Francaisdefrance's Blog

25/01/2012

Honteux! Le meurtrier de la policière tuée au sabre déclaré fou.

Et encore un qui s’en tire avec une belle pirouette. Déclaré « fou », il ne risque plus grand-chose: quelques années (et encore) dans une unité psychiatrique et il sera relâché « pour bonne conduite » et pourra ainsi recommencer…

Justice…

FDF

.

Le rapport d’expertise psychiatrique concernant le meurtrier présumé d’une jeune policière tuée en octobre dernier à Bourges d’un coup de sabre japonais conclut à « une abolition du discernement », indique lundi le procureur de la République.

« Ce rapport conclut à une abolition du discernement, ce qui rend Olivier Roson (ndlr: l’auteur du coup de sabre) inaccessible à une sanction pénale », a déclaré Vincent Bonnefoy, procureur de la République à Bourges. Le juge d’instruction Paul-Edouard Lallois a reçu lundi après-midi la famille de la policière Anne Pavageau, âgée de 30 ans, ainsi que ses collègues et l’agent de la préfecture blessés, parties civiles.

Le juge d’instruction a ordonné une contre-expertise. Comme la première, l’expertise sera effectuée par deux professionnels – et non un seul, comme dans les dossiers classiques – agréés par la cour de cassation.

Selon des informations non confirmées par le procureur, les deux premiers experts psychiatres ont décelé chez Olivier Roson une schizophrénie paranoïaque. Le procureur Vincent Bonnefoy a refusé de confirmer ce diagnostic, arguant qu’il s’agissait d’un « contenu d’instruction ».

« Il a pété les plombs »

Cette première expertise ne signifie pas qu’Olivier Roson ne sera jamais jugé puisqu’une contre-expertise a été demandée.  « Je ne suis pas surprise par cette expertise, a déclaré Me Sandrine Barré, avocate du meurtrier présumé. Dès le départ, en garde à vue, j’ai constaté que M. Roson présentait des troubles psychiatriques importants. Les experts évoquent une paranoïa et une schizophrénie latentes. Le jour des faits, M. Roson a vécu un épisode de décompensation. Cela signifie que, ce jour-là, il a pété les plombs ».

Avocat des parents d’Anne Pavageau, Me Gilbert Collard s’est déclaré « consterné par la lecture de ce rapport d’expertise. Il n’y a pas d’analyse clinique, juste des conclusions et une analyse de fond rudimentaires. C’est une dissertation de collège! », a-t-il estimé.

Me Collard s’est rendu au pôle de l’instruction de Bourges en compagnie de son confrère Louis Aliot, également avocat des parents de la policière. Me Aliot est par ailleurs le vice-président du Front National. Pour cette première expertise, commandée le 19 octobre 2011 et rendue mardi dernier, les deux psychiatres ont rencontré ensemble et séparément à plusieurs reprises l’auteur du coup de sabre, a-t-on dit de source jucidiaire. Cela devrait également être le cas de la deuxième expertise, qui prendra au moins trois mois.

L’auteur du coup de sabre, un enseignant de 33 ans apparemment mécontent de s’être vu refuser un permis pour port d’arme à feu par la préfecture, avait mortellement blessé au bassin la jeune policière de 30 ans. Il avait également blessé un autre policier et une employée de la préfecture, avant d’être maîtrisé par un troisième policier qui l’avait atteint d’une balle au genou.

Mis en examen pour homicide volontaire sur un fonctionnaire de la police nationale, Olivier Roson séjourne actuellement dans l’unité psychiatrique hospitalière de la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).

Source: http://www.lefigaro.fr/

6 commentaires »

  1. Avis aux policiers :
    Tirer dans la gueule !
    Ainsi justice sera faite !

    Commentaire par henri — 25/01/2012 @ 18:56 | Réponse

    • bonne idée !

      Commentaire par aude pilorgé — 26/01/2012 @ 09:19 | Réponse

  2. Je ne veux pas me faire l’avocat du diable, mais s’il s’était agit d’un merdeghrébin, on aurait directement pensé à de la violence anti-autorité, anti-république… pour un FDS, c’est quand même plus plausible qu’il soit juste cinglé… Maintenant, c’est pas excusable évidemment et ce qui fait surtout peur, c’est que ce type enseignait à des cerveaux en développement

    Commentaire par BVK — 26/01/2012 @ 09:04 | Réponse

    • Je viens juste d’y penser après coup : y aurait-il une corrélation entre le fait d’enseigner… et de finir avec une schizophrénie paranoïaque ???
      Nous savons tous ce que les profs endurent avec les « jeunes »… et là on a un prof qui fait carrément une demande de port d’arme !
      Franchement, il n’y a que moi pour voir un lien ? La plupart font une « simple » dépression (qui conduit quand même parfois au suicide !) … là, on en a un qui devient paranoïaque et éprouve le besoin de s’armer… Il n’y a vraiment que moi pour voir un putin de lien avec ce à quoi il doit enseigner ?????

      Commentaire par BVK — 26/01/2012 @ 09:09 | Réponse

      • précision : « ce à quoi il doit enseigner » n’est pas une erreur

        Commentaire par BVK — 26/01/2012 @ 09:22

  3. Il avait demandé un permis de port d’arme, ou une autorisation de détention, non parceque c’est pas la même chose.

    Commentaire par Brigitte — 26/01/2012 @ 16:38 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :