Francaisdefrance's Blog

21/08/2013

Qui a lu le coran ? Pas la plupart des musulmans !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 19:07

21 août 2013, 11:25 Auteur :  0 commentaire

Anna Lauwaert - CopiePar Anne Lauwaert (photo), auteur des Oiseaux Noirs de Calcutta (paru le 14 octobre 2012) et du Grimpeur maudit (paru le 15 novembre 2012).

À propos de l’abbé Guy Pagès qui ne veut pas apprendre l’arabe pour lire le coran, je voudrais vous raconter une expérience personnelle. Un jour il faudra raconter toute cette histoire…

Au début des années 1990 j’ai séjourné au Pakistan (et en Inde voir mon livre “Les Oiseaux Noirs de Calcutta”)

À Islamabad j’ai vécu dans une famille sunnite normalement religieuse. Nouvelle maison, plusieurs étages, confort moderne, y vivent, ensemble, les grands-parents, plusieurs de leurs enfants et de nombreux petits-enfants. Ce sont des gens charmants, accueillants et généreux dont je garde un magnifique souvenir.

Une ombre au tableau: l’année précédente je m’étais liée avec une des filles, elle n’était pas heureuse… sans doute l’avait-on mariée et n’était-ce pas une réussite… l’année suivante elle n’était plus là. Avait-elle succombé à un “kitchen accident” ?

Était-elle morte de chagrin ou s’était-elle suicidée ? On n’en parlait pas, tout le monde était triste et ses enfants vivaient maintenant avec leurs grands-parents.

Chaque soir, quand la grande chaleur était passée, Djamila, une des filles réunissait les enfants; tout le monde, même le petit dernier qui ne devait pas avoir plus de cinq ans, s’asseyait en tailleur dans la cour, avec un coran ouvert sur les genoux. Djamila en enseignait la récitation à ses neveux. Cette famille parlait l’urdu, le coran est écrit en arabe. L’urdu et l’arabe ont des écritures semblables, mais sont des langues différentes. Les enfants suivaient le texte avec le doigt pendant que leur tante récitait et ils répétaient après elle. Djamila se promenait au milieu d’eux, elle tenait en main un long bambou et quand un enfant se trompait, elle donnait un petit coup de baguette sur la main du mauvais élève : rien de méchant, mais tout de même, de la discipline… Quelqu’un comprenait-il ce qui se disait ? Je ne le crois pas, mais là n’était pas la question, l’important c’était de réciter et manifestement Djamila connaissait son texte par chœur. S’était-elle jamais demandé ce qu’elle disait ? Ce que ce texte signifiait ? Je ne le crois pas car personne ne pensait à se poser cette question.

Cette année-là j’étais retournée au Pakistan pour parcourir le trekking Biafo-Hispar seule avec cinq porteurs : trois Balti shiites et deux Hunza ismaélites. C’était le mois de Muharram. Le soir, nous étions tous les six assis autour du feu, les trois shiites rythment, en battant bruyamment leur coulpe, leurs lamentations sur l’assassinat de leur imam Hussain. Trekking fini, arrivés sains et saufs, malgré une météo exécrable, à Karimabad, nous nous sommes séparés non sans nous être serrés vigoureusement dans les bras l’un de l’autre en nous tapant virilement sur les épaules pour clore dignement cette aventure poignante.

Puis mes compagnons hunza m’ont emmenée dans leur famille. Entr’eux ils ne parlaient pas l’urdu mais le burushaski. La maison était simple, très propre, l’électricité rare, ni radio, ni télé, ni journaux, ni revues… Dans le séjour il y avait une étrangère sur laquelle trônait un livre : le coran… Il devait être là en hauteur pour veiller sur la maisonnée car c’était un livre magique… Quand je demandai à mon ami s’il avait lu ce livre, il me regarda hébété… Mais non enfin… c’est un livre magique, que personne ne peut comprendre, on le récite par chœur comme des formules… magiques… Un soir les hommes et moi, nous nous sommes assis sur le toit plat de la maison. Autour de nous le parfum des abricots qui séchaient se mêlait aux fumets de currys de légumes et de mouton rôti.  Nous avons fumé des cigarettes anglaises et bu à la sauvette du whisky chinois de contrebande pendant que les femmes cuisinaient… Devant nous la pleine lune a escaladé la silhouette de l’imposante montagne Rakaposhi et le vieux musicien du village, loué pour la soirée, a joué du sitar et chanté d’antiques ballades d’amour… Comme au cinéma…

Plus tard, en guise de remerciement, j’ai invité cet ami hunza chez moi en Suisse, pour lui permettre de suivre une formation de guide de randonnée auprès du Club Alpin Suisse. Quand je lui montrai des corans bilingues il n’en crut pas ses yeux… c’est à peine s’il osa lire le texte anglais vis-à-vis du texte arabe qui pour lui était du charabia…  Mon ami n’était pas un paysan ignorant d’un village perdu au fin fond d’une vallée inaccessible… En été,  il accompagnait les trekkings et les expéditions alpines et pendant l’hiver il était instituteur et quand la famille avait besoin d’argent il allait travailler en ville.

Mon jeune ami pakistanais a séjourné trois mois chez moi… Il était arrivé enthousiaste mais après quelque temps il s’est mis à compter les jours… Plus il voyait notre mode de vie, plus il se sentait mal à l’aise… Ici pas le temps pour s’asseoir à prendre le thé et palabrer… Monter et descendre dans nos montagnes abruptes fut pour lui beaucoup plus fatiguant que les pentes  progressives des glaciers de son pays. Comble de la frustration : lors des stages en haute montagne les petites jeunes filles étaient plus entrainées que lui, portaient allègrement des sacs trop lourds pour lui, grimpaient sur des parois qui le terrorisaient… Bref il ne s’est pas senti à la hauteur…

Dans une librairie il m’a demandé d’acheter des livres illustrés qui parlaient de dinosaures… Il avait entendu dire que ces animaux avaient existé mais n’en avait jamais vu la représentation, il voulait ces livres, même écrits en italien pour montrer ces dessins à ses enfants. Mais non, non… il n’aurait pas pu vivre dans un pays si différent… et lui, il avait de la chance : il pouvait rentrer chez lui tandis que la plupart des émigrés ne peuvent plus rentrer chez eux car ce serait avouer un échec et la honte pour toute la famille…

Il est rentré chez lui et je n’ai plus reçu de ses nouvelles. Par contre un guide suisse qui l’avait rencontré pendant les stages, avait essayé de l’engager lors d’une expédition dans le Karakorum… mais il n’avait pas été à la hauteur… manque d’entraînement… Ben non, si on ne s’entraîne pas on n’a pas la musculature, le souffle, la résistance…

Quand il était arrivé chez moi il se moquait de ceux qui le soir, après le boulot, vont faire du jogging, de la bicyclette… « Pourquoi ? »,  “Ben pour s’entraîner…” « Ha, ha, ha, que c’est ridicule… » Ben oui c’est idiot mais c’est le sine qua non pour être à la hauteur et pouvoir, entr’autres, exercer une profession dans le business de l’alpinisme… Nous lui avions payé des leçons d’italien, ça aussi c’était un plus…

Bref sur toute la ligne cela avait été un échec et sans doute une grande déception.

J’avais voulu bien faire et ma bonne intention était allé paver l’enfer…

Mais il avait eu une autre réaction intéressante. Quand il était arrivé chez moi, il était « moderne »… du genre “Oh, tu sais moi… la religion… ” D’ailleurs il picolait et fumait allègrement… Mais progressivement, au fur et à mesure qu’augmentait sa frustration de ne pas être au niveau des autres… il a commencé à se replier sur soi-même… et même à « lire » dans ce coran « moderne » dont il se méfiait et ne comprenait rien… Il passait des heures devant la télé qui le scandalisait et n’aimait que le feuilleton « la petite maison dans la prairie »… Bref… réaction genre raisins trop verts… Et quand je l’ai conduit à l’aéroport il ne s’est même pas retourné pour un dernier signe de la main… Il a couru vers son avion, soulagé de pouvoir enfin rentrer chez lui… Cet Occident dans lequel il s’est senti si étranger, il ne l’a pas aimé … a-t-il fini par le détester, par nous détester?

Aussi longtemps que ces personnes vivent dans leurs pays, dans leurs traditions, dans leurs certitudes,  il n’y a pas de problèmes. Le problème surgit quand ils émigrent chez nous, se rendent compte d’être complètement dépaysés, dépassés et veulent recréer chez nous l’ambiance de leurs pays d’origine… Dans ce cas c’est à nous à leur dire ce que nous savons de leur culture… ce que nous en pensons… et entr’autres… :

– Anne-Marie Delcambre : “l’islam des interdits”

– Christoph Luxenberg : “la lecture syro-aramaique du coran” dans lequel il explique qu’à l’origine le coran était tiré de textes syro-aramaiques dans l’intention d’évangéliser les arabes.

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Syro-Aramaic_Reading_of_the_Koran

– Guy Stroumsa: “nombre d’indices nous laissent voir des traditions judéo-chrétiennes, araméennes, hérétiques chrétiennes et peut-être même manichéennes à l’origine du texte que nous appelons le coran. Mais de moins en moins de chercheurs musulmans savent l’hébreu et l’araméen, leur réflexion sur le coran ne se fait plus qu’à l’intérieur de l’islam, dans le cadre islamique orthodoxe. Il me semble pourtant essentiel de se rendre compte à quel point nous devons relire le coran dans son substrat juif et chrétien”

– Jacob Taubes: “Mahomet n’a pas mélangé dans sa tête échauffée des traditions chrétiennes et juives, ni inventé quoi que ce soit sur cette base, mais il a très exactement absorbé la tradition judéo-chrétienne et l’a reproduite dans le coran”” (Jésus après Jésus Mordillat et Prieur p.347)

– Nous possédons les manuscrits de Sanaa et leurs études paléographiques

– « La pirateries barbaresque en Méditerranée du XVI°-XIX° Siècle » de Roland Courtinat

– L’esclavage arabo-musulman : http://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_dans_le_monde_arabo-musulman

Etc. etc. Chaque jour de nouvelles études sont publiées.

Mais c’est alors que le bât commence à blesser…

Alors, si vous ne voulez pas apprendre l’arabe pour lire le coran dans le texte et qu’on vous dit que peu de musulmans comprennent l’arabe et que rares sont ceux qui savent ce qui est écrit dans le coran… on peut ajouter qu’ils sont encore plus rares ceux qui ont pris connaissance des études concernant le coran et l’islam et même l’histoire de leurs pays et encore moins l’histoire de nos pays. Donc, c’est le rôle des Occidentaux d’informer les immigrés sur l’état actuel des connaissances.

Cela signifie non pas que l’islam va balayer l’Occident, mais au contraire, qu’au moment où les musulmans vont se mettre à lire et à comprendre le coran et les autres livres comme le Bokhari et à raisonner avec leur tête… ce sont eux qui vont eux-mêmes douter et vouloir apporter des réformes. Il n’y a aucune raison pour que ces gens n’aient pas le droit de vivre comme des personnes modernes dans un monde moderne (pour paraphraser le colonel Kadhafi)

En quelque sorte, en émigrant en Occident, l’islam a signé son arrêt de modernisation ; il se trouve sur la sellette malgré lui… Ce que les migrants découvrent en Occident ils le communiquent immanquablement à ceux qui sont restés au pays.

C’est à l’Occident à rester ferme sur ses positions, à avoir de la patience et à aider les musulmans à étudier et comprendre leur histoire et leurs propres cultures.

Fatalement eux aussi vont comprendre que les religions sont « l’opium du peuple ». C’est à l’Occident d’aider ceux qui luttent pour le progrès au lieu de prêter mainforte à ceux qui voudraient maintenir un statu quo obsolète pour ne pas dire la régression.

Alors, quand les guerres de religion se seront épuisées, ils vont pouvoir consacrer l’argent et le travail à la valorisation de leurs pays et l’Occident va enfin pouvoir en découvrir non seulement les merveilles, mais aussi les habitants.

Anne Lauwaert

http://www.enquete-debat.fr/archives/qui-a-lu-le-coran-pas-la-plupart-des-musulmans-37341

2 commentaires »

  1. Je l’ai lu !!
    et croyez moi ce n’est pas une partie de plaisir !un livre en contradiction sur les versets coranique et les hadiths
    entre les mots appelant à tuer ,à couper des membres à envahir ,à rester hors norme (halal et asram)et j’en passe ,un livre se classant dans le hit parade du gore

    Commentaire par angel — 22/08/2013 @ 07:07 | Réponse

  2. bref, qqes images valent mieux qu’un long com :

    Commentaire par Siloé — 22/08/2013 @ 11:49 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :