Francaisdefrance's Blog

12/02/2012

Je n’avais pas oublié…

.

Et oui, c’est DIMANCHE!

Donc FDF est de (semi) repos. Ca revient souvent, ces dimanches, je trouve.

Je garde un oeil sur les commentaires, au moins… Avec ce que j’ai balancé hier dans la tronche aux envahisseurs…

Profitez en pour vous balader dans la colonne de droite. Il y a plein de liens intéressants.

Reprise des activités en fin d’après-midi.

Bonne journée à vous toutes et à vous tous.

FDF

10/02/2012

Sharia4Belgium. Fouad BELKACEM: 2 ans de prison pour incitation à la haine à l’égard des non-musulmans !

Prenez en de la graine, les enturbannés de Forsane Alizza !

FDF

.

Connu sous le pseudo d’Abou Imran, le leader du groupe salafiste « Sharia4Belgium », arrêté le 9 avril dernier à Paris, lors d’une manifestation contre le voile intégral, aurait été relâché le même jour en dépit du mandat d’arrêt international lancé par le Maroc, révèle, aujourd’hui, jeudi 28 avril, le site belge le vif.be.

Abu Imran, de son vrai nom Fouad Belkacem, a été condamné à 10 ans de prison pour trafic de stupéfiants, au Maroc.  La Belgique refusant d’extrader les personnes de nationalité belge, mais la France aurait pu le faire.

http://www.yabiladi.com/articles/details/5374/france-d-extradition-belgo-marocain-imran.html

IL ETAIT TEMPS    ET ENCORE CE N’EST PAS ASSEZ    mais parions qu’il fera appel   IL A L’HABITUDE      IL AVAIT DEJA 14 CONDAMNATIONS

NOTEZ  QUE CET INDIVIDU  EST   « ATTENDU »  AU MAROC     OU IL A ETE CONDAMNé

JC JC…

.

Sourcehttp://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/855774/sharia4belgium-2-ans-de-prison-pour-incitation-a-la-haine-a-l-egard-des-non-musulmans

Le porte-parole haine de Sharia4Belgium a été condamné à deux ans de prison par le tribunal correctionnel d’Anvers.

Le tribunal correctionnel d’Anvers a condamné vendredi Fouad Belkacem (29 ans), porte-parole du mouvement islamique radical Sharia4Belgium, poursuivi pour incitation à la violence et à la haine à l’égard des non-musulmans, à deux ans de prison ferme et 550 euros d’amende. Fouad Belkacem peut encore interjeter appel de sa condamnation.

Présent lors du jugement

Le prévenu était absent durant l’étude de l’affaire, mais a finalement souhaité être présent lors du jugement. Il a été interpellé vendredi matin sur la Sint-Jansplein lors d’un contrôle de police, mais a finalement pu se rendre au palais de justice pour assister à l’audience.

L’intéressé a diffusé régulièrement ces dernières années des vidéos sur internet dans lesquelles il incitait à la haine et à la violence contre les non-musulmans, réclamant en outre la fin de la démocratie. Il s’en prenait également aux homosexuels.

Harcèlement

Il était également poursuivi pour avoir harcelé les proches d’un femme politique flamande, Marie-Rose Morel, après son décès. Il avait d’ailleurs qualifié sa mort de punition divine.

Déjà 14 condamnations

L’individu a déjà écopé de quatorze condamnations devant le tribunal de police et de plusieurs condamnations correctionnelles pour vol avec violence, rébellion, diffamation, menaces et infraction à la loi contre le racisme

Source: http://www.rtl.be/

Tournante mortelle à Marseille !

Un français dans le tas! C’est assez rare pour le signaler…

Circonstances atténuantes pour les violeurs: victime consentante (bien entendu) et pratiques courantes dans les quartiers… A vomir

Pauvre gamine.

FDF

.

La condamnation des criminels. Pas de remords.
Deux osent faire appel.
Cécilia, saoulée à mort et violée par Emmanuel Denis, Anis Nafti, Mounir Tinouiline et Fahem Djermoune.

http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/tournante-mortelle-6970372.html

« Pour moi, j’ai bien élevé mon fils.   IL FAIT LA PRIERE   ET LE RAMADAN …… » dit la mère de Fahem Djermoune…

Un bon musulman, en fait…

http://www.laprovence.com/article/marseille-5401

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/marseille-lautre-proces-dun-plan-sexe-qui-a-tourne-au-crime

Merci à JC JC…

09/02/2012

Coucou !

Amis lectrices, amis lecteurs..

Un petit problème d’ordi coince mon blog.

Je dois donc trouver la panne et réparer. Ca devrait re-fonctionner dans la matinée.

Avec toutes mes excuses.

FDF

05/02/2012

Nous sommes le 5… Dimanche 5 février. Dimanche, en fait. Dimanche, quoi…

Et qu’est-ce qu’il fait le dimanche désormais, FDF? Il se repose ! Car toute la semaine, c’est ça:

Et toujours (presque) de bonne humeur).

Alors, on ne change pas les bonnes habitudes récemment instaurées.

Je reprends mes activités vers 17h30 (si j’ai envie).

Bon dimanche à toutes et à tous et couvrez-vous si vous sortez. Chez moi il fait………………..(attendez, je vais voir) Moins 11 !!!

Bonnets, gants, écharpe, doudoune, bottes fourrés et j’irai probablement aérer ce qu’il me reste de neurones… Faites en de même.

Rien sur l’agenda, aujourd’hui…

Alors, on démarre calmement par çà:

FDF

04/02/2012

Ressorti des tiroirs et pour faire plaisir à SOS Racisme…

L’islam des prison (photo L’Express).

.

Ca me travaillait ces éternuements de SOS Racisme qui remettaient en cause les dires de Guéant. Et j’aime bien aller au bout des choses. 

Alors, à leur intention, j’ai ressorti ce qui suit… L’islam carcéral et la délinquance sont étroitement liés… On en voit des preuves tous les jours…

On converti, dans les prisons françaises. Où de nombreuses « chances pour la France » y purgent des peines plus ou moins longues. A leur sortie, ils retournent dans leurs cités, dans leurs quartiers, où leur vie continue. Mais là, ils ont un but: tous leurs actes sont « couverts » par l’islam…

FDF

.

L’islam première religion dans les prisons françaises

En l’espace d’une quinzaine d’années, l’islam est devenu la première religion revendiquée derrière les barreaux hexagonaux. Miroir grossissant du malaise des banlieues, le phénomène révèle le désarroi d’une jeunesse à la recherche d’un cadre moral, et de plus en plus sourde aux valeurs de la République.

Quatre murs, peints à la hâte, dessinent les traits d’un drapeau tricolore (bleu, rouge et gris). Règne une odeur de moisi. Entre les tables de ping-pong, des paires de baskets jonchent le sol. Là, quatre-vingts détenus, dressés comme un seul homme, les pieds nus sur leur tapis de prière, s’imprègnent du prêche de l’aumônier. Les phrases se succèdent en rafale dans un français approximatif. « Si quelqu’un veut t’entretuer, c’est antimusulman », lâche Missoum Abdelmadjid Chaoui, aumônier régional de l’Ile-de-France/Centre. Jonglant entre l’arabe et le français, l’imam, enveloppé dans sa djellaba d’un blanc immaculé, évoque les « événements qui nous traversent » : l’Irak, la Palestine, l’affaire Ilan Halimi et le « deux poids, deux mesures ». Les caricatures ? « Il n’y a pas de liberté d’expression lorsqu’il y a blasphème », souffle t-il.
Le directeur de l’établissement, indifférent, regarde sa montre. Comme souvent, la prière du vendredi, la seule de la semaine, sera amputée d’un bon quart d’heure pour cause d’activité sportive.
Un homme s’avance. Blond, la barbe naissante, les yeux brillants surmontés d’épais sourcils, David est tout entier absorbé par ce qu’il s’apprête à vivre : sa conversion. L’aumônier descend de son estrade et s’installe dans un face-à-face éclair. « Tu n’agis sous la contrainte de personne ? » « Non », répond le jeune homme, le corps et la tête inclinés. « Tu connais les cinq piliers de islam ? » « Oui. » « Maintenant, répète après moi. » David ne parle pas un mot d’arabe, mais récite docilement la profession de foi. Il s’applique. Deux minutes plus tard, ce « gaulois » de 25 ans, rebaptisé Mohammed, fait ses premiers pas dans la « grande famille des musulmans ». Il jubile. Le résultat, selon lui, de plusieurs de mois de discussions avec son codétenu musulman. L’envie, aussi, de s’armer de certitudes simples, bien tranchées et surtout de s’assagir : « Je veux me tenir bien, garder patience comme Dieu le demande. » Fin de la « récré ». Dans la bousculade, chacun rejoint sa solitude. Les quelques mètres carrés de sa cellule, dans ce bâtiment B où sont entassés les jeunes gars des banlieues, surreprésentés derrière les barreaux de la maison d’arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine). Comme dans nombre de prisons françaises.
« Intégration à l’envers »
En l’espace d’une quinzaine d’années, c’est peu dire que la population carcérale française a connu un bouleversement radical : alors que les musulmans représentent moins de 10 % de la population française, 50 % des détenus, voire 70 % à 80 % dans certaines maisons d’arrêt proches des banlieues sont de cette confession. Loin devant les autres, l’islam est devenu la première religion carcérale de France. Loin devant les autres, même si les statistiques officielles, elles, restent muettes. Dans cet univers qui rappelle étrangement celui des ghettos noirs américains, les « gaulois » convertis, qui s’émancipent, comme David, par l’intégration fusionnelle à l’islam, sont plutôt l’exception. « Ceux qui embrassent l’islam en prison le font en général pour ne pas se sentir exclus ou par mimétisme », note un policier des renseignements généraux, qualifiant ce phénomène d’« intégration à l’envers ».
La règle derrière les barreaux de Fleury-Mérogis, Fresnes, ou Bois-d’Arcy, c’est plutôt celle-là : entassés entre des murs qui se lézardent, les détenus âgés de 18 ans à 29 ans (souvent majoritaires) nés de père maghrébin et issus de culture musulmane, sont dix fois plus nombreux que les autres. Plus que partout ailleurs dans l’Hexagone, le phénomène « black-blanc-beur » reste un fantasme. Une gifle monumentale pour l’intégration à la française. Plus violente encore pour l’administration pénitentiaire et sa mécanique rouillée, qui, plus que toute autre institution de la République, a dû mettre de l’huile dans ses rouages, déchirer le voile opaque de ses habitudes.
Dans la douleur, à en croire le sociologue Farhad Khosrokhavar. Avec son regard tranchant comme une lame de rasoir, ce professeur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) décrit les déficiences de prise en charge du rituel musulman : « L’insuffisance de l’armature institutionnelle, voire son insignifiance pour traiter le problème musulman est incontestable », diagnostique t-il. « Je n’ai aucun soutien logistique », témoigne, Abdehlak Eddouck, un des aumôniers musulmans de la centrale de Fleury-Mérogis. En prison, enseigner l’islam semble presque aussi difficile que de le pratiquer : « L’aumônier est un fantôme entre ces murs, pestent, en écho, nombre de détenus de Nanterre, il est toujours trop pressé. »
« Thon, thon et thon »
Farid en sait quelque chose, lui qui n’a jamais rencontré le moindre référent religieux lors de son séjour de neuf mois derrière les barreaux pour un délit qu’il dit n’avoir pas commis. Né à la Martinique dans un milieu de catholiques fervents, ce métis de 29 ans, doux comme un agneau, s’est converti à l’islam à l’adolescence après avoir atterri, avec sa famille, en banlieue parisienne. C’était quatre ans avant de purger sa peine à Bois-d’Arcy. Une blessure qui ne s’est pas refermée : « J’ai beaucoup prié pendant ce temps. Je me disais, Dieu m’éprouve. Le plus dur était de décevoir ma mère et de ne pouvoir pratiquer convenablement ma religion. » Au menu chaque jour de sa détention : « thon, thon et thon », pour éviter d’ingurgiter du porc. « Ma mère apportait des draps pour faire des tapis de prière et il a fallu déchirer la couverture du Coran pour le faire passer en cellule. Auraient-ils fait cela avec la Bible ? »
Pas nécessairement pratiquante, ni assidue dans l’observance des rituels, la population musulmane emprisonnée éprouve néanmoins, de façon unanime, un sentiment d’inégalité, voire d’injustice. L’administration pénitentiaire a dû faire face au problème. A la fin des années 1990, face au vide sidéral qui entoure l’exercice du culte, elle assiste, impuissante et fébrile, à la multiplication des prières collectives sauvages aux fenêtres des cellules, au prosélytisme rampant dans les cellules et dans les cours de promenades. « L’islamisme radical est devenu un phénomène de masse, tranche sans nuance un magistrat de la section antiterroriste du parquet de Paris. Avant, le violeur se faisait casser la gueule. Maintenant, il est récupéré par des individus dotés d’une aura inimaginable. » Du côté des RG, le discours se veut nettement moins alarmiste : « Il faut relativiser ces réseaux islamistes, y déclare-t-on en coulisses. Leurs noyaux actifs recrutent peu en prison. Ces jeunes sont plutôt utilisés pour vol et trafic de faux papiers, mais on ne les retrouve pas au cœur de la machine terroriste. » Selon un récent rapport du même service, véritable radioscopie des fous d’Allah, au sein des 188 établissements pénitentiaires français, moins de 175 individus (sur 64 000) s’adonnent au prosélytisme islamiste, dont une demi-douzaine seulement semblent susceptibles de basculer dans l’action violente. En 2005, les RG n’ont recensé qu’un un peu moins de 200 actes de prosélytisme dans les prisons : appel à la prière collective (30 %), pressions sur les codétenus (20 %), exigences diverses comme l’aménagement de locaux religieux, etc.
Réconcilier la foi et la loi
Un casse-tête tout de même pour l’administration pénitentiaire qui, au-delà de la technique de l’isolement, impossible en termes d’espace, a vite saisi l’intérêt de travailler main dans la main avec les représentants d’un islam considéré comme modéré. L’influent recteur de la mosquée d’Evry (Essonne), proche des autorités marocaines et de l’Arabie Saoudite, Khalil Merroun a, lui, essuyé les plâtres à la centrale de Fleury-Mérogis, un temps gangrenée par l’islamisme radical : « Il y a deux ans, j’y ai trouvé un désert côté religion. Les autres cultes ont peur de partager le gâteau. Seulement, moi, j’ai réussi à créer un vrai dialogue avec les salafistes qui faisaient la prière de façon anarchique. » Ce réconciliateur de la foi et de la loi, comme il se définit lui-même, n’est pas peu fier d’évoquer la guerre des nerfs qu’il aurait remportée contre un système verrouillé à triple tour, pour y introduire de la nourriture hallal, des tapis et des livres de prière. Au compte-gouttes…
Aujourd’hui, seuls trois aumôniers musulmans rémunérés (pour trente catholiques) essaient de répondre aux attentes des milliers de musulmans incarcérés dans les vingt-cinq prisons d’Ile-de-France/Centre. Douze autres le font de façon ponctuelle et bénévole. Mais l’aumônerie musulmane doit aussi, balayer devant sa porte. Ce qui est loin d’être le cas. Minée par des querelles fratricides de plus en plus pathétiques, l’hydre du Conseil français du culte musulman (CFCM) renforce l’image chaotique de l’organisation de ce culte. La priorité : dispenser des formations solides et clarifier le rôle, encore flou, donné aux aumôniers des prisons (au même titre que ceux des hôpitaux, écoles ou casernes). Simples pompiers de l’islamisme radical ? Educateurs ? Prédicateurs ? A la Mosquée de Paris qui dispense, chaque semaine, des cours censés former, en deux ans, des aumôniers, les 20 personnes présentes en ce samedi glacé de février, ont bien du mal à répondre. Quoi de commun entre un imam et un aumônier ? « Leur rôle n’a strictement rien à voir ! », s’emporte un participant. « Il est le même, répond froidement le professeur, apprendre le Coran et le transmettre. » Et surtout refuser de jouer le rôle, taillé sur mesure par les médias, de pompiers de l’islamisme.
Responsable aguerri de l’aumônerie protestante de France, Jean-Marc Dupeux l’explique en une formule : « On n’est pas aumônier antiterroriste comme on pourrait être juge antiterroriste. » Selon l’ancien secrétaire général de la Cimade, cette instrumentalisation reviendrait à trahir cette noble mission qui ne se joue pas sur un terrain politique. « Nous sommes des ni-ni », convient-il. Ni juges, ni surveillants, ni psychiatres. Une oreille pour apaiser la douleur en recueillant la détresse, une parole pour donner un cadre, une respiration.
Fils de leur temps
Une respiration certes vitale pour dénouer l’écheveau des petites rancœurs qui, mises bout à bout, nourrissent les pires frustrations, mais qui n’en demeure pas moins dérisoire. « Un cautère sur une jambe de bois », se désespère un psychiatre de Fleury. « Leur rôle pour apaiser les consciences est quasi nul, mais ne mettez surtout pas cela dans ma bouche ! », entend-on en boucle ici et là, au sein du personnel pénitentiaire. C’est que le nœud du problème se situe ailleurs. A quelques kilomètres des murs de barbelés, dernier maillon d’une chaîne qui a depuis longtemps déraillé : au cœur des banlieues françaises.
« Mauvaises raisons »
Bienvenue à Grigny, dans l’Essonne, un département qui compte de nombreuses conversions à l’islam. Une commune pauvre, peuplée d’immigrés et divisée en deux blocs distincts : Grigny I la Grande-Borne, tristement célèbre depuis une quinzaine d’années, et Grigny II, cité HLM des années 1960 qui va chercher racine dans le Val-de-Seine. « N’oubliez pas Grigny III ! C’est comme ça ici qu’on nomme la prison de Fleury ! », insiste le beau Karim, un des « grands frères » de la cité. Comme lui, de nombreux jeunes ici y ont fait des séjours prolongés ou répétés… De la petite délinquance au crime, la cité est le creuset et le parfait reflet du monde carcéral. Voilà plus de dix ans qu’Amar Henni, ancien éducateur de la ville, arpente cet univers de béton, planté au milieu d’espaces verts trop rares, et dont il connaît chaque recoin. Avec ses embrouilles, ses galères et ses solutions bouts de ficelle. « Ces jeunes, explique-t-il avec tristesse, se sont construits leur propre lecture du monde, ignorant celle de la République. Ils sont les fils de leur temps, plus que de leurs parents, ajoute-t-il, l’œil fermé, pour eux, la religion pose la limite. C’est un échec de nos institutions. » Voilà qui enrage le fougueux Amar, l’inquiète et mobilise en lui la flamme jamais éteinte du militant communiste viscéralement attaché à une certaine idée de la justice et de l’égalité. « Car la politique doit rassembler les gens, or là c’est la religion qui le fait. » La religion encore qui permet de supporter le quotidien, à la Grande-Borne, comme en prison, avec laquelle le cordon ombilical n’est jamais rompu. D’ailleurs, « aujourd’hui, beaucoup de jeunes veulent devenir musulmans pour de mauvaises raisons », confirme Karim. « La foi qui s’empare d’un cœur perdu comme un voleur se barre à corps perdu », écrivait Charles Péguy…
Parangon de justice
Dans les banlieues, comme dans les prisons, leurs miroirs grossissants, l’islam se heurte à un certain nombre de problèmes. A commencer par l’incapacité individuelle et collective de ces jeunes à devenir des citoyens. Moussa, français d’origine camerounaise, en est l’exemple. Ce grand baraqué de 26 ans a déjà passé plus de deux ans et demi derrière les barreaux. En partie pour des délits qu’auraient commis « des frères » qu’il voulait protéger. Mais cela Moussa n’en dira pas un mot, préférant évoquer les raisons profondes de sa conversion à l’islam. « Chez nous, les chrétiens, les parents nous disent “débrouille-toi”. Avec mes sept frères et sœurs, on a manqué de règles. L’islam, que j’ai découvert à 14 ans, m’a apporté cette discipline. » La religion lui enseigne alors « la patience, la solidarité et une certaine éthique ». Plus tard, en prison, des grands frères, « avec qui il n’est pas question de concurrence », lui donnent le sentiment d’appartenir à une communauté effervescente et fraternelle, l’aidant, par le biais de la foi « à croire » en lui. Recroquevillé dans son blouson de cuir, Moussa, toute lueur sarcastique bannie de son visage, évoque les difficultés de la sortie. Son casier, qui lui ferme les portes du monde de l’emploi. « Déjà que c’est dur sans, alors avec », souffle-t-il. Et en revient de façon presque obsessionnelle à l’islam, ce parangon de justice à laquelle il se fie comme pour oublier l’injustice des hommes.
« Pour beaucoup de prisonniers, l’islam correspond à un besoin de se construire un code éthique, avec une insistance sur le respect, le refus de nuire, le refus aussi du mensonge, la quête du droit chemin. Autant de normes que la vie dans les banlieues ne délivre pas » , traduit le sociologue Farhad Khosrokhavar.
Bylal, jeune Laotien élevé dans le chaudron plus tiède du bouddhisme, s’est réveillé, un jour, à l’issue d’une longue phase de coma, hospitalisé derrière les barreaux. Un vol à l’étalage et une course-poursuite avec la police l’avaient catapulté huit mètres en dessous d’un pont. « A cette période, se souvient-il, je faisais des choses malsaines. Je montais sur mes “grandes ailes” pour un rien, j’allumais tout le monde. » Une pratique beaucoup plus assidue de l’islam auquel il s’était converti à l’âge de 12 ans, lui a permis depuis, à l’entendre, de dissiper ce « côté obscur : il m’a donné une personnalité avec des principes. » Et l’a aidé à grandir et à devenir le danseur de hip-hop respecté qu’il est devenu aujourd’hui.
Un état de non-culture quasi absolu
Armés de leur connaissance souvent rudimentaire des textes (« La femme sort de la côte de l’homme, elle n’a pas de cœur », dit Bylal), les jeunes des banlieues (et des prisons) recherchent dans l’islam, ni plus ni moins qu’un code moral, aussi fataliste soit-il, pour briser l’enchaînement de la délinquance. Un moyen, aussi, de dire « merde », par le biais d’une idéologie « simple », aux gens d’en haut, ces « nantis ». De refuser « le culte de l’argent et du profit » qui les a exclus de ses circuits.
C’est tout le problème. « Un amalgame est fait entre banlieue défavorisée et islam, ce qui pousse des “gaulois” à s’en réclamer », regrette le père Thierry David, aumônier à Fleury-Mérogis. En prison, selon lui, le problème serait un soupçon plus poussé : « L’état de non-culture y est quasi absolu. 70 % des détenus sont illettrés et en rupture familiale lourde. Les aumôniers musulmans tentent d’apporter une réponse religieuse à un problème sociologique. Une crise identitaire. Grave erreur ! » C’est en tout cas une question clé : faut-il voir l’islam des banlieues avant tout comme une religion ou une idéologie ?
Un élément paraît déjà certain : sur les cendres du christianisme, la décomposition des mouvements d’extrême-gauche et la dissolution des cultures ouvrières, de nombreux exclus et déshérités de France, y ont trouvé un nouveau cadre moral. « Ma religion, conclut Karim, c’est mon identité. Je suis musulman avant tout. » Faut-il s’en inquiéter ?

Quelques chiffres
Les musulmans qui forment 7 % à 8 % de la population française composent entre 50 % et 80 % des personnes incarcérées. Entre 18 ans et 29 ans, il y a, environ, en prison, neuf fois plus de jeunes issus d’un père maghrébin que de jeunes issus d’un père français. Enfin, les « musulmans » en prison désignent surtout les populations masculines des banlieues (les femmes sont très peu nombreuses), parmi lesquels les jeunes (entre 15 ans et 35 ans) forment la grande majorité.
Source : Farhad Khosrokhavar, l’Islam dans les prisons, Balland, 2004.

Ghaleb Bencheikh dénonce « les imams ignares »
« Des jeunes hommes à l’horizon opaque et qui cherchent leur voie se trouvent entraînés par un phénomène de groupe. La discipline interne à l’islam (interdits alimentaires, prière cinq fois par jour) les séduit. Et certains passages coraniques sont exploités par des prédicateurs et des doctrinaires qui tentent de les instrumentaliser. De nombreux imams ignorants, voire ignares, leur disent en substance qu’ils sont des damnés de la terre, des pauvres dont la rétribution se fera devant Dieu qui les vengera des riches. Malheureusement, l’islam n’a pas encore eu le temps de former des imams gallicans. Dans le même temps, l’œuvre de sécularisation a rendu le vocabulaire de l’Eglise pudique dans sa relation à Dieu. Elle ne parle plus de Dieu mais de transcendance et de spiritualité, tout un vocabulaire un peu incompréhensible pour les jeunes. Les imams eux parlent de Dieu, d’amour, de châtiment, c’est primaire mais plus accessible à leur entendement. Ce qui me paraît plus décisif encore, c’est qu’on leur dit : si tu suis les préceptes coraniques, tu n’auras pas le sida, tu ne te drogueras pas et tu n’iras pas en prison car Dieu est un garde-fou, une balustrade, une balise à nos comportements sur terre, dans un contexte où les aînés juifs et chrétiens vivent dans des sociétés dépravées. De quoi sublimer toutes leurs frustrations par une pratique de la religion ascétique, mécanique, et souvent plus ostentatoire. Un ritualisme desséchant qui n’élève pas nécessairement l’intelligence du cœur et la raison. » Ghaleb Bencheikh est physicien, docteur ès sciences, président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, animateur de l’émission Islam sur France 2. Dernier ouvrage paru : la Laïcité au regard du Coran (Presse de la Renaissance, 2005).

Gabriel Mouesca : « La question n’est pas religieuse mais sociale »
– Que vous inspire la surreprésentation des populations de culture musulmane en prison ?
Pour nous, avant d’être des musulmans, ce sont des pauvres. La question n’est donc pas d’abord religieuse mais sociale, car les prisons, depuis une dizaine d’années sont peuplées de jeunes issus de l’immigration et de quartiers eux-mêmes pourvoyeurs de pauvres. Leurs grands-pères furent de la chair à canon, leur père de la chair à patron, les plus jeunes sont devenus de la chair à prison.
– L’institution pénitentiaire s’est-elle bien adaptée à ce phénomène ?
Elle s’y est très mal adaptée. Cela fait à peine deux ans que l’on parle de l’encadrement des musulmans en prison. Qui plus est, la justice n’a réagi que face à la pseudo-radicalisation des détenus. La question de l’islamisme radical est instrumentalisée à des fins politiques. On veut nous faire peur avec le fantasme de « l’islamisation de la société française ». Or, l’activisme des islamistes radicaux en prison est mineur. On n’y fabrique pas les futurs terroristes.

Gabriel Mouesca est président de l’Observatoire international des prisons, ancien détenu libéré après dix-sept ans de détention.

SCHWARZ JENNIFER – Publié le 1 mai 2006 – Le Monde des Religions n°17

Sos Racisme commence par nous « pomper grave..

Que se passe t’il chez SOS Racisme? Ils n’ont plus les subventions habituelles? Ils feraient mieux de s’occuper du récurrent problème du racisme anti-blancs. Ca leur donnerait meilleure presse… Mais ça, ce n’est pas dans leur « programme ».

A signaler que l’on peut se faire une idée sur la délinquance « étrangère » ici: http://tinyurl.com/7gxkzng

Allez visiter les prisons: l’ayant fait moi-même, je peux assurer ici que la population carcérale en France est (je vais être « très gentil) à plus de 60 % constituée de « jeunes issus de l’immigration »… Allez aussi assister aux audiences des tribunaux… Edifiant. Et pour plus d’infos, lisez les « faits divers » dans la presse: les patronymes des délinquants (quand ils sont publiés) ne laissent aucune équivoque.

C’est constatable partout. Alors, les menaces de Sos Racisme…

D’ailleurs, pour ébranler un peu l’arrogance de SOS Racisme: je vous livre un témoignage imparable: http://tinyurl.com/84wq6xw

.

Une question suggérant que « le mode de vie des étrangers tournerait autour de la délinquance » aurait été posée sur le site internet de l’UMP.

SOS Racisme a dénoncé, dans un communiqué diffusé samedi matin, « un sondage consternant » diffusé sur le site internet de l’UMP, liant immigration et délinquance. Selon l’association de lutte contre le racisme, une question suggérant que « le mode de vie des étrangers tournerait autour de la délinquance » aurait été posée sur le site internet de l’UMP, « avant d’en disparaître ». Après vérification par l’AFP, cette « question de la semaine » figurait pourtant toujours samedi matin sur le site de l’Union pour un mouvement populaire.

Cette question est ainsi formulée : « Pour lutter plus efficacement contre les actes de délinquance commis par une frange de la population qui a fait de la violation de la loi pénale son mode habituel de vie, doit-on expulser les étrangers auteurs de tels faits ? » « En faisant très clairement le lien entre délinquance et immigration, cette question est de celles qui participent de la stigmatisation des étrangers », déplore SOS Racisme. « En outre, ajoute l’association, à travers cette question, c’est vers une réinstauration pleine et entière de la double peine que l’on oriente les internautes, à l’instar des propos de Claude Guéant au mois de décembre. »

Fin décembre, le ministre de l’Intérieur avait mis la « délinquance étrangère » au menu de la campagne présidentielle. Sur Europe 1, il avait déclaré qu’il entendait faire adopter dans les mois suivants une loi qui permettrait de priver de titre de séjour un étranger qui se rendrait coupable d’un délit grave, dès lors qu’il vit en France « depuis peu de temps » et qu’il n’y a « pas d’attache familiale ». « Nous espérons que l’UMP ne se lance pas, en tant que parti, dans cette course folle vers une démagogie haineuse et que cette question n’est qu’un loupé qui ne se reproduira pas », mettait en garde, samedi, SOS Racisme.

Source: http://www.lepoint.fr/

31/01/2012

Islamistes: six ans de prison pour avoir projeté un attentat en France !

Encore de l’incitation à la haine, je pense? Eux, c’est de la préméditation de meurtre de Français. Mais c’est moins grave. N’est-ce pas, m’sieur Thierry A. ?

FDF
.

QUAND ON VOUS DIT  QUE LA RELIGION D’AMOUR DE PAIX ET DE TOLÉRANCE,  n’est pas une religion, mais une doctrine de haine et de destruction, en voici une preuve supplémentaire.
On pourrait croire que les terroristes se reproduisent, et qu’il se transmettent en héritage la haine génétique, qu’ils ont en eux.
Malgré l’efficacité de la Police  et des services de renseignements le danger  du CANCER ISLAMISTE, demeure chez nous , aussi…

.

« L’accusation leur prête un projet d’attentat à la voiture piégée qui aurait visé un bâtiment public de la police situé près de la tour Eiffel, à Paris. Ils auraient prévu de placer une bombe artisanale dans un camion qui aurait explosé au pied de la cible. »
« L’enquête avait débuté après l’interception par les forces de l’ordre d’un message diffusé sur le site de propagande djihadiste Minbar SOS, animé en Belgique par la veuve de l’un des assassins du commandant afghan Ahmad Shah Massoud. Ce message appelait à mettre une bombe dans le métro parisien. »
De la Syrie, où il était parti s’installer durant un an entre 2006 et 2007, Rany Arnaud aurait posté sur ce site une centaine de messages appelant au djihad ou critiquant la France, « ennemie d’Allah »

En 2009, les enquêteurs accusaient Rany Arnaud d’avoir voulu s’en prendre au siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), à Levallois-Perret. Aujourd’hui, l’accusation lui prête un projet d’attentat à la voiture piégée qui aurait visé un bâtiment public de la police, situé près de la tour Eiffel à Paris.

Trois jeunes Français de confession musulmane ont été condamnés, jeudi 26 janvier, par le tribunal correctionnel de Paris à des peines d’un an et demi à six ans de prison ferme pour avoir ourdi un attentat contre la France.
Rany Arnaud, Nadir Badache et Adrien Guihal avaient été interpellés en décembre 2008 à Paris et dans sa banlieue. Selon les enquêteurs, Rany Arnaud, un converti à l’islam de 29 ans, projetait alors d’acquérir de grosses quantités de nitrate, un produit pouvant entrer dans la composition d’explosifs
L’accusation leur prête un projet d’attentat à la voiture piégée qui aurait visé un bâtiment public de la police situé près de la tour Eiffel, à Paris. Ils auraient prévu de placer une bombe artisanale dans un camion qui aurait explosé au pied de la cible.
Selon Le Figaro, en 2009, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) accusait Rany Arnaud d’avoir voulu s’en prendre à son siège, à Levallois-Perret.

