Francaisdefrance's Blog

15/11/2010

Pèlerinage à la Mecque: « ils » se baisent entre eux…

Il n’y a pas de raison que ce soient toujours les mêmes qui subissent les arnaques. Certains pèlerins de la Mecque en ont fait les frais. Le plus amusant est que les arnaques viennent de sociétés organisatrices du voyage, qui semblent être de même confession que les « fidèles »… C’est tous les ans pareils mais les muzz se font encore avoir. C’est du masochisme?

FDF

.

Arnaque pour les pèlerins de la Mecque !

Envol rocambolesque le 24 octobre dernier à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. / Photo DDM, archives Michel Viala
Envol rocambolesque le 24 octobre dernier à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. / Photo DDM, archives Michel Viala

Alors que le pèlerinage annuel des Musulmans prend fin le 16 novembre, les pèlerins de la région ont une nouvelle fois été victimes des pratiques commerciales abusives d’agents de voyage.

Dimanche 24 octobre l’avion qui devait décoller à 7 heures avec 91 pèlerins en partance pour le pèlerinage à La Mecque n’est jamais arrivé. Dans leurs vêtements blancs, les futurs hadjs et hadjas prennent leur mal en patience. Mais leurs enfants venus les accompagner demandent des explications qu’un homme d’une cinquantaine d’années, dégoulinant de sueur tente laborieusement de leur fournir. Prénommé Habdelhamid, ce monsieur est le rabatteur de l’agence Amen International voyage qui est en charge des pèlerins du Lot-et-Garonne, du Tarn-et-Garonne, de l’Ariège et de la Haute-Garonne restés en rade dans le hall « D » de l’aéroport toulousain.

Officiellement il s’agirait d’un problème de visa délivré trop tard par le consulat d’Arabie Saoudite. Mais la veille, le décollage d’un premier avion de pèlerins a déjà été annulé et le vol reporté sine die. Et dans l’après-midi, 450 pèlerins qui s’apprêtaient à décoller ont été contraints de débarquer à la suite du contrôle de sécurité de l’appareil. « Depuis deux ou trois ans les retards au décollage des charters de pèlerins sont devenus monnaie courante, quand ce ne sont pas des problèmes liés aux escrocs qui leur vendent des billets fictifs », explique-t-on au service de renseignement de l’aéroport.

Chacun des 91 pèlerins qui ne finiront par décoller que le lendemain matin après une nuit passée dans l’aérogare a payé 3 800 € pour une vingtaine de jours en terre sainte, vol et hébergement compris. Mais aucun n’a traité directement avec l’agence qui organise le voyage. « Les pèlerinages sont vendus par des rabatteurs qui sollicitent les gens sur les marchés ou dans les mosquées. Ils distribuent parfois des flyers dans les lieux de prière, mais ces documents renvoient au rabatteur et ne mentionnent jamais le nom de l’agence », raconte le fils d’un pèlerin. De fait, contactée par téléphone, à partir du numéro fourni sur sa carte de visite, l’Agence Amen International voyage est injoignable.

Car s’il est bien réel, le numéro indiqué renvoie sur le rabatteur toulousain. Un rabatteur qui se charge de tout depuis la collecte des chèques et des passeports une quinzaine de jours avant le voyage, jusqu’au rendez-vous de départ fixé par téléphone 48 heures avant le décollage, et la restitution des documents visés par le consulat saoudien quelques minutes avant d’embarquer.

Ces pratiques commerciales de dernière minute ne sont que très rarement dénoncées par les pèlerins souvent âgés. Mais beaucoup de leurs enfants, souhaitent désormais « mettre ça sur la place publique pour que les instances concernées interviennent enfin pour faire cesser ce trafic. »

Source: http://tinyurl.com/2ub8ozg