Francaisdefrance's Blog

12/06/2015

Notre révolte contre l’oligarchie va impliquer des renoncements…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 20:47

L’Histoire nous enseigne que lorsque ceux qui n’ont plus rien à perdre forment la majorité, la révolte des peuples vient assez naturellement.

Eric Guegen fait référence à Edward Bernays et nous rappelle comment le citoyen lambda, par attachement à son confort matériel et à sa réputation de bien-pensant, collabore avec « la main invisible » qui est à l’œuvre derrière ce projet de société que d’aucuns désignent par Nouvel Ordre Mondial. Je ne saurais lui donner tort. Son excellent papier omet toutefois (faute d’espace sans doute) la conclusion qui s’impose avec une implacable logique, une conclusion qui nous projette dans le futur et nous renseigne sur la conduite à tenir. Si les peuples veulent se révolter, les citoyens devront à titre individuel accepter des sacrifices.

L’Histoire nous enseigne que lorsque ceux qui n’ont plus rien à perdre forment la majorité, la révolte des peuples vient assez naturellement [1789 ou 1917 par exemple]. Tout est beaucoup plus complexe lorsque chacun a encore un pré carré à préserver, un tel son emploi, un tel sa retraite, un tel sa réputation, car l’homme n’est pas naturellement porté au sacrifice. Et pourtant, ce sacrifice est bien souvent nécessaire pour atteindre un optimum collectif, une équation illustrée par le dilemme du prisonnier énoncé en 1950 à Princeton par Albert W. Tucker.

Tucker suppose deux prisonniers (complices d’un crime) retenus dans des cellules séparées et qui ne peuvent communiquer ; l’autorité pénitentiaire offre à chacun des prisonniers les choix suivants. Si un des deux prisonniers dénonce l’autre, il sera remis en liberté alors que le second écopera de la peine maximale (10 ans) ; si les deux se dénoncent entre eux, ils seront condamnés à une peine plus légère (5 ans) ; enfin si les deux refusent de parler, la peine sera minimale (6 mois), faute d’éléments au dossier. Dans la pratique chacun dénonce l’autre croyant ainsi sauver sa tête et chacun se retrouve derrière les barreaux pour cinq ans alors que c’est la décision opposée, ne rien dire, qui aurait conduit à un optimum commun.

Dans la situation présente — celle d’un peuple qui sent son identité lui échapper à coups de textes de loi et autres règlements imposés par des traîtres et des usurpateurs — nous devons mettre au point un processus de socialisation permettant de résoudre le dilemme du prisonnier, c’est-à-dire de rendre stable la stratégie coopérative, qui est seule optimale. Ce processus consiste en une mobilisation totale et indéfectible autour d’un ou au maximum deux projets politiques moteurs et simultanément – toute la difficulté est là — renoncer à faire valoir nos divergences sur les questions de moindre importance ou accessoires.

Comment choisir ? Cette question n’est pas insurmontable si l’on identifie clairement la chaîne de subsidiarité entre chacune d’elles. « Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt » nous dit un proverbe chinois, ce qui en l’espèce peut se décliner de la manière suivante : de quel sujet essentiel de la vie politique contemporaine découle le plus grand nombre de questions qui affectent notre vie quotidienne. Le débat est ouvert.

Pour ma part et ceci n’engage que moi, la question de la réforme des institutions de la République prime sur celle de la construction européenne, qui à son tour prime sur celle du modèle économique de notre société, à partir de laquelle celle de l’immigration, puis de l’islam et enfin de la laïcité trouveront naturellement une issue.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :