Il est originaire d’un village de 800 habitants dans le haut Jura et aimerait bien y revenir. Depuis sept ans, Marc (1) est policier à Paris dans une compagnie d’intervention. Et depuis vendredi soir, sa maman, imagine que son fils a de plus en plus envie de quitter la capitale. « Ce qu’il a vu est horrible… »

Jeanine (1) était devant sa télévision vendredi soir mais elle ne s’est pas couchée très tard. « C’est quand je l’ai éteinte que ça a dû se passer. J’ai reçu un appel de ma fille qui m’a dit : “Il y a des attentats à Paris ! Marc y est…” »

On ne peut alors imaginer l’angoisse des proches du policier. Ils l’apprendront plus tard, mais Marc se trouve à deux pas de la salle du Bataclan, où a lieu la prise d’otages. Il doit surveiller un bar. « J’ai regardé la télévision jusqu’à trois heures du matin », reprend Jeanine. « Et puis j’ai juste reçu un message de mon fils. » Marc ne rentre à son appartement que dans la matinée. Il appelle alors sa mère. « J’étais rassurée qu’il soit dans son lit. Il était fatigué. Il m’a dit qu’il devait porter deux gilets pare-balles et un casque, que c’était très lourd. Et puis, il m’a raconté que ce n’était pas beau à voir. Ce qu’il a vécu est horrible. Il a vu des scènes de sang, des têtes coupées… » Un calvaire qui a repris dès hier soir pour le policier, de nouveau en service.

http://www.leprogres.fr/france-monde/2015/11/15/mon-fils-qui-est-policier-a-vu-une-scene-de-sang-et-des-tetes-coupees