MESSAGES LANCÉS DE LA SYRIE
Les trois hommes ont finalement été reconnus coupables d’association de malfaiteurs à visée terroriste. Rany Arnaud a été condamné à six ans de prison ; Nadir Badache, à deux ans dont six mois avec sursis ; Adrien Guihal, à quatre ans dont un an avec sursis. Un quatrième prévenu, Youssef Laabar, jugé pour des faits connexes, a lui été condamné à dix-mois mois de prison ferme.
L’enquête avait débuté après l’interception par les forces de l’ordre d’un message diffusé sur le site de propagande djihadiste Minbar SOS, animé en Belgique par la veuve de l’un des assassins du commandant afghan Ahmad Shah Massoud. Ce message appelait à mettre une bombe dans le métro parisien.

De la Syrie, où il était parti s’installer durant un an entre 2006 et 2007, Rany Arnaud aurait posté sur ce site une centaine de messages appelant au djihad ou critiquant la France, « ennemie d’Allah » parce qu’elle combat en Afghanistan au côté des Etats-Unis.

Merci à JC JC…

Les traîtres se dévoilent…

Ils veulent nous emmerder? Parfait. Le gros problème (pour eux), c’est que nous avons à notre disposition des moyens de lutte que eux n’ont pas… Et nous n’avons pas encore tout dévoilé. Ca, c’est prévu si le ton monte. Et je suis sûr qu’il va monter…

Les preuves du racisme anti-blanc et anti-chrétien, j’en ai plein mes tiroirs. Et c’est du lourd. Avis aux amateurs et lècheurs de babouches.

Un délateur précédent me reprochait « de me cacher derrière un hébergeur hors de France ». Mon cher Antony, tu te caches derrière un proxy (mais on sait retrouver, ne t’inquiète pas…). Ca peut durer un peu plus longtemps, c’est tout. Et là: avalanche de mails anonymes. Boite mail qui explose et tout le toutim… C’est pas marrant, tu sais.

Allez; on t’aime aussi. Gros poutous!

FDF


.

*************************************************************************************

Anthony commented on C’est quoi un « collabo »? Quelqu’un qui dénonce, aussi, non ?

Qu’est ce que ça peut faire de savoir de quel manière il s’est marié avec cette musulmane, selon la coutume ou pas ?! IL Y A AUCUN RAPPORT AVEC CE QU IL A DIS
vous renvoyez toujours les gens vers ce groupe, Forsane Alizza.. on serait presque forcer de croire que vous avez des actions chez eux!
ils vous font l’amour ou quoi pour autant parler d’eux ? »

PS : je mange un bon couscous chez mon ami marocain en ce moment et je vous emmerde

 

More information about Anthony

IP: 62.113.219.5, tor12.anonymizer.ccc.de
Email: anusepiler@hotmail.com
URL:
Whois: http://whois.arin.net/rest/ip/62.113.219.5

********************************************************************************************************************************

Merci à Mike…

« Mike commented on 2012: fin du monde; islamique, aussi…

« vitrifier la mecque » -> mais où va t-on ?!
vous avez raison, continuez comme ça après tout, ce n’est que FDF qui est en 1ère ligne…

bordel les gars mais arretez , les plaintes ne vont pas trainer et vous continuez! pensez un peu à fdf c est sur son dos !! on pense tous la même chose mais pitié gardez ça pour vous ! »
***********************************************************************************************************************

Mike a entièrement raison. Merci à lui.

Il vous faut surveiller vos commentaires. FDeSouche a eu le même problème, il y a quelques temps: il a eu des ennuis à cause de commentaires un peu trop « hards »… Il a donc bloqué les commentaires sur son site.

Sur ce blog, je le les bloque pas. Mais je vérifie. C’est pourquoi, parfois, vous remarquerez que vos commentaires ont été un peu modifiés… On ne va pas tendre le bâton pour se faire battre; surtout en ces temps de délation et de dhimmitude exacerbées où un tas d’abrutis nous surveillent et nous tendent des pièges. S’ils ils n’ont que ça à faire, je les plains. Les plaintes pour racisme et autres délits inventés pour que le vrais Français se soumettent sont à nouveau à la mode (ça s’était un peu calmé).

Heureusement que nous avons de quoi riposter derrière avec tous ces actes de racisme anti-blanc et anti-chrétiens dont je possède de fabuleux et précieux échantillons (et je ne suis pas le seul, loin de là…).

Mais vous êtes de grands garçons et de grandes filles et vous aurez compris…

Il faut savoir manipuler la résistance avec précaution… Tant que la bataille n’est pas gagnée. Car nous allons la gagner.

Amitiés.

FDF


29/01/2012

C’est encore dimanche !!!

Incroyable comme les semaines passent vite. Nous sommes déjà dimanche. Il va falloir que je m’offre encore quelques heures de repos. J’ai honte… Même pas vrai!

Tiens; pour vous faire plaisir, je vous communique le bilan de fréquentation du blog, arrêté à hier soir vers 22h00. Excellent mais peut mieux faire… Je parle pour moi.

Non mais c’est aussi grâce à vous toutes et vous tous… Du bon boulot. Si j’étais rémunéré à chaque visite, je serais en train de me faire rôtir la couenne au soleil dans les îles j’aurais investit dans des formes complémentaires d’information encore plus puissantes concernant la bataille contre ce cancer qu’est l’islamisation de notre société. Mais bon, ce n’est pas le cas…

Au programme, comme d’habitude en ce jour béni: grasse mat et farniente jusqu’à ce que mes doigts commencent à trembler par manque de tripotage de mon clavier (Henri, pas de remarques désobligeantes…). Je devrais commencer à être en manque en fin d’après-midi.

A plus tard, donc, et:

FDF

Ah, j’oubliais… Pour mes potes de Forsane Alizza:


28/01/2012

Forsane Alizza: les menaces s’intensifient. Ils nous promettent une lutte armée !

Cavaliers de la fierté…

.

Ce sont vraiment des maboules, ces abrutis!

Vous allez nous em…… encore longtemps avec ces provocations incessantes? Vous méprisez notre justice? Vous menacez le peuple de France? Et en plus, vous n’êtes pas chez vous? Remontez sur vos ânes et retour au bled avant que nous nous énervions pour de bon.

Vous savez, un ancien dictateur Africain disait: « on ne courre jamais aussi vite qu’une balle de fusil« . Je pense qu’il avait raison.

Vous êtes allés trop loin, cette fois. Guéant fait ce qu’il peut. Mais si on lui lâche un peu les rènes… Et nous serons derrière pour terminer le travail.

Alors, pendant qu’il est temps, planquez-vous et barrez vous. L’islam de France ne doit pas être fier de vous. Vous leur faites une sacré publicité… Je ne pense pas qu’ils vous cautionnent encore longtemps. Même qu’ils pourraient faire le ménage eux-même…

Une lutte armée… Pfffffffffffffffffffff. Et quoi encore, des attentats? On vous attend. Et dire que c’est nous, les racistes. Et dire que c’est nous que l’on puni pour incitation à la haine. Mais nous sommes des rigolos par rapport à ces idiots là.

FDF

.

Le groupuscule islamiste, dont Claude Guéant a récemment annoncé la dissolution, dénonce la stigmatisation de l’islam en France et n’exclut pas d’y répondre.


Mohammed Achamlane (torchon blanc sur la tête), porte-parole de Forsane Alizza.

Le groupuscule Forsane Alizza, dont Claude Guéant a annoncé la dissolution, n’exclut pas d’appeler à la lutte armée si «l’islamophobie s’intensifie», a déclaré vendredi son «porte-parole», Mohammed Achamlane.
Alors qu’on lui demandait lors d’une rencontre avec des journalistes s’il pouvait appeler à la lutte armée, il a répondu: «C’est possible, si l’islamophobie s’intensifie de jour en jour».

