Francaisdefrance's Blog

11/03/2011

Les musulmans appelés à quitter l’UMP…

Et j’irais même plus loin: pas rien que l’UMP.

Car qu’est nous pouvons être emmerdés depuis qu’ils ont commencé leur invasion, leurs « stigmatisations », chaque fois qu’ils se sentent « heurtés », leurs « condamnations », leurs plaintes et pleurnichements, j’en passe et des meilleures… Soit ils s’adaptent à NOTRE culture et respectent NOS lois républicaines dans tous les domaines, soit c’est le salon de muscu pour apprendre à ramer…Ils font des prix pour groupes.

FDF

.

Les musulmans appelés à quitter l’UMP !

Lors d’une rencontre à la mosquée de Paris jeudi soir, des représentants de la communauté se sont insurgés contre le débat jugé stigmatisant.

Les musulmans ont été appelés jeudi soir lors d’une rencontre à la mosquée de Paris à quitter l’UMP ou au moins à suspendre leur adhésion au parti pour protester contre le débat qu’il compte lancer le 5 avril sur la laïcité et l’islam.

De son côté, le recteur de la Grande mosquée Dalil Boubakeur a appelé le président de la République à annuler ce débat « qui n’a pas lieu d’être ». « Les citoyens musulmans de France ne doivent pas être les boucs-émissaires d’une situation de crise », a-t-il martelé.

Un militant du Gard, Abdallah Zekri, responsable à la Grande mosquée de Paris, chargé de mission au Conseil français du culte musulman (CFCM) et aumônier musulman des hôpitaux, a déchiré sa carte et appelé « tous les musulmans de l’UMP » à l’imiter.

« L’UMP de Copé, c’est la peste pour les musulmans », a lancé Abderahmane Dahmane, conseiller technique chargé de la diversité à l’Elysée et ancien secrétaire national chargé de l’immigration à l’UMP. Intervenant en tant que président du Conseil des Démocrates musulmans de France (CDMF), il a appelé ses coreligionnaires à « ne pas renouveler leur adhésion » à l’UMP tant qu’il n’aura pas annulé le débat envisagé par son secrétaire général.

Après avoir comparé la situation des musulmans en France aujourd’hui à celle des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, il a dénoncé une « poignée de néo-nazis » qui a décidé de lancer le débat et demandé aux musulmans de l’UMP de « ne pas l’accepter dans les sections s’ils ont une dignité et une fierté ».

« Ce débat, voulu par Nicolas Sarkozy pour la défense des musulmans a été dévié parce qu’à l’UMP il y a des gens très proches du Front National », a déploré M. Dahmane.

« Quel mépris a-t-on des musulmans pour croire qu’on va tomber dans le piège des règlements de comptes l’UMP », a dénoncé Mme Chafia Mentalechta qui s’exprimait au nom d’une association de Franco-algériens.

Quelque 150 personnes étaient présentes à la réunion, militants associatifs ou élus de confession musulmane.

Le chef de l’Etat a longuement évoqué ce débat très controversé, à droite comme à gauche, en recevant pour la première fois à déjeuner, jeudi à l’Elysée, la nouvelle direction nationale de l’UMP conduite par Jean-François Copé. « Il faut traiter la question de l’islam parce qu’il est apparu en France après la loi de 1905 », a dit Nicolas Sarkozy selon plusieurs participants.