Francaisdefrance's Blog

21/07/2012

Viol avoué est à moitié pardonner…..Bonjour la « Justice » !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:50

Il a avoué un viol, il sort de prison

 
juil
21
Damien le 21 juillet 2012 à 12:07

 

Il a avoué un viol, il sort de prison

Ce jeune homme de 23 ans est soupçonné d’avoir participé au cambriolage du restaurant Mc Donald’s, à Cesson-Sévigné, et d’avoir violé une employée, le 17 janvier 2011, vers 3 h 30 du matin. En garde à vue, il avait avoué les faits. Il est incarcéré depuis le 10 novembre 2011.

Ce jeudi 19 juillet, son avocat a souligné qu’il s’agissait de sa « première incarcération » et qu’il avait un travail. Des arguments qui ont convaincu la chambre de l’instruction. Le jeune homme a été libéré et placé sous contrôle judiciaire strict, avec bracelet électronique.

Source : Ouest-France,

vu sur http://www.defrancisation.com/il-a-avoue-un-viol-il-sort-de-prison/

 

La fraude sociale recule. Nan j’déconne !

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:39

Sécurité sociale : la fraude en hausse

Posté par le 21 juillet 2012
 

La fraude détectée par les caisses de Sécurité sociale a atteint 479,5 millions d’euros en 2011, soit 22 millions d’euros de plus qu’en 2010, selon le bilan 2011, mis en ligne sur le site du ministère de l’Économie.

La seule assurance maladie a identifié pour le régime général (salariés du privé) 120 millions d’euros de fraude en 2011, alors qu’en 2010 le montant s’élevait à 156,3 millions d’euros. Cette diminution s’explique par « la suspension du contrôle externe de la tarification à l’activité (T2A) dans les établissements de santé par le ministère pendant quatre mois », précise le rapport.

Grâce à la détection des resquilleurs, l’assurance maladie a réalisé 150 millions d’euros d’économies en 2011. La fraude aux indemnités journalières (IJ) s’élève à 6,4 millions d’euros, contre 5,4 millions en 2010, et les médecins sont à l’origine de 7 millions d’euros de « préjudice financier » (5,5 millions en 2010). Pour le régime social des indépendants, elle a atteint en 2011 12,21 millions d’euros.

Concernant la branche famille, le montant du préjudice financier dû aux fraudes détectées par les CAF (Caisses d’allocations familiales) s’établit à 101,5 millions d’euros. Enfin pour la branche vieillesse (retraites), il s’élève à 14 millions d’euros en 2011, contre 10 millions d’euros en 2010.

Ce bilan dresse aussi un constat sur le travail illégal : 136.000 contrôles ont eu lieu en 2010-2011 dans les secteurs prioritaires.

Dans son programme présidentiel Marine Le Pen avait particulièrement mis l’accent sur cette fraude : « La lutte contre la fraude doit permettre de diviser son coût global actuel par quatre en cinq ans, soit 15 milliards d’économies à obtenir par une action résolue, rigoureuse et mobilisant l’ensemble des services publics (caisses de Sécurité sociale, médecins, collectivités, services fiscaux), sous l’autorité d’un secrétariat d’État à la lutte contre la fraude. Les collectivités territoriales devront notamment contribuer à la lutte contre la fraude en communiquant toutes les informations nécessaires aux services de contrôle et en assumant toutes leurs obligations. Une lutte plus vigoureuse contre les « arrêts de confort » et autres abus sera conduite. Les fraudeurs récidivistes n’auront plus accès aux dispositifs d’aide. Plus simplement encore un rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) s’émouvait il y a quelques années des 10 millions de Cartes Vitale en surnombre. Supprimer les cartes frauduleuses permettrait d’économiser les consommations de soins illégales qu’elles engendrent. De la même manière, l’utilisation des Cartes Vitale légales doit être contrôlée afin que ne l’utilisent que les ayant-droits et non des personnes (amis, famille lointaine) venant uniquement en France pour se faire soigner. »

Source

NDJBJ : Il y a longtemps (au moins 20 ans), j’avais entendu une histoire qui m’avait parue dingue à l’époque. C’était un petit patron du bâtiment qui avait une petite dizaine de salariés. L’un d’eux, très sérieux, compétent, ponctuel, poli et tout, lui annonce un jour qu’il va devoir se faire opérer. Tout se met en place (l’arrêt maladie etc) et jusqu’ici, pas de problème. Seulement, comme ce petit patron aimait bien son employé, il décide de lui rendre visite à l’hopital. Et là, surprise ! Le type qui était le convalescent, c’était pas son salarié. Le patron retourne à l’accueil qui lui confirme que c’est bien son salarié qui occupe la chambre n°trucmuche. En fait, son gars s’était fait « remplacé » par un membre de sa famille venu de (allez, soyons fous !) Russie…..Je m’étais alors dit, quand on met tout ça bout à bout, combien ça coûte ? Et aujourd’hui, je me dis, comme toutes ces pratiques, ça fait au moins 20 ans que ça dure, combien ça a déjà coûté ?

JBJ

Merci à Christine Tasin pour ce très légitime coup de gueule.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:22

Samedi 21 juillet 2012621/07/Juil/201213:13

220000 clandestins coûtent 588 millions d’euros à la sécu…

A lire, cet article du    Figaro, qui est proprement hallucinant. On savait que l’AME, qui permet aux clandestins de se faire soigner gratuitement, ouvrait la porte à des excès mais la réalité dépasse l’imagination. Soins    esthétiques, prescriptions pour toute la famille restée en Afrique, multiples consultations sans contrôle puisque pas de médecin référent, menaces et agressions des médecins pour que les    bénéficiaires obtiennent ce qu’ils veulent, utilisation des consultations et opérations non justifiées médicalemnt pour se faire régulariser, surfacturation de certains hôpitaux qui allongent le    délai de séjour des clandestins qui rapportent plus que les autres (mais peuvent mettre dehors au bout de 2 jours une femme de 80 ans opérée d’un cancer du sein… )…

la suite sur http://christinetasin.over-blog.fr/article-220000-clandestins-coutent-588-millions-d-euros-a-la-secu-108370467.html

PSA et la ripoublique des copains

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:15

Copains comme cochons

 

Publié le 17 juillet 2012

Derrière les apparences et les grands mouvements de moulinet destinés à cacher l’impuissance gouvernementale, les coulisses de l’affaire PSA sont une nouvelle illustration du mal dont la France est affectée : l’endogamie capitalistique.

Sur le fond, tout le monde connaît les racines du problème que traverse Peugeot : une trop faible globalisation. Il est d’ailleurs assez amusant de voir que cette erreur stratégique commise par le groupe, celle d’un excessif ancrage national, soit pointée du doigt par ceux-là même qui se sont faits, pendant la campagne électorale, les chantres de la démondialisation.

Mais au-delà de ces palinodies politiciennes dont les plus beaux spécimens sont produits par les plus grands donneurs de leçon, les commentateurs ont peu relevé l’étrange proximité qui lie les acteurs du dossier.

Prenons Philippe Varin, le patron de PSA. Première caractéristique, il est X-Mines, superbe produit de nos grandes écoles. Il entre chez Péchiney en 1978, où il oeuvre jusqu’en 2003, avant de partir au Royaume-Uni. On oublie trop souvent que Péchiney fut une pépinière pour la nomenklatura française. C’est dans cette entreprise que Martine Aubry trouve refuge en 1989. Elle devient même directrice générale adjointe du groupe, sous la férule de Jean Gandois…

Philippe Varin doit s’en souvenir, puisqu’il avait eu pour mission, en 1988, confiée par Jean Gandois, de construire une usine modèle à Dunkerque. Martine Aubry chapeautait le projet, inauguré en grande pompe en 1991.

En mai 2012, Philippe Varin devient président du Cercle de l’Industrie, dont l’un des vice-présidents est Pierre Moscovici, devenu depuis ministre de l’Economie. Parmi les  membres de ce Cercle éminent, on trouve Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes, et Jean Gandois, déjà cité dans cet article.

Prenons Frédéric Saint-Geours, directeur général des marques du constructeur. Ancien élève de l’ENA, de la promotion Léon Blum,… celle de Martine Aubry ! il commence sa carrière comme administrateur civil des Finances, et rejoint très vite l’Inspection Générale du même ministère. En 1981, il est conseiller technique de Louis Mermaz, ministre des Transports. En 1984, il est directeur de cabinet d’Henri Emmanuelli, secrétaire d’Etat au Budget.

Faut-il, dans cette filiation, voir les raisons pour lesquelles Henri Emmanuelli s’est exprimé la semaine dernière de façon très pondérée sur l’affaire PSA ? Notre excellent Henri a trouvé « plus que surprenants » les propos de Philippe Varin, patron de PSA, sur le coût du travail en France, mais ne s’est pas senti d’autres ardeurs pour condamner le plan social en cours. En février 2011, il appelait pourtant à signer la pétition d’Un monde d’avance, dont l’un des slogans était : « NON nous n’acceptons pas l’austérité salariale et la flexibilisation du marché du travail.»

Frédéric Saint-Geours rejoint PSA en 1986. Directeur financier en 1988, directeur général en 1998, il connaît bien cette entreprise. Il est sérieux et compétent. Il fraie dans les milieux parisiens qui compte. Il fréquente notamment Le Siècle, un club également fréquenté par Michel Sapin, dit-on.

On le voit, le plan social de PSA n’oppose pas d’un côté les méchants patrons, de l’autre les gentils politiques. L’ensemble des décideurs de ce petit monde vit dans le même écosystème et se croise régulièrement dans les mêmes couloirs de ministère ou dans les mêmes salons discrets.

Certains pourront penser que ces circonstances n’ont guère d’influence sur la façon dont les affaires sont conduites en France. On me permettra d’en douter.

Le problème majeur qui étouffe le génie français depuis quelques décennies n’est ni économique, ni politique. Ou alors il est les deux en même temps : il tient tout entier à cette connivence entre des élites endogamiques qui se recrutent par cooptation, par ressemblance, et qui sont incapables de s’ouvrir à l’innovation et à la diversité des parcours.

A force de vivre entre soi, on ne tolère plus que les idées qu’on porte soi-même, et on disqualifie toute évolution sous couvert du mépris naturel que les courtisans nourrissent pour ce qui ne vit pas à la Cour. Cette incapacité à sortir de écosystème courtisan, de la biosphère du narcissisme, tue peu à peu l’économie française, et au-delà la démocratie elle-même.

Il devient urgent, en France, d’ouvrir les portes et les fenêtres du château, et d’ouvrir, enfin, nos élites à l’innovation et au renouvellement.

La situation espagnole vue par Russia Today (20 juillet 2012)

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:10

voir la vidéo sur http://fortune.fdesouche.com/280484-la-situation-espagnole-vue-par-russia-today-20-juillet-2012