Francaisdefrance's Blog

08/11/2011

Enterrant ma vie de jeune fille, je me déguise en nonne, et suis agressée… par des musulmans !

Pathétique… C’est ça la France d’aujourd’hui. Honte à ceux qui l’ont laissée agoniser…

FDF

Image d’illustration

.

Cela s’est passé à METZ (France)…

J’ai 28 ans dans peu de temps je me marie, je suis née en France, mon
 père est italien et ma mère française. Le samedi 15 octobre 2011 nous
fêtions mon enterrement de vie de jeune fille avec 5 de mes amies. Nous
arrivons vers 17 heures sur un parking au centre ville de Metz, en
Lorraine. Mes amies en guise de gage décide de me déguiser en bonne
sœur, elle me mette un boa rouge sur les épaules des lunettes roses et
enfin une pancarte humoristique autour du cou qui signifie que je me
marie et je dois être « consommée sans modération. Accoutrée de la
 sorte je devais me promener en ville, un délire entre copines qui a
vite tourné au drame. Nous croisons un premier groupe de jeunes gens
typés Europe occidentale qui s’arrête et nous taquinent, ambiance bonne
 enfant ! Plus loin un couple qui s’esclaffent en nous voyant et criant
: « Attention une nonne cochonne ! » Bref vu mon déguisement je vire
pivoine mais continue mon chemin.
Et là sorti de nulle part je suis empoignée violement puis on
m’arrache mon déguisement sans ménagement en me traitant de tous les
noms, en me disant que je ne respecte rien que j’allais être punie…
Pensez-vous que c’était un catholique extrémiste ? Non, un maghrébin
d’une trentaine d’années, bientôt entouré d’une dizaine de ses
acolytes… Nous étions choquées, interloquées que leur prenaient-ils de
nous agresser ? Eh bien c’est simple ils ont pris mon déguisement pour
une burka, malgré le col blanc et l’évidence que j’étais bien une bonne
 sœur… Une de mes amies essayait en vain de leur dire mais non c’est une
bonne sœur…
La place ou nous nous trouvions étaient noire de monde, les gens
s’étaient immobilisés choqués eux-mêmes parce ce qu’ils voyaient… Nous
avons fui tant bien que mal, cette journée si précieuse à mes yeux
s’est transformée en cauchemar, d’une dizaine de maghrébins ils étaient
passés à une vingtaine, sans qu’on sache comment.
On s’est retrouvées acculées et terrorisées. Nous avons pris nos
jambes à notre cou, j’entends encore les mamies sur un banc qui
 essayaient de raisonner nos agresseurs pendant qu’on prenait la poudre
d’escampette. Plus loin plusieurs personnes nous ont rejoint pour voir
comment nous allions mais c’est quoi le délire ? Des centaines de
personne sur la place et pas un qui bouge pour nous porter secours ?
Qui fait la loi en France ? Une minorité de « racailles » extrémistes ?
Nous sommes un pays laïque et foncièrement chrétien que
veulent-ils de nous ? Ils ne connaissent même pas notre culture!
Comment peut-on confondre une tenue de bonne sœur avec une burka ? Et
le pire c’est qu’ils hurlaient que nous étions des « pétasses racistes
», alors que pas un seul mot n’est sorti de notre bouche.
De la colère, de l’écœurement voilà ce que je ressens. Je
travaille dans le social depuis des années je suis confrontée tout les
jours à cette population maghrébine et j’ai toujours prôné la
tolérance… Il ne faut pas tous les mettre dans le même sac me
direz-vous, mais cette expérience m’a profondément traumatisée et ça a
 cassé quelque chose dans mes valeurs et mes convictions. De la haine,
voilà ce qui m’envahit aujourd’hui. J’ai découvert beaucoup d’autres
témoignages comme le mien sur le net et je prends conscience qu’une
partie de cette population est en train de nous détruire. Et les
politiques, et la justice que font-ils ? C’est la tyrannie de la peur !
C’est eux qui entendent faire la loi, et la font souvent. J’ai honte…
C’est pitoyable, dans quel monde vont vivre nos enfants ?
Merci pour votre lecture.
 Cordialement.
V B.

Reçu par mail et vraisemblablement pillé chez Riposte Laïque.

Ca devrait raviver des souvenirs peu agréables à mon pote Jean-Mi… Désolé, Jean-MI; je n’ai pas pu m’empêcher. Il faut que les VRAIS Français sachent.

FDF

23/10/2011

Mr REBSAMEN, MAIRE PS DE DIJON, NE SE PRÉOCCUPE PAS DU RACISME ANTI BLANC…

Ils veulent « casser du blanc ». Le maire PS ne bronche pas? Ferme les yeux sur une agression raciste anti-blanc? Diffusez au maximum cette info. Merci.

FDF

.

Sans état d’âme aucun…

Voir la vidéo de l’action :
http://www.bloc-identitaire.com/video/459/identitaires-dijonnais-intervention-conseil-municipal-dijon-racisme-anti-blancs

Les militants identitaires interpellent le maire de Dijon au sujet du racisme anti-blanc et se font expulser du conseil municipal !

Depuis plusieurs semaines, les Identitaires de Bourgogne dénoncent l’agression raciste dont a été victime, le 19 août dernier, un adolescent dijonnais, aux cris de « on casse du blanc ! ».

Face au silence déplorable de la municipalité dans cette affaire de racisme anti-blancs, malgré les nombreuses actions de sensibilisation et les sollicitations des élus locaux, les Identitaires n’ont eu d’autre choix que de se rendre eux-mêmes à l’Hôtel de Ville de Dijon afin de questionner le Maire sur son absence de réaction. Une dizaine de militants identitaires s’est donc invitée à une séance publique du conseil municipal, le jeudi 29 septembre, en présence du Maire et de ses conseillers, afin de réclamer une condamnation publique de cette agression et du contexte de racisme anti-blanc dans lequel elle s’inscrit. Au travers d’une prise de parole, les identitaires ont rappelé à Monsieur Rebsamen que le silence entourant cette agression est tout simplement inacceptable, dans la mesure où une véritable levée de boucliers des élus se produit systématiquement lorsque les communautés Maghrébines, Africaines, Juives ou Asiatiques sont touchées par des faits similaires.

Refusant une fois de plus tout dialogue, le Maire a fait expulser les militants identitaires par la force, lesquels ont brandi des pancartes « Halte au racisme anti-blancs » tout en se laissant évacuer pacifiquement. Il semble donc évident que Monsieur Rebsamen accorde davantage d’intérêt à ses ambitions nationales qu’à ses obligations locales, préférant notamment célébrer la petite victoire des sénateurs de gauche sur RTL1 et RMC2 plutôt que de condamner cette agression raciste dans sa propre ville.

En réponse à ce nouveau refus de dialogue de la part du Maire de Dijon, un collage d’autocollants « Stop au racisme anti-blancs » a été immédiatement réalisé dans les rues proches du domicile de ce dernier, afin d’attirer une énième fois son attention sur cette question des plus importantes. Les Identitaires de Bourgogne restent donc déterminés à œuvrer, par tous les moyens légaux à leur disposition, pour une reconnaissance officielle du racisme anti-blancs par l’ensemble de la classe politique, et sa condamnation ferme et définitive.

Voir la vidéo de l’action : http://www.bloc-identitaire.com/video/459/identitaires-dijonnais-intervention-conseil-municipal-dijon-racisme-anti-blancs

09/08/2011

La base de l’islam, c’est la tolérance…

Le ramadan est un pilier de l’islam? La violence aussi, semble t’il…

FDF

.

Agressés à cause du ramadan !



Nous ne dévoilerons pas leur identité dans le but de les protéger. Nous les appellerons donc Najla et Didier. Il est belge de souche, elle est marocaine. Ils sont mariés depuis sept ans. Ce couple mixte qui vit à Schaerbeek, dans le quartier de la place Liedts, a été victime d’une agression raciste mercredi en début de soirée. L’un des auteurs des faits a pu être interpellé par la police de la zone Nord.

Le couple qui habite ce coin multiculturel de Bruxelles depuis plus de trois ans a déjà été souvent confronté aux regards méchants de certains voisins et même à certaines insultes des jeunes du quartier, mais cela n’avait jamais été aussi loin, nous confie Najla en présence de ses parents venus lui rendre visite en Belgique pour quelques jours seulement. “Quand nous marchons en rue avec mon mari, nous sommes souvent victimes d’insultes en arabe. Je n’y ai jamais vraiment prêté attention, même si cela me pèse énormément. Mon mari m’a toujours dit que j’exagérais et qu’il ne nous arriverait rien. Je savais bien pourtant qu’un jour cela se produirait.”

Mercredi en fin de journée, alors que le couple sort faire des courses dans un commerce du quartier, une bande de jeunes se met à insulter Najla en arabe.

Ils m’ont traitée de salope, ils m’ont dit que c’était honteux de ma part d’être avec un Belge. Ils m’ont reproché de ne pas faire le ramadan. Mon mari se trouvait à mes côtés, mais il ne comprenait pas ce qu’ils disaient. Je leur ai répondu que c’est eux qui devraient avoir honte d’insulter les gens en plein ramadan et je leur ai demandé poliment de se calmer. Ils n’ont pas supporté. Ils nous ont alors suivis en rue tout en nous hurlant des insultes. Nous avons continué à marcher pour ne pas leur montrer l’endroit où on habite. Ils ont alors disparu et au moment où nous sommes rentrés chez nous, trente secondes plus tard, trois jeunes ont défoncé la porte de notre immeuble. L’un d’eux m’a giflée et m’a dit qu’il allait m’éduquer. Un autre m’a dit qu’il reviendrait nous frapper une fois qu’il serait l’heure de la rupture du jeûne. Ils ont alors arraché l’extincteur du couloir et voulaient nous frapper avec au moment où, heureusement, notre voisin nous a sauvés en sortant de son appartement. Ils ont alors pris la fuite.”

Les parents de Najla qui repartaient au Maroc hier soir sont sous le choc. Ils craignent pour la sécurité de leur fille. “Les Marocains d’ici sont beaucoup moins tolérants que dans notre pays”, nous confie la maman de la jeune femme de 33 ans.

Quant à Najla, victime de cet acte raciste, elle n’ose plus sortir de chez elle. Elle exprime dans l’article ci-dessous sa colère envers une communauté qui est pourtant la sienne mais en laquelle elle ne se retrouve plus à cause notamment, dit-elle, de ces “gens fermés” .

Rappelons peut-être que la base de l’Islam, c’est la tolérance…

Source: http://www.dhnet.be/