Francaisdefrance's Blog

27/05/2012

L’horreur de l’uranium appauvri

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 14:25

Chers Lecteurs,

Vous trouverez ci-après les scans d’articles parus dans revue mensuelle BI ex Balkans-Infos. Il s’agit des ravages causés sur les populations et sur l’environnement à cause de l’usage des munitions à uranium appauvri employées massivement par les troupes de l’OTAN sur la Serbie.

Ces documents sont parus dans les numéros 141 de mars 2009 pages 2, 3 et 15 et 176 de mai 2012 pages 4 et 5. Ils sont reproduits avec l’aimable autorisation de la rédaction de BI. Nous l’en remercions et tout particulièrement son Rédacteur en Chef et Fondateur Mr Dalmas.

Pour en savoir plus sur BI, acheter un numéro à l’unité ou vous abonner, rendez vous sur http://www.b-i-infos.com/ .

NB : Avant que vous commenciez votre lecture, un petit conseil s’impose : restez assis et accrochez vous bien à votre siège poour éviter de tomber par terre….

Bonne lecture.

Joe Black Junior

Image

ImageImageImageImage

 

 

Se libérer de …

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 01:02

Se libérer de la volonté de convaincre.  

 

samedi 26 mai 2012

La haine c’est vous

 
– Pourquoi tu dis « Je me fais agresser par des Arabes et des Noirs » et pas « par des pauvres » ?
 
– Parce que je suis loin d’être riche et que je n’agresse personne, comme énormément d’autres. Parce qu’ils ont bien plus d’argent que moi, vu leurs voitures et leurs fringues. Parce que ce sont systématiquement des Arabes et des Noirs, qui souvent hurlent « Sale Blanc ». Parce qu’ils n’agressent jamais ou presque d’autres Arabes ou Noirs, même riches.
 
– Mais pas besoin d’insister sur leurs origines, on est tous pareils au fond, peu importe le sexe, la couleur…
 
– Alors pourquoi dire que ce sont des pauvres ? En plus d’être faux, t’as pas peur que ton propos « stigmatise » l’ensemble des pauvres ? On doit dire quoi, « des humains ont agressé un autre humain sans raison apparente. » ? Ou, pour aller au bout de ta logique, « Un être vivant est entré en conflit avec un autre être vivant » ?
 
– Franchement j’ai lu ton texte sur Merah, t’exagères sérieux…
 
– Oui j’exagère. La plupart ne vont pas jusqu’à tuer des enfants, ils ne font que taper dans le ventre d’une femme enceinte.
 
– Il y en a beaucoup qui n’agressent personne enfin !
 
– Oui, et ceux-là ne brandissent pas de drapeaux maghrébins dans la rue. Et beaucoup m’envoient des mails de soutien. Tu saisis la différence ? Je dis « Les racailles sont presque toutes des Arabes et des Noirs », pas « Les personnes noires et arabes sont presque toutes des racailles », A implique B n’est pas équivalent à B implique A, c’est de la logique élémentaire.
 
– Donc c’est une minorité tu le reconnais.
 
– Non. D’après mes observations, mon vécu, ce qui est minoritaire c’est une bande d’Arabes et de Noirs qui vont en ville sans faire chier personne.
 
– …
 
– C’est ce que j’ai constaté. Et de toute façon ils sont soutenus par leur famille, leur entourage… On le voit bien, dès qu’il y a un problème avec les flics, un des leurs est blessé ou mort, ils manifestent pour le soutenir, contre la France, contre les preuves. T’as déjà vu un vieux maghrébin ou une dame voilée défendre un Blanc qui se fait encerclé par leurs gosses ? Moi jamais. Il existe une solidarité chez eux. Et je ne leur reproche pas, d’ailleurs, encore une fois je la constate. Ce ne sont pas des individus, ce sont des communautés, des peuples. Il suffit d’observer le vote à la présidentielle, 95% des musulmans votent à gauche, et donc pour que ça continue. C’est un vote ethnique.
 
– Parce que les musulmans c’est une ethnie ?
 
– C’est bien, fais semblant de pas comprendre.
 
– Tu fais chier ! Y’a des cons partout !
 
– Ça veut dire quoi cette phrase ? Elle ressemble à « Ça dépend des gens » ou « Chacun ses goûts », tu sais le genre de choses qu’on entend souvent dès qu’on commence à approfondir un sujet, le truc qui te vaudrait un zéro en philo, la phrase qui sert de fuite, comme faire un 180 degrés alors qu’on s’approche d’un petit bout de vérité.
 
– Mais c’est vrai non ?!
 
– Et alors ? Si un Tibétain te parle des soldats de l’armée chinoise qui viennent régulièrement pourrir sa vie, tu lui réponds « Y’a des cons partout ! » ? Je ne vois pas le rapport, je te parle pas de la violence inhérente à l’âme humaine, je te parle d’une période précise, à un endroit précis. Il y a un remplacement qui s’opère, les racailles ne sont que ceux qui marquent leur territoire le plus clairement, la partie visible de l’iceberg.
 
– Qu’est-ce que tu racontes ? Tu penses qu’ils sont criminels par nature c’est ça ?!
 
– Arrête de faire comme si je voulais mesurer les doigts et le nez des gens, et sors de ta connerie. Je ne te parle pas de génétique, là, je te parle d’un phénomène démographique, culturel, que nous vivons en ce moment. La France devient la colonie de ses anciennes colonies, comme l’a dit Poutine. C’est une colonisation par le nombre, avec tout ce qui va avec.
 
– Mais c’est pas vrai ça, tu vis vraiment dans la haine de l’immigré !
 
– Je ne vis pas dans la haine de l’immigré, je vis dans la haine de ceux qui beuglent « Cesse de vivre dans la haine de l’immigré ! ». Mon texte « L’histoire d’un mec » n’est pas une déclaration de guerre aux arabo-musulmans, il suffit de le lire. Ce n’est pas à eux qu’il s’adresse, mais à ceux qui ont rendu possible cette situation. A tous ceux qui croient que l’on peut faire vivre en paix des millions de personnes d’un peuple avec des millions de personnes d’un autre peuple, y compris quand leur mémoire commune est lourde de guerres et de sang. Ou plutôt à ceux qui font semblant d’y croire pour ne pas avouer leurs véritables motivations…
 
– Et qui aurait fait ça ? Qui ?
 
– La gauche, par aversion pour tout ce qui ressemble à un Européen, avec la complicité de la droite, par sympathie pour tout ce qui peut augmenter le profit. Ce ne sont pas les populations immigrées que je vise, on les a laissé s’installer par millions, logique qu’ils restent ce qu’ils sont. A leur place je ferais la même chose, je défendrais ce que je suis, ma religion avant les autres, ma progéniture avant celle des autres. Les responsables ce sont ces Français qui n’ont pas hésité à sacrifier leurs propres enfants par idéologie, ou par lâcheté face aux pressions de ceux qui n’ont qu’une idée en tête : se venger du nazisme… Vous êtes les complices de ce monde qui ligue toutes les hostilités contre nous. Vous avez cautionné, encouragé, milité pour la détestation du Blanc, pour sa destruction façon traitement Ludovico dans Orange Mécanique… et vous continuez. La haine c’est vous.
 
– T’es parano mon pauvre…
 
– Et toi tu l’es pas en faisant comme si le fascisme était à nos portes depuis ta naissance ?
 
– Attends t’as jamais vu les petites phrases de Le pen ?!
 
– Taubira ministre de la Justice. Taubira qui a dit que l’on ne doit pas parler de la traite négrière arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits de leurs ancêtres. Taubira qui milite en même temps pour la repentance éternelle des Occidentaux pour l’esclavage, et qui ne trouve rien à redire au sujet de l’enseignement de la mémoire des persécutions nazies contre les Juifs. Étrangement ça n’a pas l’air de la déranger d’écraser les jeunes Blancs sous tout le poids disponible. Cette femme est ministre de la Justice, et elle est aussi en train de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs, les peines planchers, histoire de rendre une impunité totale à ses petits protégés pour qu’ils puissent s’adonner aux agressions quotidiennes en toute tranquilité…
 
– Mais…
 
– Martine Aubry qui le soir de la victoire d’Hollande déclare à la Bastille « Ce soir je pense à l’Afrique, je pense au Maghreb ». Je ne vais pas te citer Mélenchon. Il y a des centaines, des milliers d’exemples qui illustrent la phase que nous traversons, si t’es curieux il y a des sites pour ça. Ce n’est donc que de la paranoïa ? De la paranoïa blanche, encore une fois ?
 
– Je trouve que t’exagères quand-même. Et que ton discours ne mène qu’à la haine.
 
– Parce que « t’exagères » pas, toi, en renvoyant aux heures-sombres-de-notre-histoire la moindre objection au tien ? D’ailleurs il nous mène où le tien de discours ?
 
– Pas au racisme en tout cas !
 
– Tu te fous de moi ? Ok, c’est quoi le racisme ?
 
– Quoi ?!
 
– Dis moi ce qu’est le racisme.
 
– Ben c’est rejeter des gens en fonction de leurs origines, refuser le mélange…
 
– … se sentir d’instinct plus proche des gens qui nous ressemblent, avec qui on partage des siècles d’histoire, une façon de vivre inconsciente mais évidente, préférer ce qui nous est familier, aimer les paysages de son enfance, ses monuments et ses photos de vacances, ses parfums et ses ambiances…et souffrir, forcément, de les voir disparaître. J’ai un scoop pour toi : tout le monde est raciste. L’humanité entière.
 
– Bon, t’es d’accord avec moi pour dire que les races n’existent pas, n’est-ce pas ?
 
– Non.
 
– Quoi ? Mais t’es vraiment con, c’est scientifiquement prouvé, nous sommes faits du même sang.
 
– D’accord, la science l’a prouvé, par le sang. Elle a aussi démontré que l’amour était chimiquement équivalent à une tablette et demi de chocolat, dans le sang. On peut donc dire que ce sentiment puissant n’existe pas.
 
– Tu deviens fou en fait !
 
– Non, j’ai libéré mon esprit de la crasse idéologique qui s’y était agglutinée, et tu devrais en faire autant. L’autre jour j’ai lu un blogueur de gauche qui se foutait de la gueule de ce qu’il appelle « l’extrême droite », en disant en substance : « J’étais dans le métro ce matin, j’étais le seul Blanc. Mais comme je ne suis pas un cinglé de raciste frustré et névrosé moi je ne voyais pas le problème, je me sentais à l’aise ». Ensuite j’ai regardé un petit reportage tourné en France dans les années 60, des types passent dans des salles de classe pour demander à des gamins ce qu’ils pensent des races, etc. Ces gosses disent « Je préfère être blanc ici parce que j’suis comme tout le monde, mais si j’étais qu’avec des Noirs j’voudrais être noir, j’veux pas être tout seul différent ». Ma question est donc la suivante : est-ce que ces petits garçons sont aussi des racistes névrosés ? Est-ce que le paysan africain refusant qu’un Chinois soit président de son pays ou l’ouvrier anglais hostile au remplacement de son clocher par un minaret sont tous les deux des nazis, ou est-ce que c’est vous qui êtes des malades ?
 
– T’es raciste alors tu l’assumes ?!
 
– Je suis en train de t’expliquer que la race existe dans la tête, l’âme, le cœur des gens. Vous avez sali d’une honte inextinguible l’idée de race chez nous tout en la renforçant chez les autres. Alors que la vie n’est que rapport de forces, toujours. Un rapport que nous perdons aujourd’hui, un rapport qui fait que j’hésite à faire des enfants ici par crainte qu’ils subissent ce que j’ai subi et bien pire, par peur qu’ils grandissent dans ces rues. Tu saisis ce que j’essaie de te dire ?
 
– Un « rapport de forces »… Non seulement t’es raciste mais t’es fasciste en plus ! Et la fraternité dans tout ça ?!
 
– Un jour un ami à moi, qui officie sous le nom d’XP, m’a dit ceci : « Quand j’étais plus jeune et que je voyais des militants communistes distribuer des tracts sur le marché le matin j’allais les voir en leur demandant comment ils pouvaient défendre une idéologie qui portait dans son héritage historique des dictateurs à la pelle, des camps, des famines, des millions de morts… pour tenter de les dissuader de faire ce qu’ils faisaient. Aujourd’hui je ne le fais plus car je sais qu’ils sont non seulement au courant que leur doctrine est toujours suivie de près par des monceaux de cadavres, mais que c’est même pour cette raison qu’ils collent des affiches ».

– Il dit n’importe quoi ton pote ! Et puis qu’est-ce que ça vient faire là ? Quel est le rapport ?

– Ecoute : t’as de la chance d’avoir affaire à moi, quelqu’un d’encore assez optimiste pour prendre le temps d’expliciter son cheminement, d’étayer sa position par des faits, etc. d’un mot quelqu’un de modéré. Mais beaucoup d’autres n’en sont même plus là. Ils refusent de vous considérer comme des gens qui n’ont pas encore compris, qui manquent d’information. Ils se disent que vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Que vous n’êtes pas dans l’ignorance mais dans la lâcheté, la collaboration, voire la haute trahison. Que ce n’est pas une situation qui vous échappe, mais au contraire une situation que vous connaissez aussi bien que nous et que vous approuvez de toutes vos forces. Que vous nous voulez du mal. En fait je crois qu’ils ont raison.

 
– Tu me menaces ?!

– Non, je fais le contraire, je fais l’effort de discuter avec toi. Mais ça ne va pas durer. Je te montre quelque chose que tu seras bien obligé de voir, tôt ou tard. Je te dis qu’un de ces quatre matins il n’y aura plus d’arguments, de témoignages, de mots, il n’y aura plus que des bâtons. De la défense ô combien légitime.
 
– C’est bien ce que je dis tu me menaces ! Sale raciste et facho !
 
– Ouais en fait je crois qu’il existe une race inférieure par nature, malade jusqu’à la folie ou folle jusqu’à la maladie, une race dont tout laisse à penser qu’elle est condamnée par l’univers à crever le plus vite possible, que le Diable lui-même en a pris possession tellement elle se montre vicieuse, morbide, névrosée, tellement elle s’éloigne de tout ce qui peut être beau et bon.
 
– Ah ben voilà tu assumes ! C’est qui les Arabes alors ? Ou peut-être les Noirs ? Ah non laisse moi deviner : les Juifs ?
 
– Les Blancs. Ils me dégoûtent et m’effraient plus que tout.
 
– Euh… pardon ?
 
– Laisse tomber.