Francaisdefrance's Blog

08/10/2013

une « conseillère » de LA TAUBIRA, condamée !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:02

Sihem Souid, ex-agent de la police aux frontières, était assignée en diffamation par l’un de ses anciens supérieurs pour son ouvrage critique paru en 2010.

Sur le plan civil, les deux auteurs du livre ont été condamnés, solidairement avec l’éditeur Philippe Héraclès (PDG de la maison Cherche-Midi), à 3 000 euros de dommages et intérêts.

L’auteur d’«Omerta dans la police» condamnée à une amende

AFP 8 octobre 2013 à 15:20

Sihem Souid, ex-agent à la police aux frontières (PAF), le 5 octobre 2010 à Paris. (Photo Jacques Demarthon. AFP)

Sihem Souid, ex-agent de la police aux frontières, était assignée en diffamation par l’un de ses anciens supérieurs pour son ouvrage critique paru en 2010.

L’ex-adjointe de sécurité de la police aux frontières (PAF) d’Orly Sihem Souid, auteur d’un livre dénonçant certaines méthodes de la police, a été condamnée mardi à 1 000 euros d’amende avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris. Elle avait été assignée en diffamation par un ancien directeur de la PAF de l’aéroport d’Orly, Alain Bianchi, qui faisait l’objet de plusieurs accusations dans le livre.

Sur le même sujet

Le tribunal a considéré qu’il n’était «pas établi» que Sihem Souid faisait preuve d’«animosité personnelle» à l’endroit de Alain Bianchi dans son livre, Omerta dans la police, publié fin 2010.

Il a reconnu la bonne foi des auteurs de l’ouvrage (co-écrit avec le journaliste Jean-Marie Montali) pour l’ensemble des passages incriminés à l’exception d’un seul qui laissait entendre que Alain Bianchi aurait obtenu des remises sur des contraventions.

Dans le livre, Sihem Souid accusait notamment Alain Bianchi d’avoir reçu de plusieurs compagnies aériennes des billets gratuits ou à gratuité partielle, en échange de sa bienveillance. Elle dénonçait également un climat de racisme et d’homophobie régnant, selon elle, à la PAF d’Orly.

Le tribunal a reconnu que la prévenue avait pu justifier, à l’appui de ses assertions, d’«un certain nombre d’éléments factuels». Sur le plan civil, les deux auteurs du livre ont été condamnés, solidairement avec l’éditeur Philippe Héraclès (PDG de la maison Cherche-Midi), à 3 000 euros de dommages et intérêts.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :