voici la raison:

Rien n’empêche les consommateurs dans des pays à faible productivité de préférer des produits meilleurs et moins chers venant de pays à plus forte productivité. Cela entraîne un flux permanent d’euros des pays faibles vers les pays forts. Il en suit, que les pays faibles manquent en permanence d’euros et doivent emprunter toujours plus pour pouvoir disposer d’euros. (Avant l’euro, ces pays pouvaient dévaluer leur monnaie de façon à rendre les produits d’importation plus chers pour leurs habitants et rendre les produits d’exportation moins chers pour les acheteurs étrangers. Cela freinait les importations, augmentait les exportations et rétablissait la productivité du pays.)

Dans la zone euro les pays participants ont beaucoup trop de différences dans les conditions qui déterminent la productivité, comme par exemple le climat local, la situation géographique, la fertilité du sol, le volume d’eau douce disponible, la présence ou non de sources d’énergie, les distances à couvrir et les difficultés de transport. Ces conditions déterminent en grande mesure l’échec ou la réussite d’activités économiques. La Grèce, l’Italie, l’Espagne, le Portugal (pour n’en mentionner que quelques uns) ne ressembleront jamais à l’Allemagne.

En outre, la Banque Centrale Européenne ne dispose que d’un seul taux d’intérêt pour 17 économies différentes. Un changement de ce taux, dont on a toujours dit qu’il est si important pour guider l’économie, ne peut que profiter à certains pays, tandis que les autres devront en subir les conséquences. Monétairement cette zone n’est pas gérable.

2. que la méthode des « fonds de secours », qui consiste à charger plus de dettes sur des pays qui en ont déjà trop, ne rime à rien;

Les projets que les prêteurs financent ne profitent pas à la population dans les « pays bénéficiaires ». Ces projets sont généralement exécutés par des entreprises étrangères, qui viennent le plus souvent avec leur propre personnel. L’argent n’entre même pas dans ces pays, mais va à ces entreprises étrangères. Et comme l’argent n’est pas dépensé dans ces pays, ces pays ne disposent pas de cet argent et donc ne pourront pas le rembourser. En fait, les pays « bénéficiaires » ne se noient que davantage dans les dettes.

3. que le MES, en tant que traité international, a priorité sur la législation nationale, ce qui veut dire, en particulier, que le parlement ne dispose pas d’un droit de véto lors des rehaussements de capital du MES;

Il convient de lire très soigneusement l’article10, qui est rédigé de telle façon qu’un ignorant peut croire que les « procédures nationales applicables » signifient un droit de véto. Cependant, même si cela était le cas, ne pas accepter les hausses du capital du MES signifierait sortir du MES, et par définition sortir de l’euro, et par définition sortir de l’Union Européenne. (Bruxelles, dans son insolence, a ficelé tous les traités ensemble pour vous faire peur de dire non. Le Général De Gaulle n’est plus là, alors qui ose?

4. que les coupes budgétaires détruisent inutilement l’économie et les acquis sociaux;

La discipline budgétaire n’a rien à voir avec une quelconque nécessité pour chaque pays pris individuellement. Aucun des pays membres de la zone euro n’avait des problèmes insurmontables au moment de son adoption de l’euro, malgré ses dépassements budgétaires et malgré ses dettes.

Dans tous les états membres le gouvernement est à la base de beaucoup d’activité économique. Les coupes budgétaires réduisent cette activité et mettent les gens au chômage. Apparemment, ces têtes du Troïka pensent que miraculeusement ces chômeurs trouveront un emploi plus productif. Au contraire, le plus prévisible sera, qu’on devra soutenir des millions de gens en détresse avec une population active de plus en plus réduite. Viendront s’y rajouter tous les expatriés des autres pays en difficulté, qui espèrent trouver un emploi – même mal payé – dans les pays réputés plus riches.

5. qu’il existe une solution saine qui rapporte gros…

Vous connaissez l’alternative, qui consiste à retourner au franc d’antan. C’est une possibilité. Comme la création de francs ne coûte quasiment rien et qu’on les échange contre tous les euros en circulation dans le pays, cela fait une jolie cagnotte d’euros. L’histoire qui dit que quitter l’euro coûte cher est archi-fausse. Il en va de même pour les histoires effrayantes que la coopération européenne s’arrêterait, si l’on quitte l’euro.

Réintroduire le franc c’est un bon pas. Mais si l’on veut éviter que les crises financières continuent à ravager notre société, il faudra aller un pas plus loin. La cause profonde de ces dérapages du monde financier, c’est la croissance démesurée et exponentielle de la masse d’argent. Elle est causée par la multiplication de l’argent par les banques privées. Les banques privées créent de l’argent sous forme d’avoirs chaque fois qu’elles émettent des prêts. Et plus elles émettent des prêts, plus elles gagnent des intérêts.

La solution est donc de créer une Banque Centrale de l’État (il ne faudra pas l’appeler BCE, mais Banque de l’État Français), qui sera seule habilitée de créer de l’argent. (C’est d’ailleurs la façon dont la majorité des gens pensent que cela fonctionne, ce qui hélas! n’est pas le cas actuellement.) Dans ce nouveau système, les banques privées actuelles n’auront plus le droit de créer de l’argent du néant et elles pourraient – si elles veulent – devenir des guichets de la Banque d’État. Elles ne recevraient plus d’intérêts, mais, à la place, un dédommagement pour leurs services. Si elles acceptent, les usagers pourraient même garder leurs comptes actuels.

Pour une explication facile, lisez l’article Des dettes d’État au franc d’État.

Parlementaires sous pression

Normalement les représentants du peuple doivent pouvoir voter librement et sans être mis sous pression. Si l’on juge les informations très subjectives et alarmistes qui leurs sont données et le peu de temps qui leur est laissé pour s’informer plus correctement, il y a un risque évident que le vote du 21 février 2012 ne respecte ni l’éthique, ni les règles démocratiques. Il en va de même pour l’absence de référendum pour connaître l’opinion du peuple sur le transfert de souveraineté vers le MES.

Et si l’on refuse le MES?

Si nos représentants refusent le MES, nous devons quitter l’euro. Va-t-on perdre des marchés? Non, au contraire, on devient plus compétitif sans les coûts démesurés de l’euro. Est-ce que cela met fin à la coopération européenne? Bien sûr que non, l’Europe ne peut pas se passer d’une forme de coopération et cela continuera, quel que soit la monnaie de ces membres.

Vive l’Europe

Si l’Europe veut être une communauté de gens qui travaillent ensemble en respectant les différences de chacun, elle ne devra plus laisser le monde financier détourner ses aspirations. Nous n’accepterons pas une dictature Bruxelloise, ni sous prétexte qu’il faut sauver l’euro, ni sous prétexte qu’il faut sauver les banques, ni sous quelque prétexte que ce soit.

Références:

[1] Texte du nouveau Traité du MES (du 2 février 2012)
http://www.european-council.europa.eu/media/582863/06-tesm2.fr12.pdf  (si pas disponible, copie ici)
video de 3’51 »: http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU

[2]. Projet de loi d’Alain Juppé en procédure accélérée pour la ratification française du traité.
http://www.assemblee-nationale.fr/13/projets/pl4336.asp

[3] Selon l’article 48 du traité il n’y a pas besoin que tous les pays membres ratifient le traité. Il suffit que ceux qui détiennent ensemble 90% des souscriptions du capital se déclarent d’accord. Le nombre de souscriptions par pays est dans le tableau II sous le texte du traité. (Ils ont donc déjà tenu compte de l’éventualité que la Grèce et/ou un autre petit pays quitteraient l’euro ou refuserait de se rendre.)

Reproduction:

Cet article peut être publié librement dans des journaux, magazines ou sites web.

Blog Économique et Social

Source:  http://fortune.fdesouche.com/

Merci à DG…

07/02/2012

C’est Juppé et son pote Tareq Oubrou, qui doivent pleurer… Future mosquée à Bordeaux : le projet dans l’impasse.

Des associations de musulmans en conflit… Ca vous étonne?

FDF

.

Mauvais pour la mairie en 2014 ça, mauvais…

.

MIS A PART LE PS,  PERSONNE,  VISIBLEMENT,  NE VOULAIT DE CETTE MOSQUÉE…….

NB :  les deux associations de musulmans, semblent être en conflit,   comme souvent en pareil cas.  Ils n’arrivent pas à s’entendre  entre eux  alors comment voulez-vous qu’ils s’entendent avec nous?      SAUF Q’ EUX,  ONT LEUR  INÉNARRABLE TAKIA

JC JC…

.

Le diocèse renonce à la vente d’un terrain à une association de musulmans.

Une fois dévoilé dans nos colonnes, le projet de vente d’un terrain appartenant au diocèse, situé à Bordeaux dans le quartier du Grand-Parc, à l’Association culturelle des musulmans de Bordeaux-Nord (ACMBN) n’aura pas fait long feu. Les responsables catholiques ont décidé d’annuler la transaction et l’ont fait savoir par un communiqué de l’archevêché, hier après-midi pour s’en expliquer.

« Lors de notre première rencontre, nous avions négocié avec l’Association des musulmans de Gironde (AMG), présidée par Tareq Oubrou, et une de ses affiliées, l’Association culturelle des musulmans Bordeaux-Nord, chapeautée par Mohammed Bouir. Mais nous ignorions que ces deux associations étaient séparées depuis cet été. Nous ne sommes donc pas en mesure de donner suite à ce projet. » Une bien mauvaise nouvelle pour Mohammed Bouir, qui s’apprêtait à verser un premier acompte pour l’achat de ce terrain, en avril prochain : « Le diocèse a le droit de changer d’avis. Tant pis. Je suis pris de cours, je vais réunir les membres de mon association. »

Contacté hier soir, Jean Rouet, le vicaire, assure avoir rencontré Mohammed Bouir, à plusieurs reprises, en vue de lui vendre ce terrain. « Mais je n’étais pas au courant qu’il avait fait cavalier seul et abandonné l’AMG », insiste-t-il. Le religieux ignorait également que d’autres musulmans appartenant à l’AMG lui reprochaient ses relations avec Mohammed Habri, qui préside une autre association au Grand-Parc, jugée proche du salafisme, et a transformé son appartement en salle de prière de fortune.

C’est du moins la raison officielle invoquée par le diocèse afin de justifier l’abandon de cette vente. Mais il en existe peut-être d’autres moins policées… Car ce projet entre catholiques et musulmans n’avait pas laissé les Bordelais indifférents, et créé pas mal de remous, tant dans le paysage politique que sur les réseaux sociaux via Facebook et Twitter.

Les responsables du diocèse ne souhaitent pas confirmer publiquement « avoir vécu des pressions » de la part de certains membres de la communauté plaidant l’annulation de cette vente à une association musulmane. Mais on entend d’autres sons de cloche dans les couloirs de la direction diocésaine.

« Le Bloc identitaire a été le premier à s’opposer à la vente. D’autres ont suivi », confie un salarié. Cette annulation devrait également satisfaire les troupes du Front national local, qui avaient, sans surprise, engagé une pétition contre ce projet. Tout comme la députée UMP Chantal Bourragué, qui s’était dite choquée, en apprenant que le diocèse vendait son patrimoine aux musulmans : « J’espère néanmoins que le vicaire finira par trouver un acquéreur pour ce terrain en vue d’édifier une église à Ginko. »

Au contraire, la maire-adjointe Anne-Marie Cazalet, regrette que cette salle de prière ne voie pas le jour : « Un jour ou l’autre, il faudra bien un lieu de culte pour les musulmans dans le secteur. Mais si le diocèse est revenu sur sa décision, il a sûrement ses raisons. » Un avis que partagera sûrement Michèle Delaunay, conseillère générale PS du secteur, qui s’était également montrée favorable à un nouveau lieu de prière.

Source: http://www.sudouest.fr/

28/01/2012

Combat de coqs… Gaulois ?

.

Triste prestation que le débat « animé » entre Hollande et Juppé lors de l’émission « Des paroles et des actes » que l’on a pu voir jeudi soir. Ils avaient du se motiver en imaginant que l’adversaire du jour était Marine Le Pen; contre qui il est de bon ton de de faire preuve de haine, de provocation et de rappels de propos de JMLP… Mais Marine n’est pas son père…

En attendant, le combat de coqs a bien eu lieu, comme prévu.

Pffffffffffffffffffffff; plus que 83 jours, je crois… Ca va finir à l’arme lourde. En France, on a l’habitude…

FDF

.

Passe d’armes et débat d’experts entre Hollande et Juppé sur France 2

Jeudi sur France 2, lors de l’émission « Des paroles et des actes », le candidat PS à la présidentielle, François Hollande, et le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, ont débattu pendant 40 minutes, principalement des finances publiques.

 Le débat entre le candidat PS à l’Elysée François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, jeudi soir sur France 2, a donné lieu à un affrontement parfois musclé mais extrêmement technique, portant principalement sur les finances publiques.
Pendant 40 minutes, l’ancien patron du PS et l’ex-Premier ministre ont échangé leurs arguments au cours de l’émission « Des paroles et des actes ».

Très mordant au départ, Alain Juppé a accusé François Hollande de faire de Nicolas Sarkozy « une méchante caricature » et de faire preuve d’arrogance: « Vous êtes un peu trop sûr d’avoir tourné la page ».

Puis les deux hommes se sont lancés dans une bataille budgétaire, Alain Juppé attaquant point par point le programme économique de François Hollande, que celui-ci avait dévoilé dans la matinée. Le candidat socialiste a répliqué en pilonnant les choix budgétaires du gouvernement.

S’interrompant souvent, s’apostrophant à plusieurs reprises, les deux adversaires se sont rapidement enlisés dans un débat d’experts.

Pas avare de piques, François Hollande a répliqué aux attaques d’Alain Juppé en lui lançant qu’en matière d’arrogance « chacun a à faire son examen de conscience : vous avez des rechutes possibles ».

« Vous n’êtes pas candidat, peut-être le serez-vous si Nicolas Sarkozy ne l’est pas… ne perdez pas tout espoir! », a-t-il aussi lancé à celui que certains à droite pourraient considérer comme un recours si le chef de l’Etat décidait de ne pas se présenter.

Source: http://www.france24.com/fr/

.

Plus que marre d’entendre des inepties et des paroles manipulatrices qui ne servent à rien d’autre qu’à endormir le peuple Français et pouvoir les enfoncer et anéantir la France. Tout est manipulaqtion des masses. On ne les écoute même plus !D’ailleurs il est a noter que l’histoire de France touche le fond et n’a jamais connue un tel ridicule comme cela dure depuis plus de 45 ans. L’image de la douce France ne ressemble plus à rien.  C’est la destruction et surtout l’auto-destruction de la France par les dirigeants G/D (Maastrich par Mittérand, l’ouverture des frontières, l’euro, les délocalisations, le chômage, les 35 heures, les augmentations de l’immobilier provoqué par l’imigration voulue, ect…)On touche le fond surtout grace à la gauche caviard . C’est la honte ! La seule qui a des valeurs morales et qui ne se paie pas la tête des Français c’est Marine. Elle au moins elle dit les vérités et respecte la France. Elle ne joue pas la comédie et se bat réellement pour les Français.

Babette…

27/01/2012

Syrie: censure des médias français, qui persistent à appeller les groupes terroristes armés « manifestants ».

La désinformation bat son plein. Mais chut; il ne faut pas le dire…

FDF

.

Dessin: Dilem

.

Syrie: 230 Chrétiens assassinés par les insurgés dans la seule ville de Homs

Lire l’article de France-catholique en contact avec les diocèses de Homs et Hama. Que pense Alain Juppé des crimes des islamo-insurgés? Pourquoi les médias français censurent ce début de génocide? La désinformation sur la Syrie doit cesser, même Georges Malbrunot du Figaro a convenu qu' »au moins 50% » des Syriens sont derrière Bachar Al-Assad dans sa chronique de la semaine passée.

Voir cette manifestation de soutien géante  à Bachar al-Assad le 11 janvier dernier à Damas, sans surprise censurée par les médias occidentaux:

http://youtu.be/lohMsKpOEpk

Source: http://www.islamisation.fr/

06/01/2012

« Le califat est notre but ultime » affirme Mohamed Badie, guide des Frères Musulmans.

Info censurée par les médias français.

Vous allez tous finir par comprendre. Nous approchons l’état d’urgence avec ce net regain de l’islamisation aveugle. Un rétablissement du califat est sur le point de voir le jour dans les pays qui ont subi les fameuses révolutions qui en fait étaient orchestrées par les Frères Musulmans et tout ce qu’il y a de plus pourri en matière d’intégrisme islamiste sur notre planète.

Et après le Maghreb, ce sera notre tour; ne nous leurrons pas. Je ne veux pas que ma descendance subisse la charia; et vous? Alors, préparons le terrain…

FDF

.

l’ « Etat islamique MONDIAL  » et « la CONQUÊTE DE L’EUROPE » étaient un objectif. Rappel: :

« Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » Muhammed Mahdi Akef,

Il est nécessaire de rappeller qu’Alain Juppé collabore avec les Frères Musulmans à Bordeaux afin de leur mettre à disposition un terrain pour une Grande mosquée.

POUR CEUX QUI NE SAURAIENT PAS,  DEFINITION DU MOT KALIFAT (WIKIPEDIA):

Un califat ou khalifat (arabe : خِلافة) est le territoire reconnaissant l’autorité d’un calife (arabe : خليفة), successeur du prophète de l’islam Mahomet dans l’exercice politique du pouvoir. Ce mot sert aussi à désigner le régime politique lui-même et la période pendant laquelle il s’exerce (ex. « pendant le califat de Haroun Al Rachid »).

JC JC…

.


La Tunisie, La Lybie, l’Egypte pourraient fusionner dans un califat dans les décennies à venir.

Le journal égyptien Al-Masy Al-Youm a rapporté les déclarations du chef de la confrérie islamiste, Mohamed Badie, du 29 décembre dernier, étonnamment passées sous silence dans les médias français. Déjà, le prédecesseur de Mohamed Badie à la tête des Frères musulmans avait affirmé que l’ « Etat islamique mondial » et « la conquête de l’Europe » étaient un objectif. Rappel: :

« Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » Muhammed Mahdi Akef, ex guide des Frères Musulmans (2004-2010),dans une  interview avec Walid al-Kubaisi (vidéo bas de page).

L’article de Al Masry Al-Youm du 29.12.11 :

« Les Frères musulmans sont près d’atteindre leur « but ultime » fixé par le fondateur du groupe, Hassan al-Banna en 1928, qui est la création d’un « régime juste et raisonnable. »

Le projet commence avec la création d’un gouvernement solide et se terminera par l’établissement d’un califat islamique juste, a déclaré Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans en Egypte, lundi, dans son message hebdomadaire sur le site officiel du mouvement.

Quand les premiers Frères Musulmans  commencèrent la mission, il visaient à guider et éveiller la nation afin qu’elle puisse retrouver sa position après une longue période de récession et de retard, a dit Badie.

Il a ensuite décrit les deux principaux objectifs énoncés par le groupe de al-Banna lors de la  sixième conférence. Le premier objectif était d’augmenter le nombre de membres. Le second était l’établissement d’un plan à long terme pour la réforme de tous les aspects de la vie des gens.

Banna précisa les  étapes à travers l’objectif ultime qui pourrait être réalisé, a ajouté Badie. La première étape est la réforme de l’individu, puis la construction, successivement, des unités familiales, d’une association, d’un système de gouvernance, et enfin établir un régime de califat » lire la suite (en anglais)

Il est nécessaire de rappeller qu’Alain Juppé collabore avec les Frères Musulmans à Bordeaux afin de leur mettre à disposition un terrain pour une Grande mosquée.

Source: http://www.islamisation.fr/

Bientôt la nouvelle police du monde Occidental? JAMAIS !!!

09/12/2011

« Il n’y a pas de quota pour les visas algériens » …

Trop de mauvais souvenirs, avec l’Algérie. Ca pourrait bien « canarder »… On parie?

FDF

.

LA LIBRE CIRCULATION DES ALGERIENS vers la FRANCE

 

POLITIQUE FRANCO-ALGERIENNE

LA LIBRE CIRCULATION DES ALGERIENS A SENS UNIQUE


L’objectif principal de ces mesures est la facilitation de la circulation des Algériens vers la France [et] de « lutter contre l’immigration clandestine et toute sorte de fraude ». »


Voir taille réelle

Hier, 8 décembre 2011, au Sénat et grâce à la volonté des socialistes et autres collabos antifrançais, l’ingérence des étrangers dans la vie politique française peut devenir une réalité.

A droite, si Sarkozy avoue souhaiter et rechercher une collaboration plus étroite avec l’Allemagne, il la recherche aussi avec l’Algérie, bien qu’il se garde de l’ébruiter avant les élections.

C’est ainsi qu’hier, lors d’une conférence de presse, en présence de l’ambassadeur en Algérie, Xavier Driencourt, le consul général de France à Alger, Michel Dejeager, annonçait la mise en place de la simplification des procédures, visant à laisser entrer librement les algériens vers la France. Malgré le constat de la non-réciprocité puisque Alger avance une « décision souveraine ».

Les nouvelles mesures porteront sur la simplification des formalités pour obtenir des visas.

« Il n’y a pas de quota pour les visas algériens (…) L’objectif principal de ces mesures est la facilitation de la circulation des Algériens vers la France [et] de lutter contre l’immigration clandestine et toute sorte de fraude (…) »

Ben, forcément ! Si les algériens n’ont pratiquement plus besoin de visas pour rentrer en France, pourquoi iraient-ils se risquer de rentrer en fraude et pis encore « les haraga » ?

Il nous prend pour des billes ce consul de France. Mais, nous savons qu’un consul n’agit qu’en fonction des ordres que lui donne le ministre des Affaires étrangères. En l’occurrence, Alain Juppé, le toujours droit dans ses bottes, prêt à mettre un coup de pied au cul des Français qui se disent de souche et d’identité judéo-chrétienne et auraient la prétention de conserver la France à la France, en régulant l’immigration.

La modification et la simplification sont dans la réduction –voire, l’annulation (!) – des justificatifs, pour :

  • « (…) le conjoint de Français,

  • les commerçants et chefs d’entreprise,

  • les professions libérales, à commencer par les dentistes, conjoint et enfants – le consul justifie cette catégorie par le fait qu’ils soient là, au moment de la prise de la décision –  

  • les professions organisées en ordres dont la seule attestation d’appartenance à un ordre suffit,

  • les journalistes,

  • en attendant les étudiants (…)

(…) Maintenant, nous travaillons pour l’extension de ces simplifications aux autres catégories. »

Et pendant ce temps, Sarkozy ose parler  » d’une immigration féconde pour la France, si elle est contrôlée « …

Non. Il n’y a aucune ingérence algérienne dans la politique française.

Il y a une volonté affichée et mise en œuvre par les politiques français, de gauche et de droite, à importer l’immigration algérienne, en France, quelles qu’en soient les conséquences pour les Français.

Et de nous interroger, encore plus, aujourd’hui,  qu’il y a cinquante ans…

Quels secrets, depuis De Gaulle, pèsent sur la France dont l’Algérie est le témoin et menacerait de révéler ?

Source : Liberté Algérie

http://www.petitsechodoran.com/l-immigration/la-libre-circulation-des-algeriens,a2986715.html

06/12/2011

Les « sales affaires » ne nuisent pas toujours à la carrière de nos hommes politiques…

Et c ‘est franchement insupportable ! A croire que la Justice ne s’applique pas de la même façon selon que l’on soit « d’en bas » ou bien « d’en haut »…

Je crois malheureusement que c’est le cas. La Justice à plusieurs niveaux est une spécialité Française.

C’est aussi pour ça que certains hauts délinquants étrangers préfèrent être jugés en France (ou se faire reconnaître comme « réfugié politique »), dans le cas où leur « affaire » concernerait leur pays d’origine et le notre…

FDF

.

Les hommes politiques condamnés et réélus

Condamnés par la justice, démis de leurs fonctions, plusieurs d’entre eux ont réussi leur retour dans les urnes. Rappel des faits.

Avec 40% des suffrages, Jean-Paul Alduy est arrivé en tête du premier tour des élections municipales organisées à Perpignan le 21 juin 2009 après l’invalidation de son élection en mars 2008 pour fraude électorale dite « fraude à la chaussette« . Il n’est pas le premier homme politique à qui les électeurs ont pardonné ses égarements. Dans les années 1990, on a même parlé de « prime à la casserole » à propos des élus condamnés par la justice puis réélus, parfois largement, par leurs concitoyens.

Patrick Balkany (UMP)

Maire de Levallois-Perret de 1983 à 1995 et depuis 2001, et député des Hauts-de-Seine de 1988 à 1997 et depuis 2002. Il est condamné en mai 1996 à quinze mois de prison avec sursis, 200 000 francs d’amende et deux ans d’inéligibilié par le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir fait fait travailler à l’entretien de son domicile et de sa résidence secondaire trois employés municipaux. En 2001, Patrick Balkany se présente sans étiquette et emporte les élections face au maire sortant soutenu par le RPR et l’UDF, Olivier de Chazeaux. En 2002, il est réélu député des Hauts-de-Seine. À la suite d’un recours préfectoral, le Conseil d’État considère, en juillet 2002, qu’il était inéligible au moment du scrutin de 2001 et annule son élection. De nouveau éligible lors de l’élection municipale du 22 septembre 2002, Patrick Balkany est réélu maire de Levallois-Perret dès le 1er tour.

Pierre Bédier (UMP)

Député-maire de Mantes-la-Jolie entre 1995 et 2005, président du Conseil général des Yvelines de 2005 à mai 2009. Condamné en 2006 à 18 mois de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux, Pierre Bédier fait appel de cette décision, l’appel ayant un effet suspensif. Il est réélu président du Conseil général des Yvelines en 2008. Le 20 mai 2009, la Cour de cassation de Paris confirme la condamnation de Pierre Bédier ; il est démis de ses fonctions deux jours plus tard.

François Bernardini (dissident-PS)

Maire d’Istres (Bouches-du-Rhône) de mars 2001 à novembre 2002, François Bernardini est condamné pour une série d’affaires politico-financières à dix-huit mois de prison avec sursis, 400 000 francs d’amende et cinq ans d’inéligibilité. Il est réélu en mars 2008 à la mairie d’Istres.

Christian Cuvilliez (PCF)

Maire de Dieppe de 1989 à 2001, il est condamné en 2003 par la Cour d’appel de Rouen à un an de prison avec sursis et à deux ans de suppression des droits civiques, civils et de famille pour « détournement de fonds publics et recel« . Après avoir récupéré ses droits civiques en 2007, Christian Cuvilliez est de nouveau candidat aux élections municipales à Dieppe en 2008 sur la liste municipale d’union de la gauche conduite par Sébastien Jumel (qui remporte les élections). Il est réélu au conseil municipal.

Harlem Désir (PS)

Il est condamné en 1998 à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux. De novembre 1986 à octobre 1987, il a reçu un salaire fictif mensuel de 10 500 francs de l’Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants, basée à Lille. En 1999, Harlem Désir est élu député européen. En 2001, il est élu conseiller municipal à Aulnay-sous-Bois. En 2004, à la tête de la liste du PS pour la région Île-de-France pour les élections européennes, il est réélu et promu vice-président du groupe parlementaire du Parti socialiste européen. Il est réélu en 2009.

Xavier Dugoin (UMP)

 

Xavier Dugoin, maire de Mennecy  en 1989, réélu en 1995, ne put se représenter en 2001. Dans le cadre de la disparition de 1200 bouteilles appartenant à la cave du Conseil général de l’Essonne, il est condamné en 2000 pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêts, à dix-huit mois d’emprisonnement avec sursis, 100 000 francs d’amendes et deux ans d’inéligibilité. Il est aussi impliqué dans d’autres affaires. Il est réélu maire de Mennecy en 2008. Mieux, il serait aujourd’hui candidat pour succéder à Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes… ce dernier venant d’être déclaré inéligible pour un an après l’invalidation des municipales de mars 2008 par le Conseil d’Etat.

Henri Emmanuelli (PS)

 

Ce n’est pas à titre personnel mais en tant que trésorier du PS qu’Henri Emmanuelli est condamné en 1997 pour complicité de trafic d’influence dans l’affaire Urba. Condamné à dix-huit mois de prison avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques, Henri Emmanuelli est réélu député PS des Landes en 2000 et président du Conseil général des Landes en 2001.

Alain Juppé (UMP)

 

Maire de Bordeaux de 1995 à 2004, il est démissionnaire en 2004 lorsqu’il est condamné à quatorze mois de prison avec sursis et un an d’éligibilité en tant que secrétaire général du RPR. Alain Juppé est réélu maire de Bordeaux en octobre 2006 dès le premier tour, et réélu, en 2008 toujours au premier tour.

Jean-François Mancel (UMP)

Président du Conseil général de l’Oise de 1985 à 2004 et député depuis 2002. En 2000, il est condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Beauvais (Oise) pour prise illégale d’intérêts dans une affaire mettant en cause ses relations financières avec une société de communication, Euro2C. Il est relaxé en 2001 par la cour d’appel d’Amiens, mais cet arrêt est censuré par la Cour de cassation. En  2005, il est condamné par la cour d’appel de Paris à 18 mois de prison avec sursis, 30 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité. En 2006, la Cour d’appel de Paris annule son inéligibilité, tout en confirmant sa condamnation avec sursis et son amende. Jean-François Mancel est réélu président de la Communauté de communes du Pays de Thelle en 2001; il est élu député de l’Oise en 2002 et réélu en 2007.

Jacques Mellick (PS)

Elu maire de Béthune sans interruption de 1977 à 1996 et député du Pas-de-Calais de 1978 à 1996, Jacques Mellick démissionne de ses fonctions en 1996 suite à sa condamnation pour témoignage de complaisance dans l’affaire OM-Valenciennes. En 2002, suite à l’invalidation de l’élection du maire sortant, Jacques Mellick est réélu maire de Béthune dès le premier tour.

Source: http://www.luniondescitoyenspatriotesleblog.com/

PS: liste loin d’être exhaustive…

04/12/2011

Ne pleure pas, Jeannette…

Je me demande bien pour quelle « maison » elle travaille, l’ancienne et éphémère présidente de la Halde… Car elle n’a pas tenu toujours de tels propos aussi favorables à notre pays . Voir: http://youtu.be/1_Mu2Wu5gks

Méfiance, donc.

FDF

.

Jeannette Bougrab, ministre d’origine maghrébine, récuse la notion d' »islamisme modéré »

Interrogée sur la percée électorale de partis islamistes, notamment en Tunisie et au Maroc, Jeannette Bougrab a jugé ces résultats graves, car il n’existerait pas plus d' »islamisme modéré » que de « charia light »…

Soulignant qu’elle s’exprimait en tant que Française d’origine arabe et non comme ministre de la République, la secrétaire d’Etat à la Jeunesse, Jeannette Bougrab, commentant les récents succès électoraux de partis islamistes en Tunisie, au Maroc et bientôt en Egypte, a estimé qu’il n’existe pas « d’islamisme modéré », qu’une société régie par la charia, la loi canonique coranique, implique « nécessairement une restriction des droits et libertés ».

L' »islamisme modéré » serait un leurre…

Réagissant dans les colonnes du Parisien à l’arrivée au pouvoir d’islamistes de l’autre côté de la Méditerranée, la secrétaire d’Etat, ancienne présidente de la Halde, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations, a jugé que « c’est très inquiétant », car elle « ne [connaît] pas d’islamisme modéré ».

« Il n’y a pas de charia ‘light’. Je suis juriste et on peut faire toutes les interprétations théologiques, littérales ou fondamentales que l’on veut, mais le droit fondé sur la charia est nécessairement une restriction des libertés, notamment de la liberté de conscience », a affirmé Jeannette Bougrab, d’origine algérienne et fille de harki, les supplétifs de l’armée française durant la guerre d’indépendance, et par extension les arabes musulmans qui voulaient que l’Algérie reste une région de France.

Interrogée par le quotidien sur la ligne diplomatique qu’il convient d’adopter dans ce nouveau contexte politique et sur l’éventuelle nécessité de durcir le ton, elle a répondu : « je ne suis pas ministre des Affaires étrangères. Je réagis en tant que citoyenne, en tant que femme française d’origine arabe ».

Bougrab n’est pas au Quai d’Orsay, mais elle a son idée…

Sur la question, Alain Juppé, le ministre en charge des relations extérieures, prône un dialogue avec les partis islamistes dits « modérés » tels qu’Ennahda en Tunisie ou Justice et Développement au Maroc, sous réserve qu’ils ne franchissent pas certaines « lignes rouges » : l’Etat de droit, le respect des élections, des droits de l’Homme… et des femmes.

Jeannette Bougrab, qui rejette donc la notion même d’islamisme modéré, rappelle que les autocrates déchus en Tunisie et en Egypte, « Ben Ali [et] Moubarak avaient agité le chiffon rouge des islamistes pour obtenir le soutien des pays occidentaux ». Pour autant, poursuit-elle, cela ne rend pas fréquentables les partis qui se revendiquent de la religion.

Ainsi, a contrario, « il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse » dit la secrétaire d’Etat qui martèle : « moi, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Jamais. Au nom des femmes qui sont mortes, de toutes celles qui ont été tuées, notamment en Algérie ou en Iran, par exemple, parce qu’elles ne portaient pas le voile ». Pour le coup, ceux qui pensent différemment de Mme Bougrab pourront sans doute lui reprocher une bascule un peu rapide d’un Etat arabe à un autre…

Le vote « choquant » des Tunisiens de France…

Quoi qu’il en soit, concernant plus particulièrement les pays qui se sont récemment libérés d’un régime autoritaire, pour se jeter, estiment certains, dans les bras d’une autre forme de dictature, Mme Bougrab a la dent dure avec les Tunisiens de France, qui pour près du tiers ont voté Ennahda en octobre dernier.

« Je pense à ceux qui, dans leur pays, ont été arrêtés, torturés pour défendre leurs convictions. On leur a en quelque sorte volé la révolution », affirme Mme Bougrab.

« Je trouve choquant que ceux qui ont les droits et les libertés ici aient donné leur voix à un parti religieux« , déclare-t-elle. Un sentiment dont on a pu constater qu’il était partagé, en Tunisie même, par une partie de l’opinion, vaincue à l’élection…

NB : aux uns et aux autres qui s’apprêteraient à publier un commentaire hors de propos, précisons bien un point sémantique qui a son importance, la secrétaire d’Etat a parlé de l’islamisme, et pas, dans l’absolu, de l’islam ou des musulmans…

Source: http://www.metrofrance.com/

23/11/2011

La mode de printemps « arabe »…

Le printemps arabe à la mode de chez eux…

FDF

.

On devrait demander à Alain Juppé ce qu’il en pense de ces tenues et s’il considère les idées de ses amis salafistes des Frères Musulmans acceptables ou non pour sa bonne ville de Bordeaux. Vive le « Printemps arabe »

Au Caire en Égypte, les salafistes ont installé une affiche illustrant la manière appropriée de se voiler. A gauche, quatre tenues «inacceptables». Au milieu (en rose), le «minimum acceptable».

A droite (en noir), tenue «acceptable».

Source: http://www.postedeveille.ca/

20/11/2011

France en danger de mort mais ni nos élus ni l’Europe de Bruxelles ne veulent le reconnaître.

En vérité, ils s’en foutent royalement, tant que le fric et les honneurs leur sont attribués. Mais tout à une fin…

FDF

.

Pourtant ce ne sont pas les signaux d’alarme qui manquent !

Il y a exactement un mois, jour pour jour, le quotidien France-Soir (que son propriétaire cèderait volontiers à notre Marine Nationale), publiait une interview alarmante d’un maire UMP confronté à  l’islamisme, à la non-intégration et au gouffre financier que nécessite l’immigration dans sa commune.

Cette catastrophe dont tous les citoyens français sont conscients ne semblent pas émouvoir notre président de la République ni son nouveau ministre préféré, Alain Juppé, qui continue de promettre une aide inconditionnelle, matérialisée par l’immigration, aux printaniers révoltés arabes.

Et, comme la France ne peut pas décider seule de son avenir, c’est l’Europe de Bruxelles qui  fait écho en établissant un « plan » pour mieux nous adapter à la future immigration de tous les rescapés des printemps maures et mort-nés, qu’il nous faudra gérer.

S’il me fallait rappeler ces quelques articles, en les publiant chaque mois jusqu’à la présidentielle, les petits échos le feront pour que personne n’oublie le danger réel d’islamisation de notre pays, planifié par les futurs candidats de gauche et de droite qui s’accordent comme des larrons en foire avec les pays arabes qui leur dictent leurs lois.

Il nous faudra toute la force de notre patriotisme pour que Marine obtienne, dès le premier tour, une avance considérable (estimée à 40% d’intention de vote), même si les « statistiques et autres sondages » ne la créditent que de 20%.

Tous pour Une.

Le Hezbollah, cher à Sarkozy, décrète la mobilisation générale au Liban et s’en prend aux soldats Français de la Finul.

http://www.petitsechodoran.com/la-presse-et-nous-ii/liban-mobilisation-generale,a2659950.html

La France et l’Unesco. Depuis De Gaulle, les français qui nous dirigent ont une nette préférence pour tout ce qui est arabe. Même quand il s’agit de culture et des droits de l’homme ( !)… Hier, c’était la Palestine à l’Unesco, aujourd’hui ce sont les syriens qui y sont à l’honneur ! On aura tout vu.

http://www.petitsechodoran.com/actualite-politique-ii/l-ducation-la-science-et-la-culture-c-est-l-unesco,a2660918.html

Et ceux-là ? De tristes guignols qui pourraient, si nous ne parvenons pas à former un Front Uni contre ces vendus, accéder au pouvoir en 2012.

http://www.petitsechodoran.com/cap-sur-2012/le-parti-socialiste-et-les-verts,a2661250.html

Encore Bruxelles et l’immigration arabe contrainte et forcée en Europe

http://www.petitsechodoran.com/derniere-minute/la-mobilite-migratoire-en-u-e,a2662084.html

Le maire UMP de Montfermeil,  le 19 octobre dernier, sonnait l’alarme après qu’un autre maire PS de la même région demandait l’armée pour mettre de l’ordre dans sa commune.

http://www.petitsechodoran.com/l-immigration/l-clatement-de-la-r-publique,a2662595.html

Source: http://www.petitsechodoran.com/

01/08/2011

Ramadan: Auchan Bordeaux paye sa soumission à l’islam…

Et pan! Il n’y a pas QUE des clients musulmans; et tout le monde n’apprécie pas l’idéologie islamiste.

Il faudrait peut-être en tenir compte dans les études de marché, les gars…
Ca devrait servir de leçon à Juppé, souhaitons-le.

FDF

.

Le succès commercial était assuré : La succursale Auchan à Bordeaux avait misé sur le Ramadan pour s’attirer les « grâces » de sa clientèle musulmane en mettant en place des étals « hallal ».

Des Bordelais ont réagi. Le magasin fait marche arrière.

Source: http://tinyurl.com/3zxgtap

Bonus: http://aquitaine.novopress.info/103/auchan-et-la-mie-caline-propagandistes-zeles-de-lislam/

25/07/2011

Libye: l’ambiguïté de L’Elysée…

Le temps des copains…

.

A ne plus rien y comprendre…. D’un coté, la France arme les rebelles libyens; d’un autre, elle cherche à aider Kadhafi à se sortir le l’impasse dans laquelle on l’a mis… J’aimerais que l’on m’explique. Parce que là, j’ai l’impression que Paris aimerait qu’il reprenne un semblant de pouvoir, Le Guide…

FDF

.

La France cherche une porte de sortie à Kadhafi en Libye.

Je t’aime; moi non plus…

.

La rébellion fait mine d’accepter que le dictateur puisse, selon la proposition de Paris, rester dans son pays s’il quitte le pouvoir. 

«L’ambiguïté constructive». Cette notion, qui a sa définition dans le monde de la finance et celui des relations internationales, est aujourd’hui à l’œuvre en Libye. Il s’agit, si l’on ose une explication succincte, d’atteindre un objectif en brouillant les pistes. Drapée dans de tels atours conceptuels, la diplomatie française ainsi avance, pariant tour à tour sur la force des rebelles, la défection de l’entourage de Mouammar Kadhafi, la mort ou la retraite du dictateur.

Depuis cinq mois, l’objectif demeure : il s’agit de débarrasser la Libye de son Guide. Mais comme aucune opération militaire de l’Otan ou des rebelles n’est parvenue à imposer une solution sur le terrain, la France multiplie les propositions pour tenter de convaincre Kadhafi d’abandonner le pouvoir.

Après avoir longtemps repoussé cette idée, Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères, vient de déclarer sur LCI : «L’une des hypothèses envisagées, c’est qu’il (Kadhafi) séjourne en Libye à une condition : qu’il se mette à l’écart de la vie politique libyenne.» Le Guide, croit-on comprendre, irait séjourner loin de Tripoli, pourquoi pas sous une tente dans le désert. Non, comme l’avait d’abord proposé le ministre de la Défense, Gérard Longuet, «dans une autre pièce de son palais, avec un autre titre ». Et pas à l’étranger, puisqu’il est sous un mandat de la justice internationale.

«Jamais je ne quitterai la terre de mes ancêtres », répète de son côté le dictateur. Il a en outre expliqué qu’on ne pouvait le comparer à un autre chef d’État, car, selon la folle rhétorique de son livre vert, il est un Libyen parmi les Libyens qui ne fait qu’exprimer le pouvoir et l’amour de son peuple. Les diplomates occidentaux ont du mal à comprendre. Mais après 42 ans de dictature, les combattants libyens savent, eux, qu’ils gagneront ou mourront, et qu’il en sera de même pour Kadhafi. «Le plus important, vient certes d’affirmer pour la première fois le représentant de la rébellion, Mahmoud Jibril, est que Kadhafi quitte le pouvoir. Mais, a-t-il ajouté pour sortir de l’ambiguïté constructive, «ceux qui décideront finalement, ce sera le peuple libyen ». Ce peuple désormais armé, qui rêve de vengeance.

Source: http://www.lefigaro.fr/

23/07/2011

Le « Palmier des Savoirs »… Une école musulmane bénie par l’Education Nationale.

Décidément, Bordeaux devient le laboratoire de l’islamisation de la France; de NOTRE France… Merci m’sieur Juppé!

FDF

.

Des fonctionnaires de l’éducation nationale pour encadrer une école musulmane à Bordeaux!

« Un projet embryonnaire pour l’instant », affirme Abderrahim Guantaoui, le secrétaire de l’association bordelaise « Le Palmier des Savoirs » qui s’est déclarée à la préfecture de la Gironde le 28 juin dernier. Pas tout à fait non plus à l’état fœtal cependant mais déjà plus développé. « Le Palmier des Savoirs » a pour objet « la formation et l’éducation, et notamment la création et la gestion de tous établissements périscolaires et/ou scolaires, maternelles, primaires et secondaires ». Ce projet commencera par l’ouverture d’une classe de maternelle avec un effectif d’une quinzaine d’enfants.

« Un noyau, une graine, d’où pourra germer un véritable groupe scolaire », selon monsieur Guantaoui. « Nous avons la promesse des mosquées de Bordeaux et alentours (six au total) (et conséquemment la bénédiction de l’UOIF(1) et de nombreuses familles musulmanes quant au financement de ce projet ; nous souhaitons rester indépendants et nous ne pensons pas, dans un premier temps, faire appel à la municipalité de Bordeaux. Toutefois, à terme, nous voulons que nos établissements privés soient sous contrat ».

Ce qui, évidemment, symboliquement et financièrement, n’est pas neutre… Encadrée par des professionnels de l’éducation, cette première maternelle vise « l’excellence ». « De nombreux enseignants nous soutiennent et sont prêts à participer à ce projet ».

Rien là en fait d’étonnant puisque Abderrahim Guantaoui, ainsi que le président (monsieur Nouri) de cette association, qui gérera les lieux, sont des conseillers principaux d’éducation titularisés attachés au rectorat de l’Académie de Bordeaux et attendent pour l’instant leurs affectations pour la rentrée prochaine, probablement dans des zones de remplacement !

On peut se demander ce que pensera le SNES FSU lorsque  les enseignantes de ce groupe scolaire en formation participeront voilées aux corrections des épreuves du brevet ou du bac. Rappelons que le syndicat précité a poussé des cris d’orfraie lorsqu’en Poitou-Charentes des professeurs de l’enseignement privé sous contrat ont corrigés des copies alors qu’elles portaient leur habit religieux. La loi du 15 mars 2004 stipulant que « tout signe ostentatoire d’appartenance à une religion est interdite dans les établissements scolaires », l’épiderme laïcard de la FERC-CGT, de la FSU, du SGEN-CFDT et de l’UNSA Education, sera-t-il aussi sensible face aux signes ostentatoires islamiques ?

Quant à l’emplacement de cette école coranique « le mieux, l’idéal serait pour nous à Bordeaux centre », ajoute Abderrahim Guantaoui. « A défaut, le quartier du Grand Parcconviendrait très bien, puisque nous serions ainsi à proximité immédiate d’une population concernée »« Nous avons la nécessité d’un espace extérieur, c’est-à-dire d’une cour de récréation, d’au moins une salle, d’un gymnase et d’un lieu de restauration adapté, un lieu qui nous permette de nous développer ». On voit mal comment cette association, qui gérera cette école, puisse se passer de l’accord des opérateurs institutionnels locaux dans cette zone de 9496 habitants et près de 53% d’HLM avec un « urbanisme affinitaire »

Bien qu’aucune date ne soit pour l’instant retenue quant à l’ouverture de cet établissement, « Le Palmier des Savoirs » indique que « seul manque pour l’instant la détermination de l’endroit adéquat ». En fait le projet est déjà bien avancé puisqu’un planning des activités périscolaires est d’ores et déjà organisé : soutien scolaire le soir et le mercredi après-midi, cours d’arabe pour adultes et enfants le dimanche etc.

A en juger par les réactions spontanées et positives de la communauté musulmane de Bordeaux qui s’expriment sur différents réseaux sociaux et les forums qui lui sont destinés, personne ne peut plus douter de la détermination du « Palmier des Savoirs », de leurs réseaux. Personne ne peut plus dire dès à présent que ce projet est un fantasme ou un épouvantail monté en épingle par les opposants à l’islamisation organisée et ainsi pratiquée.La mairie de Bordeaux, le rectorat, le conseil général doivent désormais établir clairement leur position quant à ce sujet face à une possible montée au créneau des bordelais et autres habitants de la CUB mis bientôt au pied du mur d’une confrontation culturelle et éducative et qui s’interrogent légitimement sur le surcroît d’impôts que représente ce projet (aides, subventions « voilées », taxes foncières, taxes d’habitations que ne manqueront pas de concocter les très chères officines institutionnelles, laïques, paraît-il).

1)  Union des Organisations Islamiques de France, émanation du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche dirigé par le sulfureux Cheikh Youssef Al Qardaoui, islamiste notoire, vénéré dans tous les pays musulmans.

Le Conseil européen pour la fatwa et la recherche est une fondation musulmane privée dont le siège se situe à Dublin, en Irlande. Il a vu le jour les 29 et 30 mars 1997 à l’initiative de l’Union des organisations islamiques en Europe (UOIE). Composé de membres cooptés dont les deux tiers résident en Europe, il est dirigé par le Qatariote d’origine égyptienne Youssef Al-Qardaoui.

Source: http://puteaux-libre.over-blog.com/

22/07/2011

Sus aux collabos ! Au temps où il existait un Etat Français…

Encore un fait de haute trahison…

Il a déjà vendu Bordeaux aux musulmans, Juppé; maintenant qu’il est sous l’aile de Sarkö Ier, il peut brader la France; du moins ce qu’il en reste… Mais attention à ne pas faire n’importe quoi. En France, ce sont les Français qui votent. Et parmi eux, une grande majorité est encore (fort heureusement), « de souche ». Et le Français on peut le prendre pour un con; mais pas trop longtemps… Il existe encore dans l’Hexagone, une foultitude de patriotes, de résistants. En fait, il y en a de plus en plus. Alors, faites attention, monsieur Juppé; ne faites pas n’importe quoi. La France gronde déjà assez comme ça…

FDF

.

Alain Juppé va proposer d’abandonner l’expression « Etat Français » !

Pourquoi « le meilleur d’entre nous » a-t-il un air si bête ?

Un français sur trois a des grands parents étrangers, dix à quinze pour cent de la population française est issue de l’immigration du Maghreb et d’Afrique (et ce n’est pas fini), la première religion pratiquée en France est l’islam, et la seconde langue parlée à Marseille est… le français.

Devant ces chiffres édifiants, Alain Juppé a émis des réserves sur la formule « Etat Français », en indiquant qu’il pouvait heurter une partie importante de la population qui ne se reconnait pas dans cette appellation.

Cette dépêche de Drzz, qui risque hélas de se vérifier plus vite qu’on le croit si jamais la gauche était élue, vient illustrer une autre dépêche :

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, aurait émis des réserves, selon une dépêche de l’Agence France Presse du 18 juillet 2011, sur la formule « Etat Juif » en indiquant qu’aujourd’hui en Israël, « il y a des Juifs mais aussi des Arabes »…
Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien vers cet article :
© Jean-Patrick Grumberg pour Drzz.fr Source: Jean-Patrick Grumberg
Et merci à Fred pour cette info qui m’avait échappée… Dessin de Bergolix.
FDF

20/07/2011

Un journal de guerre ? En France ? En 2011 ?

Pat Quartier se déchaîne… Et ça « frite » grave…

FDF

.

Les connards déchaînés…

« Libération » est un journal de guerre propagandiste contre Israël.

Rien de surprenant que ce quotidien soutienne les « courageux » militants qui se pressent aux frontières  maritimes de Gaza et ceux qui cherchent à pénétrer à l’intérieur du territoire d’Israël via son aéroport, sachant que les sanctions risquées sont minimes, puisque « démocratie, humanisme et retenue » obligent Israël.

Ainsi « Libération » s’offusque, s’indigne, trépigne,  mon dieu quelle honte, que la Compagnie « Air France » soit « aux ordres d’Israël» qui a eu l’audace de refuser d’accueillir quelques centaines de ceux qui confondent Tel-Aviv et banlieues francaises transformées en « ZKP ». (Zone de Karchérisation Prioritaire).

L’intelligence et le bon droit se trouvant nécessairement du côté des collaborateurs d’Alain Juppé, -traduire le Quai d’Orsay-, des fonctionnaires auraient signalé «  la fragilité légale d’Air France qui ne peut évoquer aucun support  pour justifier un tel comportement. »

Qu’en termes choisis ces mots sont bien dits.

« Libération » restant sous le couvert de  l’anonymat et de l’information partielle, ne dira pas qui sont ces fameux fonctionnaires ni surtout combien ils sont à exprimer une opinion loin d’être majoritaire.

Belle hypocrisie d’utilisation de jargon juridique destiné à l’épate pour faire valoir une prétendue violation du Droit, aucun Etat digne de ce nom ne pouvant admettre de se faire envahir par des bandes organiséees de « jeunes » ayant la ferme volonté  de contester par tous moyens ses lois et  sa politique sur son propre territoire.

Bref, la lecture de cet article  est présentée sous l’angle trompeur visant à indisposer contre Israël le lecteur de base :

D’un côté des braves gens respectueux de la légalité, de l’autre un Etat-voyou agissant dans un cadre arbitraire dédaignant les avis éclairés d’un Haut-fonctionnaire français.

Ce journal de propagande destiné aux idiots utiles qui n’ont pu se prévaloir d’aucun succès, enrage au point de chercher en Israël ses sources de contestation légitimes..

C’est de bonne guerre : « Libération » ira s’enquérir de fabriquer son information auprès du plus gauchiste, du plus extrêmiste de tous les  journalistes du pays, Gideon Levi du journal « Haaretz »  lequel fait état, en bon maestro de la trahison qui se respecte, « d’une réponse hystérique d’Israël à tout mouvement de protestation ».

Pas un mot  pour énoncer une vérité première simple : l’écrasante majorité du peuple israélien et de ses journalistes vomissent les islamo-gauchistes de cette flottile, fut-elle encensée par une minable ultra-minorité de traîtres à la Nation.

La « Pravda », organe de Presse du PC Soviétique n’agissait pas autrement, l’important n’étant pas de tromper le lecteur, mais d’imposer son point de vue propagandiste

Suite et source: http://tinyurl.com/3vyuyda

13/07/2011

Libye: la France continue le massacre…

Il est certain que l’intervention française en Libye ne nous coûte pas encore assez cher… Il faut continuer cette guerre avec l’argent du contribuable à qui on vide encore les poches avec des augmentations de toutes sortes (essence, etc…) et non-revalorisations d’aides (SMIC, par exemple). Mais à quoi pensent nos dirigeants?

Et la France? Elle n’a besoin de rien, par hasard ??? Ben si: que l’on se penche sur ce qui préoccupe son peuple… Quoi de plus légitime?

FDF

.

L’intervention française en Libye se poursuivra

Le PS, avec quelques réserves, a voté avec la majorité pour le maintien de l’engagement militaire.

Les députés ont donné leur feu vert mardi, par 482 voix contre 27, à la poursuite des opérations militaires lancées en Libye le 19 mars dernier, au surlendemain du vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU. Un vote dont l’issue comportait d’autant moins de surprise que le Parti socialiste avait annoncé son intention d’appuyer le renouvellement de l’engagement français. La consigne n’a toutefois pas été suivie par quelques députés PS, tel Henri Emmanuelli (Landes) qui s’est prononcé contre, «au nom de la liberté des peuples à s’autodéterminer». Les communistes ont voté contre.

Pour François Fillon qui est intervenu en ouverture des débats, «nous n’avons jamais dit ou pensé que l’intervention en Libye allait être facile et se conclure en quelques jours». Il ne faut donc pas relâcher l’effort – telle est la pointe de l’argumentation développée par les intervenants de la majorité. «Kadhafi est acculé. Le point de rupture n’est pas encore atteint mais c’est maintenant qu’il faut être plus ferme que jamais», a dit le premier ministre en demandant aux députés la poursuite des opérations. Pour le chef du gouvernement, le premier objectif, éviter un bain de sang à Benghazi, le fief des rebelles, a été atteint. «Partout, les Libyens libres gagnent du terrain», a-t-il insisté, jugeant que «Kadhafi est acculé».

Le sort du dirigeant libyen, qui doit être «mis à l’écart», a été rappelé par Alain Juppé. Ce départ, a-t-il souligné, figure parmi «les paramètres d’une solution politique qui sont agréés par tous», ou presque, les États-Unis, l’Union européenne et, malgré encore quelques réticences d’affichage, par l’Union africaine. «Quand et comment Kadhafi doit partir? C’est encore le pas qui reste à faire», a une nouvelle fois déclaré le chef de la diplomatie. «Nous préparons intensément le jour d’après», a-t-il ajouté, mentionnant la nécessaire mise en place d’un gouvernement de transition. Et «espérant» se rendre bientôt à Benghazi.

Du côté de l’opposition socialiste, l’appui à l’intervention a été tempéré par des «réserves et des critiques». Ces dernières ont notamment porté sur le «flou» des objectifs de guerre, la «grande absence» de l’Europe, le manque d’un «juste retour» des Américains et les pistes encore peu avérées d’une sortie politique. «Nous ne voulons rien compromettre mais que l’on nous précise les choses», a réclamé Pierre Moscovici (PS, Doubs), en marge du débat. À la tribune, Bernard Cazeneuve (PS, Manche) a d’ailleurs réclamé une «clause de revoyure en septembre».

Une facture de plus de 100 millions d’euros !

Chargé de porter la parole socialiste dans ce débat, l’élu de la Manche a également évoqué la facture de l’intervention militaire, de plus de 100 millions d’euros à ce jour…

Suite et source: http://tinyurl.com/5s4lwvg

09/07/2011

La France n’a plus les Américains derrière elle en Libye. Mais continue la guerre…

En France, on est cons… Enfin, quand je dis « on », je ne parle pas du peuple…

Les Américains se sont cassé les dents au Vietnam. Les Américains, après les Russes, prennent une tôle en Afghanistan. Ils vont en partir. En Libye, les Américains ont compris. Il ne reste plus qu’un pays qui continue la guerre en armant les forces rebelles: c’est la France. Le « seigneur de guerre » Français ne veut pas rester sur un échec; même si ça coute des vies « dommages collatéraux » et énormément de fric aux contribuables. La France aime bien continuer à être la risée du monde. La France n’a pas encore remarqué que c’est sur SON TERRITOIRE que beaucoup de problèmes sont à régler. La France entretien une guerre civile en Libye. Alors qu’elle est sur le point d’exploser sur ses propres terres..

Et quand je dis la France, je n’évoque pas les Français…

FDF

Après la Russie et le Royaume-Uni, c’est au tour du Congrès américain de prendre ses distances avec l’initiative française d’armer les rebelles.

Click here to find out more!

Après avoir fustigé l’intervention américaine en Irak, la France jouerait-elle désormais le mauvais rôle en Libye ? Paris se trouve en tout cas chaque jour davantage isolé auprès de ses alliés, en dépit de l’annonce mardi de l’abandon du parachutage français d’armes aux rebelles libyens. Après la Russie et le Royaume-Uni, c’est maintenant au tour des États-Unis de prendre leurs distances avec l’initiative française. En effet, la Chambre américaine des représentants a voté jeudi un amendement interdisant au Pentagone de fournir tout équipement, entraînement ou soutien militaire aux opposants de Muammar Kadhafi, sans pour autant couper les fonds nécessaires à la poursuite de la guerre en Libye. À l’origine du vote, le représentant républicain Tom Cole, qui a insisté sur la « responsabilité du Congrès (…) à mettre fin à cette aventure irréfléchie en Libye ».

Pour Jean-Vincent Brisset, directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) et ancien militaire de haut rang dans l’armée de l’air, ce vote possède à la fois des portées intérieures et internationales. « Il s’agit d’une réaction logique du Congrès américain qui n’a pas été consulté au moment de l’engagement américain en Libye », explique le chercheur. « Mais c’est aussi un sérieux rappel à l’ordre vis-à-vis de la France et de son interprétation extrêmement limite de la résolution 1973 de l’ONU. »

Des missiles en guise d’aide

Les résolutions 1970 et 1973, qui ont ouvert la voie à une intervention occidentale en Libye, sont notamment censées, d’une part, prévoir une zone d’exclusion aérienne visant les forces du colonel Kadhafi et, de l’autre, mettre en oeuvre « tous les moyens nécessaires » pour éviter des exactions contre les populations civiles. Des « moyens » qui ont donc pris la forme de lance-roquettes, de fusils d’assaut, de mitrailleuses et de missiles antichars parachutés par avion dans la région montagneuse du djebel Nefoussa, au sud de Tripoli, a-t-on appris le 28 juin dernier dans les colonnes du Figaro.

Or, c’est avec des mots très durs que Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a condamné publiquement le 1er juillet l’initiative française, devant un Alain Juppé médusé. Pour le chef de la diplomatie du Kremlin, qui a dénoncé une « violation grave de la résolution 1970 », cette résolution permettrait en réalité « à n’importe qui de faire n’importe quoi, n’importe quand ». Faux, répond le ministre français des Affaires étrangères, qui met en avant la situation « extrêmement précaire » des populations attaquées par Kadhafi pour expliquer le geste français, qui, selon lui, rentre donc « exactement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ». Mais Paris était loin de se douter que la gronde irait jusqu’à gagner son principal partenaire en Libye, c’est-à-dire le Royaume-Uni.

« Une guerre civile »

« Cette résolution ne prévoyait pas d’armer un camp contre un autre dans une guerre civile, à l’intérieur d’un pays dont on avait oublié qu’il n’avait pas vocation à rester uni », estime Jean-Vincent Brisset, qui pense que l’on sous-estime les soutiens dont dispose encore Muammar Kadhafi dans le pays. Tandis que le conflit va bientôt entrer dans son quatrième mois et que Tripoli est toujours aux mains du colonel Kadhafi, cette dernière polémique ne symbolise-t-elle pas l’enlisement d’une coalition dont l’intervention ne devait pourtant pas dépasser la quinzaine de jours, dixit les membres du Conseil national de transition libyen, réunis en mars à Paris ? Et l’ancien pilote de chasse de mettre en cause certaines décisions politiques : « Peut-être les gouvernements engagés auraient-ils dû se concerter avec de véritables connaisseurs de la Libye avant de s’engager. »

Source: http://www.lepoint.fr/

Le terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

« Une République irréprochable« , promettait Sarközy.

A moins d’un an des présidentielles en France, le bilan Sarközien est vite épluché. Ce qui suit devrait faire réfléchir le peuple de France… Et lui permettre de ne pas pas se laisser prendre au piège une nouvelle fois…Mais ce n’est pas une raison pour voter socialo-momo. Vous devinez ce qui reste?

FDF

.

Les 36 scandales de la République irréprochable…

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir.

Diké

Lu Kabylie.net

A l’heure où l’homme est à nouveau candidat et use de tous les artifices pour sa survie à l’Elysée, voici une liste, qui s’allongera encore d’ici le 6 mai 2012, de ces affaires qui polluent la Sarkofrance depuis plus de 4 ans.

Certaines affaires ne datent pas d’hier (cf. 23, 24 et 27), mais leurs auteurs ont été promus sous Nicolas Sarkozy pour des raisons de politique interne à l’UMP.

Depuis 2007, les médias nous informent régulièrement d’affaires ou de possibles scandales impliquant des ministres des gouvernements Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Bien sûr, la plupart de ces informations n’ont pas été suivies de condamnations judiciaires et pourraient faire l’objet d’attaques en diffamation si nous n’étions pas prudents quant aux termes employés pour les rappeler.

Cependant, à moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, il importe de garder à l’esprit tous ces scandales de la « République irréprochable » prônée par Nicolas Sarkozy, qu’ils soient avérés ou simplement dénoncés par les médias.

1. En pleine révolution tunisienne, Michèle Alliot-Marie propose le 11 janvier 2011 à l’Assemblée nationale que « le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type ». La livraison de grenades lacrymogènes aurait finalement été annulée par la ministre le 18 janvier 2011, soit quatre jours après la fuite de Ben Ali.

2. Mais Le Canard enchaîné révèle aussi que Michèle Alliot-Marie a passé ses vacances de fin d’année en Tunisie, alors que les Tunisiens avaient déjà commencé leur révolution. Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, et ses parents auraient effectué deux trajets dans le jet privé d’ Aziz Miled, un homme d’affaires qui aurait été proche de la famille Ben Ali-Trabelsi. Il aurait même été question d’une transaction immobilière en Tunisie. Mediapart a ajouté que Michèle Alliot-Marie se serait également entretenue au téléphone avec « le président en fuite » pendant ses vacances. Elle a finalement démissionné.

3. L’affaire Visionex concerne une société qui aurait proposé à des cafetiers l’achat de bornes internet qui, selon l’accusation, seraient en fait des machines à sous permettant des paris clandestins. Une enquête pour infraction à la législation sur les jeux de hasard a été ouverte. Mais le 6 octobre dernier, Le Canard enchaîné a révélé que lors d’une perquisition effectuée chez David Sénat (mis en examen le 1er octobre 2010) les policiers de la brigade de répression du banditisme auraient trouvé une lettre écrite en juillet 2008 par Michèle Alliot-Marie, annotée par Rachida Dati, alors ministre de la Justice, pour demander de « clôturer les investigations dans le cadre de la commission rogatoire, car la bonne foi a été prouvée ». Or, l’enquête impliquait le fils de l’ancien garde des Sceaux Albin Chalandon, Fabien Chalandon, mis en examen le 20 mai 2010. Rachida Dati a dit qu’il s’agissait d’une déclaration mensongère et qu’elle envisageait de porter plainte.

4. D’après Le Canard Enchaîné, deux frères de Fadela Amara auraient occupé son logement de fonction de 120 m² (trois pièces, un bureau, deux salles de bains et un cuisinier à disposition) à Paris pendant plusieurs semaines, un hébergement de ses proches aux frais de la République.

5 . Le Canard enchaîné a révélé que Christian Blanc a fait acheter sur le budget de son secrétariat d’État pour 12.000 € de cigares en dix mois. Il aurait remboursé 3.500 euros correspondant, selon ses dires, à sa « consommation personnelle », avant de rembourser la totalité de la dépense…

6. Le Canard enchaîné a révélé en juin 2010 que Jeannette Bougrab avait fait doubler son indemnité de présidente de la HALDE (de 6.900 à 14.000 euros mensuels). Après qu’elle ait déposé plainte pour diffamation, le tribunal correctionnel de Paris l’a déboutée soulignant que l’enquête du Canard enchaîné était sérieuse et que les chiffres déclarés étaient « tout sauf fantaisistes ».

7. La mission sur la mondialisation confiée à Christine Boutin par l’Élysée. L’ex-ministre était rémunérée 9.500 euros par mois pour cette mission (dont certains professionnels jugeaient qu’elle ne présentait qu’un intérêt mesuré), auxquels elle a ensuite renoncé, et qu’elle cumulait avec sa retraite mensuelle de députée et de conseillère générale.

8. Nous connaissons les positions de Christine Boutin sur l’homosexualité, dans son livre Le Mariage des homosexuels (paru en 1998), Christine Boutin pose la question : « où placera-t-on la frontière, pour un enfant adopté, entre l’homosexualité et la pédophilie ? ». Mais n’oublions pas l’opposition de Luc Châtel à la diffusion du court-métrage d’animation « Le Baiser de la lune » dans les écoles, destiné à la prévention contre l’homophobie, et la manière dont Valérie Pécresse aurait poussé Roger Karoutchi à faire son « coming-out » lors de l’investiture UMP pour les élections régionales en Ile-de-France, en sous-entendant qu’un chef de région était d’abord un chef de famille, ce que M. Karoutchi ne pouvait pas être… Enfin, notons que l’actuel ministre de la Défense et des anciens combattants, Gérard Longuet, aurait fait un rapprochement entre homosexualité et pédophilie, en juillet 2008, au Sénat. Il ne souvient pas avoir tenu ces propos.

9. Marc Robert, procureur de la République de Riom depuis 2000, a été muté (en 2009) car il aurait critiqué la réforme de la carte judiciaire conduite par Rachida Dati, un procédé appelé « promotion-sanction ». Or, le 30 décembre 2010 le Conseil d ?État a annulé le décret de mutation de Marc Robert (qui avait déjà été muté à Paris) au motif qu’elle était irrégulière. Il est à nouveau Procureur de la République de Riom depuis le 30 mars 2011.

10. Le Canard enchaîné a révélé que Christian Estrosi aurait annulé les réservations d’un vol régulier d’Air France qui aurait dû le conduire , lui et une délégation d’élus et de journalistes, à Washington. Il aurait fait louer à la place un Falcon 900 car les horaires du vol d’Air France ne lui auraient pas permis d’assister à un cocktail organisé à l’Élysée. Le Canard enchaîné a indiqué que ce changement de programme a coûté la somme de 138.000 euros à l’État. Christian Estrosi a présenté ses excuses.

11. Le Canard enchaîné a également révélé que Christian Estrosi aurait occupé deux logements de fonction : un appartement à Bercy et un un hôtel particulier parisien de 2.900 m² (avec cuisinier) appartenant à la République, et que sa fille aurait occupé. Il a invité la presse à se rendre dans ce logement, pour s’expliquer sur cette information…

12. Le Canard enchaîné a pointé du doigt l’économe Pénélope Fillon qui aurait utilisé un jet privé pour se rendre à Roscoff (Manche) où avait lieu le baptême d’un navire de la flottille des Britanny Ferries qui fait le lien entre la France et l’Angleterre. Coût du vol : 10.000 euros. Elle n’aurait pas voulu prendre le TGV, dont le coût n’aurait été que de 130 euros aller-retour.

13. Fin septembre 2008, François Fillon et sa famille étaient sur le trajet retour d’un « week-end privé » dans la Sarthe quand un avion de tourisme aurait frôlé l’avion du Premier ministre. Problème : les coûteux avions de la République doivent être utilisés dans un cadre strictement professionnel… Le Premier ministre semble avoir pour habitude de se rendre dans son château de la Sarthe en Falcon, alors que cette résidence est à 1h20 de Paris en TGV.

14. Le Canard enchaîné a révélé que le Premier ministre et sa famille auraient séjourné à titre privé, lors des fêtes de fin d’année 2010, en Égypte dans des hôtels luxueux d’Assouan. Ils auraient été invités par Hosni Moubarak, président déchu suite à la révolution égyptienne.

15. Lors de ses vacances italiennes (en Toscane), François Fillon aurait obtenu le prêt d’une Ferrari bleue pour la journée, et ce gratuitement, auprès du patron de la marque (Charlie Hebdo).

16. Une femme qui se trouvait à moto sur la rocade de Rennes, le 19 mai 2009, a été doublée par un 4×4 avec quatre jeunes à bord, dont le conducteur était le fils de François Fillon, Edouard Fillon. Ceux-ci se sont amusés « à la coller », suffisamment pour que la moto soit rayée à l’arrière, puis ont pris la fuite. Elle a indiqué : « J’ai vraiment eu la trouille de ma vie, Il y avait deux jeunes hommes à l’avant. Ils m’ont collée. Moi, je roulais en appui contre la voiture. Un moment, ils ont ralenti. J’ai accéléré. Ils sont restés derrière moi quelques instants avant de me dépasser à nouveau. Là, j’ai eu droit à diverses insultes. » (JDD) Le lendemain, elle a déposé plainte au commissariat de Rennes avec le numéro d’immatriculation du véhicule qu’elle avait relevé. Le fils de François Fillon mis en cause n’a fait l’objet que d’un rappel à la loi, le 16 septembre, par un délégué du procureur.

