Francaisdefrance's Blog

17/01/2012

Incroyable et pourtant vrai !!!

Lisez ce qui suit. C’est édifiant. On a du mal d’y croire. Mais c’est à se demander pour qui travaille NOTRE justice ou aux ordres de qui elle s’éxecute…

Encore une belle baffe aux patriotes! Ca devrait faire du bruit, tout ça…

FDF

.

NOUS ET LE  FN  devrions  payer  une « caution » de 35200 € POUR  nous défendre en justice  car cet individu nous traite de  « FILS DE PUTE   !!!!!!!  LE FN fait appel de cette décision.

Affaire Mathieu Madénian : le FN et les plaignants en appel contre la consignation invraisemblable demandée par le tribunal.

L’immonde Mathieu Madénian par qui le scandale arrive. Qui sème le vent…

.

Communiqué du Front National

Au mois d’octobre 2011, le Front National et 342 de ses adhérents ont cité Mathieu Madénian devant le Tribunal correctionnel de Paris, se plaignant de l’infraction d’injure à leur égard alors que Mathieu Madénian avait dit ceci en direct à la télévision : « 18 % de français qui votent pour Marine Le Pen et le Front National, c’est 18 % de fils de pute ».

L’affaire est venue à une première audience de procédure de la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris le vendredi 13 janvier 2012.

Dans toutes ces affaires, une consignation est ordonnée par le tribunal, dans toutes ces affaires, cette consignation est d’un montant de 1.000 €.

Mais, dans ce dossier, à la demande expresse de l’avocat de Mathieu Madénian et du procureur de la République de Paris, la consignation a été fixée à la somme invraisemblable de 35.200 €.

Le Front National et les plaignants interjettent appel de cette décision. Elle est méprisante et inique. Elle est prise spécialement parce qu’il s’agit du Front National et d’adhérents du Front National. Elle vise à les empêcher manifestement de se plaindre. Il faut espérer que la Cour d’appel modifiera ce jugement scandaleux.

Merci à JC JC…

06/08/2011

Marine Le Pen en Andorre…

Ca n’a évidemment pas plus. Devinez à qui? Toujours les mêmes: les SOCIALISTES !

FDF

Pas content, l’ancien président social-démocrate andorran, Jaume Bartumeu…

.

La présidente du FN a été reçue mercredi par le maire d’Andorre-la-vieille

Une visite discrète et courtoise de Marine le Pen et Louis Aliot, cette semaine en Andorre, provoque la colère du chef de l’opposition du parlement du petit État des Pyrénées, Jaume Bartumeu. Selon lui, outre être « dommageable », cet épisode cautionne la dé-diabolisation du Front National.

Ce mercredi et ce jeudi, Marine le Pen a effectué, en Andorre, une visite privée source de polémique. La présidente du Front National (FN) s’est entretenue courtoisement, ce mercredi en milieu de journée, avec Rosa Ferrer, maire de la capitale du petit État des Pyrénées, Andorre-la-vieille. Ce passage, qui s’est déroulé en compagnie du vice-président du parti et candidat pressenti aux municipales de Perpignan, Louis Aliot, a comporté une entrevue de vingt minutes avec la première magistrate, dans l’enceinte de l’Hôtel de Ville. Diplomatie aidant, Mme Ferrer, secondée par son premier adjoint, Antoni Armengol a remis deux ouvrages culinaires andorrans, avec textes et photographies, à Mme Le Pen. La conversation a porté sur l’actualité du territoire, dont les deux coprinces sont, dans une continuité historique poussiéreuse, le président de la République française et l’évêque du diocièse sud-catalan  d’Urgell, mitoyen du pays. Le système institutionnel d’Andorre, et ses récentes évolutions, qui débouchent sur la fin de la situation de paradis fiscal accélérée par Nicolas Sarkozy, lui-même en visite à Andorre-la-vieille il y a un an, ont jalonné le dialogue.

Mais l’ancien président social-démocrate andorran, Jaume Bartumeu, s’est exprimé sur cet épisode, ce jeudi, en le qualifiant de « dommageable ». Cet influent avocat, battu lors des dernières élections nationales, en avril dernier, est l’actuel leader de l’opposition au parlement andorran. Il affirme que la rencontre lui a « fait honte », et livre son décryptage, selon lequel la stratégie de dé-diabolisation et de quête de « respectabilité » du FN a comporté une étape stratégique en Andorre, où la candidate à la présidentielle de 2012 a été accueillie avec normalité. Les affaires politiques internes au pays comportent toutefois la récente démission de Rosa Ferrer du Parti Social-Démocrate (PS), et une rancoeur prévisible de M. Bartumeu a son égard. 

L’Andorre fait partie des États du monde où le Front National revendique la présence d’adhérents. Il s’agissait ainsi, pour la numéro 1 de l’extrême droite française, d’allier le tourisme au pragmatisme, avant de regagner le Roussillon, pour y profiter du « soleil et de la plage ».

Marine Le Pen, présidenta du Front National, et Rosa Ferrer, maire d'Andorre-la-Vieille, à Andorre-la-vieille, mercredi 3 août 2011 © Mairie d'Andorre-la-vieille

Marine Le Pen, présidente du Front National, et Rosa Ferrer, maire d’Andorre-la-Vieille.