Francaisdefrance's Blog

13/03/2012

Marine a ses 500 signatures !!!

Il ne pouvait en être autrement. Cette fois, la véritable courses aux présidentielles, c’est parti !!!

FDF

.

La présidente du Front national doit faire une déclaration officielle de candidature à 16 heures à Hénin-Beaumont.

Marine Le Pen a déclaré mardi disposer des 500 parrainages requis pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle française d’avril-mai. « J’ai mes 500 parrainages, je serai donc candidate à l’élection présidentielle », a-t-elle dit. La présidente du Front national a précisé qu’elle ferait une déclaration officielle de candidature à 16 heures à Hénin-Beaumont, sur ses terres électorales du Pas-de-Calais, où elle a obtenu ses meilleurs scores électoraux.

Priée de dire si elle avait un volant de sécurité concernant ses signatures, elle a refusé de répondre, précisant que la validité de chaque document serait vérifiée par le Conseil constitutionnel. La date-butoir pour le dépôt des parrainages est fixée à vendredi prochain. Marine Le Pen a tiré à plusieurs reprises la sonnette d’alarme ces dernières semaines, estimant que les élus qui étaient censés lui donner leur signature subissaient des pressions pour ne pas lui fournir les parrainages requis. Dans le sondage quotidien de lundi d’Ifop/Fiducial pour Paris Match, elle est créditée de 16,5 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle. En six jours, elle aurait perdu 3,5 points selon cet institut.

« Grand ouf de soulagement »

« Il me manque encore une quinzaine de signatures », avait-elle dit dimanche. « Rien ne me permet aujourd’hui d’être rassurée ». Lundi soir, dans l’émission Parole de candidat sur TF1, le président-candidat Nicolas Sarkozy avait souhaité que Marine Le Pen « puisse avoir ses parrainages ». Son adversaire PS François Hollande avait dit un peu plus tôt que « ce serait logique » qu’elle les obtienne. Le FN proteste à chaque échéance présidentielle contre le système des parrainages d’élus et l’obligation de rendre publics les noms des élus qui acceptent de signer pour un candidat. Depuis 1988, Jean-Marie Le Pen avait néanmoins toujours réussi à obtenir les 500 signatures.

Florian Philippot, directeur de campagne de Marine Le Pen, a lancé mardi un « grand ouf de soulagement » après l’annonce, une « très bonne nouvelle pour la démocratie ». « C’est un grand ouf de soulagement et c’est une excellente nouvelle », a-t-il dit sur RTL. « Non seulement pour nous, parce que ça y est, nous sommes enfin officiellement dans la course et nous pourrons enfin aller expliquer aux Français quel est notre projet », a poursuivi M. Philippot. « Mais c’est aussi une très bonne nouvelle pour la démocratie, parce qu’il était tout de même extraordinaire de penser un instant qu’un candidat qui représente près de 20 % des voix au premier tour ne soit pas dans la course », a-t-il poursuivi. « C’est une nouvelle campagne qui commence, il y aura beaucoup de joie et de contentement lorsque Marine Le Pen s’exprimera officiellement cet après-midi à Hénin-Beaumont », selon lui.

Source: http://www.lepoint.fr/

Click here to find out more!

23/02/2012

Soutien de Brigitte BARDOT à Marine Le Pen, appel de Jean-Jacques BOURDIN pour la pluralité et la démocratie !

Le refus du Conseil Constitutionnel concernant la fin de la « transparence » des signatures des maires pour les présidentielles était prévisible. Ses conséquences aussi…

Ca remue. Et je pense que ce n’est pas terminé.

FDF

.

Marine Le Pen suivie dans sa dénonciation de l’abattage halal.

.

Extraits choisis…

SIGNATURES DE MAIRES

Le 22 février 2012

Cher(e)s Ami(e)s,

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un extrait de l’article de l’Express daté du 22 février 2012 qui évoque l’appel de Brigitte BARDOT aux maires de France pour qu’ils parrainent la candidature de Marine Le Pen.

Voici également le lien hypertexte de l’intégralité de l’article : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/bardot-appelle-les-maires-a-donner-leur-signature-au-fn_1085123.html

Sur ce même sujet, vous trouverez ci-joint le communiqué de presse manuscrit, rédigé par Brigitte BARDOT:

Article BARDOT

Article BARDOTEnfin, le journaliste de RMC Jean-Jacques BOURDIN mène une  » campagne  » auprès des Maires de France sur son antenne afin que ces derniers parrainent les candidats ayant des difficultés à réunir les 500 signatures. Evidemment, cet appel n’est pas spécifique à Marine Le Pen, mais un tel appel venant d’un journaliste indépendant dont les audiences sont importantes peut convaincre un certain nombre d’élus.

Voici le lien qui mène sur le site de RMC, faisant référence à cet appel; en cliquant sur le lien, vous soutiendrez numériquement cette initiative : http://www.rmc.fr/front_office/static/dossier-special/petition-parrainages-bourdin/merci.html .

Source: Front National

04/02/2012

Le déni de démocratie de la loi sur les parrainages des maires.

Au tour de Gilbert Collard d’émettre son point de vue.

Il est vrai que cette affaire d’ ultra-transparence des parrainages des maires ressemble autant à un délit de liberté d’expression qu’à des menaces…

Le chantage exercé sur le terrain ne donne pas libre choix aux maires… J’ai moi-même (je l’ai déjà signalé ici) contacté un maire UMP au hasard qui a bien confirmé mes doutes…

http://tinyurl.com/8xhvvf6

Dessin pillé chez DNA…

.

01/02/2012

Scandaleux : la tactique de l’UMP pour empêcher Marine Le Pen de se présenter !

Et dire que c’est la réalité….

Mais l’UMP aura besoin de Marine Le Pen pour contrer le PS… Et récupérer un peu plus tard des investitures de Droite aux législatives. Et pourquoi pas le Sénat, encore plus tard.

Je parie qu’au dernier moment, à l’ultime instant, Marine aura tout d’un coup par un pur effet du hasard les signatures éventuellement manquantes…

C’est mon avis et je le partage (je vous l’ai déjà faite, celle là…).

FDF

http://www.youtube.com/watch?v=gFGOpu1LQs0&feature=player_embedded

 

12/01/2012

Présidentielles 2012: le dessous des parrainages…

Voici une information des plus intéressantes à moins de 100 jours des présidentielles…

Je transmets à qui de droit…

FDF

.

Parrainages pour la « Présidentielle 2012 ».


IL FAUT QUE CETTE INFORMATION CIRCULE ! En fouillant dans les archives des travaux parlementaires, on fait parfois des découvertes surprenantes autant qu’intéressantes. Par exemple celle d’une « Proposition de Loi organique » concernant l’élection présidentielle de 2012, présentée par le Sénateur Jean-Louis MASSON (Moselle) et enregistrée à la Présidence du Sénat le 7 octobre 2011. Soit une semaine après que la nouvelle majorité de gauche eut élu un président socialiste et une vice-présidente musulmane.

Cette proposition, complètement occultée par les médias –et même par l’UMP d’ailleurs- prévoit pourtant :
1. d’inclure automatiquement dans les candidats à la présidentielle ceux dont la formation de rattachement a recueilli au moins 5% au premier tour de la Législative précédente ;
2. de rendre anonymes les parrainages.
(voir le texte intégral en fin d’article)
Intéressant, non ?
Or, cette proposition, « tendant à démocratiser les conditions de parrainage pour l’élection présidentielle », a été enterrée par la nouvelle présidence de gauche élue le 1er octobre 2011 et, apparemment, aucune publicité n’en a été faite tant par les médias que par la nouvelle opposition sénatoriale. Aucune discussion, et encore moins d’étude en commission, ne lui a été consacrée.
Elle est pas belle, la démocratie  de l’UMPS !
En voici le texte intégral :
PROPOSITION DE LOI ORGANIQUE
tendant à démocratiser les conditions de parrainage pour l’élection présidentielle,
PRÉSENTÉE
Par M. Jean Louis MASSON, Sénateur
EXPOSÉ DES MOTIFS
Mesdames, Messieurs,
La publication de la liste des parrainages des candidats aux élections présidentielles porte atteinte au secret d’une partie du processus électoral et par contrecoup, à la liberté du vote. Il ne sert à rien que le vote soit secret pour empêcher les pressions sur les électeurs si dans le même temps, la publicité des parrainages permet des pressions pour écarter certaines candidatures.
Des milliers de maires et autres parrains potentiels déplorent le détournement de la procédure des parrainages. En effet, le but officiel est d’éviter la multiplication des candidatures marginales ou fantaisistes.
Cependant, depuis que la liste des parrains est publique, les grands partis politiques et le microcosme parisien font croire à l’opinion que le parrainage est un soutien politique.
De ce fait, en 2002 et en 2007, de multiples pressions ont été exercées : chasseurs à l’encontre des parrains d’un candidat écologiste, chantage aux subventions départementales selon l’orientation politique des parrainages, exactions diverses contre les parrains d’un candidat d’extrême droite…C’est inacceptable.
Dans ses « observations sur les échéances électorales de 2007 » publiées le 7 juillet 2005, le Conseil constitutionnel avait évoqué les élections présidentielles en soulignant à nouveau que la législation en vigueur « n’avait pas empêché en 2002, un nombre sans précédent de candidats ». À juste titre, il rappelait qu’une telle situation comporte « des inconvénients tant pour la clarté et la sincérité des opérations électorales que pour l’organisation matérielle et le contrôle de ces opérations ».
Les règles actuelles fixent à 500 le nombre des parrainages requis pour être candidat. À l’origine, ce nombre n’était que de 100 parrainages mais face aux dérives constatées, il fut relevé en 1976. Aujourd’hui, certains préconisent une solution simpliste, consistant à faire passer ce nombre à 1 000. Ce serait une atteinte grave à l’expression démocratique du suffrage universel.
En effet, s’il convient d’éviter une multiplication anarchique des candidatures, il faut aussi veiller à ce que des courants de pensées représentatifs ne soient pas empêchés d’avoir un candidat. Le problème existe d’ailleurs déjà avec le seuil des 500 parrainages actuellement en vigueur. L’expérience de 2002 a notamment prouvé que les candidats les plus représentatifs ne sont pas ceux qui rassemblent le plus facilement les parrainages nécessaires.
En 2002, malgré le filtre des parrainages, il y a eu 16 candidats. Parmi eux, 9 ont obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés. M. Gluckstein est arrivé bon dernier avec seulement 0,47 % (132 686 voix sur 28 498 471).
Bien que sa représentativité ait été quasiment nulle, il avait pourtant obtenu très rapidement les parrainages requis ; il en avait même beaucoup plus que nécessaire. M. Le Pen est lui, arrivé deuxième au premier tour avec 4 804 713 voix, soit 16,86 % des suffrages exprimés (36 fois plus que M. Gluckstein). Malgré cette représentativité incontestable, il avait rencontré d’énormes difficultés pour rassembler les parrainages requis.
Ainsi, le système actuel des parrainages n’empêche pas les candidatures fantaisistes ou marginales tout en risquant d’exclure des courants de pensée figurant parmi les plus importants. La présente proposition de loi organique poursuit donc un double objectif :
– d’une part, rétablir le principe du secret des parrainages afin d’éviter toute possibilité de pressions ou de représailles sur des parrains potentiels.
– d’autre part, prévoir à titre alternatif, que tout parti peut présenter un candidat s’il a obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour des précédentes élections législatives.
PROPOSITION DE LOI ORGANIQUE
Article 1er
Après le troisième alinéa du I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Le Conseil constitutionnel inclut également dans la liste des candidats toute personne présentée par un parti ou groupement politique qui a obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés lors du premier tour de la dernière élection législative. Ce pourcentage est calculé sur la base des déclarations de rattachement des candidats à l’élection des députés prévues au cinquième alinéa de l’article 9 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988. »
Article 2
Le dernier alinéa du I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel est ainsi rédigé : « Le Conseil constitutionnel ne rend pas publics les noms des citoyens qui ont proposé les candidats inscrits sur la liste. »
Voir :
http://www.senat.fr/leg/ppl11-007.html
http://www.senat.fr/senateur/masson_jean_louis01060r.html

http://www.senat.fr/propositions-de-loi/masson_jean_louis01060r.html

Source: http://www.legaulois.info/

09/01/2012

30 % des Français pourraient voter Marine Le Pen !

Merci à Wingz

Et c’est pour cette raison que Marine galère pour trouver ses 500 signatures. Sarkö fait un travail de sape et de chantage auprès des maires de France (les UMP sont obligés de signer pour Sarkö Ier, et les autres savent très bien que si ils ne suivent pas les « consignes » du parti au pouvoir, c’est dire adieu aux subventions d’Etat)… C’est pour ça que Sarkö ne veut pas lever la transparence au niveau des signatures… Les maires de France ont peur des représailles…

Mais qui dit qu’après les présidentielles de 2012, les subventions viendront toujours de l’UMP? Personne… Il ne faut que les maires y réfléchissent et ne pas plier sous la pression.

Aux dernières cantonales, en 2011, le FN a fait trembler l’UMPS. Et c’était la voix des électeurs qui avait parlé. Ces mêmes électeurs devraient aller trouver le maire de leurs communes respectives; et lui faire comprendre que des municipales arrivent à grands pas (2014)… Ma foi; chantage pour chantage…

Cette politique digne d’une république bananière m’écoeure…

Sarkö a une sacré peur du Front National; et il abuse de façon malsaine de son pouvoir de président. Dire qu’il pense le conserver…

FDF

.

Près de 30 % des Français assurent qu’ils pourraient voter Marine Le Pen, au premier tour de la Présidentielle, dans un sondage publié ce matin dans le quotidien Libération.

« Tout est possible si les Français le décident», s’est amusé Marine Le Pen au micro de RMC, ce matin. La candidate répondait à un auditeur qui lui demandait si elle se voyait affronter François Bayrou au deuxième tour de l’élection présidentielle. Ce matin, plus que jamais, Marine Le Pen est au coeur de la campagne présidentielle.

D’abord, un sondage fort fait la une de Libération. Dans une étude commandée par le quotidien, 30 % des personnes interrogées envisageraient de voter pour Marine Le Pen, au premier tour de l’élection présidentielle. Un score fort qui place la candidate frontiste, plus que jamais au coeur de la campagne. Immigration, crise de l’Euro, taxe Tobin … Ce matin, interrogée au rendez-vous BFM-TV-RMC, par Jean-Jacques Bourdin, elle est revenue sur ces thèmes de campagne fétiches.

500 signatures : «On est loin du compte»

Alors que le FN assure rencontrer toutes les difficultés du monde pour recueillir les 500 signatures nécessaires des maires pour pouvoir se présenter à l’élection suprême, le FN a rarement fait des scores aussi bons, à seulement une centaine de jours du scrutin. «On est loin du compte», a assuré la candidate à Jean-Jacques Bourdin, dénonçant un scandale démocratique en évoquant notamment l’intercommunalité qui «met la pression» sur les édiles des petites communes. «On est loin du compte», martèle-t-elle, avant de menacer Nicolas Sarkozy: «si je ne suis pas candidate, il y a une certitude qu’il ne soit pas élu»

Alors qu’elle donnait son premier grand meeting de campagne, hier, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la candidate mise sur les électeur

28/11/2011

Et si on parlait signatures ???

Pour avoir pratiqué cette « chasse aux signatures », je peux affirmer que tout ce que dit Gilbert Collard est vrai… Les maires sont sous pression: un maire UMP m’a signalé en catimini que lui et tous ses collègues de même sensibilité avaient reçu des « consignes » de ne donner leur signature qu’à l’UMP exclusivement! Et pourtant, combien d’entre eux seraient prêts à favoriser Marine Le Pen !

Le respect de l’anonymat dans ces situations feraient sans doute basculer Sarkö Ier de son piédestal. De toutes façons, je pense qu’en 2012, il n’y aura pas besoin de ça…

Lamentable façon de gouverner…

FDF

.

LES CINQ CENTS

 

         

                         Et si derrière le parrainage des maires de France pour la candidature à l’élection présidentielle, il y avait des parrains qui pratiquent l’intimidation, la menace, le chantage, pour que les signatures soient données aux uns et pas aux autres ? En un mot, pour que les vieux partis, qui se partagent le pouvoir depuis des lustres, avec leurs combines faciles, comme  l’hélitreuillage électoral  de Duflot,  ne soient pas importunés par l’irruption de la démocratie spontanée dans l’élection ?

 C’est un système de terreur qui est braqué sur les maires de France. Il faut cinq cents signatures pour qu’une candidate qui est crédité de 20 % des suffrages puisse se présenter. Les signataires, dont les noms seront connus, peuvent subir des représailles politiques de toutes natures et de ce fait hésiter, craindre, ne pas signer !

 Il y a, bien sûr, des femmes et des hommes courageux, qui ne se laisseront pas impressionner, qui, même sans partager les idées, donneront leur signature, par respect pour le libre accès au concours démocratique. Mais d’autres, moins courageux, où tout simplement tenus politiquement, refuseront. C’est une entrave à l’expression du suffrage universel.

 Ce système a été mis en place pour « empêcher les candidatures fantaisistes ». Qui oserait dire que la candidature de Marine le Pen, de Christine Boutin, de Dupont- Aignan, de Philippe Poutou, ou du  représentant du CPNT, serait fantaisiste ?

 On pourrait, peut-être, le dire des « écolos dingos », mais eux, qui représentaient aux dernières présidentielles 1,57%, n’ont aucune difficulté pour obtenir les signatures !

  Cette exigence  est un verrou. Le seul moyen, pour dégager les signataires de toutes pressions, est l’anonymat. Parce que, de toutes parts, des maires honnêtes, qui souhaitent seulement que le débat démocratique ait lieu, racontent les tyrannies qu’ils subissent au jour le jour. La liberté d’engagement passe par le respect de l’anonymat. Dès l’instant où la voix d’un citoyen compte dans le fonctionnement de la démocratie, on doit le protéger des pressions, des intimidations, sinon on truque l’élection. Par la mainmise sur les signatures,  on kidnappe un candidat qui menace, on l’efface du combat ! On voit dans quel état est notre irréprochable démocratie, derrière le parrainage, les parrains !

Source: http://www.gilbertcollard-leblog.com/