17. Le 28 février 2011, le site internet Lesinrocks.com révèle que Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a passé les fêtes de fin d’année en Libye.

18. Brice Hortefeux est condamné le 4 juin 2010 par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d’amende pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine, à 2.000 euros de dommages-intérêts à payer au MRAP, et à la publication d’un communiqué de presse compte tenu de « l’effet délétère sur le lien social d’un tel propos, quand il est tenu par un responsable de si haut niveau ». La phrase incriminée, visant un jeune homme d’origine maghrébine, était la suivante : « Quand y’en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. ».

19. Brice Hortefeux a également été condamné le 17 décembre 2010 par le tribunal de grande instance de Paris pour atteinte à la présomption d’innocence de David Sénat, ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie, devant lui verser un euro de dommages-intérêts. Il avait laissé entendre que David Sénat était à l’origine de fuites au journal Le Monde dans l’affaire Woerth-Bettencourt. Il a fait appel des deux condamnations.

20. Alain Joyandet a fait louer un jet privé pour 116.500 € afin de se rendre en Martinique, où il devait participer à une conférence internationale.

21. Le Canard enchaîné a par ailleurs révélé que le même Alain Joyandet aurait bénéficié d’un permis de construire illégal pour l’agrandissement de sa villa dans le Var. Le ministre a ensuite renoncé à ce permis de construire…

22. Le Canard enchaîné, en 1995, a révélé un document interne de la Ville de Paris, signé de la main d’Alain Juppé, donnant ordre à ses services de diminuer le loyer de son fils Laurent Juppé qui habitait un appartement de 189 m² appartenant à la Ville de Paris (rue Jacob, dans le 6ème arrondissement, commune la plus chère de France). Des travaux, pour un montant de plusieurs millions de francs, effectués aux frais des contribuables, y ont par ailleurs été effectués. Une plainte pour « prise illégale d’intérêts » a été déposée par l’Association des contribuables parisiens créée ad hoc par Arnaud Montebourg. Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la République de Paris, Bruno Cotte, qui a considéré que le délit de « prise illégale d’intérêts » était établi. Il a annoncé cependant son intention de classer le dossier si Alain Juppé quittait cet appartement. Le procureur général près la cour d’appel de Paris, Jean-François Burgelin, a publié alors un communiqué, approuvé par le ministère de la Justice, affirmant que l’infraction n’était pas constituée et qu’elle était de toute façon prescrite. Cependant, la décision de classement a imposé à Alain Juppé de déménager. Le 28 août 1995, le Garde des Sceaux, Jacques Toubon, a ordonné à Bruno Cotte de quitter le parquet de Paris (Blog de Laurent Remise)…

23. Dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Alain Juppé a été le 1er décembre 2004 condamné à quatorze mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité par la cour d’appel de Paris. Il avait été d’abord condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre, le 30 janvier 2004, à dix-huit mois de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité.

24. Scandale sur fond de Françafrique et de conflits d’intérêts. En 2009, Pierre Péan, dans son livreLe Monde selon K a révélé que Bernard Kouchner avait eu des activités de conseil auprès des autorités du Gabon (république où l’alternance politique est inexistante) et de la République du Congo (où les élections sont marquées par nombre d’irrégularités) dans le cadre de la réforme du secteur de la santé de ces deux pays. Bernard Kouchner serait aussi intervenu dans le recouvrement de factures pour deux sociétés de conseil, Africa Steps et Imeda, alors même qu’il était ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy.

25. Le 10 mai 2011, le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a demandé une enquête pour « abus d’autorité » contre Christine Lagarde dans l’affaire de l’arbitrage privé ayant débouché sur l’attribution de plusieurs centaines de millions d’euros à Bernard Tapie en 2008. Mais le procureur ferait une erreur factuelle en affirmant que Christine Lagarde aurait décidé d’un arbitrage en mai 2007, puisqu’elle était à l’époque ministre de l’Agriculture et non des Finances, poste qu’elle occupera à partir du 19 juin 2007. Ce serait Jean-Louis Borloo, ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi du 18 mai au 19 juin 2007 qui devrait donc être visé. Nous précisons que Jean-Louis Borloo a été l’avocat de Bernard Tapie mais qu’il serait aussi un ami très proche. Une enquête préliminaire sur d’éventuels « abus de pouvoirs sociaux » dans l’affaire Lagarde-Tapie vient d’être ouverte. Elle vise les décisions prises par des hauts fonctionnaires (Jean-François Rocchi et Bernard Scemana), qui auraient dissimulé des éléments de la procédure d’arbitrage et ajouté dans le projet d’arbitrage la notion de préjudice moral (chiffrée à 45 millions d’euros pour les époux Tapie). La Cour de justice de la République a mis en délibéré au 8 juillet sa décision sur une éventuelle ouverture d ?enquête contre Christine Lagarde.

26. Très récemment, Mme Lagarde a déclaré sa candidature à la direction du Fonds Monétaire International (FMI), pour succéder à Dominique Strauss-Kahn, inculpé par la justice américaine. Obtenir ce poste nécessite de mener une campagne d’auto-publicité dans le monde entier. Or, comme l’ont pointé de nombreux journaux, non seulement Christine Lagarde consacre du temps (théoriquement dédié à son poste de ministre de l’Économie) mais aussi de l’argent public à cette cause. Le 16 juin 2011, l’Expansion avançait le chiffre de 150.000 euros pour le coût en argent public de cette campagne pour un poste pourtant privé. Mme Lagarde, qui touchera 35.000 euros par mois si elle devient directrice générale du FMI, continue de percevoir pendant sa campagne son salaire de ministre : plus de 20.000 euros par mois.

27. Gérard Longuet est connu pour différentes affaires judiciaires pour lesquelles il n’a jamais été condamné. Ainsi, il a été mis en examen en 1995 dans l’enquête sur le financement occulte du Parti républicain mais il a bénéficié d’un non-lieu le 8 mars 2010, en partie grâce à la loi d’amnistie de 1990 sur les financements politiques. Dans une affaire concernant la construction de sa villa de Saint-Tropez où il est accusé de « recel d’abus de crédit », le ministre est relaxé en première instance, puis par la cour d’appel de Paris en 1998. Il a également été mis en garde à vue en mai 2001, pour recel de corruption dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France mais il est relaxé en 2005.

28. En 2010, Gérard Longuet s’oppose à la nomination de Malek Boutih à la tête de la HALDE car il considère qu’« il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes », excluant ainsi M. Boutih d’un « corps français traditionnel » supposé.

29. Le quotidien La République du centre a révélé qu’Olivier Marleix, conseiller technique du président de la République et fils de l’ancien ministre Alain Marleix, circulait à bord d’une voiture du parc automobile de l’Élysée lorsqu’il a été arrêté par les gendarmes pour avoir circulé à 119 km/h au lieu des 70 autorisés. Il aurait fait valoir ses relations auprès des militaires et leur aurait comprendre qu’il serait « préférable de classer l’incident ». M. Marleix a démenti ; il a affirmé que le gendarme l’ayant reconnu en tant que Maire d’Anet, aurait spontanément renoncé à le verbaliser.

30. Le site Rue89 nous a informé qu’une employée de 36 ans du Printemps de Nancy aurait été licenciée suite à une altercation avec Nadine Morano. Dans un communiqué, Nadine Morano a réfuté être à l’origine de ce licenciement, qui aurait relevé selon elle de la seule appréciation de l’employeur… Mme Morano avait fait venir le directeur du magasin pour l’informer du comportement de cette employée… ce qui aurait entraîné son licenciement.

31. Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie, ancien président de l’Assemblée nationale, ministre des relations avec le Parlement depuis le 14 novembre 2010 est aussi un ami de Mouammar Khadafi, et est à la tête du groupe d’amitié France-Libye à l’Assemblée nationale.

32. Le 22 juin 2011, Georges Tron est mis en examen pour « viols et agressions sexuelles en réunion » sur deux employées de sa Mairie de Draveil. Il est placé sous contrôle judiciaire.

33. La presse a en outre relayé les doutes des élus d’opposition de la ville de Draveil concernant la provenance des fonds qui auraient financé l’installation d’un cabinet de réflexologie de Georges Tron attenant à la mairie.

34. L’épouse d’Éric Woerth, ministre du Budget, aurait, selon les dires de Patrice de Maistre enregistrés par un majordome de Liliane Bettencourt, été engagée pour faire plaisir au ministre, au sein de la société Clymène chargée de gérer le patrimoine de la milliardaire héritière de L’Oréal. Florence Woerth a démissionné le 25 juin 2010 après des accusations de conflits d’intérêt concernant son mari. Le site internet de l’Express a de plus révélé qu’Éric Woerth avait remis la Légion d’honneur à Patrice de Maistre.

35. Éric Woerth a également été critiqué pour le cumul de ses fonctions ministérielles avec celle de trésorier de l’UMP. Or, selon l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claie Thibout, 150.000 euros d’argent liquide, dépassant le plafond légal de 7.500 euros, auraient été remis à Éric Woerth par l’intermédiaire de Patrice de Maistre pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le ministre a annoncé sa démission du poste de trésorier de l’UMP le 13 juillet 2010.

La presse s’est aussi étonnée du fait que bien que la 2e fortune de France ait admis elle-même avoir fraudé le fisc (elle a dit avoir remis de l’ordre dans ses comptes depuis), les services fiscaux, de leur côté, n’ont jamais posé aucune question à Mme Bettencourt sur le sujet…

36. Le Canard enchaîné et Marianne ont révélé qu’Éric Woerth avait autorisé, en mars 2010, la vente de gré à gré d’une parcelle de la forêt domaniale de Compiègne à un prix largement inférieur à celui du marché, à l’association privée Société des courses de Compiègne. Saisi par le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, la Commission des requêtes de la Cour de justice de la République a donné le 13 janvier 2011 un avis favorable à l’ouverture d’une enquête pour « prise illégale d’intérêts ».

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir. »

Cet article, signé Diké, est un terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

Diké

Page suivante »