Francaisdefrance's Blog

31/08/2014

Des muzz non diplômées, bâchées à la tête d’une école muzz et bientôt d’un collège NON MIXTE BIEN SUR

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 10:58
JCJC
Roubaix : des mamans, non diplômées,   MUSULMANES à la tête d’une école MUSULMANE  (et bientôt d’un collège)
ou les élèves apprennent leur coran, l’ARABE,  et certainement aussi les joyeusetés de l’islam ( lapidation, djihad, égorgements…..)   
C’EST  AUBRY BROCHEN DELORS QUI DOIT ETRE RAVIE, ça se passe dans son fief !!!!!   
VOILA DE BEAUX EXEMPLES D’INTEGRATION, D’ASSIMILATION !!!!  
Qu’en pense la nouvelle sinistre de l’éducation, la marocaine BELKACEM (payée par son roi) ???
EST CE QUE DANS CETTE ECOPLE MUZZ  ELLE IMPOSE AUSSI L’ENSEIGNEMENT DE SA THEORIE DU GENDER????

Par la rédaction pour Nord Eclair, Publié le 29/08/2014

ANGÉLIQUE DA SILVA-DUBUIS

Fondée en 2012, Arc-en-ciel, une école parentale musulmane double ses effectifs à la rentrée. Un établissement qui s’appuie sur la méthode Montessori. Une première en France à l’initiative de deux mamans qui envisagent de créer un collège non-mixte dans deux ans.

<iframe seamless border= »0″ height= »1″ height= »1″ src= »/sites/all/modules/custom/vdn/vdnfreemium/scripts/iframe_cookies.php?name=vdnfreemium&value=NBXF7Esf6G4KFC7xcc1QHtJ39mlActlOQZA8ZVne2hLhQhYnSTaFU6pPXXguFHcodfTawww4oItZezqJ0zpQ8D2I%2FJl3bsj44hcoHkwT%2FN4f3D%2BQKY7SEXR4yb9%2BIcTB&h=1a2ecde1″></iframe>

Alexandra Pichart et Alice Fertein sont à la tête de cette école parentale depuis 2012.  PHOTO NEAlexandra Pichart et Alice Fertein sont à la tête de cette école parentale depuis 2012. PHOTO NE

L’école Arc-en-ciel a vu le jour en 2012, rue de Lannoy, dans le sillage de l’association Grandir simplement fondée par Alexandra Pichard, 38 ans, et Alice Fertein, 33 ans, deux jeunes mamans converties à l’Islam. Cette école parentale accueille depuis deux ans une vingtaine d’enfants dans des classes mixtes. Il s’agit d’une école hors contrat. En France, il existe des écoles publiques, des écoles privées sous contrat avec l’État, à 90 % catholiques, et des écoles privées hors contrat. Des établissements qui développent souvent des méthodes innovantes mais la plupart sont confessionnelles (catholiques, juives ou musulmanes).

L’école Arc-en-ciel se revendique de la méthode Maria Montessori, une pédagogie basée sur l’éveil et l’autonomie de l’enfant. La page Facebook de l’école retrace le quotidien des enfants durant l’année scolaire écoulée : ateliers manuels, sorties au musée ou à la ferme, activités sportives… Entre les dessins d’enfants, on apprend que l’école a organisé une kermesse au printemps et qu’elle prévoit un forum des métiers l’an prochain. Bref, le journal d’une école ordinaire dont les frais de scolarité s’élèvent à 2 000 euros.

L’école Arc-en-ciel propose également un enseignement religieux du Coran. Un enseignement généralement prodigué dans les mosquées sur le modèle de la catéchèse. Évidemment, cela ne dit rien sur la réalité profonde de cette école indépendante qui, au même titre qu’une école catholique, a parfaitement le droit d’intégrer la culture religieuse.

Non-mixité pour les parents

Les journées portes-ouvertes étaient accessibles sur rendez-vous, à des moments différents pour les femmes et les hommes. Idem pour le déménagement de l’école. Aucune mixité n’était tolérée dans le cadre des travaux réalisés par les parents dans les nouveaux locaux de l’école installée sur deux sites place de la Gare, dans l’ancienne église évangélique, pour les primaires, et dans un immeuble de la rue Lacordaire pour les maternelles.

L’école ne renie pas les matières académiques – français, anglais, sciences… – enseignées au même titre que l’arabe ou encore l’art islamique. Des enseignements déclinés selon la méthode Montessori avec tout le matériel pédagogique conçu par la célèbre pédagogue italienne qui accordait une place importante à l’éveil à la foi. Une dimension spirituelle que l’école Arc-en-ciel a choisi très clairement d’appliquer au Coran et à la Sunna. Dans une approche originelle. Sur la liste des fournitures scolaires, les parents doivent prévoir un jilbab pour les filles et un qamis pour les garçons, des tenues rituelles. Et dans deux ans, Alexandra Pichart et Alice Fertein envisagent, très naturellement, de créer un collège non mixte.

L’académie a fait des «remarques»

Les écoles hors contrat ne sont pas tenues de faire appel à des enseignants diplômés. De la même manière que des parents peuvent décider d’enseigner à la maison. En l’espèce, selon le Code de l’éducation, le diplôme minimal requis dans le premier comme dans le second degré est le baccalauréat. Les enseignants n’ont pas l’obligation d’être titulaire d’un concours de l’Éducation nationale. L’école parle d’ailleurs d’accompagnatrices : «  La formation Montessori est obligatoire pour enseigner chez nous.  » Elles seront quatre pour accompagner les 38 écoliers attendus à la rentrée dans deux niveaux : 3-6 ans et 6-12 ans. Des écoliers qui viennent de toute la France, de Marseille, Lyon, Paris… «  Des gens déménagent pour scolariser leur enfant chez nous  », se félicite Alexandra Pichart. Sur 19 élèves l’an dernier, l’école accueillait une dizaine de Roubaisiens.

Les établissements hors contrat ont beau être indépendants, ils doivent répondre à un certain nombre d’obligations, sous le contrôle de l’académie. «  On s’assure en premier lieu que l’enfant n’est pas mis en danger sur le plan des bâtiments ou de l’hygiène. Ensuite, on s’assure que le cadre de l’obligation scolaire est respecté  » explique le rectorat. Et d’indiquer : «  Beaucoup d’écoles se cachent derrière la méthode Montessori, nous sommes très vigilants. »

L’école Arc-en-ciel a été contrôlée comme c’est l’usage depuis sa création : «  Nous avons fait plusieurs remarques », lâche l’académie. Mais rien d’alarmant, a priori.

De son côté, la ville a connaissance de l’existence de cette école. Elle est intervenue dans le cadre de la commission de sécurité, comme c’est le cas pour tout bâtiment public, en donnant un avis favorable à l’ouverture des locaux.

«On ne forme pas des petits intégristes»

Comment est née l’école Arc-en-ciel ? Avec plusieurs mamans nous avons choisi de faire l’école à nos enfants. Ils n’ont jamais fréquenté l’école classique. Nous avions envie d’une pédagogie différente et de préserver nos enfants de la violence de la société. Beaucoup de mamans musulmanes qui portent le voile se sentent exclues des écoles classiques alors qu’elles aimeraient s’investir et participer aux sorties pédagogiques. Ici, elles se sentent à l’aise.

Vous avez toutes les deux fréquenté « l’école de la République », quelle image en gardez-vous ? Alexandra : Une catastrophe ! J’ai fréquenté le public et le privé. J’ai été en échec scolaire très jeune. J’ai quitté l’école à 15ans pour faire de l’apprentissage. Dans mon histoire de maman, j’ai eu peur que mes enfants ne soient pas entendus comme je l’ai malheureusement éprouvé. Cela a nourri chez moi une méfiance à l’égard du système éducatif. Alice : J’ai gardé de bons souvenirs mais j’ai détesté le par cœur.

Êtes-vous soutenues par une mosquée ou une organisation ? Qui paye l’école ? Pas du tout. Nous sommes très attachées à notre liberté et surtout à notre pédagogie. On a eu des propositions mais on ne veut pas perdre le contrôle. Si on avait voulu se raccrocher à une mosquée, on n’aurait peut-être pas pu s’épanouir de cette manière-là. Ce sont les parents qui payent l’école.

La place de la prière ? Quand c’est l’heure de la prière, les enfants sont invités à y aller mais ce n’est pas une obligation. Nous, on y va. Ils sont libres de nous suivre.

Alexandra, vous étiez coiffeuse pour une célèbre maison de coiffure parisienne dans votre vie d’avant, pourquoi ce virage ? Mon voile. J’arrivais devant le salon, j’étais voilée, je me dévoilais pour travailler. Je n’étais plus en accord avec moi-même. Ensuite je me suis mariée, j’ai eu des enfants, et j’ai eu envie de pratiquer pleinement. Mais il m’arrive encore de rêver de mon métier…

Pourquoi l’Islam ? Parlez-nous de votre conversion. J’étais en quête. J’ai été élevée dans le catholicisme, j’ai fait ma communion. La foi était là. Mais il me manquait des choses. L’Islam a été une révélation à 20 ans. De là, j’ai annoncé à mes parents que je voulais revenir chez eux et me convertir. Quand j’ai vu que c’était compliqué pour eux, j’ai décidé de m’installer à Paris, je savais que je pourrais explorer ma religion comme j’en avais envie.

Et pour vous Alice ? Mes parents sont instituteurs. Et j’ai toujours voulu enseigner mais mon père me disait souvent de choisir un autre métier. J’ai eu un bac scientifique, puis un Deug math-informatique avant de passer le concours d’orthophonie auquel j’ai échoué. Avant de me lancer dans cette école, je donnais des cours autour de moi. Je me suis convertie à l’âge de 21 ans. J’ai grandi dans une famille catholique pas spécialement pratiquante. À la mort de mon grand-père qui avait vécu au Maroc, j’ai retrouvé un Coran dans ses affaires. Je l’ai pris et je l’ai lu en cachette.

Vous portez le jelbab, est-ce qu’il symbolise quelque chose ? Comment vos familles le perçoivent ? Non, c’est juste pratique parce que faire tenir un voile avec des épingles qui vous piquent le cou toute la journée, c’est pénible. Et on peut s’habiller comme on veut en dessous. Il n’y a pas de signe politique ou intégriste derrière ça. Mais le voile est très difficile à accepter pour nos proches. Le choc des cultures s’ajoute à de nombreux amalgames. Nous avons porté le voile avant de nous marier, ce ne sont pas nos maris qui nous l’ont imposé. C’est une question qui revient sans cesse. Mais on n’ignore pas que certaines femmes subissent des choses.

Quel courant de l’Islam suivez-vous ? On suit le Coran et la voie du prophète. Je ne fréquente quasiment pas les mosquées en dehors de l’Aïd. Il y a beaucoup de mouvances dans l’Islam… Chacun suit son chemin, son histoire. C’est compliqué, on est tous pris dans cette difficulté.

Sur le compte Facebook de votre association, un internaute parle des écoles laïques comme des « écoles de mécréants » qui « incitent les enfants à l’homosexualité ». Est-ce votre état d’esprit ? Nous le découvrons. Nous ne sommes pas dans la tête des parents. On essaie toujours de ne blesser personne avec nos convictions. Il est clair que le débat sur la théorie du genre a bousculé la communauté musulmane. Dans nos familles, même s’il n’y a pas de tabou sur les sujets de société, on ne tient pas à ce que nos enfants fréquentent des écoles où sont enseignées des choses qui nous échappent. Parler de l’homosexualité à des enfants, ce n’est pas le rôle de l’école.

Est-ce que la méthode Montessori est compatible avec l’Islam ? Absolument. Maria Montessori était de confession catholique mais elle a travaillé avec les enfants du monde entier et de toutes les confessions. Dans son approche, l’enfant est universel. Sa pédagogie permet une réelle ouverture d’esprit là où notre société met malheureusement les enfants musulmans à l’écart. Et dans la méthode Montessori, l’adulte n’est pas celui qui sait tout.

C’est la pédagogie avant la religion ? La religion, on la porte sur nous. Et l’école, on a choisi d’y intégrer une pédagogie. Ce sont les deux à la fois. Mais on ne forme pas des petits intégristes !

Au nom de l’Islam, certains s’en prennent à des minorités ethniques et religieuses en Irak notamment, qu’est-ce que cela vous inspire ? Ce sont des choses qui nous dépassent. Ce sont des gens égarés qui s’autoproclament guides au nom d’on ne sait quoi et qui sacrifient des innocents. Tout ça fait beaucoup de tort aux musulmans.

Pourquoi les musulmans de France et d’Europe ne se dressent pas contre toute cette haine ? On va se dresser comment ? Nous ne sommes qu’une minorité. On ne connaît déjà pas assez notre religion, comment voulez-vous qu’on intervienne, qu’on change le monde ?

http://www.nordeclair.fr/accueil/roubaix-des-mamans-a-la-tete-d-une-ecole-musulmane-ia0b0n465382

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :