Francaisdefrance's Blog

06/04/2011

Épinay-sur-Seine : 3 millions d’ euros pour une mosquée fermée !

Dans le domaine du gaspillage de l’argent public et celui des subventions déguisées pour la construction des mosquées, nous avons là un champion toutes catégories. La loi de 1905, il ne doit pas la connaître, ce maire… On peut lui rappeler, si besoin est. Et aux prochaines municipales, inutile qu’il songe à s’y présenter. Tout faux sur les deux tableaux, monsieur le maire.

Profitez bien de votre dernier mandat…

FDF

.

La mairie d’ Épinay-sur-Seine ( Seine-Saint-Denis) a financé la construction d’ une mosquée de 700 m² et de 1 400 places. Mais la mosquée demeure fermée.

Le maire Hervé Chevreau ( ex-Modem) a inauguré la mosquée en avril 2009. « Officiellement il s’agit d’une salle polyvalente mise à la disposition d’une association. En réalité la structure sert de mosquée », relate le quotidien 20 Minutes dans un article intitulé : « Obligé de tricher pour bâtir des mosquées ».

« C’est donc bien une subvention déguisée, a admis Hamid Bou Shaki, président de l’association IMS (intégration musulmane spinassienne), mais on le fait déjà pour les synagogues. Pourquoi y aurait-il deux poids deux mesures ? » L’argument, de fait, est imparable.

Source: http://tinyurl.com/3qompeg

11/12/2010

Affaire « 20 minutes » à Lyon: Sainte Marie n’a pas les faveurs des médias…

Ci après l’analyse de Pierre -Louis Hikoum sur la sombre affaire de soumission dont a fait preuve le journal 20 Minutes, édition de Lyon, concernant une publicité refusée au diocèse catholique sous un prétexte pour le moins fallacieux…On est en droit de se poser des questions sur la laïcité dont on nous rabâche les oreilles…

FDF

.

Quantcast

Certains vont, encore, crier à l’Islamophobie primaire à la vue du présent article, pourtant il n’en est rien. Nous voulons, une fois de plus dénoncer une inégalité de traitement entre les diverses religions dans notre pays. Lorsque l’on parle de racisme ou ségrégation dans notre pays, cela ne s’exerce absolument pas à l’encontre de ceux auxquels on pourrait croire. Si des associations biberonnées de subventions par l’Etat déclarent de manière péremptoire le contraire, nous allons vous démontrer que cela est faut.

Vous connaissez certainement le quotidien « 20 minutes » qui a des éditions locales. Et bien nous avons appris que  le diocèse de Lyon avait décidé d’acheter quatre pages de publicité dans l’édition locale de ce journal afin de communiquer sur la Fête des Lumières de Lyon qui attire chaque année de très nombreux touristes. La fête des lumières a lieu le 8 décembre et ce depuis 1852. A cette date, tous les Lyonnais allument de petites bougies à leurs fenêtres en hommage à la Vierge. Depuis 1999, la ville a transformé cette fête catholique en un festival « son et lumière » à travers les rues de Lyon qui connaît une renommée internationale.

« Grâce au geste d’un mécène, quatre pages de publicité étaient donc réservées dans l’édition lyonnaise du journal 20 minutes à paraître mercredi », a déclaré le diocèse au journal « Le Point ». Mais quelques heures avant le bouclage, ce même diocèse dit s’être vu refusé ces quatre pages de publicité en raison de la présence dans le texte du « Je vous salue, Marie ».

La direction de 20 minutes a fait un communiqué auprès de l’AFP (Agence France Presse) déclarant « On s’est toujours engagé vis-à-vis de nos lecteurs à être un journal d’information et pas un journal d’opinion. C’est un parti pris éditorial que nous assumons ». Personne ne sera choqué par cela d’autant que cette même direction a également dit « Nous avons dans nos conditions générales de vente un article nous permettant de refuser tout ou partie d’une annonce sans avoir à en justifier la raison ». Dont acte.

Mais j’ai le sentiment étrange et pénétrant, comme dirait Verlaine d’en d’autres circonstances, que l’on se moque de nous. En effet le même quotidien 20 minutes a affiché la campagne publicitaire “Fièrement halal” de la marque Isla Délice pendant plus de 2 semaines. Nous avions rédigé un article à ce propos en août 2010 trouvant cette campagne de pub assez limite d’autant que son pendant Catholique, lui, ne serait pas autorisé. Nous ignorions alors à quel point nous aurions raison. Cette campagne dans 20 minutes, mais également en pleine page pendant la période du Ramadan dans le quotidien gratuit Métro, n’ont pas ému grand monde et il n’a jamais été question de les interdire.

Le Général de Gaulle, pour lequel je n’éprouve aucune vénération particulière avait écrit que « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ». Nous pouvons dès à présent nous poser très sérieusement la question si cela est toujours le cas.

Le document édité par le diocèse est disponible ici

L’article du Point est disponible ici

Source: http://hikoum.wordpress.com/

27/11/2010

Besancenot n’a plus le vent en poupe: sa candidate voilée largue les amarres…

Le NPA en ordre de départ…

Ca lui apprendra, au facteur à vouloir tenter de se faire élire avec les voix des muzz… Une: sa candidate voilée a pris une tôle; deux: elle quitte le NPA et entraîne du monde avec elle. Déjà qu’il n’y avait pas foule… Que ça serve d’exemple aux autres maboules aveuglés par la « puissance électorale » des muzz… La préférence non-nationale, c’est pas le meilleur plan. Encore une preuve: ça vous fout un parti politique au dos…

FDF

.

La candidate voilée du NPA quitte le navire…

Ilham Moussaid, candidate du NPA pour les élections régionales en région Paca, lors d'une conférence de presse à Marseille, le 3 février 2010.Ilham Moussaid, candidate du NPA pour les élections régionales en région Paca, lors d’une conférence de presse à Marseille, le 3 février 2010. SIPA 

Elle lâche le NPA avec sept autres adhérents qui dénoncent une «véritable chasse aux sorcières»…

La candidate voilée du NPA aux dernières élections régionales, Ilham Moussaïd, ainsi que sept autres adhérents dans le Vaucluse, ont décidé de quitter le parti d’Olivier Besancenot, a-t-on appris ce vendredi auprès d’un porte-parole du NPA dans ce département. Sa présence sur les listes du NPA avait engendré une scission au sein des effectifs du parti dans ce département.

Le 31 mars, la tête de liste NPA aux régionales, Jacques Hauyé, avait expliqué dans un communiqué que «les comités attachés au féminisme et à la laïcité regrettent l’instrumentalisation de l’islam à laquelle la candidate s’est prêtée avec le concours actif d’une équipe qui s’est autonomisée et qui continue autour d’elle».

«Un départ c’est toujours un échec»

Selon un porte-parole du NPA, Jacques Fortin, huit membres de cette équipe, dont Ilham Moussaïd, ont décidé de quitter le parti. Dans une lettre révélée jeudi dans Mediapart et évoquée dans Libération, l’un des chefs de file de ce groupe, Abdel Zahiri, a déploré une «véritable chasse aux sorcières» et s’est plaint que lui et ses camarades soient «montrés du doigt comme des pestiférés».

Le congrès du NPA devait trancher le débat né de la présence de Mlle Moussaïd sur ses listes régionales. «Un départ c’est toujours un échec», a réagi Ingrid Hayes, membre du comité exécutif du NPA. «On prend acte et on respecte leur décision», a-t-elle dit, tout en estimant que l’«on peut tout à fait vivre ensemble et militer ensemble en étant en désaccord».

«Pas l’échec du travail d’implantation du NPA dans les quartiers populaires»

«Ce départ est lié au débat, aux remous qui ont secoué notre organisation suite à la candidature (d’Ilham Moussaid), sur les questions de religion, le féminisme, la laïcité. C’est un débat qui sera tranché au congrès, on regrette qu’ils soient partis avant», a-t-elle ajouté. Leur départ «ne signe ni l’échec du travail d’implantation du NPA dans les quartiers populaires ni l’échec du NPA en général», a-t-elle souligné.

Le congrès du NPA a déjà été repoussé deux fois. Prévu dans un premier temps du 10 au 14 novembre, il avait déjà été renvoyé, en septembre, au 10-12 décembre. Lors d’un Conseil politique national (CPN, parlement) qui s’est tenu mi-novembre, le NPA a décidé à nouveau de repousser son congrès national aux 4, 5 et 6 février.

Source: http://www.20minutes.fr

22/11/2010

« 20 minutes » fait d’Oskar Freysinger l’hôte de l’extrême droite française.




Décidément, certains journalistes sont plus que prévisibles. En programmant, le 18 décembre prochain, sur Paris, des Assises internationales laïques, contre l’islamisation de l’Europe, nous savions, dès que l’information serait rendue publique, que nous allions déclencher un tir de barrage de la part de certains médias, et de toute la bien-pensance, avec un angle d’attaque fort primaire : « L’extrême droite à Paris ». Cela n’a pas manqué. Dès le lendemain de l’annonce officielle de la venue d’Oskar Freysinger, très médiatisé depuis la votation suisse contre les minarets (un an déjà), une partie de la presse suisse a commencé le travail.

Un premier article, particulièrement crapuleux, du journal 20 minutes, fait d’Oskar Freysinger l’hôte de l’extrême droite française, rien de moins.

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Oskar-Freysinger-h-te-de-l-extr-me-droite-fran-aise-24563318

Un deuxième, du journal « Le Temps », parle des « inquiétantes fréquentations » du leader suisse. On sent chez certains journalistes suisses, ridiculisés par le vote de leurs concitoyens, fin novembre dernier, une volonté de revanche contre celui qui a fortement contribué, par la qualité de ses interventions, à convaincre les électeurs de voter contre de nouveaux minarets. On se rappelle que la bien-pensance avait fait venir de France Caroline Fourest pour convaincre les Suisses que ce n’était pas bien de s’opposer aux minarets quand on avait déjà des clochers d’église, et que, dès le lendemain, Cohn-Bendit, furieux, avait exigé que le vote soit annulé, et que les Suisses, comme tous les peuples européens qui votent « Non à l’Europe », revotent jusqu’à ce que mort s’en suive.

Oskar Freysinger et ses inquiétantes fréquentations européennes

L’objectif de ces deux articles est clair : dissuader Oskar de venir à Paris, le 18 décembre, et faire pression sur son parti, l’Union Démocratique du Centre (UDC) pour tenter d’opposer sa respectabilité aux « inquiétantes fréquentations » de son plus médiatique représentant.

Certes, dans le deuxième article mentionné, une interview du politologue Jean-Yves Camus tempère quelque peu les propos de l’article de tête. « Les mouvements identitaires se distinguent aussi par le fait qu’ils ne sont ni fascistes, ni antisémites.. Je ne classerais donc pas le Bloc Identitaire à l’extrême droite. Il se situe plutôt à droite de la droite. » « Le fait d’aller à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire est encore dans les limites de l’acceptable. »

On appréciera l’expression « les limites de l’acceptable ». Dans un autre article, Jean-Yves Camus avait catalogué le « Bloc Identitaire » comme de droite populiste. Le politologue poursuit :

« Toutes sortes d’organisations sont associées à la manifestation du Bloc Identitaire, comme La Poule déchaînée, Riposte laïque, Résistance républicaine, Comité Lépante, Actions Sita, la Ligue du droit des femmes, etc.

– Il s’agit essentiellement de vitrines Internet, derrière lesquelles il n’y a pas nécessairement de force militante. La seule organisation ayant une petite audience est Riposte laïque, une frange marginale du mouvement ultra-laïciste français qui s’est focalisée ces dernières années uniquement sur la question de l’islamisation, et qui est loin de faire l’unanimité dans les milieux laïques français. »

Nous ne prétendons pas avoir l’audience de journaux en ligne comme ceux de la grande presse, mais ce que Jean-Yves Camus appelle une petite audience est tout de même autre chose que quelques sites intimistes dont les propriétaires écument pourtant les plateaux de télévision.

Il est donc très clair que l’objectif est de faire revenir Oskar Freysinger sur l’accord qu’il nous a donnés. Le député suisse est un homme libre, qui sait utiliser une liberté de parole et un bon sens populaire avec un rare talent, comme le montre cette interview qu’il a accordée, il y a quelques semaines, au site « Enquête et Débats ». Quoi qu’il arrive, il demeurera notre ami.

http://www.enquete-debat.fr/archives/oskar-freysinger-en-france-vous-avez-besoin-dun-nouveau-charles-martel

Mais là n’est pas l’essentiel. Bien que l’initiative soit co-organisée par plusieurs organisations, dont Résistance Républicaine, la Ligue du Droit des Femmes ou Riposte Laïque, la presse, et tous les détracteurs, vont concentrer le tir sur « Le Bloc Identitaire », et bien sûr, les classer à l’extrême droite. Rappelons-nous que lors de l’initiative du 4 septembre, célébrant les 140 ans de la IIIe République, ils n’étaient pas présents. Cela n’avait pas empêché nombre de journalistes de classer cette initiative comme « d’extrême droite », sous prétexte que ceux qui l’organisaient avaient partagé le fameux apéro saucisson pinard du 18 juin avec eux. Rappelons-nous aussi que, malgré l’absence du Bloc Identitaire, les participants de trois des apéritifs républicains organisés le 4 septembre avaient dû écourter leur rassemblement, à la demande de la police, effrayée de la violence des contre-manifestants qui traitaient les paisibles pique-niqueurs chantant la Marseillaise de fascistes…

Alors pourquoi chercher midi à 14 heures et faire porter le chapeau des protestations et du lynchage médiatique à la présence du Bloc Identitaire ? Tout cela n’est que poudre aux yeux et tentative de manipulation pour cacher une chose simple, mise en évidence le 30 septembre dernier quand Bernard Accoyer a fait interdire un débat sur islamisation et immigration dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale, sur demande du Conseil Français du Culte Musulman. Ce qui fait problème c’est l’islam. Ce qui fait problème c’est de se poser des questions – de trop bonnes questions apparemment – sur l’islamisation de la France et de l’Europe. Ce qui fait problème c’est que notre meeting puisse avoir un certain retentissement « chez le peuple d’en bas », celui qui vote si mal, celui qui ne suit plus ses élites, et que nos idées puissent gagner du terrain, au risque de voir les Européens poursuivre dans la voie indiquée par Wilders en Hollande : chercher la liberté et de nouveaux leaders capables de la leur proposer.

La preuve ? Elle est simple, imaginez un instant que Oscar Freysinger ait été invité par le Bloc Identitaire à participer à un meeting sur l’histoire du Lichtenstein, la fin de l’Empire romain ou le sexe des anges… Qui s’en serait ému ?

Alors les conclusions à tirer des tentatives d’intimidation médiatiques sont simples : conformément à la charia, critiquer l’islam devient, dans nos pays démocratiques traditionnellement attachés à la liberté d’expression un blasphème et le blasphème lui-même un délit, comme le souhaite l’Organisation de la Conférence Islamique.

Et c’est pour cela que nous persisterons et tiendrons, contre vents et marées, ce meeting. Nous lançons une bouteille à la mer dans un océan déchaîné avec la certitude qu’elle arrivera à bon port. Les Français et les autres peuples d’Europe recevront notre message, 5 sur 5.

http://fr.novopress.info/72137/immigration-et-islamisation-angoissent-les-classes-moyennes/

Nous rendrons publique, dans une semaine la liste complète de nos invités, outre Oskar Freysninger. Il y aura des intervenants aux sensibilités politiques fort différentes, venus de plus de dix pays européens. Des membres d’associations, des intellectuels, des élus, Français et européens.

Nous savons exactement tout ce qui va se passer. Nous devinons qu’ils vont faire l’objet de pressions aussi fortes que celles que doit subir Oskar Freysinger, en ce moment. Nous imaginons même que les anti-racistes de service – nous verrions Sopo monter au créneau – vont demander, comme il y a 6 mois lors de l’apéro du 18 juin, l’interdiction du rassemblement, dans lequel ils vont voir « des appels à la haine rappelant les heures les plus sombres de notre Histoire ». Nous n’avons pas oublié ce qui est arrivé à Oskar Freysinger, en Belgique, il y a quelques semaines : les deux lieux réservés pour son intervention avaient été décommandés au dernier moment, et il n’avait pu intervenir que grâce à l’accueil de Philip de Winter, responsable du Vlaams Belong (ce que le journal suisse omet de préciser). Nous imaginons l’inévitable Caroline Fourest pérorer sur France Culture, ou/et dans Le Monde, pour qualifier à nouveau les Identitaires de « néo-nazis antisémites » et renvoyer dos-à-dos les Résistants à l’islamisation de leurs pays et les fascistes islamistes, en disant que ce n’est pas bien d’être extrémistes.

Nous savons donc que le mois qui va venir va être difficile. Nous ne sommes pas paranoïaques, seulement lucides. Pour la bien-pensance, il est inconcevable que les peuples européens commencent à comprendre que l’islam n’est pas une religion d’amour et de paix pervertie par quelques extrémistes, comme cherchent à les en convaincre leurs dirigeants depuis plus de trente ans. Il est encore plus inadmissible, en période de chômage de masse et de crise sociale grave, que ces mêmes dirigeants continuent à leur imposer une immigration essentiellement venue des pays arabo-musulmans qui ne fait que renforcer l’offensive des islamistes. Toute une partie de la gauche – que Pat Condell qualifiait fort justement de nouvelle extrême droite – va qualifier cette initiative de tous les qualificatifs possibles. Nous ne savons pas encore s’ils vont oser appeler à une manifestation de protestation, sur le thème « Touche pas à mon islam », mais nous attendons cela avec une curiosité amusée.

Pat Condell – Le multiculturalisme en Europe est mort, et bien mort

Ce qui sera en jeu, le 18 décembre, sera la liberté d’expression en France, rien de plus, rien de moins. Dans un pays où le président de l’Assemblée nationale a obtempéré à une fatwa de Moussaoui, le 30 septembre dernier, et où, dans certaines villes, des catholiques reçoivent des pierres ou des insultes quand ils vont prier, est-il encore possible de tenir une réunion publique, à Paris, pour alerter nos concitoyens sur la réalité de l’islamisation de leur pays ?

Réponse dans quelques semaines, mais bien évidemment, quels que soient les mauvais coups que nous sentons venir, nous mettrons tout en oeuvre pour que cette initiative puisse se tenir, quoi qu’il arrive, faites nous confiance.

Source:

Riposte laique Initiative européenne du 18 décembre : la presse suisse veut se faire Oskar Freysinger !