Mohammed Achamlane qui s’exprimait près de la mosquée Omar Rue Jean-Pierre Timbaud à Paris, a évoqué des mosquées brûlées, des tags, des agressions et des stigmatisations dans les films, dans les chroniques et dans les journaux.

«Il se pourrait qu’un jour ça arrive. A force de stimuler la haine contre les musulmans c’est automatique», a-t-il insisté, entouré d’une vingtaine de ses partisans qui avaient le front ceint d’un bandeau portant la profession de foi islamique, le visage parfois dissimulé sous un keffieh.

«On va se communautariser»
«Si les gens ne comprennent pas que notre révolte va se traduire par des actes, il faut être complètement insensé», a encore dit Mohamed Achamlane qui se fait appeler Abou Hamza du nom de l’oncle paternel du prophète Mohammed.

Interrogé sur la réaction de Forsane Alizza (Cavaliers de la fierté) si sa dissolution était confirmée, il a répondu: «Nous allons intensifier l’alliance avec les musulmans et le désaveu des mécréants qui nous sont hostiles de plus en plus. Donc on va se communautariser clairement.» Le groupuscule a encore récusé les propos de Claude Guéant qui l’accuse de former des personnes à «la lutte armée».
«Je réfute ces accusations. Je dis à ce ministre « Comment se fait-il que des terroristes soient en liberté? ». Soit il est incompétent ainsi que ses services, ou bien il laisse délibérément des individus dangereux dans la nature», a répondu M. Achamlane qui a reconnu néanmoins que le groupuscule «se prépare physiquement pour d’éventuelles agressions».
«On est clair là dessus, nous ne le cachons pas, nous ne le dissimulons pas puisque plusieurs femmes se sont fait agresser par des islamophobes.» Levant haut les bras pour exhiber ses gants de combat, il a précisé être arrivé «équipé» pour une éventuelle agression par des «islamophobes».

Source: http://www.liberation.fr

27/01/2012

Les Français pas confiants vis à vis de l’islam… Auraient ils compris ?

Ponction dans l’opinion des Français. Ils ne sont pas dupes; mais ont du mal de réagir. Ca viendra…

Nous somme là pour les y aider…

FDF

.

Pour 76% des Français, «l’islam progresse trop en France»

 Et grâce à qui ?
.

Selon un sondage sur les valeurs des Français (à six mois) de l’élection présidentielle, réalisé du 2 au 4 novembre par l’Ifop pour Europe 1 et Paris Match , 76 % des Français estiment que « l’islam progresse trop en France ». Un chiffre en progression de 5 points par rapport à une question similaire posée il y a tout juste un an.

L’enquête montre également que la laïcité est une valeur plébiscitée par 81 % des Français (+ 1 point par rapport à l’automne 2006), mais derrière l’effort, le travail ou l’entreprise.

Ce sondage qui, selon l’Ifop, montre que « les Français plébiscitent des valeurs qui sont au cœur du pacte républicain » (liberté, égalité, fraternité), souligne donc aussi « une radicalisation des Français sur des sujets de crispation identitaire ». Ils ne sont par exemple que 14 % à estimer que « l’État devrait aider financièrement à la construction de mosquées » (contre 28 % au printemps 2006).

Enfin, 76 % des Français disent n’avoir « plutôt pas confiance » dans les autorités religieuses, ce qui place les religions parmi les institutions qui leur inspirent le moins confiance : aussi peu que les médias, mais plus que les partis politiques qui arrivent bons derniers (85 % de défiance). Seules institutions à rassembler une majorité de Français leur faisant confiance : les maires (67 %).

Source : http://fninfos.fr/

26/01/2012

Dissolution des « Cavaliers de la fierté »; suite…

Les « cavaliers de la fierté » vont trinquer…
Rassemblons nos forces et chargeons un max Forsane Alizza !!! Aidons Claude Guéant à nettoyer les écuries d’Augias!
FDF
Mohammed Achamlane cherche des « soldats »…
.
Forsane Alizza soutient notamment le Nantais Lies Hebbadj, qui vit avec plusieurs femmes.

Le ministre de l’Intérieur lance un message de fermeté à l’islam radical, annonçant l’expulsion d’un imam accusé d’avoir appelé à « fouetter à mort » les femmes adultères et la dissolution d’un groupe qui a mené des actions contre la loi sur le voile intégral.

Une commission des expulsions se prononcera le 7 février sur l’imam tunisien Mohammed Hammami, officiant rue Jean-Pierre Timbaud, à Paris, dans le XI e arrondissement, haut lieu de la mouvance tabligh (transmission du message coranique). Le religieux, un septuagénaire en France depuis des décennies, est accusé par le ministre de l’Intérieur d’avoir tenu « des propos violemment antisémites » et d’avoir appelé « à fouetter, à mort, la femme adultère ». En dix ans, 34 imams ont été expulsés sur un total de 146 islamistes éloignés de France.

Dissolution des « Cavaliers de la fierté »

Le ministre a également annoncé la dissolution du groupuscule Forsane Alizza («Les Cavaliers de la fierté »), qu’il a accusé de former des personnes « à la lutte armée, pour toute éventualité terroriste contestataire qui pourrait se présenter ». Mohammed Achamlane, qui se présente comme « un porte-parole » de Forsane Alizza, et qui vit en Loire-Atlantique, a confirmé avoir reçu ce week-end un courrier lui annonçant la décision du ministère de l’Intérieur de dissoudre son mouvement, et lui demandant une réponse sous dix jours.

Dans les deux cas, « ce sont des procédures qui, conformément à notre droit, sont des procédures contradictoires, c’est-à-dire que l’administration fait part à l’association en cause, d’une part, et puis à l’imam d’autre part, de ce qui leur est reproché, leur demande leurs observations et puis ensuite une décision sera prise », a expliqué M. Guéant.

Une poignée

Forsane Alizza n’est pour l’heure pas la cible d’une procédure judiciaire dans le cadre de la législation antiterroriste. Mais l’Intérieur y décèle « un sas de radicalisation » où seraient dispensées « des formations au combat ».

Le groupuscule anime un site internet sur lequel il diffuse régulièrement des vidéos. Selon des sources policières, ses militants sont une poignée, « une centaine, peut-être un peu moins », selon la place Beauvau.

Ses membres ont fait parler d’eux à plusieurs reprises. En juillet 2010, visages dissimulés, ils avaient exhorté les passants à ne plus aller au McDonald’s, accusant l’enseigne de restauration rapide d’être au service d’Israël. Cette action avait valu en septembre une peine de prison avec sursis à Mohammed Achamlane, reconnu coupable d’avoir relayé la scène dans des vidéos sur le net. Il avait également été condamné pour avoir appelé à brûler le code pénal dont « pas une ligne ne protège les musulmans ». Il n’avait pas assisté à l’audience, la quittant avant le début aux cris d’ « Allah Akbar ». Il y a quelques mois, Forsane Allizza a prétendu avoir brûlé un exemplaire du Code pénal à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour protester contre la loi sur le voile intégral. Mohammed Achamlane se fait appeler « Abou Hamza » du nom de l’oncle paternel de Mahomet.

Sur son site, Forsane Alizza annonçait « une soirée spéciale recrutement » ce mercredi, expliquant que l’organisation recherchait « surtout des soldats ! » L’appel s’adressait particulièrement aux adeptes des « sports de combat ». Mohammed Achamlane anime également une boutique, où il est par exemple possible d’acquérir une « montre espionne », équipée d’une petite caméra.

Source: http://www.lalsace.fr/

.

C’est Jean-Mi qui va être content…

Et merci à Henri…

23/01/2012

Au revoir, Forsane Alizza !!! Les « cavaliers de la haine » sont bientôt hors circuit !!!

Pour ceux qui ne connaissaient pas, allez voir ici ce que se permettaient ces intégristes: http://www.forsane-alizza.com/

Ca y est. Ils ne nous emmerderont bientôt plus, les « cavaliers de la fierté » !Un peu de patience, le temps à la Justice de faire son boulot. Mais bon; les momos de Forsane ont l’épée de Damoclès prête à leur tomber sur le chiffon.

Nous avons, grâce à nos actions diverses, réussi à faire prendre la bonne décision à Claude Guéant qui a purement et simplement dissous le groupe !!!

Merci à tous ceux qui ont participé à la chute de ce groupe de malades; je pense en particulier à SOS Francophobie

Mais ne nous leurrons pas. Ces islamistes intégristes vont renaître sous une autre forme. A nous tous d’être vigilants.

Et merci à Claude Guéant qui a fait preuve de patriotisme, même si c’est un petit peu électoraliste…

FDF

.

Dissolution d’un groupuscule islamiste !

.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéanta annoncé aujourd’hui la dissolution d’un groupuscule islamiste, Forsane Alizza, jugeant « insupportable que dans notre pays, un groupement forme des personnes à la lutte armée« .

Contacté par l’AFP au téléphone, un porte-parole de Forsane Alizza, « Les Cavaliers de la fierté », a immédiatement réfuté toute dimension armée, jugeant que les propos du ministre relevaient de « la pure calomnie » et « de la diffamation ».

Bonus: http://tinyurl.com/79yoovk

Source: http://www.lefigaro.fr/

Merci à Marco de m’avoir alerté… Et à SOS Francophobie d’avoir apporté des précisions.

22/01/2012

Pause dominicale: j’y prend goût…

Et oui; pourquoi FDF n’aurait pas droit à sa pause dominicale chaque semaine? Je vous avoue que ça me fait du bien…

Désormais, le dimanche sera consacré à d’autres activités que de dire du mal de l’islam et de le prouver, même si c’est interdit. Surtout si c’est interdit, d’ailleurs.

Alors demain, grass’mat et vitesse réduite dans mes occupations. Je jetterai tout de même un oeil à vos commentaires, toujours intéressants.

Profitez en pour re-visiter ma « production antérieure »…

Et bon dimanche à vous toutes et à vous tous.

A ce soir…

FDF

21/01/2012

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE: esclavagisme des temps modernes…

Une jeune Marocaine esclave de son mari et de sa belle-famille

.

Et oui, ça se passe en France, au XXIe siècle… On a du mal d’y croire, hein?

Et pourtant c’est l’oeuvre de la « religion » d’amour, de paix et de tolérance… Il faudrait que ces attardés rentrent au bled, et vite. Il vaudrait mieux pour eux…

FDF

.

Séquestrée, frappée, contrainte de faire le ménage et de satisfaire l’appétit sexuel de son mari – voire de son beau-père – une jeune Marocaine a vécu un véritable calvaire à Châlons de juillet 2009 à mars 2010. Son mari encourt six mois ferme, son beau-père six mois avec sursis.

L’ESCLAVAGE a la vie dure.

Dans beaucoup de pays africains, d’obédience islamique, l’homme considère que rien ne sert d’éduquer la femme… Myriam (*), une jeune Marocaine de 24 ans, infirmière diplômée au Maroc, ne pensait pas un jour être réduite à l’état de chose, d’esclavepar son mari et son beau-père, ici, en France.
Pendant 9 mois, la jeune femme a été séquestrée, battue, violée par son mari, agressée par son beau-père et contrainte de faire le ménage chez ses beaux-parents.

Un mariage d’amour

Myriam a épousé Mouhssine, 30 ans, en 2008 au Maroc. Né en France, il rentrait régulièrement au pays pendant les vacances. C’est là qu’il a rencontré la jeune femme.
Le couple s’est rapidement marié, « un mariage d’amour », selon Myriam. « Tout se passait bien. Il n’y avait pas de problème »… Même avec ses beaux-parents. Un bonheur parfait, tellement parfait que Myriam va suivre son époux à Châlons-en-Champagne. Un rêve pour elle que de vivre en France.
Mais un rêve qui va se transformer en cauchemar dès son arrivée en France le 29 juillet 2009.
Dès lors, Myriam aura juste le droit de s’occuper des tâches domestiques chez elle et ses beaux-parents et de satisfaire l’appétit sexuel de son mari… qu’elle le veuille ou non.
Frappée tous les jours, privés de tous papiers d’identité (confisqués par son mari pour éviter qu’elle ne s’échappe), elle va connaître une vie de recluse avec interdiction d’allumer la lumière ou de regarder la télévision. Sa seule occupation : les tâches ménagères.
Les événements vont prendre une tournure dramatique le jour où Myriam va annoncer à son époux qu’elle est enceinte.

Faire « tomber » le bébé

Ce soir-là, dans la nuit du 1er au 2 mars 2010, il va la rouer de coups, la tirer par les cheveux, lui cogner la tête contre le bois du lit, tenter de l’étrangler pour « faire tomber le bébé », autrement dit la faire avorter de force.
Sans l’intervention d’une voisine, qui a eu le courage d’appeler les secours et ce, malgré les menaces dont elle sera victime, jamais Myriam ne serait sortie des griffes de ses tortionnaires.
Ce soir-là, elle sera hospitalisée et ne remettra plus jamais les pieds chez elle.
Lors de son audition, elle va évoquer son calvaire au quotidien, les brimades, les coups, les relations sexuelles forcées. Elle va mettre en cause son beau-père qui aurait tenté de l’agresser sexuellement en octobre 2009. Ce dernier a toujours nié les faits, y compris mercredi lors de l’audience du tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne.
Quant au mari, il a tout fait pour ne pas faire face à ses juges. Il ne s’est jamais présenté aux convocations des experts (psychologue et psychiatre).
Lors de la première audience qui devait se tenir le 24 août, il s’est fait porter pâle.
Mercredi, il travaillait et ne pouvait décemment pas dire à son patron qu’il comparaissait en justice pour violences et agressions sexuelles sur son épouse…
Il a donc été jugé en son absence. Anne Guérin, substitut du Procureur, a requis 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant 2 ans pour le mari, 6 mois avec sursis pour le beau-père. L’affaire a été mise en délibéré au 15 février.
Myriam, aujourd’hui maman d’un petit garçon né prématurément en raison des coups qu’elle a reçus, vit dans un foyer. Les policiers ont pu lui restituer les papiers d’identité que son mari lui avait confisqués. Elle apprend le Français et tente de se reconstruire, seule, loin de sa famille qui l’a rejetée.
Myriam n’est malheureusement pas un cas isolé. Le Comité contre l’esclavage moderne, une association française créée en 1994, estime entre 2 000 et 4 000 le nombre de cas d’esclavage domestique en France.
Au Maroc, c’est juste l’appellation qui change. On ne parle pas d’esclavage mais du phénomène de « petites bonnes ».

Source: http://www.lunion.presse.fr/

En France, le seul raciste ne peut être que français ou blanc… Ben non.

Ahhhhhhhhhhhhhhhh. Encore un site qui approuve le fond de ma pensée… Ca fait plaisir de ne pas se sentir seul à brailler contre le racisme anti-blanc. Il y a encore des patriotes, en France… Il y a encore des gens qui « en ont ».

Merci de ton action, Jean-Michel…

FDF

.

Le racisme ANTI-FRANÇAIS c’est tabou en France !
Samedi 21 janvier 2012

A bonne question, réponse rapide et sans équivoque aucune; OUI ! Bien évidemment que le racisme ANTI-FRANÇAIS c’est tabou en France ! [Télécharger la vidéo Ici…] Dans un 1er temps saute à nos yeux une évidence irréfutable, le seul raciste ne peut être que français ou blanc…Et pourtant Dieu sait si la francophobie est légion, représenté de façon les plus graves qu’ils soient. Un regard narquois par une bande de « d’jeunes », on traverse doucement la route en prenant bien soin de regarder les automobilistes, on insulte les Français, on « Nike et on chie sur leurs drapeaux », pardon pour ces quelques doux mots, mais ce n’est qu’un échantillon de ce qui nous fût « vomi » le jour de notre mariage, par une trentaine de Maghrébins les yeux exorbités par la haine qui sortait de chacun de leur pores de francophobe ! [Voir Ici…]

Les français, on les tabasse, évidemment toujours à plusieurs contre un nombre inférieur, le un face à un, les yeux dans les yeux n’est pas la 1re qualité de ces francophobes avérés !

Oui le racisme ANTI-FRANÇAIS c’est tabou en France et pour cela plusieurs causes en sont les détonateurs, sinon tout du moins cautionaires…

Les partis politiques totalement à la recherche de voix, je pense à toute la gauche confondue ! Cette gauche qui s’autoproclame « sociale », je rigole aisément, sociale avec qui ? Avec toute cette masse d’émigrés que nous ne pouvons économiquement plus supportés – rendez-vous compte, que la France est bien l’unique pays qui « AUTORISE » des clandestins à marcher dans la rue, à réclamer un statut, oui la France permet à ces gens là de manifester… Et en tête de cortèges, qui voit t’-on ? Toujours les mêmes idiots, issus d’une gauche islamo-démago, qu’ils soient politiques, journaleux à la semelle de ces politiques, puis des guignols du « show bin’s »…
Il faut être un peut sérieux quand même, lorsqu’apparait en première ligne certains imbéciles de la secte dogmatique gauche, politicards, chanteurs, acteurs, des Ruquier qui puent l’activisme gauchiste à plein nez et la haine de la démocratie sous forme de je déteste la différence, exemple factuel, avec ses comportements indigne par rapport à Mme Marine Le Pen, au point de l’insulter, bref ! Un gugusse de télé, véritable trouduc qui ne connait même pas l’étymologie de ce mot magnifique qu’est DÉMOCRATE !  Tous ces dhimmis qui « fabriquent ce que devient notre pays, et ce depuis tant et tant d’années » !
Un jour, nous étions un pays riche, avec des valeurs…aujourd’hui des racailles de tout genre insultent nos flics, leurs crachent aux visages, leurs tires dessus à l’arme de guerre, aux mortiers entre autres. Et nos forces de l’ordre, elle qui reçoivent des ordres, ceux de fermer leurs gueules et de ne pas riposter…et de s’en prendre plein la citrouille !
Stoppons là l’hypocrisie perfide, « du j’aime l’autre, France pays des droits de l’homme » et toutes ces fadaises. Nation qui accueille tous sans se soucier des lendemains difficiles pour le véritable français qui dors dans la rue, ne mange pas tous les jours à sa faim, c’est cela la vérité, car oui c’est difficile, alors tout les incapables, tous les idiots qui forment les têtes de cortèges de ce qui ne devrait pas être, vous n’êtes vous que des nantis, des riches, chez vous pas de chance de vous retrouvez face à une bande de dégénérés qui vont vous lattez la tête, ou vous trainer sur des mètres afin de vous piquer 10 € ! Bande de clowns ridicule, vous êtes tellement pathétique, grotesque et risible, que vous n’en êtes même pas crédible…

Avez-vous vécu la misère ? L’avez côtoyé un jour ? Et quand j’entends et je vois des anarchos rasto francophobes tels debouze la bouse, mais c’est en France qu’il a fait fortune cette demi-portion et c’est en France qu’il pousse ces coreligionnaires à la haine du Français, à la révolte – tout comme la bouteldja. Celle-là c’est dans les foyers Sonacotra qu’est sa place ou dans son pays qui n’est certainement pas la France, quand je vois tous ces gens-là la gerbe me monte, je passerai sur d’autres francophobes et adorateur de la charia tel tariq ramadan !

Et Mohamed achalmane à qui notre gouvernement autorise encore et toujours à mettre en ligne ce qu’il pense de notre pays, sa haine de nous les français nons musulmans, ce pays qui je le crie haut et fort n’est pas le sien… Mais combien sont-ils ? Des milliers que nos gouvernants laissent salir et humilier notre peuple, notre pays, ils se laissent humilier eux même. Et Mr Sarkozy qui a fait la misère à un pauvre bougre qui « a osé le prendre par l’épaule » ! Eh oui, on touche pas à Sarko… Mais dans quel monde vivons-nous ? Ou sommes-nous ?

Somme-nous bien en France, pays ou le seul raciste ne peut être que Français ou un mécréant de plus ! Je ne veux plus de cette France, je VEUX retrouver ma France, celle que j’aimais, celle de mes aïeux, celle pour laquelle je me suis battu !

Dire que tant de crapules et d’inutiles qui plus est francophobes, ont la « Légion d’honneur »…! Bande d’inutiles.

Nous avions déjà traité de ce sujet d’ailleurs !

Oui, je suis en colère face à toute cette injustice que l’on nous balance sur « canapé sauce social, France terre d’accueil » ! Cela deviens insupportable et le peuple français commence à bouillir tout doucement, il est long à démarrer à la façon d’un moteur diesel, il se fout de tout jusqu’au jour ou !

Dormez bien sur vos 2 oreilles, car 2012 sera une année violente. Merci à tous nos dirigeants et tous ces gens précités !

Jean-Michel

Source: http://www.sos-francophobie.fr/

20/01/2012

Allemagne : une musulmane enceinte consulte un médecin homme. Le mari tue le bébé à coups de poing !

Ne me dites pas encore que ces « gens » sont normaux… Ce malade s’en fout, d’avoir tué un enfant dans le ventre de sa mère. Il lui en fera un autre. Au nom d’Allah.

Pauvres cons, va !

FDF

.

Un musulman a frappé plusieurs fois sa femme dans le ventre parce qu’elle avait consulté un médecin homme.
Les coups de poing ont provoqué une hémorragie cérébrale du bébé. La mère en était à 7 mois de grossesse. Malgré un accouchement en urgence, le bébé est mort peu après.
L’enfant n’étant pas encore né, l’homme ne sera pas inculpé pour meurtre mais pour « avortement ».

SOURCES :http://policeetrealites.wordpress.com/

http://web.de/magazine/nachrichten/panorama/14545612-kindstod-prozess-nach-offenbar-religioes-motivierter-gewalttat.html

Merci à JC JC…

17/01/2012

Provocation à la discrimination raciale envers les roms: France Télévisions blanchie !

Wesh wesh! C’est pas nous, m’sieur !

.

Bonne nouvelle assortie d’un message clair: tout le monde le sait, il ne faut pas le dire. Roms et racaille ne sont pas incompatibles. Beaucoup de leurs victimes peuvent témoigner.

A quand une jurisprudence de telle sorte pour la relation entre racaille et « jeunes issus de l’immigration »? C’est pareil: tout le monde le sait (surtout ceux qui les côtoient de près) mais il est INTERDIT de le dire. On va se gêner, tiens!

Des témoignages seront faciles à trouver…

FDF

.

Le groupe avait été condamné en appel pour avoir fait l’amalgame entre les Roms et la délinquance dans l’émission « C dans l’air ».

France Télévisions, qui avait été condamnée en juillet 2010 par la cour d’appel de Paris pour provocation à la discrimination raciale envers les Roms, a été blanchie par la Cour de cassation, selon un arrêt consulté mercredi par l’AFP. France Télévisions était poursuivie pour l’émission C dans l’air diffusée en février 2005 sur France 5 et consacrée à la délinquance parmi les gens du voyage. Intitulée « Délinquance, la route des Roms« , l’émission était accusée par des associations de Roms, le Mrap, la Licra et la Ligue des droits de l’homme, d’avoir fait « l’amalgame entre les Roms et la délinquance« .

En mai 2009, le tribunal correctionnel de Paris leur avait donné raison et avait condamné l’ancien PDG de France Télévisions, Marc Tessier, à 5 000 euros d’amende et Yves-Marie Laulan, qui était intervenu dans l’émission en sa qualité d’expert des questions démographiques, à 3 000 euros d’amende. Les deux hommes avaient, en outre, été condamnés à verser des dommages et intérêts aux plaignants.

Liberté d’expression

Les juges avaient, en revanche, relaxé l’animateur Yves Calvi ainsi que le criminologue Xavier Raufer, invité sur le plateau de l’émission. Le 1er juillet 2010, la cour d’appel de Paris a confirmé cette condamnation. Mais France Télévisions s’est pourvue en cassation. Le 7 juin, la chambre criminelle de la Cour de cassation a annulé l’arrêt de la cour d’appel et blanchi définitivement Marc Tessier et Yves-Marie Laulan.

Dans son arrêt, la plus haute autorité judiciaire a estimé que les propos litigieux, « portant sur une question d’intérêt public relative aux difficultés d’intégration de la communauté rom, ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d’expression » et que « le délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale n’était constitué en aucun de ses éléments ».

Source: http://www.lepoint.fr/

Merci à JC JC…

« Page précédentePage suivante »