Francaisdefrance's Blog

18/10/2011

Il ne faut pas confondre agents de sécurité et néo-nazis….

Le journalisme se veut impartial. C’est son code de déontologie. Les journalistes, pour la plus-part, ont oublié ces principes de base. Et j’en connais un paquet, pour avoir « travaillé » avec eux. L’article qui suit va vous éclairer sur le sujet…

Le journalisme est devenu de la propagande politique. Dommage… Le devoir d’informer est passé sous la coupole du devoir de propager des idées…

FDF

.

Bal de néonazis en Picardie





Falsification, occultation, diversion, amalgames: tout est bon au Post.f le site islamo marxiste et antisémite pour cacher la réalité du marxisme culturel qui pourrit notre patrie !
Derrière le rideau de propagande mensongère anti patriotique surgit la réalité de l’horreur de la construction du socialisme provoquant misère et terreur pour la très grande majorité du peuple au profit d’une nouvelle bourgeoisie qui, sans états d’âmes, arrête, déporte, affame et fusille !

Laurent Grenoble prétendu « journaliste » du Post.fr est un exemple de cette perpétuelle manipulation marxiste culturelle, copiant collant quasi littéralement des articles de publication d’ultra gauche ; ici le torchon marxiste le « Courrier Picard » dit la Pravda du Nord, focalisés sur le montée inexorable du front National et terrorisés par les sondages qui laissent apparaître des lendemains qui cesseront de chanter pour cette racaille communiste criminelle et antisémite. Nos « journalistes » maxculs  falsifient, occultent, dénoncent des « Nazis » qui n’existent qu’à l’état très insignifiant dans notre pays et dont dans leurs fantasmes délirants de haine de la France, nos abrutiles voudraient faire des généralités! Les fameuses techniques marxistes de l’intox et de la manipulation dispensées dans toutes les bonnes écoles de journalisme de la pensée dominante stalinienne ressortent nettement dans cette affaire.

Le fait qu’il y ait parfois une petite poignée de brebis galeuses au sein de la mouvance nationale ne légitime en rien la démarche du pseudo « journaliste » Laurent Grenoble du Post.fr qui plagie sans vergogne l’article du communiste Georges Charrière, vulgaire porte parole du PCF, d’une subjectivité qui rejoint l’ignorance et la plus pure propagande de désinformation marxiste culturelle. 

D’ailleurs journaliste et communiste, c’est complètement incompatible, la pratique journalistique est un métier et non une activité militante, le communiste est foncièrement incapable de dissocier ses convictions de sa pratique professionnelle.

Décryptage de « l’article » de monsieur Charrière : « SOMME: Bal chez les crânes rasés » 

Dés le départ il ne s’agit pas de « néonazis » comme nous l’affirme le Post.fr, mais de « crânes rasés ».

Monsieur Charrière écrit : « La petite salle des fêtes de Franvillers, dont toutes les vitres ont été occultées, se remplit progressivement. Dans l’entrée, des nervis au crâne rasé, blouson noir sur les épaules et chaussures de sécurité aux pieds »

Chez moi des individus au crane rasé, blouson noir sur les épaules et chaussures de sécurité aux pieds qui garde l’entrée d’une manifestation privée, on n’appelle pas ça des « nervis » mais des agents de sécurité.

On note que monsieur Charrière n’a rien vu de la « soirée » : « Les vitres de la salle des fêtes ont été occultées ».
Mais monsieur Charrières a vu : « Une Clio qui tourne dans la localité, avec à bord, trois jeunes gens tondus ».Bon système de sécurité privée comme il y en a dans toutes les villes de France !

Monsieur Charrière qui n’assistait pas à la soirée nous en fait néanmoins un compte rendu, c’est j’l’ai pas vu, j’l’ai pas lu, mais j’en ai entendu causer ! Mais de qui ce moque môssieur Charrière !
Mais le camarade poursuit son fantasme : « Peu après minuit, une automobile de forte cylindrée (Une Mercedes blindée ?) immatriculée en région parisienne, traverse le village. Serge Ayoub est probablement à son bord. Vers 2 h 30, les participants à la soirée commencent à rentrer chez eux. »

Notons le « probablement » révélateur de son ignorance et de l’amalgame nauséabond pratiqué par ce prétendu « Journaliste ».

Puis le « camarade » Charrières continue dans la désinformation : « Tout commence il y a quelques semaines lorsqu’un discret appel est lancé sur le réseau Facebook par le titulaire d’un profil intitulé «Picard Crew» (équipage picard). Sans plus de précision, il y est annoncé qu’un événement important devrait se dérouler à proximité d’Amiens le 15octobre. » Jusque là on voit que le tovaritch ne sait rien de rien !
Alors il invente et nous affirme sans preuves: « Parmi celles et ceux qui déclarent, sur Internet, être des amis de «Picard crew», nombreux sont ceux qui ne cachent pas leur sympathie pour une idéologie qu’on peut situer à droite du Front national. On y retrouve divers mouvements, tels que les nationalistes autonomes, les identitaires et bien d’autres. »
On peut dire aussi avec ces pseudos raisonnements, que si ma tante en avait, ce serait mon oncle.

Le camarade nous affirme donc qu’il aurait vu plus tard un petit tract tricolore (évidemment si c’est pas un drapeau rouge du sang des 150 millions de victimes du communisme, c’est pas beau !) intitulé «Conférence et concert samedi 15octobre». Le lieu n’y était toujours pas indiqué mais une adresse électronique y figurait. «  C’est à Franvillers que devait se dérouler le rassemblement. Les conférenciers était Thomas Joly, ancien conseiller régional Front national, passé désormais au parti de la France de Carl Lang, lui aussi transfuge du FN qu’il trouvait trop mou ; et Serge Ayoub, également connu sous le nom «Bat Skin», pour les battes de base-ball utilisées comme arme. »
Suivent des délires diffamatoires et des amalgames nauséabonds avec le Ku Kux Klan organisation légale et raciste américaine.

Donnez une note à Georges Charrieres

Monsieur Ayoub est aujourd’hui responsable de  Troisième Voie et du Front populaire solidariste, un syndicat socialiste nationaliste et populaire qui prétendrais  aux dires de môssieur Charrière lutter contre le libéralisme et pour la nation.
Voir ICI : Encore des gros prouts du Pet du Post.fr.
Hors cher « camarade » le Front populaire solidariste déploie dès son origine une forte aspiration régionaliste et européenne, et il critique les nationalismes étroits hérités du XIXème siècle, à l’exact opposé du soit disant « nazisme », qui n’existe que dans votre obsession maladive et celle du Lolo Gros…pet du Post.fr et de L’AFPS communiste de Grenoble. La manipulation mise en place par le Parti Communiste Français est une fois de plus grotesque. Chercher vous par vos nuages de fumée marxistes à faire oublier le futur procès pour incitation à la haine raciale antisémite des 12 de Mulhouse dont je vous parlerez bientôt ?
http://michelalainlabetdebornay.blogspot.com/2010/12/les-12-de-mulhouse-des-scandaleuse.html

http://antisemitenonmerci.blogspot.com/2011/02/normal-0-21-microsoftinternetexplorer4.html

http://antisemitenonmerci.blogspot.com/2011/02/proces-de-lislamo-marxisme-mulhouse-le.html

http://anticommuniste.blogspot.com/2010/11/un-membre-du-conseil-national-du-parti.html

Le procès des douze militant islamo marxistes du collectif communiste et islamiste antisémite Boycott68 a été reporté, au 17 novembre 2011, suite au rejet par la Cour de cassation de la QPC, Question Prioritaire de Constitutionnalité déposée après le procès en Appel de Bordeaux (affaire Sakina Arnaud de la Ligue de Droits de l’Homme l’antisémite définitivement condamnée). La cour de cassation a estimé que la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est conforme à la constitution et garantit la liberté des citoyens.

Michel Alain Labet de Bornay.
PS: Merci à Laurent Grenoble journaliste du Post.fr pour le bon sujet.

Source de la source du Post.fr un article de GEORGES CHARRIÈRES du Courier Picard un torchon communiste.

03/10/2010

Un vigile derrière chaque gendarme et policier ?

S’il faut en arriver là…

FDF

.

Le gouvernement va encadrer la surveillance privée.

En 2014, il y aura en France autant de vigiles que de gendarmes et policiers. Brice Hortefeux va nommer un « Monsieur Sécurité privée » pour encadrer la pratique.

Vigiles, maîtres-chiens, gardes du corps, opérateurs de vidéosurveillance… ils sont aujourd’hui 165 000 en France et leur nombre augmente de 3% chaque année. Les sociétés privées de surveillance ne connaissent pas la crise, bien au contraire.

Face à ce boom, le ministère de l’Intérieur souhaite moraliser et encadrer la profession, parfois accusée de dérives. Par exemple, le fait de garder, d’interroger, de fouiller une personne, est une infraction pénale pour ces agents qui n’ont aucun droit de police, ni de qualification judiciaire. Un délégué interministériel va donc être prochainement nommé place Beauvau. Et un « Conseil national des activités privées de sécurité » sera créé, pour réfléchir à l’harmonisation des pratiques professionnelles, aux moyens de faire respecter l’éthique et la législation. Avec à la clé, d’éventuelles sanctions disciplinaires ou financières pour les sociétés et leur personnel. Le fonctionnement de ce conseil serait financé pour une large partie, par les sociétés privées. La mission de contrôle reviendra, quant à elle, aux policiers et aux gendarmes.

Aujourd’hui déjà, les agents de sécurité remplacent les policiers pour surveiller les préfectures, les tribunaux et même les ministères : le ministère de l’Immigration à Paris, notamment, est gardé par des agents d’une société privée.

« Séquestré par des vigiles pour avoir volé une bière »
Ce projet est plutôt bien accueilli par les syndicats de police. Michel Thooris, membre du syndicat France Police, se réjouit de la nomination de ce « Monsieur Sécurité » : « Depuis quelques années, on a constaté une dérive dramatique en matière de sécurité privée. Je pense à ces vigiles qui ont séquestré et étouffé un monsieur qui avait volé une bière à Carrefour. On assiste à un dérapage extrêmement grave, de certaines sociétés privées qui outrepassent leurs prérogatives. C’est donc très bien qu’on puisse enfin avoir un contrôle de l’autorité publique sur ces sociétés de sécurité privées. »
« Les « employeurs voyous », durement sanctionnés »
Les syndicats s’interrogent cependant sur l’application concrète de ce projet. Pour Erik Biro, policier, membre du syndicat Unsa et salarié de l’entreprise privée Securitas, « il faudrait des mesures fortes, pour que les « employeurs voyous », tous ceux qui trichent, pratiquent le travail clandestin, sous-payent leurs salariés, ne respectent pas l’ensemble du cadre réglementaire, et n’ont donc pas leur place dans la profession, soient durement sanctionnés, quitte à ce qu’ils perdent leur agrément. »
http://www.rmc.fr/editorial/114479/le-gouvernement-va-encadrer-la-surveillance-privee/
Source: http://tinyurl.com/3x2kbhc

29/08/2010

Lutte contre la délinquance: Ouf, ça commence… Mais pas comme on pensait.

Et ben voilà! La RATP en a marre de subir les « bienfaits de l’immigration »… On n’ arme pas encore les agents de sécurité qui en auraient grand besoin, mais c’est un excellent début…Pourvu que d’autres suivent. Il faut que la peur change de camp. Il en est grand temps…

FDF

La RATP veut doter ses agents de sûreté de gilets pare-balles

29.08.2010
La RATP compte quelque 1000 agents de sécurité qui appartiennent au Groupe de protection et de sécurité du réseau (GPSR).
AFP/PIERRE ANDRIEU
La RATP compte quelque 1000 agents de sécurité qui appartiennent au Groupe de protection et de sécurité du réseau (GPSR).

A lui seul le projet donne une idée de la gravité des problèmes de délinquance dans les transports en commun franciliens. La RATP s’apprête ainsi à proposer un gilet pare-balles à ses quelque 1 000 agents de sûreté employés dans le Groupement de protection et de sécurisation des réseaux (GPSR).

Un appel d’offres a été lancé au premier semestre pour que la régie puisse acheter ces équipements. D’après un porte-parole de la direction, « la date limite pour le dépôt de candidatures arrive dans les prochains jours, et les candidatures seront examinées dans les semaines qui suivent ». Le moment où les gilets seront remis reste indéterminé, mais « ce ne sera pas avant la fin de l’année », estime un syndicaliste.

DÉBATS INTERNES

Il y a plusieurs mois, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du GPSR s’était exprimé en faveur de cette initiative, rapporte Philippe Kismoun, délégué syndical central adjoint UNSA-RATP. D’après lui, cette position avait été prise quelque temps après des incidents survenus en Seine-Saint-Denis : des agents du GPSR avaient essuyé des tirs alors qu’ils circulaient en voiture pour accompagner un bus qui dessert des zones urbaines sensibles.

« Nous ne sommes pas à l’abri », commente Olivier Diarra, de la CGT, en relevant que « la délinquance a beaucoup évolué » depuis quelques années : être confronté à des individus qui ont « la gâchette facile » est moins rare qu’avant. M. Diarra affirme que la CGT était déjà « montée au créneau » après les émeutes urbaines de 2005 pour que son service soit doté de gilets pare-balles. « A l’époque, la direction avait refusé », dit-il. Aujourd’hui, cette hypothèse est en train de se concrétiser…

Suite et source: http://tinyurl.com/2ufwk7c